www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.


Pour les banques, une sortie de Chypre de la zone euro possible

Partagez
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 70
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Pour les banques, une sortie de Chypre de la zone euro possible

Message par gemini le Ven 29 Mar 2013 - 13:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Des gens font la queue devant une banque à Nicosie, à Chypre, au matin du 28 mars 2013. (AP Photo/Philippos Christou)



L'Institut de la finance internationale (IIF), qui représente les plus grandes banques du globe, a estimé jeudi 28 mars qu'il y avait une "réelle possibilité" de voir Chypre sortir de la zone euro après son sauvetage financier controversé.

"C'est le premier cas où on peut voir une forme de sortie (de la zone euro, ndlr) comme une possibilité réelle", a déclaré le chef économiste de l'IIF, Philip Suttle, ajoutant que cela serait "bien plus facile" pour un petit pays comme Chypre.

"Chypre est en train de pâtir de tous les coûts liés (...) à l'euro, sans avoir aucun des bénéfices", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse, citant la dépréciation des dépôts bancaires et la "dépression" économique qui s'annonce dans le pays, dont le secteur financier, crucial pour son économie, a été amputé.

Plan de sauvetage

Sous la pression de ses créanciers de la troïka (FMI, Union européenne, BCE), Chypre a accepté la faillite de la banque Laïki, l'une des plus importantes du pays, et une mise à contribution des gros déposants en contrepartie d'une aide de 10 milliards d'euros.

"La seule issue (pour le pays, ndlr) serait une dévaluation", impossible avec la monnaie unique, a estimé Philip Suttle, estimant qu'une sortie de Chypre de la zone euro n'aurait, selon lui, pas "nécessairement" de répercussions ailleurs en Europe.

Quel impact sur les autres banques européennes ?

L'IIF s'est en revanche dit inquiet des conséquences du plan de sauvetage chypriote sur les autres banques européennes en difficulté.

"Il est quasi certain que cela va augmenter les coûts de financement (...) des banques faibles ou perçues comme faibles", en particulier en Espagne, au Portugal ou en Italie, a indiqué Philip Suttle.

"Cela aggrave d'une certaine manière les défis qui attendent ces pays", a-t-il ajouté.

Basé à Washington, l'IIF représente les intérêts de plus de 470 établissements financiers à travers le globe.

(Avec AFP)


Source Challenges


Ce n'est pas par bonté d'âme que cette union bancaire pense à la sortie de Chypre de l'euro.

Il serait peut être temps d'y songer nous aussi. L'euro est tellement bénéfique que maintenant les Polonais n'en veulent plus et refusent la monnaie unique.


Pourquoi une majorité de Polonais refusent d’adopter l’euro ?

Le premier ministre polonais (centre droit) Donald Tusk a évoqué mardi 26 mars l’idée d’organiser un référendum sur l’adhésion du pays à la zone euro, réclamé par l’opposition de droite nationaliste.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Son ministre des finances, Jacek Rostowski, lui a emboîté le pas le lendemain.

Selon un sondage réalisé le 22 mars – en pleine crise chypriote – pour le quotidien conservateur Rzeczpospolita, 62 % des Polonais rejettent l’adoption de la monnaie unique, pourtant normalement prévue à la suite de l’entrée de la Pologne dans l’Union européenne.

« Les Polonais sont devenus les plus proeuropéens de l’Union depuis l’adhésion de leur pays en 2004. L’apport des fonds européens est partout très visible, comme dans les investissements publics pour les transports. Les agriculteurs, qui étaient eurosceptiques, ont changé d’avis.
Le solide attachement polonais à l’Union

Les Polonais apprécient aussi d’avoir pu, légalement, trouver de l’emploi ailleurs en Europe et les étudiants de séjourner ailleurs. Ils profitent aussi de circuler librement dans l’espace Schengen. Et ils n’ont pas connu de récession en 2009, comme ailleurs. Ceci explique le solide attachement polonais à l’Union, qui a également permis au pays de ne plus se sentir condamné à être seulement coincé entre la Russie et l’Allemagne, en ouvrant d’autres relations possibles. Pour les Polonais, rejoindre la famille européenne est le grand choix stratégique d’une génération.
suspicieux

Adopter l’euro, ce n’est pas la même chose. Le débat vient juste de commencer et les Polonais se montrent à cet égard suspicieux. Ils ne lient pas leur réussite économique à leur monnaie, le zloty, à la manière de l’Allemagne avec le mark après-guerre. Mais ils redoutent les effets négatifs que peut provoquer une adhésion à la zone euro, en particulier une hausse générale des prix.

Ils observent les événements en Grèce et aujourd’hui à Chypre. Ils considèrent que ces pays ont adopté l’euro trop vite et trop tôt et que leur propre pays doit attendre d’être mieux armé pour ne finir comme eux. Avec le risque à l’inverse d’un scénario comme en Suède, qui a rejeté l’euro par référendum en 2003 parce que le pays se considérait alors suffisamment en pleine santé pour se passer de la monnaie unique. »

Recueilli par SÉBASTIEN MAILLARD


Source : La Croix

    La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 4:27