www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Scandale ! L'immunité parlementaire de Marine Le Pen levée parce qu'elle a osé montrer la vérité sur les atrocités commises par Daech flechegauche LA flechedroite

Si l’Italie sortait de l’Euro…

Partagez
avatar
Jupiter
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)

Age : 55
Date de naissance : 22/06/1962
Localisation : Picardie
Cancer Date d'inscription : 09/01/2011
Passion : Ma fille, ma chérie à moi, Marine et le rugby : Stade Toulousain !!
Humeur : 5 juillet 1962 - 5 juillet 2012 : Cinquantenaire du massacre d'Oran. Nous ne pardonnerons ni n'oublierons jamais. Amis et frères Pieds Noirs et Harkis : Honneur, Gloire, Hommage et Respect.

Si l’Italie sortait de l’Euro…

Message par Jupiter le Mar 18 Nov 2014 - 19:17

Si l’Italie sortait de l’Euro…

Par Jacques Sapir

La possibilité d’une sortie de l’Italie de l’Euro, sortie qui pourrait survenir à la fin du printemps 2015, est de plus en plus souvent évoquée dans la presse internationale, italienne bien sur mais aussi allemande, américaine[1] et britannique[2]. Le silence de la presse française n’en est que plus assourdissant…Il faut alors comprendre pourquoi le processus de destruction de l’Euro pourrait bien commencer par l’Italie, et quelles en seraient les conséquences pour la France.

Une situation devenue intenable.

Il est clair, désormais, que la situation de l’Italie est devenue intenable dans le cadre de la monnaie unique. L’Italie est plongée dans une situation de stagnation de son PIB depuis la crise de 2008 qui semble même plus grave que ce que l’on connaît en Espagne.

Graphique 1

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Source : Base de données du FMI, octobre 2014.

La situation est particulièrement critique si l’on regarde les gains de productivité de l’Italie, comparée à ses concurrents de la zone Euro depuis 1999. On constate que l’Italie est à la traine, et pas seulement par rapport à l’Allemagne et la France mais aussi par rapport à l’Espagne. Dans ce pays, cependant, la fermeture de nombreuses entreprises a entraîné la disparition des moins productives et, ici, le gain de productivité peut directement s’expliquer par l’effet de la contraction de la production.

Graphique 2
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Source : Base de données du FMI, octobre 2014

En fait des discussions avec des conseillers économiques du gouvernement Renzi montrent que ces derniers sont désormais très pessimistes quant à l’avenir économique du pays. Ils estiment que, sauf à connaître un tournant important dans la politique économique allemande cet hiver, l’Italie n’aura guère d’autre choix que de quitter l’Euro vers l’été 2015. Notons qu’une parti, le Movimente 5 Stelle de Beppe Grillo appelle à la tenue d’un référendum sur l’Euro, et que cette idée est en train de gagner du terrain dans les milieux politiques italiens.

L’Italie fait une large part (55% du commerce des biens, et près de 64% en comptant les services) de son commerce extérieur avec les pays de la zone Euro. On comprend dès lors que la baisse, toute relative, de l’Euro face au Dollar ne l’avantage guère. L’économie italienne souffre d’un problème de compétitivité à l’intérieur de la zone Euro.

Les conséquences pour la France

Si l’Italie devait donc prendre cette décision, les conséquences seraient importantes pour l’économie française. En raison d’une spécialisation comparable à celle de l’économie italienne, il n’est guère possible pour la France de rester dans la zone Euro si l’Italie en sort (et réciproquement). Mais, cette réalité économique risque de se heurter à l’entêtement d’un gouvernement qui est paralysé par la peur de voir sa stratégie politique s’effondrer à ce moment. Il faut ici répéter que rien ne serait pire pour la France que de rester dans une zone Euro, qui se réduirait alors à une zone Mark, si l’un des grands pays, et l’Italie constitue la troisième économie de la zone Euro, devait en sortir. Le choc adverse de compétitivité serait très certainement catastrophique pour l’industrie française.

Dès lors, il faut penser un tel cas de figure et se demander s’il n’offre pas, en réalité, une importante opportunité pour l’économie française. Si la France et l’Italie sortent ensemble de la zone Euro, cela impliquera une sortie à court terme de l’Espagne, du Portugal de la Grèce et de la Belgique. En effet, on comprend immédiatement que l’Espagne, qui est affaiblie par des tensions politiques profondes, ne pourrait rester dans l’Euro si l’Italie et la France en sortaient. Or, une sortie de l’Espagne implique celle du Portugal, et après ces 4 pays le maintient dans l’Euro de la Grèce ne se justifie plus. Compte tenu de ses liens avec l’économie française, il est très probable que la Belgique devrait suivre après quelques semaines d’hésitations. Une sortie de l’Italie provoquerait bien la dislocation de la zone Euro, et l’Allemagne, très probablement, reprendrait sa monnaie. Mais ce scénario, loin d’être une catastrophe, ouvrirait immédiatement de nouvelles opportunités et en particulier la possibilité – une fois les parités des monnaies de ces pays stabilisées – de reconstituer un bloc commercial. Ce dernier ne devrait pas se fonder sur une monnaie unique (un « Euro-Sud »), dont on a déjà eu l’occasion de dire qu’elle impliquerait une très fort appauvrissement de l’Italie et de l’Espagne, mais devrait plutôt se fonder dur des règles de co-variation des taux de change, étant acquis que les parités respectives des pays de ce bloc pourraient être révisées de manière régulière (tous les ans) afin de tenir compte des mouvements différents de la productivité.

Il convient donc de surveiller de près l’évolution du débat en Italie dans les mois qui viennent, et surtout la manière dont la presse française, sur laquelle hélas on ne se fait plus guère d’illusions, en rendra compte.

[1] Baker D., « Italy’s Stagnation: The Need to Share the Pain » in INSIGHT, Center for International SocialStudies,
http://www.insightweb.it/web/content/italy’s-stagnation-need-share-pain

[2] « Lira looks set for a comeback », The Guardian, 16/11/2014,
http://www.theguardian.com/world/2014/nov/16/lira-looks-set-for-comeback/print

http://russeurope.hypotheses.org/3036


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Contact : ForumPM@protonmail.com
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
JOCE

Age : 57
Date de naissance : 05/11/1960
Localisation : cote d'azur
Scorpion Date d'inscription : 09/02/2012
Passion : BRICOLAGE JARDINAGE
Humeur : toujours égale à moi meme

Re: Si l’Italie sortait de l’Euro…

Message par JOCE le Mar 18 Nov 2014 - 21:31

Je travaille dans une ville touristique de la Côte d'Azur...  
En période de fêtes chrétiennes, les Italiens étaient très nombreux, les rues étaient remplies d'Italiens de Menton à Cannes, et je dis étaient, car ils sont devenus rares.... Ils faisaient marcher le commerce, l'hôtellerie , la restauration...
Le fait d'avoir perdu cette clientèle nous a confirmé que l'Italie allait très mal....  
Car voyez-vous,  ces Italiens viennent sur la Côte d'azur car c'est moins cher qu'en Italie...   donc s'ils ne viennent plus ici, c'est qu'ils n'ont plus du tout les moyens de se payer des vacances, des week-ends comme avant 2007.
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 70
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: Si l’Italie sortait de l’Euro…

Message par gemini le Mer 19 Nov 2014 - 9:00

La sortie de l'euro est envisagée, on en parle ici ou là, mais pas en France. Chez nous c’est le règne des crétins.


***************************************************************************************
avatar
Jupiter
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)

Age : 55
Date de naissance : 22/06/1962
Localisation : Picardie
Cancer Date d'inscription : 09/01/2011
Passion : Ma fille, ma chérie à moi, Marine et le rugby : Stade Toulousain !!
Humeur : 5 juillet 1962 - 5 juillet 2012 : Cinquantenaire du massacre d'Oran. Nous ne pardonnerons ni n'oublierons jamais. Amis et frères Pieds Noirs et Harkis : Honneur, Gloire, Hommage et Respect.

Re: Si l’Italie sortait de l’Euro…

Message par Jupiter le Mar 25 Nov 2014 - 7:01

Euro : bientôt la fin ?

L’Italie pourrait ouvrir le bal. En panne de croissance pour le treizième trimestre consécutif, elle s’embourbe dans la récession et affiche au compteur une dette de près de 2.200 milliards d’euros. D’après l’économiste Jacques Sapir, les conseillers de Matteo Renzi jugent inéluctable une sortie de l’eurozone au printemps 2015, à moins que l’Allemagne accepte le déploiement d’un plan d’investissement de grande envergure.

L’économiste Claudio Borghi est lui aussi un partisan convaincu du retour à la lire, de même que l’Américain Edward Luttwak, qui estime que l’Italie n’a plus le choix. The Guardian pronostique que les Transalpins auront abandonné l’euro dans les deux ans – près de la moitié y seraient d’ailleurs favorables. L’ineffable Beppe Grillo a publiquement réclamé un référendum sur la question lors d’un discours au Parlement européen mi-novembre.

De leur côté, les médias italiens, tels Libero Quotidiano ou Affaritaliani, tablent, eux, sur une sortie de… l’Allemagne. Le parti d’Angela Merkel, anticipant un probable effondrement de l’euro, envisagerait en coulisses de ressusciter le bon vieux deutsche mark, échaudé par la stagnation de son économie, la montée des partis souverainistes européens, l’incapacité de la France à respecter les 3 % de déficits publics et le rejet de plus en plus marqué des politiques d’austérité par les populations saignées à blanc.

En Espagne, la timide reprise de la croissance à 1,3 % ne console guère les 24 % de chômeurs, ni les 34 % de salariés qui touchent moins de 753 euros par mois. En Grèce, où le chômage tutoie les 27 % et où treize ans seront nécessaires pour revenir au niveau d’avant-crise, se profile une crise sociale majeure. Au Portugal, où 20 % des habitants survivent avec moins de 409 euros mensuels, le Parti communiste milite pour une sortie de la monnaie unique. En France, si les mesures suggérées par le rapport franco-allemand présenté à Emmanuel Macron sont adoptées, le gel des salaires pendant trois ans, la flexibilité du marché du travail et l’assouplissement des 35 heures auront un effet dévastateur sur le pouvoir d’achat et la consommation, et aggraveront encore le chômage.

Selon une récente étude du cabinet d’audit PwC, 20 % des dirigeants européens pensent que l’eurozone pourrait imploser. L’agence de notation Standard & Poor’s craint un risque de triple dip recession (troisième récession d’affilée) en Europe. Un constat relayé par David Cameron, qui n’exclut pas une nouvelle crise mondiale. « La situation de l’inflation en zone euro devient de plus en plus difficile et l’élan en faveur de la croissance reste faible », reconnaît Mario Draghi, le président de la BCE, prêt à investir pour racheter de la dette des États membres. Combien de centaines de milliards seront encore dilapidés pour sauver une monnaie qui ne marche pas ?

Des calculs effectués par Jacques Sapir et ses collègues (à consulter sur son site RussEurope) démontrent qu’une sortie de la France de l’eurozone se traduirait dans les cinq ans par une croissance du PIB de 22 % à 25 %, une création de 1,3 à 2,5 millions d’emplois et une légère baisse du pouvoir d’achat d’environ 5 % qui remonterait dans les trois ans. Des chiffres à méditer…

http://www.bvoltaire.fr/eloisegloria/euro-bientot-la-fin,141615


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Contact : ForumPM@protonmail.com
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
WhiteBrotherHood

Age : 60
Date de naissance : 25/08/1957
Localisation : Toulon
Vierge Date d'inscription : 18/09/2013
Passion : politique, projet et obejectif du FN pour 2017
Humeur : bonne

Re: Si l’Italie sortait de l’Euro…

Message par WhiteBrotherHood le Mar 25 Nov 2014 - 19:36

J'ai lu un article en anglais comme quoi l'Allemagne aurait élaboré un plan de sortie de l'Euro.

victor15

Age : 30
Date de naissance : 13/01/1987
Capricorne Date d'inscription : 25/11/2014
Passion : politique

Re: Si l’Italie sortait de l’Euro…

Message par victor15 le Mar 25 Nov 2014 - 21:56

En effet l'Allemagne a tout à fait les moyens de sortir de l'Euro sans casse, ce qui n'est pas tout à fait notre cas.

Concrètement, si la France crée une monnaie nationale, celle ci se fera attaquer par les marchés le lendemain, si l'Allemagne crée une monnaie nationale... l'euro se ferait attaquer le lendemain.

Les Allemands préfèrerons saborder l'euro que de couler avec.
avatar
sakura FN

Age : 17
Date de naissance : 01/01/2000
Localisation : AILLEURS...
Capricorne Date d'inscription : 14/12/2012
Passion : UN NOUVEAU MONDE MEILLEUR...

Re: Si l’Italie sortait de l’Euro…

Message par sakura FN le Mer 26 Nov 2014 - 5:16

La minute de Jacques Sapir : L'Italie bientôt hors de l'UE ? - 18/11


Que faire de l'Europe ? Que faire de l'euro ? Débat organisé par Attac le 5 mai avec les économistes Frédéric Lordon, auteur de « La Malfaçon. Monnaie européenne et souveraineté démocratique », Thomas Coutrot, membre d'Attac France et Athanase Contargyris, d'Attac Grèce.


l'Allemagne sera probablement la première à sortir de l'euro .
12/2011


Alors que la Commission européenne doit proposer mercredi la création d'euro-obligations, Jacques Attali met en garde : « L'Allemagne va mal, elle commence à comprendre qu'elle est l'homme malade de l'Europe à long terme, que la fin de l'euro serait un désastre pour l'Allemagne.


FIN DE L ' EURO, MORT DE L' EUROPE pour 2015

Nous sommes les pigeons payeurs du plus grand hol-up mondial à la solde du N.O.M.
VIDEO d'un Belge...

avatar
l'Apôtre

Age : 53
Date de naissance : 25/07/1964
Localisation : PICARDIE
Lion Date d'inscription : 24/01/2015
Passion : l'amour

Re: Si l’Italie sortait de l’Euro…

Message par l'Apôtre le Mar 19 Avr 2016 - 12:15


Résolution bancaire: quand le vol devient légal par Solidarite_et_Progres



Sad  c'était fin 2015,début 2016


Les banques italiennes font craindre un retour de la crise dans la zone euro


Le système bancaire italien est une “Tour de Pise” qui pourrait littéralement s’effondrer à tout moment.
Et comme les banques italiennes commencent à tomber comme des dominos,
cela déclenchera une panique financière dans toute l’Europe comme nous ne l’avons jamais vu auparavant

L’Europe n’a ni les ressources ni la capacité à gérer un effondrement complet du système financier italien.
Mais malheureusement, c’est précisément ce qui se passe.

Les Italiens ont déjà été retirer tranquillement des milliards d’euros du système bancaire,
et si ces banques continuent de tomber, cette “ruée furtive” pourrait rapidement se transformer en bousculade.
des épargnants ruinés, une bourse de Milan à la dérive, des établissements bancaires en faillite

source


Sad le problème ,c'est les banques français pourraient suivre
qui sont -ils, BNP PARIBAS,Credit AGRICOLE,Société génerale

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

source
avatar
CoqGaulois

Age : 61
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: Si l’Italie sortait de l’Euro…

Message par CoqGaulois le Mar 19 Avr 2016 - 13:50

@victor15 a écrit:En effet l'Allemagne a tout à fait les moyens de sortir de l'Euro sans casse, ce qui n'est pas tout à fait notre cas.

Concrètement, si la France crée une monnaie nationale, celle ci se fera attaquer par les marchés le lendemain, si l'Allemagne crée une monnaie nationale... l'euro se ferait attaquer le lendemain.

Les Allemands préfèrerons saborder l'euro que de couler avec.

Quelque soit le pays qui quitte l'Euro avant l'effondrement de ce dernier verra les marchés financiers tenter de le boycotter mais la France n'est pas si faible que ça et les intérêts financiers qu'apporte la France et qu'elle apporterait même avec une monnaie indépendante est loin d'être négligeable et ne sera pas négligé.
Le fantasme de la mise à l'écart d'un pays qui refuserait de rester dans la dictature européenne avec sa monnaie de singe est un épouvantail à gogols, comme si les marchés financiers pouvaient vivre sans argent...
L'UE est un escroquerie et cette mafia tente de faire croire que sans elle le monde s'écroulerait alors que c'est exactement l'inverse, c'est le monde de la finance qui perdrait le bénéfice de sa magouille et perdrait le jackpot mais il lui resterait à gagner gros en France même avec un pays qui reprendrait son avenir en main.
C'est fou de voir que ce sont les grands perdants actuels de l'escroquerie européenne c'est à dire les peuples qui sont effrayés des conséquences d'un retour à la liberté et que ce sont les esclavagistes de l'UE qui seraient les grands perdants de la dissolution de la mafia UE qui alimentent cette frayeur populaire.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
kabout

Age : 54
Date de naissance : 14/09/1963
Localisation : picardie
Vierge Date d'inscription : 20/02/2015
Passion : tir, armes.

Re: Si l’Italie sortait de l’Euro…

Message par kabout le Sam 9 Juil 2016 - 20:36

Europe : la prochaine crise viendra d'Italie

Dans un état alarmant, les banques italiennes auraient besoin d’un “bon gros nettoyage”, estime The Economist. C’est-à-dire d’une injection d’argent public, ce qui est désormais interdit par la réglementation européenne.

Ces temps-ci, écrit The Economist, “les investisseurs du monde entier sont extraordinairement nerveux”. Et le Brexit ne suffit pas à expliquer l’instabilité qui pèse sur les marchés : “Une autre menace financière, potentiellement dangereuse, plane de l’autre côté de la Manche”. Il s’agit de l’Italie – “quatrième économie de la zone euro mais est aussi l’une des plus fragiles” – et de ses banques, dans une situation périlleuse.

Ces banques sont grévées par 360 milliards d’euros de créances douteuses, soit l’équivalent d’un cinquième du PIB italien. […] Au mieux, elles étrangleront la croissance du pays. Au pire, certaines vont sombrer.”

Comme le constate le magazine britannique, qui prédit en couverture “la prochaine crise européenne”, les banques italiennes ont besoin “d’un bon gros nettoyage”. Deux solutions à cela : la première consiste en un “bail out”, une injection d’argent public, mais elle “est interdite par les nouvelles règles de la zone euro, qui disent que des banques ne peuvent être sauvées par l’Etat que si les créanciers sont d’abord mis à contribution” – ce qui constitue la deuxième solution, celle du “bail in” : faire payer les prêteurs plutôt que les contribuables.

Suivre les règles

Cette dernière méthode a été appliquée à quatre autres banques italiennes à l’automne dernier, entraînant la ruine de petits épargnants, et le suicide de l’un d’entre eux. Car en Italie, une grande partie des obligations émises par les banques sont entre les mains de particuliers, et non de gros investisseurs institutionnels.

Pour le Premier ministre Matteo Renzi, déjà en position délicate à l’approche d’un référendum sur la réforme constitutionnelle, il n’est donc plus envisageable de “forcer des Italiens ordinaires à payer les pots cassés”.

De son point de vue, l’état des banques italiennes et la stabilité des marchés concernent toute l’Europe. D’autant plus que d’autres pays ont pu procéder à des renflouements avant l’introduction des nouvelles règles. Pour l’Allemagne et son électorat en revanche, les règles budgétaires doivent être appliquées.

The Economist donne raison à Renzi : “Suivre la règle à la lettre n’a aucun intérêt si cela conduit à la mort de la monnaie unique”.

MSN Finance

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
l'Apôtre

Age : 53
Date de naissance : 25/07/1964
Localisation : PICARDIE
Lion Date d'inscription : 24/01/2015
Passion : l'amour

Re: Si l’Italie sortait de l’Euro…

Message par l'Apôtre le Sam 9 Juil 2016 - 22:00

@kabout a écrit: Deux solutions à cela : la première consiste en un “bail out”, une injection d’argent public, mais elle “est interdite par les nouvelles règles de la zone euro, qui disent que des banques ne peuvent être sauvées par l’Etat que si les créanciers sont d’abord mis à contribution” – ce qui constitue la deuxième solution, celle du “bail in” : faire payer les prêteurs plutôt que les contribuables.

Suivre les règles

Cette dernière méthode a été appliquée à quatre autres banques italiennes à l’automne dernier, entraînant la ruine de petits épargnants, et le suicide de l’un d’entre eux. Car en Italie, une grande partie des obligations émises par les banques sont entre les mains de particuliers, et non de gros investisseurs institutionnels.


crie comme d'habitude ,ils vont prendre l'argents aux petits épargnants
pourquoi changer de méthode !!!

Contenu sponsorisé

Re: Si l’Italie sortait de l’Euro…

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 11 Déc 2017 - 1:09