www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Le site de Marine Le Pen pour la présidentielle 2017 est accessible flechegauche ICI flechedroite "Carnets d'espérances", le nouveau blog de Marine Le Pen flechegauche ICI flechedroite et flechegauche LA flechedroite

Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Partagez
avatar
ano

Age : 48
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Message par ano le Sam 1 Aoû 2015 - 11:10


Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques

Avocats: feu le secret professionnel
causeur, le 31 juillet 2015

Le secret professionnel des avocats est décédé. Alors qu’il était depuis un moment déjà dans le coma, le Conseil Constitutionnel vient de le débrancher.

Ceux qui ont l’indulgence de me lire vont prétendre à juste titre que sur les questions judiciaires, j’ai tendance à rabâcher (radoter ?). Mais Aristote nous a dit que « la pédagogie c’est l’art de la répétition », alors…

Qu’est-ce que le secret professionnel de l’avocat ? Pourquoi est-ce que les principes judiciaires exigent depuis fort longtemps que ce qui relève de la communication entre un avocat et son client soit frappé d’un secret absolu ? Rappelons que l’État moderne s’arroge le pouvoir d’exercer la violence légitime. Prérogative qui porte atteinte à la liberté et à l’intégrité de l’individu. L’acceptabilité sociale de la décision prise impose que le mis en cause soit assisté par quelqu’un qui l’aidera à rétablir un peu l’équilibre entre le Léviathan et le citoyen seul.

En France, depuis la Révolution, on n’aime pas beaucoup les avocats. Sans forcément aller aussi loin que Couthon qui disait : « Un avocat ? Les coupables n’y ont pas droit, les innocents n’en ont pas besoin ». Dans un pays de tradition étatique forte, on préfère souvent  l’Ordre à la Justice. Un coupable en liberté c’est une injustice, un innocent en prison un désordre. Ce devrait être le contraire. Nous n’avons pas la pire justice du monde, loin de là, mais les avocats y sont souvent perçus comme des complices.

Pourquoi un secret professionnel ? Il répond à deux objectifs. Tout d’abord, il s’impose à l’avocat dont personne, pas même le client, ne peut le relever. Cela va asseoir la confiance de celui qui s’en remet à lui pour le défendre. Il aura la certitude que rien de ce qu’il dira à son conseil ne pourra se retourner contre lui, et cette confiance est indispensable à la mission de défense. Ensuite, le secret s’impose également aux autorités de poursuite et aux juges. L’établissement de la « vérité judiciaire » doit se faire loyalement. Sinon l’exercice de la violence légitime devient illégitime.

En système anglo-saxon, il est absolu et protégé depuis longtemps comme relevant de l’ordre public. En Angleterre, cette protection est reconnue depuis le XVIe siècle. Il a été confirmé encore récemment par une décision de la chambre des Lords de 1995 affirmant « qu’aucune exception ne peut s’opposer au caractère absolu du privilège ». À l’objection, bien française, selon laquelle le secret ne devrait pas permettre aux avocats de commettre des infractions, le droit anglais répond : « L’intérêt général commande que ce secret soit absolu. S’il faut réprimer d’éventuelles infractions commises par les avocats, il faudra utiliser d’autres moyens de preuve que ceux que fourniraient la violation du secret. »

En France le secret professionnel des avocats a fait depuis une vingtaine d’années l’objet d’une déconstruction méthodique. On a commencé en inversant l’application du principe. La loi Perben II nous dit en 2004 que : « Le Procureur de la République ou l’officier de police judiciaire peut requérir de toute personne, (…) susceptible de détenir des documents intéressant l’enquête, (…) de lui remettre ces documents, sans que puisse être opposée, sans motif légitime, l’obligation du secret professionnel. » Secret professionnel oui, mais à condition d’avoir un motif légitime établi. De règle, le secret devient l’exception.

La pratique de l’instruction à la française, et la Cour de Cassation ont poursuivi ce travail.

La pratique tout d’abord, qui a vu se multiplier les perquisitions dans les cabinets d’avocats, les saisies d’ordinateurs et autres écoutes téléphoniques, créant une insécurité totale dans la relation avocats-clients. Jusqu’au juge d’instruction de l’affaire Bettencourt à Bordeaux, qui avant de mettre l’ancien Président de la République en examen avait fait convoquer par la police (!) sur commission rogatoire l’avocat de celui-ci. En lui demandant de bien vouloir apporter son agenda pour le verser au dossier ! Cela n’a pas eu l’air d’émouvoir grand monde. La pratique des écoutes téléphoniques qui, par le jeu des transcriptions, donnent une information tronquée et coupée de son contexte, la Justice en a fait une nouvelle reine des preuves. Mettre un avocat sur écoute, c’est délicat, alors ce sera le client. On transcrit les conversations avec son conseil, puis enquêteurs et juges d’instruction prennent connaissance du contenu. Et décident ensuite ce qui relève du secret et ne doit pas être versé au dossier! Ouf, la morale est sauve, les transcriptions des conversations confidentielles ne seront pas dans le dossier. Mais tout le monde les a lues…

La Cour de Cassation n’y a vu aucun problème. Et a trouvé une autre astuce pour affaiblir encore ce maudit secret. Par un arrêt du 31 janvier 2012, elle a validé le versement au dossier de l’affaire Bettencourt de la transcription (effectuée par le parquet !) des enregistrements clandestins et strictement illégaux du majordome. Et notamment d’une conversation entre Madame Bettencourt et son avocat. La Cour nous indiquant benoîtement que ces transcriptions ne sont pas en elle-même « des actes ou des pièces de l’information, au sens de l’article 170 du code de procédure pénale, et comme tels, susceptibles d’être annulés, mais des moyens de preuve qui peuvent être discutés contradictoirement ». Donc, si l’on fait un enregistrement pirate ou un cambriolage pour voler les lettres échangées par l’avocat et son client, et que l’on envoie le tout à la police ou au juge, c’est bon. Dites, amis journalistes, votre secret des sources on le dirait un peu mal barré, non ?

Plus récemment encore, il y a eu l’arrêt rendu par la chambre d’instruction de la Cour d’appel de Paris dans l’affaire concernant la surveillance téléphonique dont a été l’objet Thierry Herzog, puisque la Cour a considéré que le secret professionnel était réservé exclusivement à la relation unissant un avocat et un client mis en examen. Joli, non ? Il suffit d’attendre un peu, de ne pas mettre en examen et hop, on a accès à tout.

Les avocats pénalistes français, qui essaient de s’adapter tant bien que mal à cette disparition, sourient quand on leur parle de l’article 6 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et du droit à un procès équitable.

Alors, pourquoi ai-je accusé le Conseil Constitutionnel d’avoir fermé le cercueil ? Parce que le parlement à majorité socialiste a voté la « Loi sur le renseignement ». Cette loi de surveillance de masse a suscité – y compris bien au-delà de nos frontières – critiques et inquiétudes. Et elles n’ont guère été apaisées par Bruno Leroux nous disant que si le texte était attentatoire aux libertés, ce n’était pas grave puisqu’il suffisait de voter pour les socialistes qui en feraient une application bienveillante !

Ce texte prévoit la conservation et l’utilisation par l’administration de « métadonnées » relatives à toute l’activité de tous les citoyens sur le Net. Le débat a porté sur le fait de savoir jusqu’où l’Etat pouvait aller dans la collecte et l’utilisation de ces données, qui ne disent rien du contenu-même des communications mais renseignent complètement sur leur contexte : qui appelle qui, à quelle heure, où, qui envoie des e-mails à qui, de quelle taille, avec des pièces jointes ou non, chiffrés ou non. Devant le Conseil Constitutionnel, le gouvernement a soutenu que l’avocat n’avait pas droit au secret des correspondances avec ses clients, en dehors du contenu même des correspondances. L’exécutif peut connaître l’identité des clients, la fréquence, l’heure ou le lieu des communications. Merci Monsieur Hollande, message reçu. Car c’est le Président de la République, adepte des petites ruses ayant bien évidemment pris ses précautions à l’avance, qui a saisi le Conseil. Celui-ci ne l’a pas déçu en affirmant, et c’est le pire, que le secret professionnel des avocats ne faisait pas partie des libertés protégées par la Constitution, et relevait par conséquent du domaine de la loi (et de la jurisprudence bien sûr…). Mort et enterré.

Ce qui m’attriste le plus, c’est le constat de l’effondrement de la culture des libertés publiques chez les socialistes, alors que je l’y ai connue si vivace. Les grands anciens, mes maîtres, ne rigolaient pas avec la défense des libertés. Ceux d’entre eux qui sont encore là se sont retrouvés du bon côté dans les combats récents. Mais les autres, tous les autres, n’ont pas hésité à soutenir l’insoutenable et à tout justifier. De la destruction du secret professionnel des avocats à l’adoption de cette loi liberticide en passant par l’approbation du scandale de l’affaire du singe en Guyane ou de celui du « mur des cons ».

Même la défense des libertés, ils l’auront balancée par-dessus bord.

***

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 70
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Message par gemini le Sam 1 Aoû 2015 - 13:52

Ils n'ont jamais aimés les libertés publiques.


***************************************************************************************
avatar
ano

Age : 48
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Message par ano le Mer 18 Nov 2015 - 21:54

État d'urgence : Douze socialistes ont déposé un amendement afin de maintenir le contrôle de la presse et des médias !

PS : Laxisme, Déclin & Rupture Républicaine !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 48
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Message par ano le Ven 22 Jan 2016 - 12:43


L’état d’urgence sera prolongé «jusqu’à ce que l’on puisse se débarrasser de Daech», annonce Valls sur la BBC

figaro, le 22 janvier 2016
(Source)


L’état d’urgence sera prolongé «le temps qu’il faudra», a déclaré vendredi Manuel Valls en marge du Forum de Davos. «Tant que la menace est là, il faut que tous les moyens soient mis en œuvre», poursuit-il, interrogé par la BBC. L’état d’urgence devrait rester en place «jusqu’à ce que l’on puisse se débarrasser de Daech», précise enfin le premier ministre.

Jusqu’à présent, l’exécutif évoquait seulement la «possibilité» de prolonger l’état d’urgence, sans définir de période. «Il ne faut pas écarter cette possibilité bien évidemment, en fonction de la menace, et il faudra agir avec beaucoup de responsabilité», déclarait le premier ministre en décembre dernier. Adopté dans la foulée des attentats du 17 novembre 2015, l'état d'urgence prendra fin après le 26 février selon les termes actuellement fixés par la loi.

**

PS : Rupture Républicaine & Tentative de coup d'état !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La folie, c'est se comporter de la même manière et s'attendre à un résultat différent.
(Albert Einstein)





avatar
Chevalier du Temple

Age : 71
Date de naissance : 13/11/1945
Localisation : New York USA
Scorpion Date d'inscription : 20/08/2013
Passion : Histoire & littérature
Humeur : Patriotique

Re: Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Message par Chevalier du Temple le Dim 31 Jan 2016 - 21:36

L'Etat d'urgence n'est qu'un prétexte pour renforcer leur petite dictature, laquelle est bien plus insidueuse que les totalitarismes du 20e siècle. Les techniques de manipulation des esprits ont fait, depuis, des progrès immenses. Il ne fait aucun doute que la gauche démontre son côté dictatorial digne de Staline en voulant, pour se débarrasser d'un adversaire comme le FN, essayer de l'interdire. Valls la tremblote est assez fou pour utiliser tous les moyens, même les plus illégaux, contre Marine Le Pen et le FN.
avatar
ano

Age : 48
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Message par ano le Mer 23 Mar 2016 - 18:20


Le PNR européen : une mauvaise idée pour trois raisons


Communiqué de presse de Gilles Lebreton
Député français au Parlement européen
23 mars 2016
(Source)


Dès le 22 mars, jour de deuil pour Bruxelles et pour toute personne éprise de liberté, Manuel Valls a pris prétexte des attentats terroristes pour réclamer le PNR européen, qui sera soumis prochainement au vote du Parlement européen.

Or le Front National s’oppose au PNR européen pour trois raisons.

D’abord parce qu’il est liberticide. Le PNR européen sera en effet un registre des données personnelles, conservées cinq ans, des centaines de millions de passagers aériens entrant dans l’espace européen ou sortant de celui-ci. Sa conception repose ainsi, comme l’a très bien expliqué l’Association européenne pour la défense des droits de l’Homme (AEDH), sur une « suspicion généralisée » des passagers. Cette surveillance de masse est inquiétante, surtout en France où elle viendra compléter le système d’espionnage généralisé des citoyens, à la discrétion du Premier ministre, mis en place par la scandaleuse loi Renseignement du 24 juillet 2015.

Ensuite parce qu’il est inefficace. Plutôt que de perdre son temps à ficher et à surveiller des centaines de millions de passagers dont on sait qu’au moins 99% n’ont rien à se reprocher, mieux vaudrait privilégier une surveillance ciblée des terroristes et des suspects fichés « S », en exploitant mieux les fichiers internationaux anti-criminalité dont on dispose déjà, et en développant la coopération policière sous l’égide d’Interpol.

Enfin parce qu’il porte atteinte à la souveraineté nationale. Le PNR européen vise en effet en réalité à sauver l’espace Schengen, dont la crise migratoire prouve l’échec, en lui créant une sorte d’excroissance aérienne dans une pathétique fuite en avant. Or Schengen ne doit pas être sauvé mais combattu, car c’est un système qui prétend arracher à la France le contrôle de ses frontières nationales.

Ainsi, c’est parce que le Front National veut une politique anti-terroriste qui soit efficace, respectueuse des libertés et décidée dans le cadre de la souveraineté nationale, qu’il s’oppose au PNR européen.

**

Sécurité, Unité & Liberté, rejoignez le FN !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Si tu es prêt à sacrifier un peu de liberté pour te sentir en sécurité, tu ne mérites ni l'une ni l'autre !
(Thomas Jefferson)



avatar
ano

Age : 48
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Message par ano le Jeu 31 Mar 2016 - 21:06


Nouvelles règles prévues pour l’élection présidentielle : une attaque lourde contre la démocratie


Communiqué de presse de Marine Le Pen
31 mars 2016
(Source)


L’Assemblée Nationale doit voter définitivement le 5 Avril pour ou contre un projet de loi modifiant les règles du jeu de l’élection présidentielle de 2017.

Le vote de cette loi modifierait de manière substantielle des procédures encadrant la plus importante des élections de notre pays.

Du fait des pressions exercées par les baronnies locales et les appareils des partis, la publication au fil de l’eau et l’envoi direct des parrainages par les élus rendra très difficile pour nombre de candidats l’obtention des 500 parrainages. Cela créera un obstacle important à l’expression de la pluralité des opinions de la société française lors de l’élection présidentielle, moment le plus fort de la vie démocratique de notre pays.

Un autre aspect de cette loi est profondément malsain : il s’agit du passage de l’égalité du temps de parole à un vague principe d’« équité » du temps de parole dans la période comprise entre cinq semaines et deux semaines précédant l’élection présidentielle. Si cette réforme est adoptée, seuls les « gros candidats » pourront parler et surtout être entendus par les Français avant que le choix des citoyens ne se cristallise. L’élection présidentielle en France est décrite à juste titre comme la rencontre entre un homme et un peuple. Le contexte et la possibilité de cette rencontre seraient largement manipulés par de telles règles au moment où la fracture entre le peuple et les partis politiques n’a jamais été aussi profonde.

Le Front National s’est opposé à ce changement malsain des règles du jeu démocratique par la voix de Marion-Maréchal Le Pen à l’Assemblée Nationale et par la voix de David Rachline au Sénat (http://www.frontnational.com/videos/intervention-de-marion-marechal-le-pen-contre-le-projet-de-loi-organique/ et http://www.frontnational.com/videos/david-rachline-sur-les-regles-de-lelection-presidentielle/).

Ceux que certains nomment abusivement « petits candidats » seront les perdants. Mais la plus grande perdante sera la démocratie, la république et donc la France telle que nous la concevons et telle que nous la voulons.

Je demande avec la plus grande force au gouvernement, au Parti Socialiste et au parti Les Républicains de ne pas mettre en place ces règles qui dénatureraient profondément la démocratie dans notre pays.

**

Défendez vos intérêts, rejoignez le FN !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Participez à la reconquête ! Souscrivez !
https://www.adhesions-fn.com/fr/public/donate/





avatar
CoqGaulois

Age : 60
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Message par CoqGaulois le Jeu 31 Mar 2016 - 21:22

Celui qui change les règles du jeu juste avant la partie sait que sans changer ces règles il est foutu, c'est une réaction de looser... oui pardon... de perdant voulais-je dire et, qui plus est, de tricheur!!!
Nous sommes dirigés depuis plus de 40 ans par des escrocs qui se foutent de nous et ne font des lois que pour eux... il faut de toutes urgences dégager toute cette racaille UMPS et leurs complices de droite à gauche en passant par le pseudo centre girouette.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
ano

Age : 48
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Message par ano le Sam 2 Avr 2016 - 21:09


L’autocensure des idées minoritaires, conséquence de la surveillance de masse

monde, le 30 mars 2016
(Source)


« Je n’ai rien à cacher. » Cet argument, défendu par de nombreux partisans de la surveillance gouvernementale, semble bien mis à mal par une nouvelle étude. Publiée dans l’édition de mars de la revue Journalism & Mass communication quarterly — et donc après les révélations d’Edward Snowden sur l’ampleur de la surveillance exercée par la National Security Agency (NSA) américaine, notamment sur Internet —, elle se penche sur la façon dont la surveillance de masse des internautes les pousse à s’autocensurer.

Pour étudier ce phénomène, la chercheuse Elizabeth Stoycheff, de l’université de Wayne State, à Détroit, dans le Michigan, a mené une expérience sur 255 personnes, à qui elle a fait remplir un questionnaire. Pour la moitié des participants, ce questionnaire était accompagné d’un message rappelant que « même si nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour que vos opinions restent confidentielles, il est important de garder à l’esprit que la National Security Agency surveille les activités en ligne des citoyens, ce qui est hors de notre contrôle ».

Tous les participants devaient répondre à des questions sur leur personnalité, puis étaient confrontés à une publication Facebook reprenant un article de presse sur la poursuite des frappes américaines contre l’organisation Etat islamique en Irak. Ils devaient ensuite donner leur opinion sur le sujet, dire ce qu’ils pensaient être l’opinion majoritaire parmi les Américains, et s’ils comptaient partager leur propre point de vue sur la question.

Les idées minoritaires « menacées »

Résultat, les personnes à qui l’on a rappelé la surveillance d’Etat étaient moins enclines à parler de leurs idées, si elles les jugeaient non conformes à l’opinion majoritaire. Même parmi les participants qui, selon leur profil psychologique, étaient les moins sujets à l’autocensure.

Plus étonnant, les personnes les plus à même de s’autocensurer sont celles qui, dans l’absolu, soutiennent les programmes de surveillance, peut-on lire dans l’étude :

« Ces individus ont indiqué que la surveillance était nécessaire pour la sécurité publique et qu’ils n’avaient rien à cacher. Pourtant, quand ces individus perçoivent qu’ils sont surveillés, ils modifient leur comportement en conséquence : ils expriment leur opinion quand elle est majoritaire et la taisent quand elle ne l’est pas. »

Ces conclusions sont cohérentes avec la théorie de la « spirale du silence », mise en avant dès les années 1970, qui démontre que les individus ont tendance à taire leur point de vue s’ils sentent que celui-ci n’est pas partagé par leurs pairs, par peur de l’isolement. Mais cette dernière étude apporte un nouvel élément, en s’intéressant notamment à l’expression sur Internet et à la surveillance gouvernementale : « C’est la première étude à apporter la preuve que les programmes de surveillance gouvernementaux en ligne peuvent menacer l’expression d’idées minoritaires, et contribuer au renforcement de l’opinion majoritaire. »

Des résultats qui inquiètent l’auteure de l’étude, comme elle l’explique dans les colonnes du Washington Post :

« Ça m’inquiète que la surveillance semble établir une culture d’autocensure, car cela a pour conséquence de priver d’expression les minorités. Et il est difficile de protéger et d’améliorer les droits de ces populations quand leurs voix ne font pas partie du débat. La démocratie se nourrit de la diversité des idées, et l’autocensure l’en prive. »

**

l'RpS : les fossoyeurs de la République !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Qu'est ce que ça fait de trahir la France ?
(4 février 2008)

avatar
ano

Age : 48
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Message par ano le Sam 30 Avr 2016 - 11:26

Suppression de l'argent liquide : les Français otages des banques


Communiqué de presse de Dominique Martin
Député français au Parlement européen
29 avril 2016
(Source)


En 2015, un décret interdisait les paiements en espèces au-delà de 1.000 euros dans l’indifférence générale. Depuis, le gouvernement planche ouvertement sur la suppression de ce mode de paiement, pourtant plébiscité par les Français.

Sous couvert d’éradication de la fraude, la généralisation du paiement dématérialisé permettra le fichage impitoyable des transactions financières.

Plus grave, à l’heure où l’idée de répercuter sur l’épargne des ménages les taux d’intérêts négatifs de la Banque Centrale Européenne gagne du terrain, cette mesure privera les déposants de leur ultime recours aux diktats des banques : menacés de dépréciation de leurs actifs, ils seront acculés à une course effrénée à la consommation.

Épargne à rendements négatifs, cyber-surveillance et fichage numérique : cette proposition liberticide illustre le virage totalitaire de l’ultralibéralisme sauvage.

Le Front National dénonce cette abdication face au lobby bancaire, au mépris des intérêts économiques et des libertés fondamentales des Français.

**

L'ultralibéralisme est un crime contre l'humanité !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaînes !
(Rosa Luxembourg)

avatar
Chevalier du Temple

Age : 71
Date de naissance : 13/11/1945
Localisation : New York USA
Scorpion Date d'inscription : 20/08/2013
Passion : Histoire & littérature
Humeur : Patriotique

Re: Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Message par Chevalier du Temple le Sam 30 Juil 2016 - 18:49

Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux, mais ils ne peuvent rien contre un peuple debout.
avatar
l'Apôtre

Age : 53
Date de naissance : 25/07/1964
Localisation : PICARDIE
Lion Date d'inscription : 24/01/2015
Passion : l'amour

Re: Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Message par l'Apôtre le Sam 30 Juil 2016 - 19:23

@ano a écrit:

Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques






***************************************************************************************

Contenu sponsorisé

Re: Les socialistes n’aiment plus les libertés publiques !

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 28 Juil 2017 - 6:47