www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

anipassion.com

Daesh, Daesh, Isis...

Partagez

sakura FN

Date d'inscription : 14/12/2012

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par sakura FN le Sam 26 Sep 2015 - 19:24

En effet, Chevalier du Temple, j'ai retrouvé cet article qui devrait être lu avec attention...!

http://arretsurinfo.ch/oliver-stone-les-etats-unis-ne-sont-pas-menaces-nous-sommes-la-menace/

Solaris

Age : 37
Date de naissance : 16/05/1980
Taureau Date d'inscription : 09/01/2015
Passion : L'Histoire

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par Solaris le Dim 27 Sep 2015 - 1:06

Selon le commandement des forces américaines au Moyen-Orient (CentCom), certains rebelles syriens formés par les Etats-Unis ont remis une partie de leur équipement et de leurs munitions au Front al-Nosra, qui est la branche syrienne d'al-Qaïda. Du coup, les questions se font nombreuses sur le programme américain de formation de la rébellion syrienne.

Comme je le dis depuis longtemps, Obama restera comme le pire président de l'Histoire.
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par ano le Dim 27 Sep 2015 - 8:55

Solaris a écrit:Comme je le dis depuis longtemps, Obama restera comme le pire président de l'Histoire.

C’est vrai, il est très probable que cela restera un des pires présidents de l'Histoire des USA, pourtant ce qui s’annonce côté « démocrate » ou « républicain » ne semble pas beaucoup mieux…
La responsabilité dans le monde des USA, en tant que 1ère puissance, pourrait à l'avenir rester égocentrique et si les dirigeants actuels chinois avaient cette place cela ne serait sans doute pas mieux !
Responsabilité et égocentrisme semblent incompatibles !


avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par ano le Dim 27 Sep 2015 - 16:32


Etat islamique : l’Irak se coordonne avec l'Iran, la Russie et la Syrie
les echos, le 27 septembre 2015
(Source)


Cet accord intervient alors que Moscou plaide pour que son allié Bachar al Assad soit partie prenante des efforts internationaux contre l'EI, ce que refuse Washington.

Les autorités irakiennes ont annoncé samedi la mise en place à Bagdad d’une cellule de coordination en matière de renseignement et de sécurité avec la Russie, l’Iran et la Syrie afin de contrer la menace du groupe djihadiste Etat islamique (EI).

Dans un communiqué, le commandement irakien des opérations militaires conjointes indique qu’un accord sur la coopération a vu le jour « alors que Moscou s’inquiète de la présence de milliers de terroristes venant de Russie pour entreprendre des actes criminels aux côtés de Daech (acronyme arabe d’Etat islamique) ».

Selon une source militaire à Moscou citée par l’agence russe Interfax, le centre de coordination de Bagdad sera dirigé alternativement par des officiers des quatre pays, en commençant par l’Irak.

Cet accord intervient alors que Moscou renforce depuis plusieurs semaines son engagement militaire en Syrie tout en plaidant pour que son allié Bachar al Assad soit partie prenante des efforts internationaux contre l’EI, ce que refuse Washington.

250.000 morts et 11,6 millions de déplacés et réfugiés

Un responsable du ministère russe des Affaires étrangères cité par Interfax a déclaré vendredi que la Russie pourrait « en théorie » rejoindre la coalition internationale mise en place en août 2014 par les Etats-Unis pour contrer l’Etat islamique si Damas était intégrée dans les efforts déployés contre l’organisation djihadiste.

Vladimir Poutine doit s'exprimer lundi à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies avant de rencontrer Barack Obama. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry multiplie de son côté les contacts sur la Syrie et dit voir une chance d’avancer sur le dossier.

Bachar al Assad ne pourra jouer aucun rôle dans le cadre d’une future transition politique en Syrie car il n’aurait aucune crédibilité aux yeux de son peuple après quatre ans de conflit dont une bonne partie des victimes est imputable au régime de Damas, a déclaré samedi à New York le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

Le renforcement de la présence militaire russe et la crise migratoire en Europe accentuent l’urgence d’une solution politique à ce conflit qui dure depuis plus de quatre ans et a fait 250.000 morts et 11,6 millions de déplacés et réfugiés.

**

EI : L'Ennemie de l'Intelligence ?!
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par ano le Dim 27 Sep 2015 - 20:13



Quand Daech recrute au Kosovo

le jdd, le 27 septembre 2015
(Source)


Les services de renseignement européens sont mobilisés dans la surveillance des djihadistes revenus de Syrie. Notamment dans la région encore troublée des Balkans.

Dans le registre de l’abomination, Lavdrim Muhaxheri n’a pas de leçons à recevoir. En mai dernier, ce combattant de l’Etat islamique (EI), 26 ans, visage replet et tignasse rousse, apparaît dans l’une de ces vidéos de propagande du groupe terroriste tournées en Syrie : on le voit, un lance-roquette sur l’épaule, tirer sur un prisonnier attaché à un poteau. Un an auparavant, il s’était illustré dans un autre document où il décapitait un soldat du régime de Bachar el Assad. Au Kosovo, ces images ont abasourdi une population qui découvre que l’horreur est aussi perpétrée par l’un des siens. Et même si T.D., un autre kosovar lui aussi passé par la Syrie, décrit Muhaxheri comme « un clown décridibilisé au sein de Daech qui passe son temps à regarder le nombre de like qu’il récolte sur Facebook », le bourreau est devenu la tête de gondole du djihad made in Kosovo.

Selon les chiffres officiels, depuis 2011, 300 Kosovars se sont rendus en Syrie et en Irak et 80 y combattraient encore aujourd’hui, principalement chez Daech et Jabhat al-Nosra (JAN), organisation liée à Al-Qaïda. Des chiffres inquiétants. « Avec 16 combattants pour 100.000 habitants, le taux de recrutement au Kosovo est huit fois supérieur à celui de la France, qui est pourtant le plus gros fournisseur de djihadistes en Europe », rapporte dans une note l’institut CTC (Combatting terrorism Center) rattaché à l’académie militaire de West Point. Le gouvernement minimise le phénomène en expliquant que le Kosovo est un pays à majorité musulmane et que ces chiffres doivent être comparés davantage à ceux de la Tunisie ou du Maroc qu’aux pays de l’UE. Il n’empêche. Le Kosovo est un territoire où la laïcité est très répandue. L’influence américaine y est aussi importante. Et dans les autres pays de la région à majorité musulmane comme la Bosnie, les engagés du djihad ne sont pas aussi nombreux.

« On a coupé la tête du serpent mais le corps bouge encore »

« Longtemps, les autorités n’ont pas voulu s’attaquer au problème, explique Florian Qehaja, directeur du think tank KCSS qui a publié au printemps dernier un rapport sur le sujet. Les politiques avaient trop peur de se mettre à dos la population musulmane (si la laïcité est très répandue au Kosovo, 90% de la population est dite de tradition musulmane). » Il y a un peu plus d’un an, le gouvernement se résout à agir. En août 2014, la police procède à un vaste coup de filet. Une soixantaine de personnes sont arrêtées - des combattants revenus au pays, huit imams dont le grand Mufti de Pristina, des responsables d’ONG...

Le coup porté a-t-il été suffisant? « Non, estime la journaliste Serbeze Haxhiaj, qui a travaillé sur ce dossier. Même si le nombre de départs a drastiquement baissé (seulement une grosse vingtaine depuis le début de l’année), on a frappé trop tard et laissé les réseaux djihadistes s’implanter. » « On a coupé la tête du serpent mais le corps bouge encore », résume Florian Qehaja.

Le réseau a eu effectivement le temps de s’enraciner. A la fin de la guerre contre la Serbie, le Kosovo s’ouvre, à tout, et notamment aux thèses wahhabites venues d’Arabie saoudite. Des mosquées, financées par les pays du Golfe, sortent de terre, des associations caritatives saoudiennes prennent pied dans le pays. En 2005, s’implante un autre courant de l’islam radical, le takfirisme, idéologie qui fait de la violence sa pierre angulaire. Des imams, formés en Egypte, reviennent dans les Balkans. En Macédoine d’abord. Puis au Kosovo. Ils infiltrent les mosquées, certaines ONG saoudiennes.

« Le djihadiste kosovar type a 28 ans et n’est pas allé au-delà du lycée »

Quand apparaît JAN et Daech en Syrie et en Irak, ces prédicateurs takfiristes jouent les recruteurs. Ils fréquentent les mosquées quand ils ne sont pas eux-mêmes imams, organisent des réunions dans des appartements privés. Un dortoir à Pristina accueillent les étudiants et tentent de les endoctriner. La propagande sur internet fait le reste. Leur cible? Les jeunes ruraux désœuvrés, qui sont nombreux dans un pays où le chômage frappe 35% de la population. « Le djihadiste kosovar type a 28 ans et n’est pas allé au-delà du lycée, explique Florian Qehaja. 40% d’entre eux possède aussi un passé criminel », poursuit le responsable du think tank. La zone d’action? Les villes, Pristina ou Prizren, mais surtout la zone frontalière avec la Macédoine, cette région montagneuse traditionnellement très croyante et davantage tournée vers la Macédoine où officient des imams radicaux. C’est d’ailleurs via les réseaux macédoniens que 80% des djihadistes rejoignent la Syrie.

C’est dans cette région, au cœur d’une vallée encaissée, que situe Kaçanik, 35.000 habitants. Cette bourgade est l’une des places fortes du djihadisme kosovar. C’est là qu’est né « le monstre » Lavdrim Muhaxheri, « un gamin qui était normal, plutôt poli », dit-on en ville. Comme lui, 23 autres jeunes ont quitté la ville pour rallier la Syrie ou l’Irak. Le maire, Besim Ilazi, semble presque s’en accommoder : « 7 à 8% des combattants kosovars en Syrie viennent de ma commune, ce n’est pas si important. » Si des réunions sur la sécurité sont désormais organisées chaque mois avec le grand imam de la ville, l’édile explique qu’il n’en parle pas vraiment du problème avec ses administrés, n’a pas cherché à le comprendre en visitant les familles des djihadistes, n’a pas vu sa ville se radicaliser et les associations humanitaires douteuses s’implanter. Il avance quelques arguments pour expliquer le phénomène, la pauvreté de Kaçanik, la religiosité aussi de la région et estime que la question n’est plus vraiment d’actualité puisqu’aucun départ n’a été enregistré ces derniers mois. Visiblement, le sujet dérange tout comme il indispose les autorités de la grande mosquée, où l’on accuse plutôt les médias d’avoir trop « sali l’image de l’islam ».

Raif Dema, ancien président de la mosquée du quartier Bob, lui, s’inquiète depuis longtemps de cette radicalisation : « Les barbus, on les a vus arriver après la guerre, lâche ce sexagénaire jovial. A l’époque, je les avais chassés de la mosquée. Mais c’est comme une mauvaise herbe, ils se sont répandus partout. » L’un de ses cousins a ainsi été converti et est parti en Syrie où il a été tué. Selon lui, malgré de nombreuses arrestations, le réseau dans la ville n’a pas été totalement décapité : « Ils sont encore là. Ils travaillent en souterrain. »

« Notre gouvernement nous a dit qu’il fallait se battre contre Assad et une fois là-bas on se fait bombarder par les Américains »

Ce milieu ultra radical, M.F., 27 ans qui vit aujourd’hui à Kaçanik, jure qu’il ne le fréquente plus. Entre novembre 2013 et août 2014, le jeune homme a séjourné en Syrie, à Kafr Hamrah, au nord d’Alep. De ces huit mois de djihad, il a gardé une barbe rousse éparse et une colère incroyable dans le regard. M.F. raconte qu’il a choisi de rejoindre le combat « après avoir vu sur internet des enfants syriens dont les droits étaient violés ». Même s’il a bénéficié de deux mois d’entraînement militaire, il assure n’avoir jamais combattu, s’est contenté de faire le planton dans un camp d’Ahrar al-Cham, un groupe salafiste. « Avec mon ami, on était les seuls Albanais du Kosovo. Tous les autres étaient syriens. » Pourquoi dans ce cas est-il incapable de prononcer un seul mot en arabe? Parce qu’il ment, assure un expert qui a travaillé sur son cas et qui souhaite rester anonyme : le jeune homme a en réalité officié chez Daech. Aujourd’hui, M.F dit regretter énormément « le mal qu’il a pu faire à sa famille ».

Mais tous les djihadistes ne font pas tous leur mea culpa. A quelques kilomètres de Kaçanik, dans le village de Elez Han, Muxhahid, qui refuse de s’exprimer, laisse comprendre qu’il ne regrette rien de son passage chez Daech : « Notre gouvernement nous a dit qu’il fallait se battre contre Assad et une fois là-bas on se fait bombarder par les Américains, vous trouvez ça normal? », lâche-t-il avant de tourner les talons.

Quel danger représente ces djihadistes non repentis? « Le Kosovo est davantage une terre de recrutement que d’opération pour Daech. Le niveau d’alerte reste modéré », estime Florian. Reste que le pays a eu aussi droit à des menaces de ses ressortissants via des vidéos postées par l’EI depuis le Levant. En juillet, une panique s’est emparée du pays quand la police a arrêté cinq individus, liés à l’EI, qui auraient envisagé d’empoisonner le lac qui approvisionne une partie du pays en eau. Le pouvoir de nuisance des takfiristes et autres radicaux reste certain. T.D., le djihadiste repenti, raconte ainsi qu’il est menacé par d’anciens compagnons d’armes. Ceux qui travaillent de près sur le sujet le sont aussi. D’autant que tous les djihadistes ne sont pas repérés à leur retour du djihad. Ainsi cet ancien de combattant de l’UCK, devenu très croyant, parti se battre en Syrie est passé sous le radar des services secrets. Aujourd’hui, il se cache dans la région de Prizren, la deuxième ville du pays.

Comment contrer efficacement ce radicalisme? Florian Qehaja estime que le gouvernement kosovar devrait faire davantage. « Aujourd’hui, c’est l’option sécuritaire qui est privilégiée. Or, il faudrait aussi agir dans les domaines de l’éducation ou de la culture. Mais pour l’instant, rien n’est fait. »

**

EI : L'Ennemie de l'Intelligence ?!

avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par ano le Lun 28 Sep 2015 - 11:29


Etat islamique : le début des problèmes d'argent ?

atlantico, le 28 Septembre 2015
(Source)


Les finances de l'Etat Islamique sont obscures, mais selon plusieurs sources, l'isolement du pays et les frappes de la coalition feraient souffrir les recettes budgétaires du groupe terroriste. Une donnée qui a des conséquences sur son organisation et donc sur ses intentions à moyen terme.

Atlantico : S'agit-il de spéculations ou les problèmes financiers du groupe sont-ils avérés ? A quoi serait dû ce soudain manque d'argent ?

Alain Rodier : Daesh a d'abord connu une période faste. En premier lieu, avant de s'être officiellement déclaré le 29 juin 2014, il a bénéficié de la manne financière versée aux mouvements d'opposition à Bachar el-Assad prodiguée par les pétromonarchies du Golfe persique. Il n'était qu'une formation islamique parmi d'autres même s'il dépendait à l'origine d'Al-Qaida en Irak. Les riches donateurs n'étaient alors pas très regardants sur les destinataires dans la mesure où ils cherchaient à abattre le régime en place à Damas.

Ensuite, les victoires se sont enchaînées et Daesh s'est emparé de réserves bancaires irakiennes, en particulier à Mossoul. Enfin, s'étant saisi de la richesse économique présente à l'est de la Syrie et à l'ouest de l'Irak dont le pétrole et les antiquités étaient les principales, il a « commercé » librement avec l'aide de contrebandiers institutionnels turcs, irakiens et kurdes, les autorités régionales jetant un voile pudique sur ces transactions où tout le monde y trouvait son compte.

Mais, ayant constitué un « Etat », il s'est retrouvé d'obligation de faire vivre les quelques 6 à 8 millions de « citoyens » qui étaient sous sa coupe. Ne manquant pas de moyens, il payait correctement ses combattants, les volontaires étrangers, ses « fonctionnaires » (juges, policiers, professeurs, médecins, imams, techniciens, etc.). Il s'est même doté d'un « budget de fonctionnement », d'une banque centrale et d'une monnaie. Il s'est aussi mis à collecter l'impôt en ponctionnant les populations et le commerce. Tout allait bien jusqu'au début des frappes aériennes d'août 2014.

On sait que les frappes de la coalition ont atteint des puits de pétrole détenus par l'EI, mais que sait-on des autres sources de financement du groupe ? Sont-elles également en berne ?

On a beaucoup glosé sur l'efficacité des frappes aériennes.

Au départ, elles ont visé à stopper les offensives multiples que menait Daesh en Irak et en Syrie. Il y avait urgence puisque Bagdad, le Kurdistan irakien, Kobané et d'autres régions étaient directement menacés. Les colonnes de 4X4 style Mad Max qui se portaient d'un front à l'autre selon les besoins tactiques ont perdu leur mobilité et leur souplesse. Les matériels lourds saisis sur l'armée irakienne ont vu leur efficacité considérablement diminuer quand ils n'ont pas été tout simplement neutralisés.

Dans un deuxième temps, l'aviation s'est attaquée à la logistique militaire pour empêcher Daesh de trop renforcer ses troupes de choc au contact comme cela a été le cas à Kobané.

Enfin, ce sont les infrastructures dans leur globalité qui ont été ciblées, en particulier les installations pétrolières, les silos à grains, les dépôts et les transports. Par contre, pour éviter, autant que faire se peut, les pertes collatérales, les objectifs citadins ont été épargnés. Daesh l'a bien compris et s'est mélangé aux populations pour s'en servir de bouclier humain.

Par contre, les clients étrangers ont commencé à se faire plus rares. En effet, les Etats de la région -dont la Turquie- se sont rendu compte que Daesh tapait essentiellement sur les autres mouvements d'opposition et que le régime de Bachar el-Assad était relativement épargné. Surtout, ils ont fini par mesurer le danger que représentait Daesh pour eux-mêmes. En conséquence, ils ont commencé à ne plus être aussi complaisants que par le passé. Si l'on ne peut pas affirmer que la contrebande a cessé, elle a tout de même fortement diminué. Ce ne sont plus des acteurs étatiques qui sont directement à la manœuvre mais le crime organisé dont on ne soulignera jamais assez le rôle joué à l'heure actuelle, particulièrement dans la crise des migrants.

Les ressources pillées en Irak ont fondu progressivement car les dépenses de fonctionnement de l' « Etat Islamique » ont augmenté. L'équilibre budgétaire de l'EI est rompu et lui, il ne peut pas emprunter. Par contre, il peut se tourner vers d'autres activités lucratives comme les trafics d'êtres humains et la traite d'êtres humains, lui qui pratique déjà l'esclavage. Le crime organisé est prêt à collaborer dans la mesure où il fait de substantiels bénéfices.

Ce problème financier pourrait-il avoir des impacts sur les offensives du groupe djihadiste ?

Tant que Daesh était dans une logique de conquêtes, cela ne posait pas de problèmes. Il piétine militairement depuis des semaines même s'il a rencontré quelques succès marquants dans la province d'Al-Anbar en Irak (il n'a fait que terminer la prise de cette province qui était tombée en grande partie dans ses mains au début de l'année). Quant à Palmyre, il a pris cette ville car tout le monde a laissé faire pour des raisons politico-stratégiques. Les offensives classiques vont commencer à passer de mode. Il est à craindre qu'il ne recoure de plus en plus au mode opératoire terroriste et à quelques nouvelles horreurs médiatisées, ce qui est beaucoup moins coûteux mais permet de rester sur le devant de la scène.

Son manque (relatif) de finances peut aussi provoquer des désillusions au sein des mouvements qui lui ont fait allégeance à l'extérieur du théâtre syro-irakien. Il semble en effet que certains d'entre eux attendaient en échange une aide sonnante et trébuchante. Je pense en particulier à Boko Haram.

L'Etat islamique souffre-t-il d'autres failles ? A quoi est due cette perte de vitesse ?

Daesh connaît l'usure du pouvoir. Des contestations, certes locales, commencent à apparaître ici et là. Le discours idéologico-religieux tenu par la direction du mouvement (la Choura) est ponctuellement contesté. Des tribus sunnites alliées et des ex-fidèles de Saddam Hussein se demandent s'il n'est pas temps de recréer de nouvelles alliances. Un fait significatif est la diminution sensible de transferts d'activistes d'Al-Qaida « canal historique » vers Daesh.

Malgré la propagande, la vie de la population devient de plus en plus difficile, les approvisionnements en eau, électricité et biens de première nécessité étant compliqués. En une phrase, l'enthousiasme initial marque le pas. Je n'en veux pour preuve l'effort médiatique qui est fait pour empêcher les candidats à la migration vers l'Europe de partir. Plus discrètement, l'EI resserre son dispositif policier et répressif pour que les départs volontaires soient interdits. Pour les combattants, c'est encore pire puisqu'ils sont alors considérés comme des déserteurs et sont exécutés.

Cela dit, il faut rester prudent. La bête est bien loin d'être morte. Il va falloir beaucoup de temps -des années- pour en venir à bout. La période actuelle est plus une « stabilisation » des fronts qu'une victoire. Les réactions de Daesh risquent d'être violentes.

Mais, ce qui m'inquiète le plus, c'est que l'on ne parle pour ainsi dire plus d'Al-Qaida « canal historique » qui sait se dissimuler au sein de coalitions « présentables », notamment en Syrie, en Libye, au Sahel et au Yémen (sans parler de ce qui va se passer en Afghanistan après le départ des derniers Occidentaux). Or, le pouvoir de nuisance de la nébuleuse est bien là.

Pire encore, le cauchemar serait une réunification des deux mouvements.

**

EI : L'Ennemie de l'Intelligence ?!
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par ano le Lun 28 Sep 2015 - 22:17


La Russie veut une coalition mondiale contre Daech

le figaro, le 28 septembre 2015
(Source)


À l'ONU, le président Poutine a appelé les Occidentaux à participer à une alliance militaire contre l'État islamique et à soutenir l'armée syrienne.

À Barack Obama, les mots. À Vladimir Poutine, les actes. Lundi matin, au siège des Nations unies à New York, le monde entier n'avait d'yeux que pour le président russe, chef d'orchestre d'une partition audacieuse, inédite, sur le règlement de la guerre en Syrie. À la tribune de l'ONU, le président russe s'est fait fort de présenter dans quelques jours une résolution au Conseil de sécurité afin de « coordonner toutes les démarches contre l'État islamique» par une «véritable coalition mondiale contre le terrorisme ».

La veille, Bagdad, cet allié supposé des États-Unis, avait annoncé à la surprise générale la conclusion d'un accord de partage du renseignement entre la Russie, l'Iran, l'Irak et la Syrie. Sans en avoir avisé au préalable Washington. Le Kremlin enfonçait un deuxième coin dans la stratégie américaine en Syrie, désormais en lambeaux, après le déploiement accéléré de moyens militaires russes sur le terrain, pour soutenir Damas.

À 10 heures, Barack Obama s'est adressé devant la 70e Assemblée générale de l'ONU et ses cent quatre-vingt-treize délégations. Il s'est dit « prêt à collaborer avec la Russie et l'Iran », qualifiant cependant le président Bachar el-Assad de « tyran » qui déverse des « barils explosifs » sur son peuple et « massacre des enfants innocents ».

Première rencontre Obama-Poutine depuis dix mois

Sitôt son discours terminé, le locataire de la Maison-Blanche a rencontré Vladimir Poutine, pour la première fois depuis dix mois et le sommet du G20 de Brisbane (Australie). Le dernier échange substantiel entre les deux hommes remontait au 17 juin 2013 à Lough Erne (Irlande du Nord) et s'était conclu sur une divergence de vues à propos des origines du conflit syrien. Washington rejette la responsabilité de l'émergence du groupe « État islamique » sur Damas. Moscou renvoie cette responsabilité sur Washington et présente le régime syrien comme le meilleur rempart contre le déferlement islamiste au Moyen-Orient.

Sans option satisfaisante face à l'abîme, Barack Obama devait s'entretenir avec son ombrageux homologue russe. La forte inimitié personnelle entre les deux Grands ne pèse guère au regard des enjeux au Moyen-Orient. La guerre de Syrie, avec 300.000 morts et ses millions de déplacés, déborde sur les frontières de l'Union européenne, qui encaisse la plus grande crise migratoire depuis la défaite de l'Allemagne nazie en 1945. Daech, quant à lui, étend son influence mortifère. La formation de rebelles syriens modérés par Washington est un fiasco. Poutine n'a pas manqué de le souligner à plusieurs reprises, raillant les livraisons d'armes qui ont fini dans les mains des islamistes.

La politique du « ni-ni », ni Assad ni Daech, préconisée jusqu'ici par les Occidentaux, est battue en brèche par le magistral coup de dés poutinien. Devant l'ONU, celui-ci a qualifié de « grave erreur » l'obstination occidentale à ignorer le gouvernement syrien, rappelant qu'il était « le seul avec les (pechmergas) kurdes » à s'opposer avec succès aux djihadistes.

Malgré les grincements diplomatiques, la nécessité d'un compromis international visant à relancer un plan de paix moribond, au besoin en reprenant langue avec Damas, semblait s'imposer à tous lundi à Manhattan. À défaut d'un partenariat stratégique visant à sceller l'encerclement de Daech et la réduction du « cancer » djihadiste en Syrie-Irak, Américains et Russes pourraient dans les coulisses de l'ONU s'entendre sur une coordination opérationnelle minimale visant à éviter des incidents militaires dans l'espace aérien de la Syrie, ouvert à tous les vents. Difficile d'espérer plus à défaut d'une reconstitution de l'axe stratégique Moscou-Washington.

**

RPS : l'incompétence en actions !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par ano le Mar 29 Sep 2015 - 9:54


Syrie : comment Hollande et la France se sont (une nouvelle fois) fait mettre hors jeu par leurs partenaires

atlantico, le 29 Septembre 2015
(Source)


Ces derniers jours, les positions de nombreux chefs d'Etat, au regard de Bachar el Assad, ont évolué. Si beaucoup critiquaient jusqu'alors l'alliance entre la Syrie et la Russie, bien des pays semblent à présent changer d'avis au vue de la menace représentée par Daesh.

Atlantico : Vladimir Poutine rencontre Barack Obama lundi 28 septembre pour discuter d'une éventuelle alliance avec Bachar El Assad. Les gouvernements britanniques et allemands semblent également avoir évolué sur leurs positions à l'égard de Damas dans l'espoir de contrer la menace que représente Daesh. Où en est le gouvernement français sur ce dossier ?

Rolland Lombardi : Ce lundi à l’ONU, le président des Etats-Unis, Barack Obama, bien que réservé sur le sort du « tyran » de Damas qui « massacre des enfants innocents », a tout de même déclaré qu’il était prêt, afin de trouver une issue à la guerre en Syrie, à travailler avec la Russie et l’Iran qui sont pourtant les soutiens indéfectibles du régime de Bachar el-Assad.

Ce sursaut de réalisme géopolitique et le scénario qui est en train de se mettre en place, je l’avais parfaitement annoncé en novembre 2014 dans une tribune intitulée : « L’Etat islamique, une chance pour le Moyen-Orient ? ». Dans celle-ci, j’avais notamment écrit que la Russie et l’Iran deviendraient incontournables pour toute solution en Syrie et en Irak. De plus, Vladimir Poutine démontre une nouvelle fois qu’il est le maître du jeu. Depuis près de quatre ans, que cela soit en Crimée, en Ukraine (que la guerre syrienne fait d’ailleurs passer au second plan) ou au Moyen-Orient, le président russe ne s’est jamais trompé et gagne toutes les parties avec quatre ou cinq coups d’avance. Qu’on l’apprécie ou pas, on ne peut qu’assister à sa virtuosité sur l’échiquier international. Mais même s’il est très doué, il s’appuie aussi, depuis des années, sur une politique diplomatique cohérente, claire, réaliste et pragmatique. En Méditerranée et au Moyen-Orient, comme je l’expliquais dans une autre analyse en février 2013, les Russes sont, avec les Israéliens, les meilleurs connaisseurs de l’Islam et des réalités du monde arabe : leurs prévisions sur l’issue des « printemps arabe », pourtant fort critiquées par un Occident naïf, se sont toutefois, avec le recul, avérées des plus exactes.

De fait, la politique russe dans la région est claire : lutte sans merci contre l’islam radicale, protection des chrétiens d’Orient et le commerce ne vient qu’après. Et ça marche ! Ainsi, tout en devenant incontournable dans la région, la Russie parle à tout le monde et fait aussi de très bonnes affaires avec par exemple l’Algérie, l’Egypte, Israël, la Turquie et l’Iran !

Ce dimanche 27 septembre a marqué le début des frappes aériennes en Syrie. A ce propos Manuel Valls a déclaré que « Bachar El Assad ne peut être la solution en Syrie ». Cependant, la France se retrouvant seule sur ce dossier, sa position est-elle tenable ? N'est-ce pas risquer d'être hors jeux sur la scène internationale ?

Rolland Lombardi : Les dernières frappes aériennes françaises en Syrie, justifiées par le « droit de légitime défense préventif », ont eu lieu juste avant les grands discours des chefs d’Etats aux Nations Unies. Il fallait bien sûr marquer le coup. Très symboliques, espérons cependant qu’elles auront le mérite d’éliminer purement et simplement un certain nombre de djihadistes français qui auraient pu revenir un jour ou l’autre sur le territoire français… Quant à la position surréaliste de la France, elle est le résultat direct de sa diplomatie économique (alignement sur la politique néfaste et désastreuse de ses riches clients du Golfe) et de l’émotionnel (bien qu’à géométrie variable…). Elle est aussi et surtout le fruit d’analyses totalement fausses dès le début de la crise. Christian Chesnot et de Georges Malbrunot évoquent très bien toutes ces graves erreurs dans leur livre, Les Chemins de Damas, paru en 2014. Les dirigeants français sont restés sourds aux avertissements de nos militaires, de nos services de renseignements ou de vrais spécialistes de la Syrie comme l’ancien responsable de la DGSE, Alain Chouet ou le géographe, Fabrice Balanche. J’avais moins même prédit qu’Assad ne tomberait pas aussi facilement que certains l’affirmaient. Même l’ancien ministre des Affaires étrangères et expérimenté Hubert Védrine, qui dénonçait l’Irealpolitik des gouvernements français, ne fut pas entendu. Au lieu de cela, les responsables français ont préféré se fier aux conseils angéliques de deux ou trois politologues et orientalistes, considérés, à tort, comme les plus grands spécialistes du monde arabe. Ceux sont pourtant ces mêmes idéologues qui affirmaient, depuis le début, qu’Assad tomberait en quelques semaines, que les Russes et les Iraniens lâcheraient le régime, et qui soutiennent encore mordicus (frisant le ridicule), qu’une opposition laïque et démocratique existe encore ! Il y a encore quelques jours, « ce petit milieu du Damas-sur-Seine », comme l’appelle Alain Chouet, avait encore le culot de déclarer que « bombarder Daesh n’était pas la solution, qu’il fallait plutôt bombarder Assad » et, comble de l’absurde, « qu’il fallait miser sur les islamistes modérés » ! Le problème pour la sécurité des Français, les intérêts et l’image de la France, c’est que ces doux rêveurs sont toujours là et qu’ils parlent encore aux oreilles de nos ministres et de nos diplomates…

Pour faire changer d’avis le président français et le Premier ministre sur la Syrie, il faudrait peut-être que Bachar el-Assad se décide à acheter une vingtaine de Rafale…qui sait ?

Plus sérieusement, il n’y a jamais eu et il n’y a toujours pas d’alternative sérieuse au président syrien. Que cela nous plaise ou non, il faut compter avec lui. Nos dirigeants ne l’ont toujours pas compris et préfèrent persévérer dans un aveuglement idéologique. Enfin, déclarer que »Bachar El Assad ne peut être la solution en Syrie » est une preuve de plus de la méconnaissance de l’histoire et des réalités de la région. Car après les accords de Taëf d’octobre 1989, ceux qui se sont entretués et massacrés au Liban pendant dix ans, ont finalement réussi à déposer les armes et à se réconcilier…

Plus généralement, la position des Etats-Unis à l'égard de l'Iran ou la place tenue par l'Arabie saoudite dans la région ont évolué ces derniers mois.

Quid de la position française quant à ces pays ? Le gouvernement français devra-t-il également nuancer ses positions au risque de les rendre moins lisibles (pour sa population) ?

Rolland Lombardi : Même l’ « allié » saoudien de la France a évolué sur la question… Paris se retrouve donc comme le dindon de la farce puisque sa position en Syrie, on l’a vu, avait en partie pour but de faire plaisir aux pétromonarchies du Golfe…

Il ne faut pas se leurrer. Le président français fera finalement ce que lui dit de faire Obama. Les Américains, même passifs, timorés et en période pré électorale, ont toutefois pris conscience que les solutions viendront des pays les plus déterminés comme la Russie et l’Iran. Pour la France, ce sera un fiasco ridicule de plus pour sa diplomatie… comme en août 2013 !

**

PS : l'incompétence en actions !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
sakura FN

Age : 63
Date de naissance : 29/08/1954
Localisation : SUR LA LUNE...AILLEURS...
Vierge Date d'inscription : 14/12/2012
Passion : UN MONDE MEILLEUR...

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par sakura FN le Mar 29 Sep 2015 - 10:05

Presque toutes les 359 vidéos successives , les unes après les autres , qui suivent sont à visionner patiemment...

avatar
Chevalier du Temple

Age : 71
Date de naissance : 13/11/1945
Localisation : New York USA
Scorpion Date d'inscription : 20/08/2013
Passion : Histoire & littérature
Humeur : Patriotique

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par Chevalier du Temple le Mar 29 Sep 2015 - 19:25

Encore une fois, à l'ONU, Obama n'a fait que réitérer ses mensonges habituels sur Bachar al-Assad. Son idée fixe, c'est de se débarrasser d'un allié de la Russie de Poutine pour le remplacer bien vite, par une marionnette pro-américaine. Aucune importance si Bachar est le seul rempart contre le cancer vert que représente l'E.I.

Obama a décidé d'armer et de soutenir des groupes "rebelles" syriens qui n'ont d'ailleurs aucune chance de contrôler la Syrie face au pouvoir de l'E.I. Il parle d'éradiquer l'E.I. mais n'entreprend rien de sérieux à cet effet, car les frappes aériennes américaines sont inefficaces. Obama a même tout fait pour neutraliser les Kurdes qui sont les seuls à obtenir des résultats militaires contre les combattants de l'E.I. Probablement pour plaire à son ami et allié turc, Erdogan. Notons au passage que le fait d'armer et de soutenir une insurrection et une guerre civile contre un État légitime, représente une violation du droit international. Cela ne semble pas les déranger.

On peut donc dire que les Américains ont une grande part de responsabilité dans la destruction et la ruine de la Syrie, et que la politique étrangère d'Obama est désastreuse au Proche-Orient. Il est dur de s'habituer aux interventions militaires des États-Unis qui sont une source de chaos, de destruction, et de déstabilisation. Les Américains n'ont fait que semer, partout, la destruction, la misère et la mort.
avatar
Invité
Invité

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par Invité le Mer 30 Sep 2015 - 9:25

dans l'horreur de la guerre Bashar el-Assad les massacres ont ete reconnu par le monde entier ceux de Bashar ne sont pas tous prouves preuves en main mais François Hollande et Laurent Fabius font etalage de leur penchant pour l'Islam et anti chretien ca va de soit
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par ano le Mer 30 Sep 2015 - 10:34


Paris ouvre une enquête contre Assad pour « crimes de guerre »
le figaro, afp, le 30 septembre 2015
(Source)


Une enquête pénale pour « crimes de guerre » a été ouverte en France visant le régime de Bachar el-Assad, pour des exactions commises en Syrie entre 2011 et 2013. Après un signalement du Quai d'Orsay, le parquet de Paris a ouvert le 15 septembre une enquête préliminaire pour « crimes de guerre », a annoncé une source proche du dossier, une information confirmée par une source diplomatique.

L'enquête se base notamment sur le témoignage de « César », un ex-photographe de la police militaire syrienne qui s'était enfui de Syrie en juillet 2013, en emportant 55.000 photographies effroyables de corps torturés.

**

PS : l'incompétence en actions !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît. (Audiard)


avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par ano le Mer 30 Sep 2015 - 17:38


La Russie a entamé ses premiers bombardements en Syrie
le figaro, le 30 septembre 2015
(Source)


Le Parlement russe avait donné le feu vert mercredi à Vladimir Poutine pour une action militaire. Les États-Unis jugent que ces premières frappes sont « contre-productives » et ne visaient pas Daech.

La Russie a officiellement commencé sa campagne militaire contre les « terroristes » de Syrie, quelques heures après un vote en ce sens de son Parlement. Mercredi, les avions de Moscou ont frappé leurs premiers objectifs situés dans la région de Homs mais aussi à Hama et à Lattaquié. Les bombes ont été larguées sur des « équipements militaires » et « des stocks d'armes et de munitions » de l'État islamique, ont affirmé dans l'après-midi les autorités russes.

Une entrée en campagne attendue

Si les Russes entrent officiellement en campagne aujourd'hui, en pratique, leurs forces sont présentes depuis plusieurs mois dans le pays, en soutien au régime de Bachar el-Assad. L'officialisation de cette présence russe dans le conflit était latente depuis plusieurs jours. Lundi, devant l'Assemblée générale de l'ONU, le président américain, Barack Obama, avait indiqué que son pays, qui dirige la coalition internationale contre Daech, était prêt « à travailler avec toutes les nations, y compris la Russie et l'Iran ». Américains et Russes s'étaient ensuite entretenus de détails pratiques concernant l'action militaire sur le terrain.

Mercredi matin, les sénateurs russes avaient autorisé Valdimir Poutine à utiliser la force aérienne dans le conflit. Cette autorisation ne couvre pas l'envoi de troupes au sol. Pour parer l'opération d'un voile de légitimité, l'administration russe a fait savoir qu'elle avait reçu une demande d'aide officielle du régime syrien.

Incertitude sur les cibles russes

Cependant, les États-Unis semblent avoir été surpris par la rapidité et les objectifs de ces premières frappes. Ces derniers estiment que les cibles ne se trouvaient pas dans des secteurs tenus par l'État islamique. Un constat partagé par la France. « Les forces russes ont frappé en Syrie et curieusement elles n'ont pas frappé Daech », a dit le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. De source diplomatique française, on disait auparavant que les groupes d'opposition avaient sans doute été visés. « C'est sans doute sur les groupes d'opposition, ce qui confirme qu'ils sont davantage dans le soutien au régime de Bachar el-Assad que dans la lutte contre Daech », indiquait-on. John Kerry a dénoncé des frappes « contre-productives ».

Moscou affiche un soutien sans faille au régime de Bachar el-Assad depuis le début du conflit, contrairement aux Américains, qui souhaitent le départ de celui que Barack Obama qualifie de « tyran ». Pour faire bonne figure, Vladimir Poutine a appelé le président syrien, après l'annonce de ces premières frappes, au « compromis » avec l'opposition.

Les réticences américaines ont également été balayées par l'Église russe. « Le combat contre le terrorisme est une guerre sainte et aujourd'hui, notre pays est peut-être celui qui le combat le plus activement », a déclaré son porte-parole. Un soutien total également affiché par le grand mufti de Russie.

navarre

Age : 78
Date de naissance : 08/09/1939
Vierge Date d'inscription : 18/07/2015
Passion : bridge

la propagande...une arme de lâches.....

Message par navarre le Ven 2 Oct 2015 - 10:37

C'est tirer dans le dos quand on utilise la propagande..... les US sont les maîtres de cet art.....CITOYENS soyez
extrêmement vigilants, bandez vos esprits et présentez alors votre bouclier contre toutes ces flèches
médiatiques  ou fausses informations...Les politiciens US n'ont pas d'âmes, ou plutôt leurs âmes sont vendues
au diable  : une seule arme pour eux "THE MONEY".... l'Arabie Saoudite, le Quatar idem.. pire que des sectes
qui souvent, elles, ont pignon sur rue....la propagande, on la paye...regardez tous ces médias qui en font
la démonstration journalière!!!..heureusement que les écrivains sont là pour faire contre-poids. Une vraie
liberté d'expression, tels Zemour, Onfray... Préservez votre jugement, car c'est encore la seule liberté dont nous sommes propriétaires et dont la réalisation se traduira par nos "bulletins de VOTES". Là, on pourra dire avec
MARINE,comme Jean Gabin a su si bien le chanter ..... "JE SAIS....JE SAIS.....JE SAIS ".


Quand je pense que, pour un peuple soi-disant démocratique, ces US  laissent des armes mortifères dans les mains de leurs citoyens !!! Il ne se passe pas un mois sans tueries sauvages chez eux et ils viennent nous parler des 33 civils (soi-disant) tués en Syrie par les Russes, alors que cette Syrie est en pleine guerre !!! Avez-vous entendu parler de tels carnages en Russie ???
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par ano le Ven 2 Oct 2015 - 14:07


L'armée russe dit avoir frappé Raqqa, fief de Daech en Syrie

le jdd, afp, le 2 octobre 2015
(Source)


L'armée russe a annoncé vendredi avoir frappé pour la première fois la province de Raqqa, le fief du groupe de Daech (acronyme arabe de l'État islamique), lors de bombardements qui ont également visés les provinces d'Alep et d'Idleb. Vladimir Poutine est actuellement à l'Elysée pour s'entretenir de la Syrie avec François Hollande.

Alors que Vladimir Poutine est actuellement reçu à l'Elysée, les Russes ont affirmé vendredi avoir frappé Raqa, principal fief de l'Etat islamique dans le pays.  

Selon le ministère russe de la Défense, des bombardiers tactiques Soukhoï-34 ont frappé notamment un « poste de commandement qui était camouflé à Kasrat Faraj, au sud-ouest de Raqqa ». Les bombardements ont également visés les provinces d'Alep et d'Idleb.

Douze djihadistes tués

Selon Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'ONG Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), douze djihadistes de l'organisation extrémiste ont été tués dans ces premières frappes menées par la Russie. « Les frappes russes ont visé jeudi soir la périphérie ouest de la ville de Raqqa et la région où se trouve l'aéroport militaire de Tabqa, plus au sud-ouest, tuant au moins 12 djihadistes », a-t-il confirmé à l'AFP.

Cette annonce intervient alors que Washington et ses alliés soupçonnent la Russie de s'en prendre surtout aux opposants de son allié Bachar al-Assad, dans le nord-ouest du pays où l'EI est peu présent. Moscou, de son côté, affirme lutter contre Daech (acronyme arabe de l'EI) et « tous les autres groupes terroristes ».

« C'est Daech  qu'il faut viser et pas d'autres », insiste Hollande

Ces différends doivent être au coeur de discussions bilatérales vendredi entre le leader russe et le président François Hollande, puis avec la chancelière allemande Angela Merkel, en amont d'un sommet sur l'Ukraine. Vladimir Poutine est arrivé souriant vendredi matin à l'Elysée, où il a échangé une poignée de main cordiale avec le chef de l'Etat français.

La veille, ce dernier avait réclamé à Moscou de se concentrer sur l'EI en Syrie. « C'est Daech  qu'il faut viser et pas d'autres », avait dit le président Hollande.

**

RPS : l'incompétence en actions !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par ano le Ven 2 Oct 2015 - 14:13


Alliés d'Assad, l'Iran et le Hezbollah préparent une opération terrestre en Syrie

le jdd, le 1er octobre 2015
(Source)


Selon l'agence Reuters, qui cite des sources libanaises, les Iraniens et le Hezbollah, tous deux alliés d'Assad, préparent une large opération terrestre en Syrie.

Après les frappes russes en Syrie, bientôt l'opération terrestre de l'Iran? Selon l'agence de presse Reuters, qui cite deux sources libanaises, des centaines de troupes iraniennes sont arrivés en Syrie dans les 10 derniers jours et vont bientôt rejoindre les forces gouvernementales syriennes et leur allié du Hezbollah dans une massive opération terrestre soutenue par les frappes aériennes de l'aviation russe.

« Les frappes russes vont être bientôt accompagnées par une offensive terrestre de l'armée syrienne et de ses alliés », a indiqué à Reuters une source sécuritaire. Les deux sources ont indiqué que l'opération avait pour objectif de recapturer les territoires perdus par le président syrien Bashar El-Assad au profit des rebelles.

Les rebelles visés par les Russes

Comme le rappelait le Figaro en mars, le président Assad s’appuie depuis plusieurs mois sur le Hezbollah et des conseillers militaires iraniens pour lutter contre les rebelles syriens: « Assad n'a d'autre choix que de recourir à une aide de plus en plus lourde de ses alliés iraniens, du Hezbollah libanais, mais aussi de milices chiites irakiennes et afghanes. « Le Hezbollah avait l'habitude de travailler pour nous, observe un industriel syrien à Damas, dans Le Figaro. Maintenant, c'est nous qui travaillons pour eux. Avec les conseillers iraniens, ils sont les chefs. » »

Depuis le début de leur offensive aérienne, les Russes sont accusés de viser les rebelles plutôt que l'Etat islamique. Selon le sénateur américain John McCain, les bombardements russes en Syrie de mercredi ont visé des rebelles entraînés et financés par la CIA notamment pour combattre le groupe Etat islamique. Les rebelles syriens ont, eux-mêmes, confirmé à Buzzfeed qu'ils avaient été visés mercredi par des avions de la Fédération de Russie. Des avions russes ont encore  frappé jeudi un camp d'entraînement d'un groupe rebelle soutenu par les Etats-Unis dans le nord-ouest de la Syrie, a affirmé à l'AFP un porte-parole de cette faction. « A 10H30 locales (9h30, heure française), quatre avions russes ont visé le camp d'entraînement de Souqour al-Jabal (les Faucons de la montagne) avec dix missiles », a indiqué Moustapha Halabi à l'AFP via internet.

**

RPS : l'incompétence en actions !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
sakura FN

Age : 63
Date de naissance : 29/08/1954
Localisation : SUR LA LUNE...AILLEURS...
Vierge Date d'inscription : 14/12/2012
Passion : UN MONDE MEILLEUR...

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par sakura FN le Dim 4 Oct 2015 - 17:19

L'EI a un plan diabolique: utiliser des armes nucléaires

L'Etat Islamique prépare un plan diabolique. Les musulmans extrémistes souhaitent mener "la plus grande purification religieuse de l'histoire". Pour arriver à ses fins, le groupe terroriste est prêt à utiliser des armes nucléaires. C'est ce qui ressort du témoignage de Jürgen Todenhöfer, un journaliste allemand infiltré au sein de Daech pendant dix jours.

Lire la suite:
http://www.citoyens-et-francais.fr/2015/10/l-ei-a-un-plan-diabolique-utiliser-des-armes-nucleaires.html


Le Journaliste Allemand disait ceci:"Daech est l'ennemi le plus brutal et le plus dangereux que j'ai pu voir tout au long de ma carrière. Je ne sais pas qui pourra les arrêter à court terme. Si un geste doit venir, ce sera du côté arabe mais je suis pessimiste à ce sujet", conclut le journaliste allemand"

Par celui qui a créé les Cieux et la terre Un Syrien les vaincra suivi d'un autre mais pas de Syrie qui les rasera de la carte.....
La moitié ou presque entendra le Tonnerre de l'Avertissement et diront stop à nos crimes ......
Tout ceci arrivera avant fin 2017.

Pour ce qui est dit sur l'éventuelle possession de l'Armement Nucléaire par Daesh,il faut demander ceci à OBAMA et à Hollande!

France : une menace d'attentats djihadistes plus forte que jamais !
Experts et responsables estiment que des attaques islamistes d'une ampleur inégalée se préparent et risquent d'être impossibles à déjouer.

http://www.lepoint.fr/societe/france-une-menace-d-attentats-djihadistes-plus-forte-que-jamais-02-10-2015-1970068_23.php#

MAIS...

Poutine va les arrêter. Il ne fait pas semblant, il les frappe et s'apprête à envoyer hélicos, chars et troupes au sol pour nettoyer cette vermine.
Et ce sera comme c'est déja, n'en déplaise aux Occidentaux, aux Orientaux, aux USA, à la Turquie et Israël ..... sans quartier !!
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par ano le Dim 4 Oct 2015 - 21:05


Le ton monte entre l'Iran et le Golfe
le jdd, le 4 octobre 2015
(Source)


Allié de la Syrie, le régime des mollahs approuve l’intervention de la Russie et menace les monarchies pétrolières du Moyen-Orient.

Une guerre des mots qui n'en finit plus de monter. Surtout depuis que samedi dernier, les autorités de Ryad ont annoncé l'arraisonnement d'un navire chargé d'armes destinées aux miliciens houthis pro-iraniens, en guerre contre le gouvernement yéménite du président Abd Rabbo Mansour Hadi, lui-même soutenu par la coalition arabe menée par l'Arabie saoudite. Selon Ryad, la cargaison dans ce bateau enregistré comme « embarcation de pêche », contenait plus de 70 obus anti-blindés.

Téhéran montre ses muscles

Samedi, le Yémen a décidé de fermer son ambassade à Téhéran pour protester contre « l'ingérence » de l'Iran. « Personne n'imaginait sérieusement que l'Iran finirait par s'intégrer gentiment dans le concert des nations après l'accord sur le nucléaire iranien », commente une source française au plus près du dossier. Mais le soutien massif apporté à Bachar El-Assad, via le Hezbollah et les Gardiens de la révolution, et une forme de partage des tâches avec la Russie pour défendre, d'un côté, Lattaquié et Tartous sur le littoral et, de l'autre, Damas, montre que Téhéran, soupçonné d'avoir cédé aux grandes puissances sur le dossier du nucléaire, entend montrer ses muscles dans toute la région.

**

RPS : l'incompétence en actions !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
kabout

Age : 54
Date de naissance : 14/09/1963
Localisation : picardie
Vierge Date d'inscription : 20/02/2015
Passion : tir, armes.

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par kabout le Dim 4 Oct 2015 - 22:39

Incompétence Hollande: les avions Français ne bombardent pas DAESH mais des enfants syriens

Le 27 septembre 2015, Hollande et Fabius se sont fait plaisir en bombardant la Syrie. Depuis le temps qu’ils en rêvaient… Pendant 5 heures, 5 avions de chasse Rafale ont pilonné un camp d’entrainement de l’état islamique en Syrie. « Il s’agit d’une frappe délibérée sur un objectif reconnu préalablement. Nos renseignements recoupés avec ceux de la coalition ont clairement établi que ce camp est occupé et actif », précise le Ministère de la Défense.


Mais voilà. L’incompétence des socialistes et de Hollande dans tous les domaines : dette, chômage, fraude fiscale… s’étend aussi aux opérations militaires.
Selon une ONG syrienne, le raid contre le camp d’entrainement aurait fait 30 morts, parmi lesquels 12 enfants, soit pratiquement la moitié. (1)
Il faut quand même se rappeler que l’opération française a été précédée de nombreux survols de la Syrie pour repérer les cibles. Alors soit le bombardement de ce camp d’entrainement où se trouvaient de nombreux enfants est volontaire et c’est très grave, soit c’est la preuve de la totale improvisation des opérations françaises en Syrie et c’est tout aussi grave. Aujourd’hui la France bombarde des enfants, demain elle bombardera des civils ?



Et non contents de massacrer des enfants, on viole en plus le droit international. Les frappes françaises sur un territoire souverain, reconnu par l’ONU sont effectuées sans aucune base juridique internationale. Voilà qu’Hollande en Syrie se prend pour Bush en Irak.
Jean-Yves le Drian, ministre français de la Défense affirme avec fierté : « Nous avons frappé militairement un site extrêmement sensible pour Daech ». Tu m’étonnes. C’est sensible des enfants, surtout ceux qui sont enrôlés de force ou manipulés par des fous.
On à l’air malin… Nous qui sommes en train de sermonner la Russie car elle frapperait, non pas les terroristes de l’état islamique, mais les terroristes d’Al Quaïda armés et financés par l’Amérique, la France et l’Arabie Saoudite. (1)
Vous ne saviez pas ? En Syrie, il y a les bons terroristes et les méchants terroristes. Les bons terroristes, ce sont les terroristes qui massacrent, pillent, assassinent tous ceux qui sont pour Bachar El Assad mais qui sont financés par les Américains et leurs valets.
Les méchants terroristes, ce sont les terroristes qui massacrent, pillent, assassinent tous ceux qui sont pour Bachar El Assad, mais qui menacent les Américains et leurs valets.
Nous, la France, on frappe les méchants terroristes, enfin, leurs enfants surtout. Ils courent moins vite, c’est plus facile.
Les Russes, eux, frappent les terroristes, les « bons » et les « méchants ». Et ça, ça contrarie fortement Hollande qui est en train de devenir tout rouge de colère : « c’est Daech qu’il faut viser et pas les autres » répète-t-il à Poutine… Sinon quoi ? On ne vendra pas nos Mistral à la Russie ?
Hollande, ce nain politique qui se cache derrière un casque, à califourchon derrière son garde du corps, pour des parties de jambes en l’air avec sa maîtresse veut peser sur la scène internationale et donner des leçons de géostratégie à Poutine. La bonne blague.
A Moscou, on en rigole encore.
Pendant ce temps, en Syrie, on enterre les enfants tués par des bombes françaises.


Source

Solaris

Age : 37
Date de naissance : 16/05/1980
Taureau Date d'inscription : 09/01/2015
Passion : L'Histoire

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par Solaris le Lun 5 Oct 2015 - 1:11

ano a écrit:
Le ton monte entre l'Iran et le Golfe
le jdd, le 4 octobre 2015
(Source)


Allié de la Syrie, le régime des mollahs approuve l’intervention de la Russie et menace les monarchies pétrolières du Moyen-Orient.

Une guerre des mots qui n'en finit plus de monter. Surtout depuis que samedi dernier, les autorités de Ryad ont annoncé l'arraisonnement d'un navire chargé d'armes destinées aux miliciens houthis pro-iraniens, en guerre contre le gouvernement yéménite du président Abd Rabbo Mansour Hadi, lui-même soutenu par la coalition arabe menée par l'Arabie saoudite. Selon Ryad, la cargaison dans ce bateau enregistré comme « embarcation de pêche », contenait plus de 70 obus anti-blindés.

Téhéran montre ses muscles

Samedi, le Yémen a décidé de fermer son ambassade à Téhéran pour protester contre « l'ingérence » de l'Iran. « Personne n'imaginait sérieusement que l'Iran finirait par s'intégrer gentiment dans le concert des nations après l'accord sur le nucléaire iranien », commente une source française au plus près du dossier. Mais le soutien massif apporté à Bachar El-Assad, via le Hezbollah et les Gardiens de la révolution, et une forme de partage des tâches avec la Russie pour défendre, d'un côté, Lattaquié et Tartous sur le littoral et, de l'autre, Damas, montre que Téhéran, soupçonné d'avoir cédé aux grandes puissances sur le dossier du nucléaire, entend montrer ses muscles dans toute la région.

**

RPS : l'incompétence en actions !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Franchement qu'ils se fassent la guerre entre eux, tous les pays du Moyen-Orient, la seule chose, qu'on ferme les frontières de l'Europe nous n'avons rien à faire avec ces gens.
avatar
kabout

Age : 54
Date de naissance : 14/09/1963
Localisation : picardie
Vierge Date d'inscription : 20/02/2015
Passion : tir, armes.

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par kabout le Lun 5 Oct 2015 - 8:05

Le lieutenant Reem Hassan se serait sacrifiée, dans un combat à 1 contre 50, pour que les combattants Chrétiens et Kurdes puissent se replier…
L’unité kurde du lieutenant Reem Hassan avant l’embuscade dans le Ghab, région de l’Ouest syrien.

La résistance Kurde vient de le confirmer : le lieutenant Reem Hassan, chef d’une unité combattante chrétienne et kurde est  tombée au combat, voici 48 heures, dans un affrontement contre l’Etat Islamique dans le Ghab, région de l’Ouest syrien. Son unité serait tombée dans une embuscade tendue par des unités de DAECH, et le lieutenant Reem Hassan se serait sacrifiée, dans un combat à 1 contre 50, pour que les combattants Chrétiens et Kurdes puissent se replier…. Pendant ce temps là, à nos frontières, les migrants font preuve de courage, en se sauvant par dizaine de milliers et en tournant le dos à leurs « pays menacés » et à l’élite de leur jeunesse qui, elle, a choisi de combattre…

Pour de nombreux officiers Français, tenus à un devoir de réserve, la Jeanne d’Arc Kurde Reem Hassan est devenue, en quelques heures, leur « petite soeur de combat ». Certes, le lieutenant Reem Hassan, chef d’une unité combattante chrétienne et kurde, n’avait pas le béret rouge des unités parachutistes Françaises, mais elle était devenue, ces derniers mois, le cauchemar des combattants de DAECH, son unité s’infiltrant dans les lignes ennemies, pour déstabiliser le front, dans le Ghab, région de l’Ouest syrien.
Ces images et ces informations, tirées de la terrible réalité des combats, n’ont rien à voir avec les opérations de manipulation de l’image du cadavre du petit Aylan Kurdi, qui est arrivée « à point » nommé pour que les opinions des pays Européens acceptent, les yeux fermés, l’accueil de centaines de milliers de réfugiés. Lire aussi http://ripostelaique.com/il-prone-laccueil-de-100-millions-dafricains-bhl-un-charognard-de-lhumanitaire-au-service-des-migrants.html
Il y a quelques jours, pour illustrer notre article http://ripostelaique.com/le-general-henri-poncet-accuse-la-classe-politique-francaise-dincurie.html , nous avions choisi l’unité kurde du lieutenant Reem Hassan pour illustrer les sacrifices des unités de combattantes kurdes qui tentent d’arrêter DAECH et manquent cruellement de matériel lourd, de canons, de mortiers… abandonnées dans les sables, comme les combattants de Bir Hakeim du Général Koenig et du capitaine Pierre Messmer, par une France, une Europe, des dirigeants politiques focalisés sur l’accueil des migrants et insensibles à la détresse des combattants anti DAECH !
Lors de notre choix photographique, nous étions loin d’imaginer l’enfer qui attendait cette petite unité combattante et la fin tragique du lieutenant Reem Hassan, qui affrontait un ennemi 50 fois supérieur, sans arme lourde, et sans les appuis aériens des Rafales et des Tornado, dont « on rebat les oreilles » aux citoyens Français et Anglais.
Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

navarre

Age : 78
Date de naissance : 08/09/1939
Vierge Date d'inscription : 18/07/2015
Passion : bridge

bravo les russes....

Message par navarre le Lun 5 Oct 2015 - 12:54

C'est vrai .....eux ils ne font pas dans la dentelle en Syrie, pas comme nos gouvernants à Calais avec nos migrants !!!
avatar
kabout

Age : 54
Date de naissance : 14/09/1963
Localisation : picardie
Vierge Date d'inscription : 20/02/2015
Passion : tir, armes.

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par kabout le Lun 5 Oct 2015 - 17:52

mais c'est comme ceci qu'il faut que cela fonctionne,arrété d'abaisser son froc et taper dedans !! je sais que Marine également fonctionne comme Poutine,quand l'on veut diriger un pays peu importe sa superficie il faut du caractére,ce qu'hollande ne possedera jamais ce neuneu,gnnnééé gnnnééé,bravo aux russes et pas de doutes ils seront nos prochains alliés sur qui l'ont pourra compter.
avatar
sakura FN

Age : 63
Date de naissance : 29/08/1954
Localisation : SUR LA LUNE...AILLEURS...
Vierge Date d'inscription : 14/12/2012
Passion : UN MONDE MEILLEUR...

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par sakura FN le Mar 6 Oct 2015 - 15:42

Des terroristes takfiri ont été faits prisonniers par l’armée syrienne au nord-ouest d’Alep. Ils ont avoué avoir été formés en Turquie par des instructeurs venus des Etats-Unis, mais aussi de l’Arabie saoudite et du Qatar.

http://www.medias-presse.info/des-islamistes-takfiri-avouent-avoir-ete-entraines-par-des-americains-en-turquie-et-payes-en-dollars/34866


75 terroristes entraînés par Washington, débarquent en Syrie

http://www.jacques-tourtaux.com/blog/syrie/syrie-75-terroristes-entraines-par-les-usa-debarquent.html


Des armes américaines remises à al-Nosra

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/26/97001-20150926FILWWW00022-des-armes-americaines-remises-a-al-nosra.php
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par ano le Mer 7 Oct 2015 - 8:32


Un rapport décrypte la machine à propagande de l'EI sur Internet
le point, afp, le 6 octobre 2015
(Source)


Réalisé par un groupe de réflexion britannique, le rapport « Documenting the virtual caliphate » décrit l'efficacité du « califat virtuel ».

Internet est le terrain de recrutement favori pour le groupe État islamique (EI). Celui-ci a créé sur la toile un « califat virtuel ». C'est une machine de propagande élaborée et très efficace, que rien ne vient pour l'instant contrecarrer, assure dans un rapport le groupe de réflexion britannique Quilliam, spécialisé dans la déradicalisation. Pour cette enquête, publiée mardi, une équipe dirigée par le chercheur Charlie Winter de la Quilliam Foundation a enregistré, du 17 juillet au 15 août, tout ce que l'EI a mis en ligne via ses unités de production et de communication. Le résultat est, selon lui, éloquent : 1 146 entrées sur Internet (essentiellement via les réseaux sociaux) ont été enregistrées, soit plus de 38 par jour, que ce soient des photos, des vidéos, des articles ou des enregistrements audio.

« Sans rival »

« Cette opération de propagande est sans rival », assure Haras Rafiq, directeur de Quilliam. « Elle implique des équipes dédiées qui, de l'Afrique de l'Ouest à l'Afghanistan, travaillent sans relâche, nuit et jour, à la production et la dissémination de la marque califat ». La traduction, le classement et l'étude de ces 1 146 entrées ont permis de constater que, si la violence et les combats sont largement documentés, plus de la moitié des documents postés par l'EI ont pour but de décrire, sous un jour flatteur, la vie quotidienne dans les régions que contrôle l'EI en Syrie et en Irak afin d'attirer des volontaires du monde entier.

Les images d'une ultra-violence sont toujours présentes mais semblent désormais surtout destinées à « intimider les populations afin de décourager les velléités de rébellion et de dissidence », ajoute le rapport. « La quantité, la qualité et la variété de la propagande de l'État islamique au cours de ce seul mois dépassent de loin la quantité, la qualité et la variété des tentatives, par les acteurs étatiques et non étatiques, menées pour tenter de la contrecarrer, estime le rapport. Tous les efforts en cours doivent être largement accrus pour espérer progresser dans ce sens. »

Le rapport, « Documenting the virtual caliphate », est disponible à cette adresse : http://www.quilliamfoundation.org/wp/wp-content/uploads/2015/10/FINAL-documenting-the-virtual-caliphate.pdf


**

EI : L'Ennemie de l'Intelligence ?!


RPS : l'incompétence en actions !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
jean

Date d'inscription : 03/06/2011

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par jean le Mer 7 Oct 2015 - 20:25

Bassam Tahhan sur la Syrie : Assad, bourreau ou victime ?

Publié le 3 octobre 2015 par Olivier Demeulenaere


Clair, net, précis… et implacable. A voir absolument ! Tout est faux, biaisé et malhonnête dans ce qu’on nous raconte sur cette guerre. Bassam Tahhan ne mâche pas ses mots et il a bien raison. OD




***************************************************************************************
Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre.

George Orwell

« Il est plus difficile de désintégrer une croyance qu'un atome »
( Albert Einstein)

Contenu sponsorisé

Re: Daesh, Daesh, Isis...

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 24 Sep 2017 - 5:10