www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Scandale ! L'immunité parlementaire de Marine Le Pen levée parce qu'elle a osé montrer la vérité sur les atrocités commises par Daech flechegauche LA flechedroite

A l'heure où un nouveau Pape va être élu: petite leçon d'histoire

Partagez
avatar
Zabou18
Modérateurs
Modérateurs

Age : 48
Date de naissance : 02/09/1969
Vierge Date d'inscription : 12/04/2012
Passion : Ma famille, mon pays, l'histoire

A l'heure où un nouveau Pape va être élu: petite leçon d'histoire

Message par Zabou18 le Ven 8 Mar 2013 - 18:09


Église catholique


Pape, papauté et conclave




Le pape, du mot grec pappas (père, patriarche), est, aux premiers temps de la chrétienté, l'évêque de Rome.

Il occupe dans l'Église la même place d'honneur que les quatre autres patriarches désignés par le concile de Nicée : Antioche, Alexandrie, Constantinople et Jérusalem. Mais il bénéficie d'un prestige particulier par le fait que le premier chef de l'Église de Rome fut selon la tradition l'apôtre Pierre lui-même.

Dans les premiers siècles de la chrétienté, jusqu'à l'An Mil, il est élu par acclamations par le peuple chrétien de la ville, comme les autres évêques.


Le pape, créature de Charlemagne

Au VIIIe siècle, le déclin de l'empire byzantin, protecteur traditionnel de la chrétienté, conduit le pape à chercher la protection des Francs et de leurs rois, Pépin le Bref puis Charlemagne. Ceux-ci, en retour, accordent à l'évêque de Rome leur protection, notamment face aux Lombards et aux Byzantins.

Ils lui reconnaissent une primauté sur les autres évêques et en particulier le patriarche de Constantinople. Enfin, ils lui concèdent un vaste territoire au coeur de la péninsule italienne pour lui assurer son indépendance face aux principautés environnantes...

Le pape devient dès lors le chef suprême de la chrétienté occidentale, l'Église dite catholique (d'un mot grec qui signifie universelle). C'est un souverain spirituel mais aussi séculier, attaché au Moyen Âge à défendre les États pontificaux et sanctionner les agissements coupables des souverains.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Election du pape Pie II, le 19 août 1458 dans la cathédrale de Sienne


Le conclave, un héritage médiéval

En 1075, Grégoire VII prescrit que le pape sera désormais élu par une assemblée de cardinaux et non plus par le peuple, soudoyé de fait par les grandes familles romaines. Dans les deux siècles suivants, l'empereur d'Allemagne et les autres souverains prennent la détestable habitude de se mêler de l'élection pontificale.

Celle-ci devient de plus en plus corsée jusqu'à l'élection de Grégoire X, en 1271, après deux ans et demi de tergiversations. Les cardinaux, réunis à Viterbe, n'arrivent pas à s'entendre. L'élection aboutit enfin après que Saint Bonaventure a suggéré au podestat (ou seigneur) de la ville d'enfermer les cardinaux dans le palais épiscopal. Réduits au pain et à l'eau, ils se mettent enfin d'accord sur le nom du futur pape.

Au concile de Lyon de 1274, Grégoire X, tirant la leçon de son élection, rend obligatoire la clôture des cardinaux en un lieu d'où nul ne pourrait entrer ou sortir sous peine d'excommunication. Le conclave est né.

Le mot vient d'une expression latine qui s'applique à une chambre fermée à clé. Il désigne l'assemblée chargée d'élire un nouveau pape. Celui-ci peut être choisi parmi tous les baptisés adultes de sexe masculin (en pratique, il est issu du collège des cardinaux, prélats ayant fonction de conseiller auprès du Saint-Siège).

L'élection se déroule entre le 16e et le 19e jour suivant la mort du pape précédent. Y participent tous les cardinaux de l'Église catholique âgés de moins de 80 ans (un peu plus d'une centaine aujourd'hui).

Les cardinaux sont enfermés dans un lieu clos (rien moins que la chapelle Sixtine, avec son décor somptueux). Ils votent autant de fois qu'il le faut à bulletins secrets, deux fois le matin, deux fois l'après-midi. Chaque vote négatif se solde par une fumée noire qui apparaît au-dessus des toits du Vatican.

Lorsqu'enfin les deux tiers au moins des cardinaux se mettent d'accord sur une personne, celle-ci se voit proposer la charge suprême et les bulletins sont brûlés sur de la paille humide pour produire la fameuse fumée blanche qui annonce l'élection. Les cardinaux sont «libérés» et l'un d'eux peut annoncer à la foule réunie sur la place Saint-Pierre de Rome : «Habemus papam» (Nous avons un pape).


Du Latran au Vatican

Le lieu de résidence du pape est communément appelé Saint-Siège. Mais il n'a pas toujours été établi sur la colline du Vatican...

Au début du Moyen Âge, les papes résident dans le palais du Latran, sur la propriété d'une ancienne famille romaine, les Laterani, devenue résidence des empereurs après que ceux-ci eurent abandonné le mont Palatin. Les papes apprécient aussi la basilique Sainte-Marie-Majeure, construite au IVe siècle sur la colline de l'Esquilin.

En 1305, les conflits entre familles romaines dissuadent le nouveau pape de se rendre dans la Ville éternelle. Il s'établit à Avignon. En 1377, le pape, reprenant le chemin de Rome, trouve le palais du Latran dans un tel état de dévastation qu'il doit s'établir sur la colline du Vatican, à l'écart du coeur de la cité, où se tient une antique basilique !

En 1506, cett vieille basilique Saint-Pierre menaçant ruine, le pape Jules II décide de la reconstruire. Il fait appel à la générosité des fidèles pour financer l'entreprise de reconstruction.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les papes inhumés dans la basilique Saint-Pierre de Rome de Saint Pierre à nos jours


La papauté : crise et renouveau

Les crises de la papauté au XVe siècle mettent à mal le prestige spirituel du souverain pontife (ce titre d'origine païenne désignait sous la Rome antique le grand ordonnateur des cérémonies religieuses). Au tournant de la Renaissance, les papes s'affichent en princes bien plus qu'en guides spirituels, ce qui scandalise les croyants et entraîne la Réforme luthérienne.

La Contre-Réforme et le concile de Trente rendent la papauté à sa vocation spirituelle. Ce retour aux principes évangéliques trouve son aboutissement avec les conciles Vatican I et Vatican II. De la Révolution française à la sécularisation de la fin du XXe siècle, en passant par le défit des totalitarismes athées, la papauté se confronte au monde moderne.


Le gouvernement du pape

Le pape est assisté par une administration, la Curie. Son nom rappelle celui de la salle où siégeait dans l'Antiquité le Sénat de Rome. Quoique complexe, cette administration est des plus réduites. Elle emploie un total de 2800 personnes dont une grande majorité d'ecclésiastiques, ce qui est peu pour coordonner le clergé et les institutions d'une Église qui s'adresse à 1,2 milliards de catholiques.

Au sommet de la Curie se tient la Secrétairerie d'État. Son titulaire est l'adjoint direct du pape, en quelque sorte son Premier ministre. Il supervise deux sections : les Affaires générales (affaires courantes) et les Relations avec les États (diplomatie et organisations internationales).

La Curie comprend par ailleurs des structures appelées «dicastères» (d'un mot grec qui signifie cour de justice). Ce sont notamment 9 Congrégations spécialisées chacune dans un domaine religieux : doctrine de la foi, clergé, évêques, éducation catholique..., 12 Conseils pontificaux qui gèrent les affaires publiques : nouvelle évangélisation, culture, «Justice et Paix»..., trois tribunaux (Pénitencerie apostolique, Signature apostolique, Rote romaine).



http://www.herodote.net/Pape_papaute_et_conclave-synthese-308-41.php
avatar
Zabou18
Modérateurs
Modérateurs

Age : 48
Date de naissance : 02/09/1969
Vierge Date d'inscription : 12/04/2012
Passion : Ma famille, mon pays, l'histoire

Re: A l'heure où un nouveau Pape va être élu: petite leçon d'histoire

Message par Zabou18 le Lun 11 Mar 2013 - 15:58


Célestin V (1210 - 1296)


Un ermite sur le trône de Saint Pierre




Ermite octogénaire, à l'origine de l'ordre monastique des célestins, Pietro de Morrone reçoit la tiare pontificale le 29 août 1294 à l'Aquila, près de son refuge des Abruzzes. Moins de cinq mois plus tard, il renoncera à la tiare, ce qui fera de lui le seul pape à avoir démissionné de son propre chef, avant Benoît XVI...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le couronnement du pape Célestin V (peinture anonyme du XVIème siècle, couvent des Célestins de Marcoussis)



Un ermite octogénaire

Le futur pape est né en 1210 en Italie centrale, dans une famille de paysans. Sa mère le fait entrer chez les bénédictins et, en 1230, il se fait ermite dans les Abruzzes, sur le mont Morrone, où il fonde une église. Il jouit dès cette époque d'une réputation de sainteté qui lui attire des disciples.

Désireux que sa confrérie, qui emprunte sa spiritualité aux ordres des bénédictins et des franciscains, soit reconnue par la papauté, il se rend au concile de Lyon II (1274) et obtient du pape Grégoire X le privilège de créer l'ordre des célestins, qui aura de nombreux couvents en Italie et même en France, à Paris... près du quai des Célestins.

Pierre de Morrone établit le siège de l'ordre dans le monastère du Saint-Esprit de Morrone, près de Salmona, mais reste ermite sur la montagne voisine. Sa réputation devient telle que Charles II d'Anjou, roi de Sicile, voulut faire sa connaissance.

Or, après la mort du pape Nicolas IV en avril 1212, les cardinaux de Rome lui cherchent en vain un successeur sans pouvoir se mettre d'accord. Les Orsini s'opposent aux Colonna, ceux qui soutiennent Charles II d'Anjou à ceux qui sont favorables au roi d'Aragon, adversaire de Charles.

Pour trouver une solution, ce dernier a l'idée de faire élire en 1294 l'ermite des Abruzzes. Pierre hésite d'abord, car il est presque octogénaire, connaît mal le latin, ignore tout de la Curie. Mais il pense que son élection favoriserait l'ordre des célestins... et, ayant lu l'oeuvre de Joachim de Flore (mort en 1212), il croit que la fin du monde approche.

Il accepte donc, est élu à l'unanimité par le conclave réuni à Pérouse le 5 juillet 1294 et se fait couronner à L'Aquila, la ville la plus septentrionale des États de Charles II, le 29 août 1294, sous le nom de Célestin V.

Mais il comprend très vite qu'il n'est pas fait pour être pape et, après avoir consulté le cardinal Caetani, qui sera son successeur sous le nom de Boniface VIII, démissionne le 13 décembre 1294. Son successeur, craignant qu'il ne revienne sur sa renonciation, le fait arrêter et garder prisonnier dans un château, jusqu'à sa mort, le 12 ou le 19 mai 1296.

Enterré à l'Aquila, dans la basilique du Collemaggio, il est canonisé en 1313 par le successeur de Boniface VIII, Clément V, sous son nom de Pietro de Morrone.

Le pape Benoit XVI, comme ses prédécesseurs immédiats, s'est rendu sur le tombeau de Célestin V. Le 28 avril 2009, à l'occasion d'un déplacement auprès des victimes du tremblement de terre de L'Aquila, il s'est recueilli longuement devant le mausolée du pauvre ermite, dans la basilique du Collemaggio, et a déposé devant lui le pallium qu'il portait le jour de son intronisation. Pensait-il déjà à sa «renonciation» ?

Pierre Riché, historien médiéviste
avatar
Zabou18
Modérateurs
Modérateurs

Age : 48
Date de naissance : 02/09/1969
Vierge Date d'inscription : 12/04/2012
Passion : Ma famille, mon pays, l'histoire

Re: A l'heure où un nouveau Pape va être élu: petite leçon d'histoire

Message par Zabou18 le Mar 12 Mar 2013 - 10:58

Cinq anecdotes à connaître dans l'histoire des conclaves



Quel a été le conclave le plus long de l'histoire ? Comment un Français s'est retrouvé un peu par hasard à la tête de l'Église... L'élection des papes est riche en petites histoires.



Le premier conclave.

La décision d'enfermer les cardinaux pour procéder à l'election du pape apparaît au treizième siècle pour accélérer le processus et soustraire les cardinaux aux pressions politiques. Pendant le millénaire précédent, les souverains pontifes étaient élus par le clergé de Rome, avec la participation de la population et l'intervention des monarques européens. La pratique de l'isolement était souvent utilisée dans le nord de l'Italie pour précipiter le dénouement des procédures civiles. S'en inspirant, les habitants de Pérouse enferment les cardinaux en 1216. Cette stratégie est réutilisée en 1241. Alors que deux cardinaux sont retenus en otage par l'empereur Frederic II, le gouverneur de Rome regroupe leurs dix collègues dans le palais délabré de Septizonium sur le mont Palatin, sous la surveillance de gardes violents et dans des conditions d'hygiène déplorables. Les latrines ne sont pas nettoyées et on refuse l'envoi de médecins aux prélats malades. La mort d'un des cardinaux puis les menaces des Romains de déterrer la dépouille du pape défunt convainquent finalement les religieux de choisir Célestin IV. Mais celui-ci sûrement affaibli par ces soixante jours de mauvais traitement meurt 15 jours plus tard.

Cet accouchement au forceps laisse un souvenir tellement cuisant aux participants qu'aucun d'entre eux n'envisage de renouveler et d'institutionnaliser l'expérience. Et pourtant…

Le plus long.

Celui de Viterbe, qui dure deux ans et neuf mois (fin 1268- septembre 1271). Excédée par un an de divisions et blocage, la population de Viterbe enferme à clé (cum clave en latin) les cardinaux dans le Palais pontifical à l'automne 1269. Les accès sont murés, les prélats réduits au pain et à l'eau, puis en juin 1270 le toit du bâtiment retiré pour exposer les participants aux intempéries. Sous la pression du nouveau roi de France Philippe III, les électeurs acceptent qu'une commission de six prélats détermine le prochain Saint-Père. Elle se met d'accord bien qu'il ne soit pas encore prêtre sur Grégoire X, en croisade en Terre Sainte. Il mettra un ordre drastique dans la procédure. Grégoire X officialise le principe de l'enfermement des cardinaux pour le conclave, leur interdit tout revenu pendant cette période et impose le pain sec et l'eau au bout de cinq jours de vote sans résultat.

Le conclave le plus expéditif.

Au fil des siècles, la durée des conclaves se raccourcit. La palme du plus rapide revient à Pie XII en 1939: l'Italien est élu en moins de 24 heures et en trois tours. Depuis 1903, aucun conclave n'a duré plus de cinq jours: il a fallu quatre scrutins pour élire Benoît XVI (moins de 48 heures comme Jean-Paul II), onze pour Jean XXIII (trois jours en 1958). L'élection de Pie XI, en 1922, fut la plus longue du siècle en cinq jours et quatorze tours de scrutin.

Le dénouement le plus providentiel.

Le conclave qui s'ouvre à la mort d'Alexandre IV en 1261 s'enlise trois mois durant dans les querelles entre les huit cardinaux électeurs. N'arrivant pas à se mettre d'accord, leur attention se tourne vers un «outsider», un voyageur de passage: le patriarche de Jérusalem Jacques Pantaléon. Le hasard a fait que le Français se trouvait à Viterbe au moment du décès du pape. Il est en pleine discussion avec la Curie pour obtenir de l'aide pour les Chrétiens du Moyen-Orient. Sa rigueur, sa détermination, sa bonne administration en Terre Sainte impressionnent les cardinaux électeurs qui le choisissent comme pape. Une des premières actions de Pantaléon qui prend le nom Urbain IV sera de nommer de nouveaux cardinaux pour augmenter leur nombre et limiter le risque de blocage.

L'intermède le plus bref entre deux conclaves.

En septembre 1590, lors du conclave qui le nomme pape, Urbain VII contracte la malaria. Il meurt 12 jours après son élection accomplissant le pontificat le plus court du Vatican. Le conclave se réunit à nouveau le 8 octobre et est marqué par l'interventionnisme de Philippe II d'Espagne . Pour les amoureux des statistiques, sachez qu'avec 33 jours de règne en 1978, Jean-Paul Ier n'accède même pas au top 10 des pontificats les plus brefs de l'Histoire.


http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/03/12/01016-20130312ARTFIG00257-cinq-anecdotes-a-connaitre-dans-l-histoire-des-conclaves.php?m_i=zWAz5HCM2iZagBgZ7WF6DNnpR%2BFXPgf%2BGiHwhn2kCK_5Zlfzl
avatar
DarkAlexandre

Age : 20
Date de naissance : 23/01/1997
Verseau Date d'inscription : 08/03/2013
Passion : La Musique

Re: A l'heure où un nouveau Pape va être élu: petite leçon d'histoire

Message par DarkAlexandre le Mer 13 Mar 2013 - 12:35

Merci pour ce cours d'histoire ! :aplaudissement:
avatar
aliénord'aquitaine

Age : 69
Date de naissance : 21/03/1948
Localisation : Ile de France
Bélier Date d'inscription : 31/03/2012
Passion : généalogie, Histoire de France
Humeur : plutôt bonne

Re: A l'heure où un nouveau Pape va être élu: petite leçon d'histoire

Message par aliénord'aquitaine le Mer 13 Mar 2013 - 19:13

Merci Zabou pour ce nouveau sujet historique! C'est passionnant ! :aplaudissement: :aplaudissement: :aplaudissement:
bisou bisou
avatar
Zabou18
Modérateurs
Modérateurs

Age : 48
Date de naissance : 02/09/1969
Vierge Date d'inscription : 12/04/2012
Passion : Ma famille, mon pays, l'histoire

Re: A l'heure où un nouveau Pape va être élu: petite leçon d'histoire

Message par Zabou18 le Mer 13 Mar 2013 - 19:28

De rien! bisou

J'ai pour projet de reprendre les Rois, pour cela il faut que je dispose de temps.

Hier, j'ai effectué quelques recherches mais comme je suis pointilleuse, il faut que je vérifie, mette en page, sélectionne les images et les références et essaie de ne pas trop m'égarer sur des sites d'histoire.

Les papes seraient un excellent sujet, mais je risque de finir ce sujet en déambulateur. Laughing

avatar
aliénord'aquitaine

Age : 69
Date de naissance : 21/03/1948
Localisation : Ile de France
Bélier Date d'inscription : 31/03/2012
Passion : généalogie, Histoire de France
Humeur : plutôt bonne

Re: A l'heure où un nouveau Pape va être élu: petite leçon d'histoire

Message par aliénord'aquitaine le Mer 13 Mar 2013 - 21:01

@Zabou18 a écrit:De rien! bisou

J'ai pour projet de reprendre les Rois, pour cela il faut que je dispose de temps.

Hier, j'ai effectué quelques recherches mais comme je suis pointilleuse, il faut que je vérifie, mette en page, sélectionne les images et les références et essaie de ne pas trop m'égarer sur des sites d'histoire.

Les papes seraient un excellent sujet, mais je risque de finir ce sujet en déambulateur. Laughing


Oh ! non ! pas le déambulateur !! Laughing

266 Papes, c'est certain, cela fait un peu long ....! Tu fais comme tu peux, c'est déjà formidable et toujours parfait ! Je me rends tout à fait compte du temps que tu passes pour nous apporter quelques minutes de plaisir ! :aplaudissement: :aplaudissement:

bisou

Contenu sponsorisé

Re: A l'heure où un nouveau Pape va être élu: petite leçon d'histoire

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 15 Déc 2017 - 15:11