www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Suivez le XVIème Congrès du Front National à Lille : flechegauche ICI flechedroite

Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Partagez
avatar
Valmy

Age : 118
Date de naissance : 01/04/1900
Localisation : terre
Bélier Date d'inscription : 05/02/2012
Passion : mm
Humeur : pp

Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Message par Valmy le Dim 16 Juin 2013 - 17:39

Tous les moyens sont bons pour entretenir la peur


Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro”
16 juin 2013
Par Jacques Sapir

La revue « officielle » du PCF sur l’économie, Economie et Politique vient de publier un article d’une rare nullité sur la question de l’Euro[1]. Il ne vaudrait pas la peine d’être cité s’il ne contenait de telles erreurs qu’il en devient un bon exemple d’un discours d’aplatissement complet devant Bruxelles et la BCE. Cet article, sans les citer, se veut une « réponse » aux différentes notes qui ont été publiées sur le carnet « RussEurope ». C’est une deuxième raison de l’analyser.

Il commence tout d’abord par une affirmation : «Le commerce extérieur de la France, souffre d’un déficit annuel de 60 à 70 milliards d’euros. Le retour au Franc, qui se ferait alors au prix d’une dévaluation de l’ordre de 25 % par rapport à l’euro, entraînerait automatiquement un enchérissement du même ordre du coût de nos importations. »

Visiblement les auteurs de cet article qui se prétendent économistes semblent manifestement ignorer la notion d’élasticité-prix qui est pourtant fondamentale dès que l’on parle de dévaluation ou de réévaluation d’une monnaie. Cela signifie que, sauf pour les produits pour lesquels il n’existe pas de substituts directs ou indirects, une hausse des prix (dans le cas d’une dévaluation) va provoquer un changement plus ou moins importants des quantités importées. Ce changement s’explique par le fait que les consommateurs vont se tourner soit vers le même produits, mais fabriqué en France, soit vont se tourner vers des produits légèrement différents dont le coût est moindre mais dont l’usage procure une satisfaction équivalente, ce que l’on appelle l’effet de substitution. La hausse des prix ne concerne pleinement QUE les produits considérés comme non-substituables (par exemple les carburants). Cependant, là, il faut savoir que le prix à l’importation (hors taxes) ne représente que 25% du prix du produit. Donc, une dévaluation de 25% n’augmentera d’un quart que le quart du prix, soit de 6,25%. Par ailleurs, ces produits non-substituables ne représentent qu’environ 30% de nos importations. Croyez vous que l’on trouvera de tels chiffres dans l’article ? Que nenni ! Messieurs les économistes du PCF sont bien au-dessus de ces considérations qui leurs semblent terre à terre.

Par ailleurs, la question des élasticités-prix doit être aussi évalué non seulement pour les importations mais pour les exportations. Nos produits, dans le cas d’une dévaluation, coûteraient 25% de moins. Les volumes consommés par les clients étrangers augmenteraient et ceci même en économie stationnaire. En fait, ces élasticités ont été calculées par de nombreuses sources (dont l’équipe de recherche économique de NATIXIS[2]) et tous les résultats sont très favorables pour la France dans le cas d’une dévaluation. En réalité, la valeur de l’élasticité totale du commerce extérieur (importations et exportations) dépend du montant de la dévaluation (ou de la réévaluation). Si l’on postule une dévaluation de 25% par rapport au Dollar mais de probablement 35% par rapport au « nouveau » Deutschmark on obtient des élasticités encore plus favorables dans le cas de la France.

L’article affirme ensuite la chose suivante : «C’est ne pas comprendre à quel point le surcroît de compétitivité-prix que cela prétendrait donner aux exportations françaises se ferait surtout au détriment de nos partenaires d’Europe du sud, l’Allemagne voyant au contraire son excédent commercial gonflé par une dévalorisation du travail des Français qui rendra meilleur marché ses importations en provenance de son principal partenaire commercial. Tout cela dans un contexte de spéculation déchaînée. »

Ici encore on combine les approximations avec la mauvaise foi. La compétitivité-prix ne se ferait pas au détriment des pays de l’Europe du Sud, dont toutes les estimations montrent qu’il auraient intérêt à dévaluer plus que nous. Les gains quant aux exportations se feraient essentiellement au détriment de l’Allemagne qui verrait son excédent commercial de 5% du PIB se transformer en un déficit de -3% du PIB. La situation de l’Italie serait en réalité plus favorable que celle de la France. C’est ce que l’on a montré dans une note publiée sur RussEurope[3]. Ensuite, on prétend que l’excédent commercial de l’Allemagne sera gonflé, ce qui est une affirmation contraire non seulement à toutes les estimations mais au simple bon sens économique. En réalité, l’Allemagne verra son excédent se transformer temporairement en déficit, mais devrait bénéficier d’un effet de baisse des prix non négligeable[4]. Enfin, et c’est là où les auteurs de l’article ne sont pas simplement de mauvais économistes mais sont aussi d’une mauvaise foi remarquable, c’est quand ils affirment que Tout cela [se passerait] dans un contexte de spéculation déchaînée. Or, il est très clair qu’une dévaluation, autrement dit une sortie de l’euro, ne pourrait avoir lieu que dans le cas où l’on aurait un contrôle des capitaux des plus stricts, comme celui existant actuellement pour Chypre. On a dit et répété que la crise chypriote avait été l’occasion de vérifier la possibilité matérielle d’un contrôle des capitaux au sein de la zone Euro et en contradiction avec le Traité de Lisbonne. Non seulement nos auteurs de l’article d’Économie et Politique sont aveugles mais à l’évidence, ils sont sourds !

Troisième point, et c’est là ou éclate toute la mauvaise foi des auteurs de cet article, on trouve l’affirmation suivante : « Notre dette publique a été très internationalisée depuis les années 1980. Aujourd’hui elle est détenue à 60 % par des opérateurs non résidents, banques, sociétés d’assurances, fonds de pension… Le retour au Franc dévalué entraînerait automatiquement un enchérissement de 25 % sur les quelques 1140 milliards d’euros de titres de dette détenus hors de France ». Rappelons ici que le problème n’est pas dans le statut de l’opérateur mais dans le lieu d’émission du contrat. C’est un fait de droit international que nos auteurs soit ignorent superbement (et ils devraient d’urgence aller suivre des cours) soit cachent à leurs lecteurs, et donc font de la désinformation. En réalité, 85% des montants de la dette française est émise dans des contrats de droit français. Ces contrats stipulent que la dette sera remboursée dans la monnaie ayant cours dans notre pays. Cela signifie qu’en cas de sortie de l’Euro cette dette sera re-libellée en Francs pour les mêmes montants qu’en euro. L’effet de réévaluation de la dette ne portera que sur les 15% restant. Ici encore 15% augmenté de 25% ne représentent que 3,75% du total et non de 25% comme il est affirmé. Il est clair que les auteurs jouent sur la méconnaissance de leurs lecteurs, et cherchent à provoquer un effet de peur afin d’écarter toute discussion sérieuse sur une sortie de l’Euro. C’est bas, et c’est lamentable !



Les affirmations qui suivent ne sont qu’une manière de farder la vérité. Croire que l’on peut faire changer la structure de la zone Euro sans en passer par une crise majeure et par une dissolution de la monnaie unique est une vue de l’esprit, qui sied peut-être à des discussions de café du commerce mais certainement pas à un débat raisonné sur les alternatives à la crise actuelle. Les auteurs de cet article n’ont pas seulement commis un mauvais coup contre les peuples de France et des pays de l’Europe du Sud, ils ont, par les inexactitudes et fausseté répétées que cet article contient, déshonoré le nom d’économiste qu’ils se donnent à des fins de pur et simple propagande.

[1] Paul BOCCARA, Frédéric BOCCARA, Yves DIMICOLI, Denis DURAND, Jean-Marc DURAND, Catherine MILLS, « Contre l’austérité en Europe luttons pour un autre euro » , 16 juin 2013, http://www.economie-politique.org/41453

[2] Artus P., (rédacteur) « Quels pays de la zone euro profiteraient d’une dépréciation de l’euro ? », NATIXIS, Flash-Economie n° 148, du 13 février 2013.

[3] Sapir, J., Quels scénarii pour une dissolution de la Zone Euro ? , note publiée le 21 mai 2013 sur RussEurope, URL : http://russeurope.hypotheses.org/1254

[4] Sapir, J., Excursions allemandes, note publiée le 24 mai 2013 sur RussEurope, URL : http://russeurope.hypotheses.org/1278
- See more at: http://russeurope.hypotheses.org/1381#sthash.wTkqphKQ.dpuf

http://russeurope.hypotheses.org/1381
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 70
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Message par gemini le Dim 16 Juin 2013 - 17:41

Eclat
L'autre euro c'est le franc.
avatar
tier24

Age : 51
Date de naissance : 25/08/1966
Localisation : FRANCE
Vierge Date d'inscription : 21/12/2011
Humeur : Serein quand je viens sur le forum

Re: Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Message par tier24 le Dim 16 Juin 2013 - 17:56

Il n'y a pas que le pcf !

Le ps et l'ump jouent pleinement sur cette peur : c'est lamentable.
Plus que la mauvaise foi, mais bel et bien de la désinformation à l'état pur !  cartonrouge

Cet article est bien fait, il va nous permettre d'argumenter simplement à chaque fois que nos détracteurs nous dirons : "mais tu te rends compte comment le "retour au Franc" va par exemple influencer le prix de nos carburants ! Et la dette, tu as pensé à la dette ?"

Et d'une ce n'est pas un retour au Franc, mais un retour à une monnaie nationale, qu'on pourra appeler Franc par nostalgie, et de deux, une augmentation d'environ 6% qui pourront être absorbé par une baisse de 6% des taxes...

Et sur la dette c'est encore plus flagrant !
85% des montants de la dette française est émise dans des contrats de droit français !
Ces contrats stipulent que la dette sera remboursée dans la monnaie ayant cours dans notre pays !
Cela signifie qu’en cas de sortie de l’Euro cette dette sera re-libellée en Francs pour les mêmes montants qu’en euro.
L’effet de réévaluation de la dette ne portera que sur les 15% restant.
Ici encore 15% augmenté de 25% ne représentent que 3,75% du total et non de 25% comme il est affirmé.


***************************************************************************************
"On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps." (Abraham Lincoln)

"Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait." (Mark Twain)
avatar
tier24

Age : 51
Date de naissance : 25/08/1966
Localisation : FRANCE
Vierge Date d'inscription : 21/12/2011
Humeur : Serein quand je viens sur le forum

Re: Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Message par tier24 le Lun 17 Juin 2013 - 23:11

Dites moi si je me trompe...

J'ai 1 objet qui vaut 1 euro. Je le taxe à 100%. Mon objet coûte désormais combien ? 2 euro, nous sommes d'accord, hein ?

Je reviens sur le carburant...et si je fais une erreur dites le moi.

On entend souvent dire que les carburant sont taxés à 75%, n'est ce pas ?

Le sans plomb 95 par exemple. Je simplifie au max.

1,50 euro le litre à la pompe,
0.91 euro de taxe à l'Etat (tcippe + tva),
0.59 euro le prix du produit raffiné + transport et entretien des stations + marge des pétroliers.

1.55 / 1.196 = 1.296 euro le litre de sp95 hors TVA.
Donc TVA = 0.254 euro.
Et tcippe = 0.91 - 0.254 = 0.656 euro.

Bien !

Regardez bien ces deux phrases ci-dessous :

J'ai 1 objet qui vaut 1 euro. Je le taxe à 100%. Mon objet coûte désormais 2 euro. J'ai multiplier le prix par 2.
J'ai un objet qui vaut 0.59 euro. Je le taxe à 75%. Mon objet coûte désormais 1.50 euro. J'ai multiplié le prix par 2.542.

Il n'y a rien qui vous choque ???

Je suis l'Etat, je suis les journalistes et en même temps je suis les économistes reconnus, je vous dis  que les taxes sur le carburant représentent 75% ET VOUS ME CROYEZ ????????????????????????????????????

0.59 HT et 1.50 TTC ça ne fait pas 75% de taxe, mais ça fait 154.2 % de taxe !!!

L'incidence des taxes ne se calcule JAMAIS sur le TTC, MAIS sur le HT.

C'est une véritable lobotomisation, une escroquerie nationale de dire que les taxes sur les carburants sont de l'ordre de 75% !!!!!


Alors on part à l'inflation de 25% du au passage du nouveau Franc : mon produit : 0.59 *1.25 = 0.7375 euro HT.

Je lui rajoute la tcippe à 0.656 euro.

0.656 + 0.7375 = 1.3935 euro le litre HT à la pompe.

Je lui applique la TVA : 1.3935 * 1.196 = 1.666 euro TTC à la pompe. (TVA = 1.666 - 1.3935 = 0.2725 euro)

On passe de 1.50 euro à 1.666 nouveau FRANC, ce qui fait une augmentation d'environ 11.06%.

Mais l'état empoche non plus 0.91 euro mais 0.656 + 0.2725 = 0.9285 euro !
Donc 0.9285 - 0.91 = 0.0185 euro de plus par litre.

Si je suis un Etat bon avec mon peuple, je réduis ma tcippe de façon à ne gagner que ce que je gagnais avant :  je passe la tcippe à 0.64 euro.

0.7375 euro le litre raffiné HT + 0.64 euro de tcippe = 1.3775 euro hors TVA le litre à la pompe.
J'ajoute la TVA 1.3775 * 1.196 = 1.647 euro le litre TTC à la pompe. (TVA = 1.647 - 1.3775 = 0.27 euro)
(j'empoche bien 0.64 + 0.27 = 0.91 euro comme avant)

Le prix sera donc à la pompe de 1.647 nouveau Franc au lieu de 1.50 euro, soit 9.8% d'augmentation et j'empoche la même somme qu'avant.

AVEC UNE DÉVALUATION DE 25% CE QUI EST ÉNORME COMME DÉVALUATION, ON N'AUGMENTE LE PRIX DU SP95 QUE DE 9.8% !

C'est beaucoup, mais nos adversaires nous disent que le litre serait au moins à 2 euro : pas étonnant que la France soit dans un tel état avec des économistes pareils !!!


***************************************************************************************
"On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps." (Abraham Lincoln)

"Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait." (Mark Twain)
avatar
Valmy

Age : 118
Date de naissance : 01/04/1900
Localisation : terre
Bélier Date d'inscription : 05/02/2012
Passion : mm
Humeur : pp

Re: Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Message par Valmy le Mar 18 Juin 2013 - 11:17

J'ai 1 objet qui vaut 1 euro. Je le taxe à 100%. Mon objet coûte désormais 2 euro. J'ai multiplier le prix par 2.
J'ai un objet qui vaut 0.59 euro. Je le taxe à 75%. Mon objet coûte désormais 1.50 euro. J'ai multiplié le prix par 2.542.



Si l'objet vaut 0.59 € ht et qu'il subit 1 taxe de 75 %, c'est le coëff 1.75 qui sera appliqué.
Le produite coutera alors : 0.59 x 1.75 = 1.0325 et non 1.5 €

Il y a foule d'exemples !
C'est comme en cas de sortie de l'€uro pour la dette souveraine à rembourser en cas de passage au nouveau Franc. Une dévaluation de 25% ferait sur 100 € -> 125 €. Non car ça ne concerne que 15 % de la dette libellé en droit autre que français. 85 % de la dette est de droit français donc le seul applicable. (voir à ce sujet les études de J.Sapir)
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 70
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Message par gemini le Mar 18 Juin 2013 - 12:04

L'euro, l’Europe dans le passé on a vécu sans. Nous ferons de même après, tous ceux qui disent le contraire ont un réel intérêt à ce que cela continue.
avatar
Valmy

Age : 118
Date de naissance : 01/04/1900
Localisation : terre
Bélier Date d'inscription : 05/02/2012
Passion : mm
Humeur : pp

Re: Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Message par Valmy le Mar 18 Juin 2013 - 12:15

@gemini a écrit:
L'euro, l’Europe dans le passé on a vécu sans. Nous ferons de même après, tous ceux qui disent le contraire ont un réel intérêt à ce que cela continue.

Bien entendu! L'on a vécu maintes dévaluations, une inflation à 2 chiffres et ce furent les périodes fastes!

Il n'y avait -certes - pas encore la mondialisation à outrance ni l'immigration à outrance, mais il y avait surtout un appareil productif français considérable et envié de l'étranger et surtout en Europe!

Qu'on le veille ou non, tout dérape à partir de 1973.......... Loi de bannissement de la BdF prêteur de l'Etat, non contrôle des fluxs migratoires, casse de l'appareil productif à partir de 1975 pour ne laisser que le secteur tertiaire et refiler le secondaire aux pays en voie de développement.La première indépendance d'un pays c'est sa monnaie! et on en a plus.
avatar
tier24

Age : 51
Date de naissance : 25/08/1966
Localisation : FRANCE
Vierge Date d'inscription : 21/12/2011
Humeur : Serein quand je viens sur le forum

Re: Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Message par tier24 le Lun 24 Juin 2013 - 21:48

Quel futur pour la zone euro ? Jacques Sapir 13 juin 2013.

L'article + les commentaires !

En même temps pensez à ce qu'on voit à la télé sur les crises des pays européens (c'est à dire rien !)...

http://www.les-crises.fr/quel-futur-pour-la-zone-euro/


Un autre truc : pareil, nous sommes désinformé par nos télé.

Ça se passe en bas de chez vous ! (en Espagne, le 19/06/2013)

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/06/19/20002-20130619ARTFIG00400-le-fmi-reclame-une-baisse-des-salaires-aux-espagnols.php


***************************************************************************************
"On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps." (Abraham Lincoln)

"Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait." (Mark Twain)
avatar
ecoeuréedu17

Age : 37
Date de naissance : 14/05/1981
Localisation : Poitou-Charentes,
Taureau Date d'inscription : 16/11/2015
Passion : lecture, peinture sur verre, biologie et sciences physiques

Re: Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Message par ecoeuréedu17 le Dim 30 Oct 2016 - 5:51

Merci pour cette explication intéressante.
Nous sommes sous-informés, trompés.
L'exemple de l'essence cité plus haut est remarquable , comment enfumer les gens en manipulant quelques chiffres.
Combien de personnes savent que l'essentielle majorité de la dette serait reconvertie en unité monétaire nationale en cas de sortie de l'euro, soit une augmentation certes de la dette en monnaie extérieure mais modérée puisque ne portant "que" sur 15% de la dette totale? Pas beaucoup j'imagine, sinon tout le monde aurait déjà compris que l'euro nous apporte plus de misère que richesses.

Tout le monde pleure qu'en cas de sortie de l'euro l'essence va devenir atrocement chère, j'ai maintenant de quoi expliquer que ce sera pas si atroce que ça pour son pouvoir d'achat de remplir son réservoir d'essence si on revient à une monnaie nationale.

avatar
MARINICE

Age : 34
Date de naissance : 25/04/1984
Localisation : Côte d'Azur
Taureau Date d'inscription : 15/10/2011

Re: Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Message par MARINICE le Dim 30 Oct 2016 - 17:48

Ce qu'il faut surtout rappeler en plus systématiquement, même si ça paraît évident, c'est qu'en cas de passage au franc, il s’agirait d'un nouveau franc aligné sur la valeur de l'euro du moment de transition, et non pas le franc tel qu'il valait à l'époque de la création entre 1999 et 2002.

Très souvent les gens, surtout ceux qui ont connu le franc, ont le réflexe de convertir à cet ancien franc dès qu'on leur parle de cette mesure, ce qui en effet provoque un choc et une chute de valeur de tout ce qu'ils peuvent posséder, et une augmentation de prix surestimée de ce qu'ils peuvent acheter.

Sans compter nos adversaires politiques qui, eux, volontairement choisissent de parler de la valeur de l'ancien franc pour appuyer l'idée de "retour en arrière" qui a une connotation très péjorative dans l'esprit des gens.


***************************************************************************************
Français de coeur et d'adoption.
Adhérent Front National et Les Patriotes.
avatar
ecoeuréedu17

Age : 37
Date de naissance : 14/05/1981
Localisation : Poitou-Charentes,
Taureau Date d'inscription : 16/11/2015
Passion : lecture, peinture sur verre, biologie et sciences physiques

Re: Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Message par ecoeuréedu17 le Mar 1 Nov 2016 - 3:01

Oui Ungarsdelamarine, tu as raison de préciser que la valeur euro/nouvelle monnaie serait systématiquement de 1=1 au moment de la transition.

Tu as raison, on a toujours tendance à vouloir convertir en francs pour avoir une idée de la valeur de quelque chose.



avatar
CoqGaulois

Age : 61
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Message par CoqGaulois le Mer 2 Nov 2016 - 10:29

Le nouveau Franc n'est pas un retour au passé mais un bond vers l'avenir de notre pays, retour à l'indépendance et à la souveraineté nationale certes (Dieu merci) mais monnaie du futur indexée à sa mise en service sur l'Euro puis évaluée à sa juste valeur commerciale dans l'intérêt de la France et pas esclave d'une cette mafia d'une partie asservie de l'Europe soumise au joug de l'Euro.
Une monnaie libre et indépendante condition sine qua non au retour à une France libre et indépendante et à un pays qui travaille pour lui et pas esclave des autres au service de la finance internationale. Retour à un pays qui prospère et pas à un pays qui s'appauvrit pour enrichir les autres comme c'est le cas avec LR/PS et complices.

L'Euro est non seulement devenue en peu de temps une monnaie du passé mais le symbole d'un échec économique sans précédent, seuls la finance qui l'a mise en place s'en est enrichie mais même elle aujourd'hui la voit à bout de souffle.
En fait l'Euro a été un espoir pour certains qui ne voyaient en elle que la fin du change des monnaies pour voyager et pour commercer mais beaucoup en sont revenus en comprenant les effets néfastes bien supérieurs à ses faibles avantages.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________

Contenu sponsorisé

Re: Quand la mauvaise foi remplace l’économie: le PCF et le mythe de “l’autre euro” -

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 21 Mai 2018 - 13:09