www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Scandale ! L'immunité parlementaire de Marine Le Pen levée parce qu'elle a osé montrer la vérité sur les atrocités commises par Daech flechegauche LA flechedroite

Bien plus Fédéralocritiques qu’eurosceptiques !

Partagez
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Bien plus Fédéralocritiques qu’eurosceptiques !

Message par ano le Lun 26 Oct 2015 - 11:01


Législatives en Pologne : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques
les échos, le 25 octobre 2015
(Source)


Le parti Droit et Justice a recueilli 38 % des voix selon les dernières projections de la nuit. Le pays sera dirigé par un seul parti pour la première fois depuis la chute du communisme.

Les conservateurs catholiques du parti eurosceptique Droit et Justice (PiS, opposition) de Jaroslaw Kaczynski ont obtenu la majorité absolue aux élections législatives polonaises, selon des projections de trois chaînes de télévision rendues publiques dimanche soir et actualisées dans la nuit...

D'après ces projections communes fondées sur un sondage réalisé à la sortie des bureaux de vote, Droit et Justice a recueilli 38% des voix, ce qui lui donne 238 des 460 sièges de députés. Les libéraux centristes de la Plateforme civique (PO) de la Première ministre sortante Ewa Kopacz ont obtenu 23,4%, soit 135 sièges.

Le mouvement antisystème du rockeur Pawel Kukiz arrive troisième avec 44 mandats, le parti Nowoczesna (Moderne) du néo-libéral Ryszard Petru en a 24 et le parti paysan PSL, allié des libéraux sortants, 18.

La gauche écrasée

Dans ses premiers commentaires, Jaroslaw Kaczynski a souligné que c'était la première fois dans l'histoire de la Pologne depuis la chute du communisme qu'un parti allait gouverner seul ce pays et a dit qu'il voulait « tendre la main » aux partis qui voudraient collaborer avec le PiS.

De son côté, la Première ministre sortante Ewa Kopacz, a reconnu sa défaite, tout en déclarant que son parti « n'avait pas perdu ces huit dernières années ». « La Pologne est un pays qui progresse du point de vue économique, où le chômage est à un chiffre. C'est dans cet état que nous laissons la Pologne à ceux qui ont remporté les élections aujourd'hui ».

Quant à la gauche, représentée par deux formations concurrentes, elle est éliminée, pour la première fois depuis la chute du régime communiste en 1989, du futur parlement, pour n'avoir pas atteint les seuils d'éligibilité.

**
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Bien plus Fédéralocritiques qu’eurosceptiques !

Message par ano le Mar 27 Oct 2015 - 12:18


Communiqué de presse de la délégation FN/RBM au Parlement européen

27 octobre 2015
(Source)


Edouard Ferrand, vice-président du groupe Europe des Nations et des Libertés au Parlement européen et chef de la Délégation des députés Front National/RBM, se félicite du triomphe du Parti Droit et Justice lors des élections générales en Pologne. Ces élections polonaises marquent le refus d’un peuple indéfectiblement lié au peuple français de ne plus accorder le moindre crédit à la politique dictée depuis Bruxelles. La défaite des libéraux polonais est aussi un désaveu clair et net pour Donald Tusk , ancien Premier ministre libéral polonais et président statutaire du Conseil européen, serviteur zélé de la politique bruxelloise alors qu’il est censé représenter le pouvoir des Etats-Nations au sein de l’Union européenne. Le vote du peuple polonais est une fois de plus le révélateur, élection après élection, de la résistance des peuples européens aux diktats bruxellois et mondialistes

**

Dites Stop au fédéralisme, Votez FN !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Bien plus Fédéralocritiques qu’eurosceptiques !

Message par ano le Mer 16 Déc 2015 - 13:08


M. Schulz s'en prend à la Pologne :

l'UE de plus en plus dictatoriale !


Communiqué de presse de Nicolas Bay
Député français au Parlement européen
Secrétaire général du Front National
16 décembre 2015
(Source)


La violence des attaques du président du Parlement européen Martin Schulz à l’égard du gouvernement polonais témoigne une nouvelle fois de ce profond mépris qu’a l’Union européenne pour la volonté des peuples dès lors que celle-ci n’est pas conforme aux injonctions de Bruxelles.

En parlant de « coup d’État » au sujet de la situation politique en Pologne, dont les citoyens ont élu à sa tête le parti souverainiste « Droit et Justice » (PiS), Martin Schulz montre de manière éclatante la réalité antidémocratique de l’Union européenne.

Après s’être attaqué au dirigeant hongrois V. Orbán, qui a eu le malheur de se soucier des intérêts de son peuple en étant intransigeant sur la question migratoire et en refusant de céder face à Bruxelles, force est de constater que les institutions européennes prennent un visage de plus en plus dictatorial.

Dirigées par des « commissaires » non élus, ces dernières continuent d’imposer leurs directives et règlements à l’ensemble de nos États-nations, tout en jetant l’opprobre sur ceux qui refusent de s’y plier docilement.

Plus que jamais, il est temps pour la France de s’affranchir des diktats de l’Union européenne, qui nous ont conduit dans une terrible impasse économique, sociale, politique et identitaire. La seule Europe qui fonctionne et qui soit légitime ne peut être que celle des nations souveraines et des peuples libres.

**

Libérez-vous du fédéralisme et de sa dictature !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Bien plus Fédéralocritiques qu’eurosceptiques !

Message par ano le Lun 18 Jan 2016 - 13:42


Résolution du groupe ENF pour soutenir la Pologne attaquée dans sa souveraineté par l'Union européenne

Face aux ukases de la Commission européenne à l’égard du gouvernement polonais démocratiquement élu, Edouard Ferrand, chef de la délégation française du Groupe ENL et Mattéo Salvini, président de la Lega Nord (Italie), ont présenté une demande de résolution au Parlement européen.
16 janvier 2016
(Source)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


**

Pour la défense de la Démocratie, rejoignez le FN !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Participez à la reconquête ! Souscrivez !

avatar
napoleon25

Age : 26
Date de naissance : 18/05/1991
Localisation : Terre de Marine
Taureau Date d'inscription : 16/09/2013
Passion : musculation, politique, sciences, lecture
Humeur : En colère tant que ce sera l'UMPS au pouvoir

Re: Bien plus Fédéralocritiques qu’eurosceptiques !

Message par napoleon25 le Lun 18 Jan 2016 - 16:38

Le peuple polonais est lucide, il voit bien le bordel qui règne sur l'ensemble des pays membres de l'UE: délocalisations, appauvrissement, chômage, travailleurs détachés, suppression de la souveraineté, euro, chute de la balance commerciale, immigration massive, insécurité, communautarisme...
Ça me rappelle le cas de la Suède qui a refusé courageusement en 2003 l'entrée en zone euro, malgré le matraquage médiatique pro-euro qui avait eu lieu à l'époque. La France a beaucoup à apprendre sur les pays du Nord et de l'Est visiblement, car l'atlantisme lui va très mal!
Longue vie au Parti Droit et Justice! :aplaudissement:


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Bien plus Fédéralocritiques qu’eurosceptiques !

Message par ano le Sam 21 Mai 2016 - 18:41


La droite eurosceptique française espère une victoire des nationalistes en Autriche

figaro, le 21 mai 2016
(Source)


Une victoire du candidat d'extrême droite Norbert Hofer à la présidentielle de dimanche en Autriche dessinerait les « prémices » de ce qui pourrait se passer en France en 2017, estime-t-on au Front national.

Dimanche, à l'occasion du deuxième tour de scrutin, les Autrichiens sont appelés aux urnes pour déterminer le vainqueur de la présidentielle. La possibilité d'une victoire de Norbert Hofer, candidat du parti nationaliste FPÖ (Freiheitliche Partei Österreichs, Parti de la Liberté) face au candidat des Verts Alexander Van der Bellen est attendue comme une bonne nouvelle, à la droite de l'échiquier, par les principales formations eurosceptiques en France.

Au Front national, même si l'on préfère la prudence avant de connaître le résultat, on ne cache pas sa satisfaction. L'éventuelle percée du FPÖ, membre du groupe parlementaire européen présidé par Marine Le Pen, Europe des nations et des libertés, serait immédiatement analysée comme une preuve supplémentaire de l'exaspération croissante des peuples européens.

« Se libérer du joug de la technocratie »

«Ce serait une victoire méritée, juge le député européen FN Édouard Ferrand, car depuis longtemps les Autrichiens se battent contre un système qui les exclut. Et ce serait un grand signal pour un véritable changement européen, pour une autre Europe». L'élu frontiste situe la secousse autrichienne dans un mouvement plus large de « sursaut » déjà observé ailleurs, selon lui, comme en Italie, aux Pays-Bas, en République tchèque, Slovaquie, Hongrie ou Pologne. Il estime que partout, une volonté s'affirme: « se libérer du joug de la technocratie. »

Aussi, à ses yeux, l'Autriche pourrait être le premier maillon avant celui du Brexit, le référendum britannique du 23 juin sur le maintien ou non au sein de l'Union européenne. Les frontistes croient surtout qu'une victoire du FPÖ dessinerait les «prémices» de ce qui pourrait se passer en France en 2017 à l'occasion de la présidentielle. Avant de connaître les résultats, ils considèrent que le FPÖ a « su très bien gérer le second tour » en parvenant à montrer que la classe politique socialiste et conservatrice était « finissante ».

**

Libérez-vous, rejoignez le FN !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ceux qui nomment, même indirectement, « extrême droite » le Front National sont d’une extrême incompétence !

avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Bien plus Fédéralocritiques qu’eurosceptiques !

Message par ano le Sam 29 Juil 2017 - 17:40


Bruxelles montre les muscles contre une réforme controversée en Pologne

figaro, afp, le 29 juillet 2017
(Source)


La Commission européenne a lancé ce samedi une procédure d'infraction contre une des réformes de la justice mise en place par les conservateurs au pouvoir à Varsovie.
Ces derniers disposent d'un mois pour répondre.

Le bras de fer se poursuit entre Bruxelles et Varsovie. La Commission européenne a lancé ce samedi une procédure d'infraction contre une des réformes controversées de la justice mises en place par le pouvoir conservateur polonais. « La Commission européenne a lancé une procédure d'infraction contre la Pologne, par une lettre de notification formelle, à la suite de la publication dans le Journal officiel polonais de la loi sur l'organisation des juridictions de droit commun le vendredi 28 juillet », a annoncé l'exécutif européen dans un communiqué, précisant qu'il donnait un mois à la Pologne pour répondre à sa lettre de mise en demeure. Si la réponse ne satisfait pas la Commission, elle peut alors adresser un « avis motivé » à Varsovie, deuxième étape de la procédure, avant l'éventuelle saisine de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE).

Varsovie, qui crie au « chantage » de l'UE, n'a pas été pris de court. La Commission avait en effet averti mercredi qu'elle allait déclencher cette procédure d'infraction -engagée contre un État membre qui ne met pas en œuvre le droit de l'Union et pouvant conduire à des sanctions financières- dès publication officielle de la loi sur les tribunaux ordinaires. Dans une première réaction, le vice-ministre polonais des Affaires étrangères chargé des affaires européennes, Konrad Szymanski, a déclaré à l'agence PAP que la décision de la Commission européenne était « infondée », arguant que, « dans la nouvelle loi sur les tribunaux ordinaires, toutes les garanties de procédure et les moyens de recours seraient appliquées ».

Au-delà, l'exécutif européen a réclamé « instamment » la suspension de la refonte globale du système judiciaire entreprise par les conservateurs au pouvoir, dénoncée par l'opposition comme un « coup d'État rampant » et contestée par des manifestations massives. Lundi dernier, le président polonais Andrzej Duda, pourtant issu du parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir, avait certes opposé son veto à deux autres lois controversées -l'une portant sur la Cour suprême et l'autre sur le Conseil national de la magistrature-, accusées de mettre en péril l'indépendance de la justice. Mais ce veto ne concernait pas la réforme sur l'organisation des juridictions de droit commun, officialisée vendredi.

Le texte que le président polonais a adoubé autorise notamment le ministre de la Justice à nommer et démettre de leurs fonctions les magistrats à la tête des juridictions inférieures. Selon Bruxelles, cette nouvelle loi contient des mesures discriminatoires, avec des âges différents de départ à la retraite pour les hommes et les femmes. La Commission déplore également une mesure accordant au ministre de la Justice le pouvoir de prolonger le mandat des juges ayant atteint l'âge de la retraite.

Mercredi, Bruxelles avait déjà durci le ton, en se disant « prêt à déclencher immédiatement » la plus lourde procédure de sanction contre la Pologne, si le gouvernement ne suspendait pas la réforme de la Cour suprême, qui permet aux autorités de révoquer ou mettre à la retraite forcée ses juges. Ce recours à l'article 7 du Traité de l'UE, encore jamais utilisé, est souvent décrit comme « l'arme nucléaire » dans la panoplie de mesures que peut prendre l'Union contre l'un de ses membres. Au terme d'une procédure complexe, il peut déboucher sur une suspension des droits de vote d'un pays au sein du Conseil de l'Union, l'instance regroupant les 28 États membres. En l'espèce, la Hongrie de Viktor Orban pourrait néanmoins soutenir son voisin polonais et rendre impossible l'utilisation de l'article 7 qui nécessite un vote à l'unanimité et non à la majorité qualifiée. La procédure d'infraction lancée samedi est quant à elle une démarche plus habituelle.

Mais l'homme fort de la Pologne, Jaroslaw Kaczynski, chef du PiS, a promis cette semaine que les réformes du système judiciaire seraient poursuivies en dépit des refus présidentiels et des protestations en Pologne comme à l'étranger. Il a déclaré qu'il proposerait une nouvelle mouture des deux lois pour lesquelles le président a mis son véto. « La réforme de la justice doit être radicale, une (réforme) partielle ne changera rien », a-t-il plaidé jeudi à la télévision Trwam.

Arrivé au pouvoir fin 2015, son parti conservateur voit dans la magistrature une « caste » corrompue faisant partie d'un réseau informel de privilégiés issus d'anciens milieux communistes. Le vice-président de la Commission, Frans Timmermans, a envoyé vendredi une lettre réitérant l'invitation faite au ministre polonais des Affaires étrangères, Witold Waszczykowski et à son collègue de la Justice Zbigniew Ziobro de venir à Bruxelles afin de relancer « un dialogue constructif ». Une invitation restée à ce jour sans réponse.

**

Le fédéralisme : l’ingérence totalitaire !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La tentative de soumission des Nations au fédéralisme, c'est l'extrême humiliation !


avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Bien plus Fédéralocritiques qu’eurosceptiques !

Message par ano le Sam 26 Aoû 2017 - 9:01


Crise diplomatique entre la France et la Pologne

figaro, le 25 août 2017
(Source)


Emmanuel Macron a critiqué vendredi le pouvoir polonais, qui refuse de durcir la directive européenne sur les travailleurs détachés. Varsovie dénonce « l'arrogance » du président français.

Il fallait crever l'abcès. C'est désormais chose faite. Le refroidissement des relations franco-polonaises s'est transformé vendredi en crise diplomatique. Emmanuel Macron a tenté de passer en force sur le dossier des travailleurs détachés. Il a essayé de rallier à lui deux des quatre pays du groupe de Visegrad, la République tchèque et la Slovaquie, pensant ainsi pouvoir affaiblir l'opposition de la Pologne et de la Hongrie à son projet de durcissement de la directive européenne sur le sujet. Varsovie a contre-attaqué l'avant-dernier jour de la tournée européenne du président français en prévenant qu'il refuserait « jusqu'au bout » une réforme du texte européen. Le refus polonais a visiblement eu raison de la patience du chef de l'État français.

Le président a vivement critiqué la décision de Varsovie, qui avec cette « nouvelle erreur » « se met en marge de l'histoire, du présent et du futur de l'Europe ». Jugeant que les Polonais méritent mieux que leurs dirigeants, qui trahissent les valeurs européennes, Emmanuel Macron a regretté que le pays ait « décidé de s'isoler ». Les déclarations d'Emmanuel Macron sont « arrogantes » a répondu la première ministre polonaise, Beata Szydlo, affirmant qu'elles sont sans doute dues « à son manque d'expérience et de pratique politique ». « La Pologne, a-t-elle ajouté, est membre de l'Union européenne au même titre que la France. »

La relation franco-polonaise avait déjà subi un très fort refroidissement à l'automne 2016, quand le nouveau pouvoir issu du parti nationaliste Droit et Justice (PiS) avait rompu le contrat de vente de 50 hélicoptères militaires français signé par le précédent gouvernement, pour acheter des appareils américains. Une dénonciation qui s'était faite au mépris des conventions commerciales et des usages diplomatiques et que Paris avait considérée comme un « camouflet » et une « trahison ».

Mais, plus généralement, c'est à l'Europe entière que la Pologne pose problème depuis le retour du PiS au pouvoir. Les sujets de divergence avec Bruxelles s'accumulent : crise des migrants, défense européenne, avenir de l'UE, État de droit et valeurs. Le 26 juillet, la Commission européenne a lancé un ultimatum à la Pologne, à qui elle a donné un mois pour se conformer à l'État de droit européen, malmené selon elle par plusieurs lois visant à réduire l'indépendance du pouvoir judiciaire. Comme la Hongrie de Viktor Orban, la Pologne refuse catégoriquement d'appliquer les plans de répartition des migrants au sein de l'Union européenne.

Vingt-huit ans après la chute du communisme et l'effondrement de l'URSS, de fortes divergences opposent toujours les parties orientale et occidentale de l'Europe. L'Union européenne, il est vrai, ne s'y est pas toujours bien prise avec les membres turbulents de l'Est, sous-estimant le danger que représente toujours pour eux la Russie, méprisant leur refus d'une immigration musulmane qu'ils considèrent comme une atteinte à leur identité et menaçant de faire une Europe à plusieurs vitesses.

Mais Emmanuel Macron, lui, n'a que jusqu'à la fin du mois d'octobre pour convaincre ses partenaires européens de durcir la réglementation sur le travail détaché.

**

Le fédéralisme : l'idéologie mortifère !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le fédéralisme tente d'humilier les peuples européens !


avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Bien plus Fédéralocritiques qu’eurosceptiques !

Message par ano le Jeu 7 Sep 2017 - 7:14

Pologne : la première ministre accuse Macron de « saper les piliers de l'Union européenne »

figaro, afp, le 6 septempbre 2017
(Source)


Beata Szydlo s'est de nouveau attaqué au président français mercredi sur ses positions concernant l'Union européenne. Fin août, les deux dirigeants s'étaient opposés sur la question des travailleurs détachés.

La première ministre polonaise attaque de nouveau Emmanuel Macron. Après avoir répondu sèchement aux accusations du président français sur les travailleurs détachés fin août, Beata Szydlo l'a accusé ce mercredi de « saper les piliers de l'Union européenne » et d'y « introduire le protectionnisme ».

Concernant la position française sur le travail détaché, la Pologne s'oppose vigoureusement à la modification de la directive européenne en la matière, promue par la France, car elle rendrait difficile le travail à l'étranger de centaines de milliers de Polonais en augmentant leur coût. Fin août, le président Macron a réagi en affirmant que la Pologne « se met en marge » de l'Europe et «décide d'aller à l'encontre des intérêts européens sur de nombreux sujets ». Propos aussitôt qualifiés d'« arrogants » par Beata Szydlo, qui a conseillé à Emmanuel Macron « qu'il s'occupe des affaires de son pays » pour avoir, notamment, « le même niveau de sécurité de ses citoyens que celui garanti en Pologne ».

La première ministre polonaise, qui avait évoqué mardi un « compromis » possible - à l'exclusion des transports routiers, où les entrepreneurs polonais occupent un quart du marché européen - est repartie à l'attaque ce mercredi, alors que le président français n'a plus critiqué directement la Pologne et qu'une amorce de dialogue a paru se dessiner, la ministre du Travail polonaise étant invitée à Paris pour rencontrer son homologue.

« Cela m'inquiète beaucoup que le président français sape en ce moment les piliers de l'Union européenne et tente d'y introduire le protectionnisme, en heurtant le marché libre et la circulation des personnes et des services », a-t-elle affirmé. « Ce sont là des signes inquiétants. Je pense qu'on en arrive à un moment où au moins une partie des dirigeants de l'UE doivent répondre à la question de savoir s'ils tiennent à l'unité (...) ou si certains de ces dirigeants veulent diviser l'UE », a encore dit Beata Szydlo.

Les réparations de guerre allemandes évoquées

Elle a également demandé, sur la chaîne publique d'information en continu TVP Info, que les relations avec l'Allemagne « soient fondées sur la vérité », en lui proposant « un dialogue sur les réparations de guerre, pour que la justice soit faite ».

La question des réparations de guerre allemandes, considérée comme close depuis des années, a été relancée ces dernières semaines par les dirigeants conservateurs polonais et le chef de la diplomatie, Witold Waszczykowski, a annoncé que le gouvernement allait faire connaître sa position officielle « dans quelques semaines ou quelques mois », après de nouvelles recherches sur les aspects légaux et économiques du problème.

**

Contenu sponsorisé

Re: Bien plus Fédéralocritiques qu’eurosceptiques !

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 16 Déc 2017 - 4:07