www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

anipassion.com

La réforme territoriale

Partagez

jean

Date d'inscription : 03/06/2011

Réforme Territoriale : boucherie en vue

Message par jean le Ven 13 Juin 2014 - 10:04

Réforme Territoriale : boucherie en vue

Le corbeau déchaîné
http://croah.fr/derniere-creation/mondialisme-reforme-territoriale/

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Alors que le chômage continue à battre des records, le gouvernement est pris, après le mariage gay, d’une nouvelle lubie : la réforme territoriale ! [lien]
Une nouvelle « priorité » surprenante du gouvernement qui fait preuve une nouvelle fois de précipitation et d’amateurisme XXX…L !

Et pourtant ! Cette réforme majeure (comme le mariage gay, elle va transformer en profondeur le pays) n’est pas due au hasard et s’inscrit dans un projet de longue durée qui dépasse largement les volontés de l’inconsistant Hollande ou de l’hystérique Valls.

Flattant les régionalismes locaux (bretons, corses, basques chez nous ; catalans ou écossais ailleurs) le but consiste avant tout, sous les vocables fourre-tout « d’autonomie » et de « décentralisation » de morceler le pays en entités qui pourront (devront !) négocier directement avec les autorités supra-nationales : Bruxelles demain, et après-demain dans le cadre du marché transatlantique.

Bien naïf qui croira que cela permettra d’économiser des petits sous. [lien]

Bien naïf qui croira qu’une région sera en position de force pour « négocier » quoique ce soit face aux trusts industriels et financiers : ne vient-on pas de voir le Président en personne baisser froc, caleçon & chaussettes face au racket imposé à la BNP ? [vidéo]

Ce projet mûrit de longue date consiste à vider plus encore les Nations de leurs prérogatives : lire et relire à ce sujet La décomposition des Nations européennes.
La couleur est clairement annoncée depuis longtemps, textes officiels à l’appui, le tout dans les seuls intérêts exclusifs de la haute finance. [lien Goldman Sachs]

Bien entendu, le populo a senti l’embrouille (question d’habitude) et voit venir le coup foireux. [sondage]
C’est pourquoi le gouvernement a prévu de passer en force : « Pas de référendum !«  a annoncé Valls.


« Fusion des Régions : Valls promet un débat (au Parlement) et exclut un référendum »

Ben voyons ! ces Tarfuffes, qui nous abreuvent de « République » et nous donnent des leçons de démocratie, n’en sont pas à leur premier putsch constitutionnel :

• Référendum sur la Constitution européenne : bafoué par l’adoption au Parlement du Traité de Lisbonne.
• Promesse de renégociation du Pacte budgétaire européen : trahi par Flamby deux semaines après son entrée en fonction !
• Débâcle des élections municipales : le gouvernement annonce qu’il « maintient le cap ».
• Débâcle des élections européennes : Valls annonce qu’il ne « changera pas la feuille de route ».

Mais cette fois, l’escroquerie va plus loin : il n’y aura pas d’élection du tout !
Pas de référendum, mais également « report » des élections régionales :


« Afin d’accélérer le tempo de la réforme territoriale, le gouvernement a décidé de reporter les élections régionales à novembre 2015, soit huit mois plus tard que l’actuel calendrier. »
[source]

Et à ceux qui y voient un énième tripatouillage électoral, les médias répondent : « Rumeurs !«
On commence à en avoir l’habitude et, accessoirement et au risque d’être grossier, ras le cul.

À lire sur le sujet, l’interview de Pierre Hillard par VOXNR (avril 2014). Extraits :

Dans sa récente conférence de presse, le chef de l’État a fait part de sa volonté de diminuer le nombre de régions, tout en augmentant leur taille et leur puissance. Comment recevez-vous ce projet ?

Pierre Hillard — L’idée n’est pas nouvelle. Déjà, en 2009, le Rapport Balladur avait lancé un projet similaire. Le président Hollande veut, apparemment, procéder à une refonte des frontières régionales françaises. En dehors de la modification territoriale, il est difficile de savoir quelles compétences nouvelles seront attribuées à ces régions. Pour le moment, aucune information n’a filtré de l’Elysée. On peut, cependant, être sûr que ces blocs régionaux vont acquérir tôt ou tard des prérogatives supplémentaires car c’est la finalité du projet. Suis-je étonné d’une telle annonce … bien sûr que non. Elle n’est que la conséquence d’un long travail fait en amont dans le cadre de l’Union Européenne.
Celle-ci s’inspire du travail fait en coulisse par l’Allemagne.

Peut-on y voir une tendance à tendre vers le modèle allemand des Länder ?

L’Union Européenne est le diffuseur des principes régissant la spiritualité politique allemande : régionalisme ethnique et technocratique dans un cadre fédéral. Le principe régionaliste a toujours été prégnant depuis l’existence de la CEE puis de l’UE. Il a vraiment décollé avec l’adoption du Traité de Maastricht (1992) instituant le principe du fédéralisme.

[…]

Tous ces travaux se sont associés à une multitude de rapports et textes en tout genre élaborés au sein d’instituts comme l’Assemblée des Régions Frontalières Européennes (ARFE, institut européen, en fait allemand), l’Assemblée des régions d’Europe (ARE) ou le Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux d’Europe (CPLRE). Les Commissions de l’ARE et du CPLRE dans les années 1980 et 1990 étaient occupés par des Allemands travaillant en liaison permanente avec des Catalans, des Basques, des Friouls-Vénitiens, des Galiciens ou des Flamands. Ce travail a permis d’élaborer des mesures favorisant le régionalisme, l’ethnicisme et la promotion de la coopération transfrontalière afin de faire disparaître les frontières étatiques au profit d’eurorégions. Ces dernières ont pour vocation de réunir des régions de part et d’autre des frontières devenues obsolètes.

C’est un remodelage complet des structures internes des pays européens qui est en cours. Ajoutons que le décollage véritable de la régionalisation s’appuie sur la recommandation 34 (1997) du rapporteur allemand Peter Rabe, député du Land de Basse-Saxe, à l’époque dirigé par Gerhard Schröder. C’est ce document qui propulse le principe régionaliste dont la finalité est de donner aux collectivités régionales un poids économique, fiscal, administratif, etc. complet en contournant l’autorité nationale au profit d’un dialogue direct avec Bruxelles et ses lobbies.

Si le processus va à son terme, c’est la mort de la France comme de tous les États européens.
Dans cette affaire, François Hollande et ses ministres ne font que suivre une feuille de route élaborée depuis longtemps.

C’est le retour de baronnies dans le cadre d’un Saint-Empire romain germanique élargi à l’échelle de l’Europe […] Nous aurons de plus en plus des potentats locaux qui seront cajolés par les lobbies et toutes les représentations étrangères planétaires présents à Bruxelles. On imagine sans peine les magouilles en tout genre. D’autant plus que la Commission européenne saura jouer des rivalités entre régions pour abaisser les protections sociales. C’est la région dite « la plus compétitive » qui sera la mieux vue.

Déjà, on évoque des SMIC régionaux.
Il va de soi aussi que les remboursements médicaux ou soins dentaires seront tirés vers le bas dans le cadre d’un mondialisme œuvrant en faveur d’une gouvernance mondiale.

N’oublions pas que le processus de régionalisation va de pair avec l’instauration d’un marché transatlantique.
Il faut détruire les États pour laisser la place à une multitude de régions qui n’offriront aucune résistance aux produits et aux normes venant d’outre-Atlantique.

Si le président Bill Clinton, recevant en 2000 la plus haute distinction euro-fédéraliste, le prix Charlemagne, a prôné la régionalisation de l’Europe, ce n’est sûrement pas l’effet du hasard. Nous sommes engagés dans une spirale. Malheureusement, les Français dans leur grande majorité n’ont pas compris la finalité de cette politique. Sauf miracle (et j’y crois), il ne faut pas oublier l’enseignement de l’histoire qui rappelle que la nature élimine les êtres et les États qui ne perçoivent pas les dangers mortels.
avatar
chantalful

Age : 54
Date de naissance : 14/02/1963
Verseau Date d'inscription : 13/11/2011

Re: La réforme territoriale

Message par chantalful le Ven 13 Juin 2014 - 11:10

Il y a de quoi etre révolté. cartonrouge 
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 70
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: La réforme territoriale

Message par gemini le Ven 13 Juin 2014 - 12:04

Pour la France seulement trois niveaux, la commune, le département et l'état.


***************************************************************************************
avatar
sedna

Age : 57
Date de naissance : 13/12/1959
Sagittaire Date d'inscription : 23/12/2012
Passion : la liberté
Humeur : Ras le bol !

Re: La réforme territoriale

Message par sedna le Ven 13 Juin 2014 - 13:45

Un jour peut-être, si l'humanité survit jusqu'au 4ème millénaire, ce dont personnellement je doute, lorsqu'on demandera à un enfant quelles sont ses origines, il répondra européen. Il ignorera qu'il y eut un jour un beau pays qui s'appelait France avec une histoire et une culture que la terre entière enviait et admirait, alors, les régions hein...

En tout cas, cette réforme de m**** va coûter un maximum d'argent à tous les niveaux. Nous risquons de ne jamais nous en relever.
avatar
Chevalier du Temple

Age : 71
Date de naissance : 13/11/1945
Localisation : New York USA
Scorpion Date d'inscription : 20/08/2013
Passion : Histoire & littérature
Humeur : Patriotique

Re: La réforme territoriale

Message par Chevalier du Temple le Ven 13 Juin 2014 - 14:03

Suspect   Méfiance, tout projet en provenance du magouillard de l'Elysée doit être considéré comme suspect. La magouille politicienne socialiste, digne de la secte Moon de mimolette n'est jamais bien loin.
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: La réforme territoriale

Message par ano le Ven 31 Juil 2015 - 13:09

Manuel Valls choisit les nouvelles capitales régionales
le monde, le 31 juillet 2015

Petit à petit, la nouvelle carte administrative prend tournure. Par petites touches, pour ne brusquer ni les élus locaux ni les fonctionnaires ni les usagers. Vendredi 31 juillet, lors du dernier conseil des ministres avant la trêve estivale, Manuel Valls a présenté une série de décisions qui tirent les conséquences de la réforme territoriale. Les nouvelles capitales régionales sont désormais connues et certains services déconcentrés de l’Etat vont être réorganisés, avec le souci – assure Matignon – de préserver l’emploi public.

Dans les régions dont le périmètre s’est élargi, il n’y a aucune surprise, s’agissant du choix de leur chef-lieu. Les communes lauréates sont celles qui étaient attendues depuis plusieurs semaines : Lyon en Auvergne-Rhône-Alpes ; Rouen pour la Normandie ; Lille dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie ; Bordeaux pour Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes ; Toulouse pour Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées ; Dijon en Bourgogne-Franche-Comté.

Officiellement, ces noms sont provisoires, la liste définitive n’étant arrêtée qu’en juillet 2016 après le renouvellement des assemblées régionales en décembre. Mais il est difficile d’imaginer que cet ordonnancement soit remis en cause, l’Etat et les collectivités locales ayant commencé à s’adapter à cette nouvelle donne. Quant à l’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, son cas est définitivement réglé depuis la promulgation de la loi du 16 janvier qui a désigné Strasbourg comme capitale de ce vaste ensemble.

Dans cette opération, neuf villes perdent leur statut de préfecture de région, parmi lesquelles Montpellier. Son maire, Philippe Saurel (divers gauche), n’a pas digéré cette décision « prise à trois ou quatre dans une cabine téléphonique ». A Amiens, autre commune « déclassée », les édiles ont, eux aussi, rouspété, craignant un transfert massif d’agents publics de la métropole picarde vers Lille.

C’est pourquoi le premier ministre leur a rendu visite, jeudi, pour désamorcer les tensions, à quelques mois des élections régionales, et contrer le discours du FN, qui a fait du dépérissement des services publics l’un de ses thèmes de campagne. Marine Le Pen, qui sera tête de liste en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, peut espérer rafler cette nouvelle « super-région ».

Les craintes des élus ne sont pas tout à fait infondées. Un rapport, rendu en avril par plusieurs inspections générales, soulignait que le redécoupage des régions « est susceptible d’entraîner une mobilité fonctionnelle ou géographique pour près de 10 700 agents ».

Jeudi, M. Valls s’est donc attaché à rassurer ses interlocuteurs. « Il n’y aura (…) pas de diminution du nombre de fonctionnaires d’Etat dans votre ville », a-t-il promis. La direction régionale de l’agriculture et celle chargée de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) « seront installées ici ». « Le rectorat d’Amiens sera maintenu » mais il y aura un rectorat de région à Lille, précise-t-on à Matignon, avec un partage des tâches bien délimité. Enfin, dans le chef-lieu de la Somme sera implantée « une plateforme nationale de validation des titres », qui emploiera une centaine de personnes.

Un traitement similaire est annoncé pour les autres ex-préfectures de région. Ainsi, Montpellier devrait conserver la direction régionale des affaires culturelles, la chambre régionale des comptes ou encore la DRJSCS. Le but de l’exécutif est de faire en sorte que les effectifs relevant de l’Etat dans les villes « rétrogradées » restent relativement stables ou enregistrent de faibles variations. Pour y parvenir, la quasi-totalité des sites des actuelles directions régionales seront maintenus en spécialisant les agents qui y travaillent. Exemple : une direction régionale de l’agriculture pourra être recentrée sur la viticulture, en ayant compétence sur l’ensemble de la nouvelle « super-région ». Un gros effort de formation sera réalisé, indique Matignon, afin de permettre aux fonctionnaires de changer de métier sans avoir à déménager. Le nombre de ceux qui seront amenés à faire leurs valises devrait être inférieur à 1 000.

***

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: La réforme territoriale

Message par ano le Ven 31 Juil 2015 - 17:41

Réforme territoriale : le sacrifice des grands oubliés se met en place

Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National, 31 juillet 2015

Le gouvernement a arrêté ce jour de nouveaux arbitrages sur la réforme territoriale, désignant notamment les futures capitales régionales ainsi que les services de l’Etat appelés à déménager ou à être tout bonnement supprimés.

Ces arbitrages annoncent un véritable big-bang territorial qui va aboutir au sacrifice de nouveaux territoires, et à la relégation de nos campagnes et des zones périurbaines éloignées au rang de grands oubliés de la République.

Même le gouvernement peine à masquer ses inquiétudes face à une réforme profondément injuste mais exigée par Bruxelles, en vue de créer de grosses régions particulièrement coûteuses, sans réduction du nombre d’élus, et toujours plus éloignées du citoyen. Il en est ainsi de Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation, qui pointe « un sentiment d’abandon désastreux », résultant de l’hyper-concentration des services au sein des mêmes métropoles.

C’est donc en conscience que le gouvernement organise la mise à mort de nombreux territoires, en réorganisant la France sur un modèle qui ne convient ni à ses structures économiques et démographiques, ni à sa tradition politique.

Au coût financier énorme de cette réforme s’ajoutera un coût social redoutable, conséquence du départ de nombreux services de l’Etat et des régions vers les métropoles, et avec ces services, l’ensemble des activités privées qui en dépendent.

À l’hyper-métropolisation répondra donc l’hyper-désertification des autres territoires. Un tel saccage territorial est simplement irresponsable et inadmissible.

Le Front National rappelle que son modèle d’organisation territoriale s’appuie sur la triptyque Etat-départements-communes, et qu’au contraire de grosses régions sans cohérence ni identité, il propose, sur la base de leurs limites actuelles, de transformer les régions en organes de coopération entre les départements, sans élus propres et composés des premiers élus départementaux.


***

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
sedna

Age : 57
Date de naissance : 13/12/1959
Sagittaire Date d'inscription : 23/12/2012
Passion : la liberté
Humeur : Ras le bol !

Re: La réforme territoriale

Message par sedna le Ven 31 Juil 2015 - 20:53

Et oui Marine... Des pans entiers du territoire abandonnés, où aucune entreprise ne viendra jamais s'installer, où celles qui existent finiront par fermer, ainsi que tout le reste.

Maintenant, il va falloir assumer. Pour nous, c'est cuit, mais pour vous également. Désolée, mais je n'éprouve aucune compassion pour tous ceux qui ont réclamé notre extermination depuis tellement longtemps. Débrouillez-vous et ne venez surtout pas pleurer. Bien fait !
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: La réforme territoriale

Message par ano le Ven 31 Juil 2015 - 21:05

sedna a écrit:
Maintenant, il va falloir assumer. Pour nous, c'est cuit, mais pour vous également. Désolée, mais je n'éprouve aucune compassion pour tous ceux qui ont réclamé notre extermination depuis tellement longtemps. Débrouillez-vous et ne venez surtout pas pleurer. Bien fait !

Nous n'arrivons pas à comprendre le sens de vos propos, pourriez-vous être plus clair ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: La réforme territoriale

Message par ano le Dim 2 Aoû 2015 - 15:42

Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine : des territoires entiers sacrifiés !
Communiqué de presse de Florian Philippot, candidat tête de liste aux élections régionales en Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine, 1 août 2015

Le gouvernement a présenté ce jour de nouveaux arbitrages sur la réforme territoriale, relatifs aux futures capitales régionales et à la réorganisation des services de l’Etat.

Concernant notre région Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine, dont la capitale était déjà connue, à savoir Strasbourg, le gouvernement a livré la liste des principaux services de l’Etat appelés à déménager ou à être tout bonnement supprimés.

Avant toute chose il convient d’insister au global sur l’aspect particulièrement coûteux de cette réforme exigée par Bruxelles, qui ne prévoit aucune réduction du nombre d’élus, et dont le coût de ré organisation des services s’annonce exorbitant.

Outre son coût, c’est un véritable big-bang territorial qui se met en place et qui va aboutir au sacrifice de territoires entiers au profit de la métropole strasbourgeoise.

Seules quelques miettes symboliques sont laissées à la Lorraine, à la Champagne-Ardenne et au Haut-Rhin.

C’est donc à une hyper-concentration des services sur Strasbourg (qui a déjà beaucoup d’institutions : Conseil de l’Europe, CEDH, Parlement européen, etc.) à laquelle nous allons assister. Pendant ce temps, deux villes ne seront plus préfectures ni capitales de régions.

Avec le départ de nombreux services administratifs vers Strasbourg, ce sont ensuite d’autres grands services publics qui vont déménager, puis naturellement un certain nombre d’activités privées, aspirées par la capitale de la nouvelle grande région.

On le voit, UMP et PS sont là pour accompagner la désertification de nos territoires ruraux et des zones périurbaines éloignées, et donner ainsi le coup de grâce final à ces territoires sacrifiés.

Notre préoccupation à la région sera toute autre, en vue de rééquilibrer au mieux la répartition des services entre les territoires. C’est pourquoi nous prenons les engagements suivants :

1). La capitale du conseil régional doit être à Metz.

2). Nous nous battrons pour faire que la préfecture de région soit à Châlons-en-Champagne.

3). Le Haut-Rhin (Colmar et Mulhouse), la Lorraine et la Champagne-Ardenne, dans leurs différents départements, devront recueillir les services régionaux de l’Etat et de la région.

4). Le développement massif de la vidéo-conférence pour les activités du conseil régional en vue de réduire au maximum les coûts de transport et logistique.

5). Nous nous battrons au niveau national pour faire renaître les 3 régions, alors que Monsieur Richert n’a pas su sauver l’Alsace qui avec cette réforme disparaît. Ces régions devront ensuite évoluer vers des organes de coopération entre départements, sans élus propres, composés des premiers élus de chaque département pour plus de proximité, et avec un champ réduit de compétences pour moins de gaspillages et de dépenses inutiles.

***

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: La réforme territoriale

Message par ano le Jeu 6 Aoû 2015 - 18:39

Loi Alary : un texte inadmissible pour une réforme territoriale de plus en plus coûteuse.

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National, Député français au Parlement européen, 6 août 2015

Décidément la réforme territoriale initiée par le gouvernement sur ordre de Bruxelles n’en finit plus de coûter cher aux Français.

Vendue à l’opinion publique avec ce mensonge mirifique de réaliser jusqu’ à 10 milliards d’euros d’économies par an, l’on sait aujourd’hui qu’il n’en sera rien et que, bien au contraire, le coût des nouvelles régions pour les finances publiques devrait être supérieur à ce que les anciennes nous coûtent déjà.

Maintien identique du nombre des élus (lesquels seront rémunérés davantage), déménagement des services fusionnés, paupérisation des territoires perdants : le coût direct et indirect de cette réforme, aussi bien financier que social, s’annonce catastrophique. Et la chose devrait encore s’aggraver avec le vote en septembre prochain d’une loi absolument scandaleuse et révélatrice du niveau de corruption de nos gouvernants.

Cette loi, dite « Alary », du nom de son premier bénéficiaire connu, porte en effet sur la création d’un nouveau poste de « président délégué » dans chacune des régions, s’ajoutant ainsi aux postes existants de président et de vice-présidents, avec les avantages et la rémunération qui vont avec. À l’origine de cette future loi : la seule volonté de recaser un président de région sortant. Nulle part il n’est question de l’intérêt général.

Cette loi profondément choquante et immorale, énième magouille d’un système RPS en totale déliquescence, ne doit pas pouvoir passer dans une République moderne et prétendument irréprochable. Le Front National s’y opposera donc vigoureusement et n’hésitera à mettre les députés godillots prêts à voter ce texte devant le jugement des électeurs. En ma qualité de candidat tête de liste en région Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine, je m’engage pour ma part à ne pas pourvoir ce poste en cas de victoire en décembre prochain.

***

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: La réforme territoriale

Message par ano le Ven 7 Aoû 2015 - 18:42


Qui perd sa place exige deux places

Tribune de Gilbert Collard, député du Gard, secrétaire générale du RBM, 7 août 2015

Le contribuable va payer cher les ententes entre le parti socialiste et le PRG : 114 millions d’euros ! Pour que M. Alary ait sa place, au chaud, en Languedoc-Roussillon, les marmitons de la cuisine électorale socialiste du bon beurre ont inventé un truc ahurissant : créer un poste surnuméraire de « président délégué », c’est-à-dire un numéro 1 bis !
L’histoire de cette tambouille est compliquée comme une ratatouille électorale qui mélange des ingrédients socialistes et radicaux de gauche, sur fond de sauce d’accord électoral. Dégueulasse ! Au commencement existait un accord entre le PS et le Parti radical pour les régionales. Une question demeurait en suspens : qui allait diriger, en cas d’hypothétique victoire, la nouvelle région ? Alary, l’actuel président PS de la région, allait perdre son boulot au profit de la socialiste Carole Delga et la vice présidence irait à Sylvie Pinel du PRG… L’hallali sonnait pour Alary qui ne pourrait plus défendre dans son assiette, armé d’une fourchette et d’un couteau, les « Valeurs Républicaines » à la première place de la tablée !
Le vieux cuistot tambouillina à la porte des grands principes de Manuel Valls et obtint la création d’un poste de « président délégué », c’est-à-dire de président bis ; là où il y a de la gêne il n’y a pas de solution socialiste radicale ! Ce nouveau poste sera donc attribué à Damien Alary, si les électeurs sont cocus et contents….
Tout petit problème, il est impossible d’organiser cette magouille pour la seule région Midi Pyrénées –Languedoc Roussillon; qu’importe la dépense inutile pourvu qu’on ait l’ivresse du pouvoir ! Chaque région aura son président délégué, estampillé pur produit Solferino ! Coût de la magouille, une tambouille à…114 millions d’euros ! La démocratie culinaire des copains n’a pas de prix, je vomis !

***

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: La réforme territoriale

Message par ano le Mar 27 Oct 2015 - 11:46


Les régions les moins endettées, perdantes de la réforme territoriale
figaro, le 27 octobre 2015
(Source)


Dans plusieurs cas, la fusion des régions va revenir à «marier» une collectivité à l'endettement modéré à une autre où la dette explose. Et ce ne sera pas à l'avantage de la plus vertueuse des deux.

Signe de plus que la France est un pays économiquement hétérogène (surtout au niveau des comptes publics), le redécoupage des 22 régions de l'Hexagone en 13 nouvelles régions, dans le cadre de la réforme territoriale, ne va pas être une bonne affaire pour l'endettement de certaines régions. La fusion des régions passera par le mariage entre des régions parfois très endettées, à d'autres dont les finances publiques présentent des chiffres plus modérés dans le domaine. Et il n'est pas sûr que ce rapprochement forcé soit au bénéfice de ces dernières. C'est en tout cas la conclusion d'un rapport de l'agence de notation Moody's, rapporté par Localtis.fr, le site d'information sur les collectivités locales édité par la Caisse des dépôts et consignation.

Même si aucune région ne peut naturellement présenter des chiffres strictement similaires à son voisin, certains contrastes sont saisissants et vont faire changer durablement les équilibres de la dette (rapportée aux recettes de la collectivité). Ainsi, le meilleur élève Midi-Pyrénées, au taux d'endettement le plus bas de France (seulement 28% des recettes courantes annuelles), va-t-il devoir fusionner avec Languedoc-Roussillon et son taux de… 118%. Conséquence: la région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées verra, selon Moody's, son taux d'endettement atteindre 70%. Soit un bond de 42 points pour ce qui était jusqu'à présent le « bon élève ». Autre région perdante: la Picardie (67%). En se mariant avec le Nord-Pas-de-Calais (128%), la nouvelle région affichera un taux d'endettement de 107%. Dernier cas remarquable, la Champagne-Ardenne (78%) qui va fusionner avec la Lorraine (101%) et l'Alsace (108%) pour créer un bloc nommé «Alsace/Champagne-Ardenne/Lorraine» avec un taux de 97%. Un nouveau coup dur pour la future ex-région Champagne-Ardenne qui voit déjà sa capitale régionale faire un bond de 320 kilomètres en passant de Châlons-en-Champagne à Strasbourg… Personne n'aura par contre à devoir partager la dette proportionnellement la plus élevée de l'Hexagone, celle de l'Ile-de-France (141%), puisque la région restera inchangée avec la réforme territoriale.

Les « bons élèves » vont payer la note

La fusion n'a en tout cas rien de seulement théorique, et elle aura bel et bien des conséquences sur les régions aux taux d'endettement les plus bas. « Si la question est de savoir si la Picardie par exemple va payer pour Nord-Pas-de-Calais, la réponse est oui », commente au Figaro, Jean-Luc Boeuf, haut fonctionnaire territorial et spécialiste des finances publiques locales. Avant de nuancer cependant ses propos: « En principe, une collectivité peut se reposer, pour faire face à une dépense, soit sur la fiscalité, soit sur les dotations, soit sur l'emprunt. Or, la fiscalité semble avoir atteint la limite, l'État n'augmentera pas les dotations, et les régions ne peuvent emprunter que pour investir, pas pour rembourser une dette ». Donc, si ce n'est ni les contribuables, ni l'Etat qui supportent la solidarité de la dette, qui va payer? « Les régions vont devoir tout simplement réduire leurs dépenses de personnel et leur frais généraux pour pouvoir absorber la dette de l'ancienne région la plus touchée. Le problème, c'est que ce n'est forcément le sens de cette réforme territoriale qui va justement faire augmenter les coûts de fonctionnement avec la multiplication des déplacements des élus entre les différents pôles de la région élargie », prévoit encore Jean-Luc Boeuf. Autre problème paradoxal, voire « injuste »: c'est, à court terme, sur la future ex-région aux meilleurs comptes publics que va reposer la majorité de l'effort, alors qu'elle était celle qui en faisait peut-être déjà le plus pour maîtriser son endettement. Pas sûr d'ailleurs que les élus des actuelles régions « bonnes élèves » soient très enthousiastes à l'idée de voter des arbitrages défavorables à leur ancienne collectivité d'élection. Les budgets 2017 s'annoncent d'ores et déjà bien compliqués...

**

Réformes socialistes ? ni fait, ni à faire !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

avatar
Chevalier du Temple

Age : 71
Date de naissance : 13/11/1945
Localisation : New York USA
Scorpion Date d'inscription : 20/08/2013
Passion : Histoire & littérature
Humeur : Patriotique

Re: La réforme territoriale

Message par Chevalier du Temple le Dim 31 Jan 2016 - 21:51

No  Voici encore une belle foutaise socialiste qui veut en créant des régions sur la base de rien, faire éclater le pays et le mettre à la merci de l'Union européenne mortifère et fasciste. Nous sommes sous la coupe d'une dictature, aidée de la valetaille des médias dominants, cerbères vifs et serviles, et agents de la propagande d'Etat.

Contenu sponsorisé

Re: La réforme territoriale

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 23 Sep 2017 - 16:30