Dans "La France à quitte ou double" (Fayard), il fait le procès de l'antiracisme et de l'antilepénisme : deux stratégies perdantes, selon lui.