www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.


Proposition de l'UE pour surveiller les citoyens "intolérants"

Partagez
avatar
chantalful

Age : 54
Date de naissance : 14/02/1963
Verseau Date d'inscription : 13/11/2011

Proposition de l'UE pour surveiller les citoyens "intolérants"

Message par chantalful le Ven 8 Nov 2013 - 9:21

"Il n'est pas nécessaire d'être tolérant à l'intolérance" - Statut national Cadre européen pour la promotion de la tolérance, de l'article 4

"La surveillance supra-nationale qu'elle impliquerait serait certainement un jour sombre pour la démocratie européenne." - European Dignity Watch

Alors que les dirigeants européens sont en train d'exprimer l'indignation publique sur les rapports des opérations d'espionnage américains dans l'Union européenne, le Parlement européen est tranquillement examine une proposition qui prévoit la surveillance directe d'un citoyen de l'UE soupçonné d'être "intolérant".

Les critiques disent que la mesure - qui vise à forcer les gouvernements nationaux des 28 États membres de l'UE à mettre en place des «unités administratives spéciales" pour surveiller tout individu ou groupe exprimer des opinions que les gardiens autoproclamés du multiculturalisme européen estiment être "intolérant" - - représente une menace sans précédent pour la liberté d'expression dans une Europe où les citoyens sont déjà régulièrement punis pour avoir exprimé des opinions "mauvais", en particulier sur l'islam.

Le projet de cadre national Statut européen pour la promotion de la tolérance a été récemment présenté aux membres du Libertés civiles, Justice et Affaires comité du Parlement européen, le seul organe directement élu de l'Union européenne.

La proposition de politique a été rédigé par le Conseil européen sur la tolérance et la réconciliation (ECTR), une organisation non gouvernementale créée à Paris en 2008 par l'ancien président de la Pologne, Aleksander Kwasniewski, et le président du Congrès juif européen, Moshe Kantor.


Lars Hedegaard a été acquitté par la Cour suprême du Danemark en 2012 sur des accusations de "discours de haine" pour les commentaires critiques qu'il a faites au sujet de l'Islam.
Le ECTR - qui se décrit comme un «chien de garde de la tolérance» qui «prépare des recommandations pratiques aux gouvernements et aux organisations internationales pour améliorer les relations interreligieuses et interethniques sur le continent» - comprend à son bord plus d'une douzaine de personnalités politiques européennes, dont l'ancien espagnol Le Premier ministre José María Aznar.

Le ECTR premier a présenté sa proposition pour une loi européenne sur la tolérance au Parlement européen en Novembre 2008 dans le cadre de la Semaine européenne de la tolérance qui a marqué le 70e anniversaire de la Nuit de Cristal , une nuit de violence antisémite qui a commencé l'Holocauste juif en Allemagne.

Après cinq années de lobbying dans les couloirs du pouvoir de l'Europe, la proposition ECTR semble faire des progrès, comme en témoigne la récente décision du Parlement européen de donner au groupe un créneau important de 45 minutes pour présenter sa proposition à la commission des libertés civiles Septembre 17.

Aussi connu comme le "statut modèle pour la tolérance», la proposition de la ECTR a été présenté dans le cadre des travaux en cours de l'UE vers une nouvelle "directive sur l'égalité de traitement" (ETD) qui serait considérablement élargir le champ de la discrimination à tous les secteurs de la vie à la fois dans le publique et la sphère privée.

Les critiques de l'ETD, actuellement en cours de négociation au sein du Conseil de l'Union européenne , disent la directive vise à établir un concept mal conçue de «traitement égal» comme un principe horizontal qui régit les relations entre tous et chacun, interférant ainsi avec le droit de l'autodétermination de tous les citoyens.

Selon European Dignity Watch , une organisation de défense des droits civiques basée à Bruxelles,

Les principes de la liberté contractuelle et la liberté de vivre selon ses vues morales personnelles sont en danger d'être remplacé par un nouveau concept de réalisation de «l'égalité». Il serait préjudiciable à la liberté et à l'autodétermination pour tous les Européens et soumettre la vie privée des citoyens à une incertitude juridique et le contrôle des bureaucrates. Il s'agit d'un contrôle gouvernemental du comportement social des citoyens. Ces tendances commencent à donner l'impression d'idées totalitaires long passé et constitue une attaque sans précédent sur les droits des citoyens.

Quand considérée dans le contexte plus large de l'ETD, le document de ECTR est si audacieuse dans sa portée, alors que dans le même temps de manière vague dans la définition de sa terminologie, que les critiques disent que la proposition, si elle est appliquée, serait ouvrir la boîte de violence de Pandore, ainsi efficacement arrêtant le droit à la liberté d'expression en Europe.

Selon l'article 1 (d), par exemple, le terme «tolérance» est généralement défini comme "le respect et l'acceptation de l'expression, la préservation et le développement de l'identité distincte d'un groupe." Section 2 (d) stipule que le but de la loi est de «condamner toutes les manifestations d'intolérance fondées sur les préjugés, l'intolérance et les préjugés."

Une note explicative de l'article 2 stipule: «L'intolérance religieuse est entendu pour couvrir l'islamophobie", mais il ne fournit aucune définition du tout de «l'islamophobie», un terme inventé par les Frères musulmans dans les années 1990. S'il est pris à sa conclusion logique, Section 2 serait probablement interdire tout examen critique de l'islam et la charia islamique, un des principaux objectifs des groupes d'activistes musulmans pendant plus de deux décennies.

Le document déclare également que "la tolérance doit être pratiquée non seulement par les instances gouvernementales mais aussi par des particuliers." L'article 3 (iv) des précisions sur celle-ci: «Garantie de tolérance doit être comprise non seulement comme une relation verticale (de gouvernement à des individus), mais aussi comme une relation horizontale (groupe-à-groupe et de personne à personne) Il. est l'obligation pour le gouvernement de veiller à ce que l'intolérance n'est pas pratiquée soit en vertical ou en relations horizontales ".

Conformément à l'article 4 (f) (i) du document: «Il n'est pas nécessaire d'être tolérant à l'intolérance Ceci est particulièrement important en ce qui concerne la liberté d'expression est en cause.». Section 5 (a) stipule que: «La tolérance (tel que défini à la section 1 (d)) doit être garantie à tout groupe, si elle a des racines sociales de longue date ou il a été récemment formé, notamment en raison de la migration de l'étranger."

Section 6: «Il va sans dire que l'adoption d'un statut pour la promotion de la tolérance ne suffit pas par elle-même Il doit y avoir un mécanisme en place assurant que le Statut ne reste pas sur le papier et est effectivement mis en œuvre dans le monde de la réalité. ».

Une note explicative de l'article 6 (a) stipule que: «Les membres des groupes vulnérables et défavorisés ont droit à une protection spéciale, en plus de la protection générale qui doit être fourni par le gouvernement à chaque personne au sein de l'Etat." Une autre note ajoute: «La protection spéciale accordée aux membres des groupes vulnérables et défavorisés peut impliquer un traitement préférentiel Strictement parlant, ce traitement de faveur va au-delà respect et l'acceptation se trouvant à la racine de la tolérance.».

Section 6 (b) exige que chacun des 28 Etats membres de l'UE »mis en place une unité administrative spéciale afin de superviser la mise en œuvre du présent statut." Une note explicative ajoute: «L'unité administrative spéciale devrait de préférence fonctionner au sein du ministère de la Justice (bien que le ministère de l'Intérieur est une autre possibilité raisonnable)."

L'article 6 (c) appelle à la création d'une «Commission nationale de la tolérance de surveillance en tant qu'organe indépendant - composé de personnalités éminentes venant de l'extérieur de la fonction publique - qui possède le pouvoir de promouvoir la tolérance." Une note explicative ajoute: «La Commission indépendante sera habilité à exprimer ses vues sur la mise en œuvre du Statut de tous les intéressés mise en œuvre dans ce contexte comprend (mais n'est pas limité à) l'imposition de sanctions pénales.».

L'article 7 (a) stipule: «Les actes suivants seront considérés comme des délits punissables en tant que crimes aggravés:. L'incitation à la violence contre un groupe et la diffamation de groupe" diffamation de groupe »est généralement défini comme:« des propos diffamatoires tenus en public et dirigées contre un groupe ou des membres de celle-ci en vue de l'incitation à la violence, diffamation du groupe, en le tenant au ridicule ou le soumettant à de fausses accusations. "

L'article 7 (b) stipule que «Les mineurs reconnus coupables d'avoir commis des crimes énumérés au paragraphe (a) seront tenus de suivre un programme de réhabilitation visant à inculquer une culture de tolérance." Paragraphe 7 (e) stipule que «les victimes de crimes énumérés dans le paragraphe (a) aura une capacité juridique d'intenter une action contre les auteurs, ainsi que d'un droit à réparation». Paragraphe 7 (f) stipule que «l'aide juridique gratuite sera offerte aux victimes de crimes énumérés dans le paragraphe (a), indépendamment de la qualification en termes de manque de ressources."

Section 8 stipule que «le gouvernement doit s'assurer que (a) les écoles, dès le premier cycle à la hausse, vont introduire des cours encourager les élèves à accepter la diversité et de promouvoir un climat de tolérance en ce qui concerne les qualités et les cultures des autres." Une note explicative ajoute: «Il est très important de commencer ces cours le plus tôt possible dans le programme éducatif, c'est à dire à l'école primaire Pourtant, ces cours doivent être offerts également à de plus hauts niveaux de l'enseignement, jusqu'à et y compris les universités.».

Section 9 (a) stipule que: «Le gouvernement doit s'assurer que les stations publiques de radiodiffusion (télévision et radio) consacreront un pourcentage prescrit de leur programme pour la promotion d'un climat de tolérance." L'article 9 (b) ajoute: «Le gouvernement doit encourager tous les médias privés (y compris la presse écrite) afin de promouvoir un climat de tolérance." L'article 9 (c) stipule que: «Le gouvernement doit encourager tous les médias (publics et privés) à adopter un code de conduite éthique, qui permettra d'éviter la propagation de l'intolérance et sera supervisé par une commission des plaintes médias de masse."

Le document, s'il est adopté par le Parlement européen dans sa forme actuelle, serait - entre autres problèmes - établir un droit à la liberté de sentiments blessés au détriment de la liberté de parole et d'expression. En termes pratiques, disent les critiques, la définition très subjective des termes et concepts tels que la «tolérance», «discrimination», «vulnérable» et «défavorisés», équivaut à un carcan juridique qui encouragerait les poursuites frivoles visant à faire taire les individus et les groupes , ou à trouver des périphrases qui apparaissent pour éviter de violer ces principes.

"Les groupes confessionnels et des écoles, les adhérents d'une religion particulière ou même seulement les parents qui veulent enseigner à leurs enfants certaines valeurs morales seraient tous mis sous suspicion générale d'être intolérant", selon European Dignity Watch .

"Pire encore, si consacrée comme politique de l'UE, un tel langage pourrait également conduire à la possibilité que des accusations sont portées sur imprécis ou même sans motif légal. Le résultat effrayant de ce qui serait la diminution dramatique (et possible disparition) de la liberté fondamentale d' Expression - individus et des groupes ne se censurer, de peur qu'ils pourraient être poursuivis pour exprimer leurs propres opinions morales personnelles ", l'ONG affirme dans un communiqué.

"Les auteurs de ce projet de statut - sous l'égide d'une ONG internationale pour la tolérance et la réconciliation - ont invité les libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures à approuver en tant que projet juridiques, mais pas seulement ferait une adoption de cette loi. au niveau national des Etats européens constituerait un recul important », conclut le communiqué," mais la surveillance supranationale que cela impliquerait serait certainement un jour sombre pour la démocratie européenne. "

Soeren Kern est Senior Fellow à l'basé à New York Institute Gatestone . Il est également Senior Fellow de la politique européenne à l'basée à Madrid, Grupo de Estudios Estratégicos / Groupe d'études stratégiques. Suivez-le sur Facebook .
http://www.gatestoneinstitute.org/4036/eu-intolerant-citizens

Traduction google.

Sad Sad Sad 
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 70
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: Proposition de l'UE pour surveiller les citoyens "intolérants"

Message par gemini le Ven 8 Nov 2013 - 9:25

La seule réponse est la sortie de cette Europe, la France doit retrouver toutes ses prérogatives.


***************************************************************************************
avatar
jean

Date d'inscription : 03/06/2011

Re: Proposition de l'UE pour surveiller les citoyens "intolérants"

Message par jean le Ven 8 Nov 2013 - 9:49

La dictature mise en place par une fausse démocratie ! jocolor 
Et bien, ils font fort les oligarques !Mad 

Je profite de la quenelle, car après il y aura certainement dommages et intérêts pour insultes !


***************************************************************************************
Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre.

George Orwell

« Il est plus difficile de désintégrer une croyance qu'un atome »
( Albert Einstein)
avatar
Invité
Invité

Re: Proposition de l'UE pour surveiller les citoyens "intolérants"

Message par Invité le Ven 8 Nov 2013 - 18:58

La police politique européenne montre son nez.

Je comprend mieux pourquoi Taubira veut vider les prisons, car le crime politique sera condamné à plus de 5 ans..;

avatar
pomcaramel

Age : 40
Date de naissance : 31/07/1977
Localisation : pas très loin de lyon
Lion Date d'inscription : 12/03/2012
Passion : nature, cueillette des champignons mais pas hallucinogènes

Re: Proposition de l'UE pour surveiller les citoyens "intolérants"

Message par pomcaramel le Ven 8 Nov 2013 - 23:24

Tout sera fait pour que le point de non-retour soit atteint.
Rien de mieux qu'un bon bain de sang pour relancer l'économie. Siffle 
avatar
Invité
Invité

Re: Proposition de l'UE pour surveiller les citoyens "intolérants"

Message par Invité le Dim 10 Nov 2013 - 14:22

Ou le maquis comme en Corse...

Contenu sponsorisé

Re: Proposition de l'UE pour surveiller les citoyens "intolérants"

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 4:31