www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Scandale ! L'immunité parlementaire de Marine Le Pen levée parce qu'elle a osé montrer la vérité sur les atrocités commises par Daech flechegauche LA flechedroite

Turquie : l'autocratie islamique !

Partagez

Invité
Invité

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par Invité le Lun 23 Mai 2016 - 21:15


J'ajoute qu'économiquement parlant, par exemple, le Canada aura le droit de produire des produits comme le Roquefort Canadien ou je ne sais plus quel vin de France...

Merveilleux traité transatlantique... A ce sujet, on n'en entend pas beaucoup parler.

Mondialisation quand tu nous tiens...
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par ano le Sam 11 Juin 2016 - 9:20


Gilles Lebreton dénonce la menace turque

10 juin 2016
(Source)



Depuis le Parlement européen, Gilles Lebreton dénonce la menace turque.

**
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

avatar
kabout

Age : 54
Date de naissance : 14/09/1963
Localisation : picardie
Vierge Date d'inscription : 20/02/2015
Passion : tir, armes.

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par kabout le Ven 24 Juin 2016 - 12:07

Turquie : Erdogan s'en prend violemment a l'UE et evoque un référendum

Faut-il vraiment poursuivre les négociations d’adhésion avec l’Europe ?Inspiré par les Britanniques, Erdogan évoque lui aussi l’idée d’un référendum. Le président turc l’a dit hier soir tard, lors d’un discours dans une université d’Istanbul. Le ton contre l’Union européenne était particulièrement virulent.

« Hé l’Union européenne, tu ne veux pas de nous parce que la grande majorité de notre population est musulmane. On ne peut pas compter sur toi. «



***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Chevalier du Temple

Age : 72
Date de naissance : 13/11/1945
Localisation : New York USA
Scorpion Date d'inscription : 20/08/2013
Passion : Histoire & littérature
Humeur : Patriotique

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par Chevalier du Temple le Dim 26 Juin 2016 - 2:37

Il y a une vingtaine d'années, Erdogan déclarait :...<< Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées seront nos casernes et les croyants nos soldats. >> Quand on entend ce genre de discours en provenance d'un chef d'Etat qui plus est, frappe à la porte de l'U.E. depuis de nombreuses années, ça fait froid dans le dos. C'est à se demander si derrière les déclarations de ce sale type, il n'y aurait pas des manoeuvres stratégiques d'infiltration, pour faire venir en Europe des terroristes de plus en plus nombreux. Imaginez-vous que dans les années quatre-vingt dix, on nous disait qu'Erdogan était un musulman modéré. Actuellement on se servait d'Erdogan pour nous expliquer que l'islam ne posait aucun problème, que l'islam était une religion d'amour, de paix et de tolérance. Malheureusement, en réalité, Erdogan est autre chose, car cet homme est mouillé dans le soutien islamique jusqu'au cou ainsi que dans l'invasion migratoire qui passe par la Turquie. Ce n'est certainement pas quelqu'un en qui on peut avoir confiance.
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par ano le Dim 26 Juin 2016 - 7:07



Non ! C'est pas vrai, alors le « musul ment » ?

avatar
pro FRANCE

Age : 70
Date de naissance : 28/04/1947
Taureau Date d'inscription : 27/07/2013
Passion : dépassionnée actuellement

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par pro FRANCE le Dim 26 Juin 2016 - 10:07

Je ne crois pas trop m'avancer même si ça n'a pas été souligné que beaucoup d'Anglais ont voté pour le Brexit , justement par crainte  de l'entrée de la Turquie  dont ils ne voulaient pas dans l'Europe .

*

Sinon Ano bravo pour le jeu de mot .

navarre

Age : 78
Date de naissance : 08/09/1939
Vierge Date d'inscription : 18/07/2015
Passion : bridge

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par navarre le Dim 26 Juin 2016 - 16:35

l'expression populaire :
une tête de turc , n'est pas une expression innocente!!!

"SOUFFRE DOULEUR ...............

NON NON NON (comme le triple AAA) à la Turquie!!!!!!!!!!!!!







avatar
kabout

Age : 54
Date de naissance : 14/09/1963
Localisation : picardie
Vierge Date d'inscription : 20/02/2015
Passion : tir, armes.

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par kabout le Sam 16 Juil 2016 - 9:35

Tentative de coup d'etat en Turquie : 90 morts dans les affrontements , plus de 1500 militaires arrétés

Un groupe de putschistes de l'armée a tenté de prendre le pouvoir en Turquie, entraînant une violente riposte d'Ankara dans la nuit de vendredi à samedi avec des affrontements. Au moins 90 personnes ont été tuées et plus de 1.150 blessées, a rapporté samedi l'agence progouvernementale Anadolu. 1.563 militaires ont été arrêtés, le parlement turc est réuni ce samedi matin en session extraordinaire.

Après que son Premier ministre Binali Yildirim a assuré que tout était "largement sous contrôle", le président turc Recep Tayyip Erdogan était moins affirmatif, déclarant samedi avant l'aube qu'il "y a en Turquie un gouvernement et un président élus par le peuple" et que "si Dieu le veut, nous allons surmonter cette épreuve". La situation dans ce grand pays de 80 millions d'habitants, membre-clé de l'Otan, restait confuse six heures après l'annonce de la tentative de coup d'Etat. Celle-ci a généré un coup humain élevé, avec pas moins de 60 morts, dont 42 à Ankara, selon le dernier bilan disponible.

Cible d'une série de frappes aériennes dans la nuit, le Parlement turc était, lui, réuni samedi matin en séance extraordinaire à Ankara.

Des coups de feu sporadiques étaient toujours audibles au petit matin dans plusieurs quartiers d'Ankara et d'Istanbul, après une nuit marquée par des explosions causées, selon les médias, par des bombardements aériens. "Ceux qui sont descendus avec des chars seront capturés car ces chars ne leur appartiennent pas", a ajouté M. Erdogan. Il a félicité les Turcs pour être descendus "par millions" dans les rues pour défendre la nation, notamment sur l'emblématique place Taksim à Istanbul, noire d'opposants au putsch. Le Premier ministre Yildirim a ordonné samedi à l'armée d'abattre les avions et les hélicoptères se trouvant aux mains des militaires putschistes, a indiqué un responsable turc. "Des avions de combat ont décollé de leur base d'Eskisehir", dans l'ouest de la Turquie, pour combattre les appareils rebelles, a précisé ce responsable.

Une "trahison"

A son arrivée à l'aéroport d'Istanbul, où l'attendait une foule compacte de sympathisants, M. Erdogan a dénoncé tôt samedi "une trahison" menée depuis plusieurs heures par des soldats putschistes, qu'il a accusés d'être liés à son ennemi juré Fethullah Gülen, un imam exilé depuis des années aux Etats-Unis. Le mouvement de ce dernier a rejeté, dans un communiqué, "toute intervention armée" et fustigé les commentaires "irresponsables" du pouvoir turc. Fethullah Gülen lui-même a condamné "dans les termes les plus forts" l'intervention militaire depuis les Etats-Unis où il réside. "J'ai souffert de plusieurs coups d'Etat militaires au cours des 50 dernières années et trouve donc particulièrement insultant d'être accusé d'avoir un quelconque lien avec cette tentative. Je réfute catégoriquement ces accusations", a-t-il indiqué dans un communiqué. "J'ignore pour l'instant le sort du chef d'état-major", qui selon les médias serait prisonnier des putschistes à Ankara à son quartier général, a confié M. Erdogan.

Le chef de l'armée libéré des putchistes conduit dans un lieu sur

Le chef d'état-major des armées turques, le général Hulusi Akar, a été libéré des militaires putschistes qui le retenaient sur une base aérienne située dans la banlieue d'Ankara samedi et conduit dans un lieu sûr, ont rapporté les chaînes de télévision.

Le sort du général, remplacé peu auparavant par un général d'armée car il était incapable de remplir ses fonctions, était devenu un mystère, le président turc Recep Tayyip Erdogan déclarant ne pas savoir où il était retenu.

Devant la presse à l'aéroport Atatürk, le chef de l'Etat a affirmé que l'hôtel où il se trouvait en vacances à Marmaris, station balnéaire du sud-ouest de la Turquie, avait été bombardé après son départ. Cette information était impossible à vérifier de manière indépendante samedi matin. Le Premier ministre Yildirim a fait état de 120 arrestations liées à la tentative de coup d'Etat "idiote" et "vouée à l'échec". Vers 03H00 (02H00 en Belgique), il a affirmé que la situation était "largement sous contrôle" à la télévision NTV.

plus de 1500 militaires arretés

Samedi matin, le ministère de la Justice évoquait un total de 1563 militaires arrêtés en lien avec le putsch, a indiqué samedi l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

En outre, cinq généraux et 29 colonels ont été démis de leurs fonctions sur ordre du ministre de l'Intérieur Efkan Ala, a précisé l'agence. L'armée turque, la plus grande en nombre au sein de l'Otan après les Etats-Unis, a mené trois coups (1960, 1971, 1980) et forcé un gouvernement d'inspiration islamiste à quitter sans effusion de sang le pouvoir en 1997. En dehors de celui de 1960, ces putschs ont été réalisés sous la stricte hiérarchie militaire qui a pris le contrôle du pays.

Cette fois-ci, des hauts responsables militaires qui sont généralement très discrets et ne parlent que très rarement à la presse ont défilé par téléphone tout au long de la nuit sur les chaînes de télévision pour dénoncer "un acte illégal" de leurs compagnons d'armes, les appelant à réintégrer immédiatement leurs baraques. Le dernier putsch raté en Turquie remonte à 1963, son auteur, un colonel, avait été exécuté. La Turquie a depuis aboli la peine de mort.

Le Parlement, autour duquel des chars ont été déployés, a été bombardé dans la capitale Ankara, où 17 policiers ont été tués, a annoncé l'agence Anadolu. Le Premier ministre a néanmoins convoqué une session extraordinaire samedi après-midi, pour laquelle il a demandé à tous les partis d'être présents. A Istanbul, des soldats ont ouvert le feu sur la foule, faisant des blessés, a constaté un photographe de l'AFP. Des avions de chasse F-16 ont abattu un hélicoptère des putschistes, selon la télévision turque, après qu'un couvre-feu et la loi martiale ont été instaurés. Deux heures environ après l'annonce du coup d'Etat, le président Erdogan avait prédit son échec, la voix blanche à la télévision et s'exprimant depuis un endroit non précisé, avec un portable via FaceTime.

Couvre-feu déclaré

Les responsables de la tentative de putsch paieront un lourd prix pour leur trahison, a-t-il averti. Il a annoncé le début d'une opération visant à "nettoyer l'armée de ses éléments traîtres". La chaîne publique turque de télévision avait diffusé peu avant minuit (23H00 en Belgique) un communiqué émanant des "forces armées turques", faisant état de la proclamation de la loi martiale et d'un couvre-feu sur l'ensemble du territoire national. "Nous ne permettrons pas que l'ordre public soit dégradé en Turquie (...) Un couvre-feu est imposé sur le pays jusqu'à nouvel ordre", avait indiqué un communiqué signé par le "Conseil de la paix dans le pays", qui disait avoir "pris le contrôle dans le pays".

Les ponts enjambant le Bosphore entre l'Asie et l'Europe à Istanbul ont été fermés dans les deux sens au début de cette tentative. A Istanbul, des grandes artères menant notamment à la place Taksim, dans le centre de la première métropole de Turquie, étaient bloquées par les forces de l'ordre et la présence policière était importante dans les rues.

Les télévisions ont montré des foules importantes réunies près de l'aéroport Atatürk à Istanbul, se réjouissant de la tentative de coup d'Etat. Mais d'autres, notamment place Taksim, protestaient en masse contre le putsch. De nombreux habitants semblaient saisis d'inquiétude, voire de panique, et se sont précipités dans les magasins pour acheter bonbonnes d'eau et nourriture et aux distributeurs d'argent pour retirer des liquidités. Les putschistes ont, dans un communiqué publié sur le site internet de l'état-major des armées, justifié leur "prise de pouvoir totale dans le pays" par la nécessité "d'assurer et de restaurer l'ordre constitutionnel, la démocratie, les droits de l'Homme et les libertés et laisser la loi suprême du pays prévaloir". "Tous nos accords et engagements internationaux restent valides. Nous espérons que nos bonnes relations continueront avec les autres pays", poursuit le texte.

Obama soutient le gouvernement turc

Le président américain Barack Obama a appelé à soutenir le gouvernement turc "démocratiquement élu", "faire preuve de retenue et éviter violence ou bain de sang". La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a également exhorté à la "retenue" et au "respect des institutions démocratiques". Son homologue russe Sergueï Lavrov, dont le pays vient de se réconcilier avec la Turquie, a demandé d'éviter "tout affrontement meurtrier". Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a jugé "crucial de réinstaurer le pouvoir civil et l'ordre constitutionnel rapidement et pacifiquement". Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a lui lancé un appel à éviter la violence depuis Oulan Bator, où il participe au sommet Asie-Europe (Asem). Il a alors conseillé aux Belges présents sur place de demeurer à l'abri, espérant qu'aucune dégradation de la situation n'interviendrait.

Le VIF



***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Solaris

Age : 37
Date de naissance : 16/05/1980
Taureau Date d'inscription : 09/01/2015
Passion : L'Histoire

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par Solaris le Sam 16 Juil 2016 - 11:49

Erdogan qui est pour moi une personne à mettre au même niveau que les dirigeants de l'État Islamique, va garder le pouvoir. Il a muselé les journaux et autres médias, renforcé son pouvoir sur toutes les institutions, il est en train de placer l'Islam comme religion d'État, mais Merkel l'aime bien. Donc, il faudrait continuer à tout mettre en oeuvre pour que ce pays rentre dans l'UE et délivrer des visas en masse pour ce peuple.

Vivement un État Kurde pour déstabiliser la Turquie et avoir un véritable allié dans la région. L'UE pour l'argent et besoin de main d'oeuvre peu coûteuse dans les usines allemandes est prête à tout accepter même un État islamique dans ses rangs mais parler avec la Russie, là non, les Américains ont dit non, donc l'UE dit non. J'espère que l'armée préparera un peu mieux son prochain coup d'État.
avatar
calimero

Age : 76
Date de naissance : 07/09/1941
Localisation : entre Cognac et Pineau
Vierge Date d'inscription : 16/10/2013
Passion : aviation

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par calimero le Sam 16 Juil 2016 - 12:42

La Turquie ne sera jamais dans l'europe pour la bonne raison que géographiquement elle n'est pas dans l'europe.
Nicolas sarkozy...


***************************************************************************************
C'est vraiment pas juste...
avatar
Mac le Givré

Age : 48
Date de naissance : 22/01/1969
Verseau Date d'inscription : 08/10/2015
Passion : Jardinage mécanique bricolage

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par Mac le Givré le Sam 16 Juil 2016 - 16:10

Si sarkopète l'a dit alors...

Il y a toujours une bande de bisounours qui croient à une grande Europe de diversité, je sais pas si une république islamique les arrêtera.
avatar
sedna

Age : 57
Date de naissance : 13/12/1959
Sagittaire Date d'inscription : 23/12/2012
Passion : la liberté
Humeur : Ras le bol !

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par sedna le Jeu 21 Juil 2016 - 19:06

@Solaris a écrit:J'espère que l'armée préparera un peu mieux son prochain coup d'État.

Quel coup d’état sinon celui organisé par Erdogan lui-même ? De la façon dont les évènements se sont déroulés, il ne pouvait pas en être autrement.

https://fr.sputniknews.com/blogs/201607191026811456-Turquie-Erdogan-putsch-armee-ankara/
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par ano le Ven 22 Juil 2016 - 8:35


La Turquie prévoit de déroger à la Convention européenne des droits de l'homme

figaro, afp, le 21 juillet 2016
(Source)


Prise dans le cadre de l'état d'urgence instauré par le président Erdogan mercredi, cette dérogation prémunit la Turquie contre d'éventuelles condamnations de la CEDH alors que de vastes purges sont en cours dans plusieurs secteurs de la société.

« J'ai confiance, la Turquie en sortira avec une démocratie renforcée », a assuré le vice-premier ministre turc Mehmet Simsek sur Twitter, après l'annonce de l'instauration de l'état d'urgence dès ce jeudi. Un message qui se veut rassurant, alors que depuis le putsch raté d'une faction de l'armée vendredi dernier, quelque 55.000 militaires, policiers, magistrats, enseignants et fonctionnaires ont été arrêtés ou suspendus à travers le pays.

Le vice-premier ministre Numan Kurtulmus a de son côté dit espérer que l'état d'urgence sera levé « dans un mois ou un mois et demi », « si les conditions reviennent à la normale »... Tout en annonçant que pendant ce temps, la Turquie allait temporairement déroger à la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH). « La Turquie va suspendre la Convention européenne des droits de l'homme dans la mesure où cela ne contrevient pas à ses obligations internationales, tout comme la France l'a fait sous l'article 15 de la Convention » après les attentats de novembre 2015, a-t-il déclaré.

En Turquie, l'état d'urgence donne des pouvoirs étendus à l'exécutif en lui permettant de prendre des décrets ayant « force de loi », selon la Constitution. Il prévoit notamment des restrictions aux libertés de manifester ou de circuler.

L'ampleur de la purge en cours en Turquie suscite cependant l'inquiétude à l'étranger. L'OSCE (Organisation pour la sécurité et la Coopération en Europe) a prévenu que cet « état d'urgence ne pouvait pas légitimer des mesures disproportionnées, comme parmi d'autres, la récente interdiction de voyager pour leur travail, imposée aux universitaires ». De son côté, la France a réitéré jeudi son appel au respect des libertés fondamentales. Le ministre français des Affaires étrangères avait refusé la semaine dernière tout « chèque en blanc » au chef de l'État turc après le coup d'État manqué, s'attirant les foudres du président Recep Tayyip Erdogan. Ce dernier a appelé mercredi Jean-Marc Ayrault à se « mêler de ses affaires ». « Est-ce qu'il a l'autorité pour faire ces déclarations à mon propos? Non, il ne l'a pas, a-t-il déclaré dans une interview à Al Jazeera. S'il veut une leçon de démocratie, il peut facilement venir en prendre une ici ».

**

Le fédéralisme, l'idéologie mortifère !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le bateau ivre de l'immigration, c'est le fédéralisme !


Solaris

Age : 37
Date de naissance : 16/05/1980
Taureau Date d'inscription : 09/01/2015
Passion : L'Histoire

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par Solaris le Ven 22 Juil 2016 - 10:36

@sedna a écrit:
@Solaris a écrit:J'espère que l'armée préparera un peu mieux son prochain coup d'État.

Quel coup d’état sinon celui organisé par Erdogan lui-même ? De la façon dont les évènements se sont déroulés, il ne pouvait pas en être autrement.

https://fr.sputniknews.com/blogs/201607191026811456-Turquie-Erdogan-putsch-armee-ankara/

Oui je suis d'accord, je pense que c'est Erdogan qui a tout organisé pour imposer son pouvoir.

Voilà une fois de plus l'exemple de l'Islam politique, lorsqu'on mélange islam et politique on aboutit forcément à des dérives, à la fin des libertés, à la violence, une fois de plus cette religion montre son véritable visage ...

Solaris

Age : 37
Date de naissance : 16/05/1980
Taureau Date d'inscription : 09/01/2015
Passion : L'Histoire

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par Solaris le Ven 22 Juil 2016 - 10:40

Lorsque l'Islam politique voire l'Islam tout court montre son véritable visage. C'est quand même étonnant, à chaque fois que l'Islam devient politique, nous aboutissons forcément à des dérives sectaires, à la fin des libertés, à la violence. Une fois de plus cette religion montre son véritable visage. Là où cette religion est majoritaire, là où elle devient religion d'État les peuples n'ont plus de liberté, les peuples sont contrôlés par la dictature, les libertés disparaissent ... Religion de paix ... non, religion de mort, d'intolérance et d'esclavage de la pensée.
avatar
Jupiter
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)

Age : 55
Date de naissance : 22/06/1962
Localisation : Picardie
Cancer Date d'inscription : 09/01/2011
Passion : Ma fille, ma chérie à moi, Marine et le rugby : Stade Toulousain !!
Humeur : 5 juillet 1962 - 5 juillet 2012 : Cinquantenaire du massacre d'Oran. Nous ne pardonnerons ni n'oublierons jamais. Amis et frères Pieds Noirs et Harkis : Honneur, Gloire, Hommage et Respect.

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par Jupiter le Ven 22 Juil 2016 - 10:53

@sedna a écrit:
@Solaris a écrit:J'espère que l'armée préparera un peu mieux son prochain coup d'État.

Quel coup d’état sinon celui organisé par Erdogan lui-même ? De la façon dont les évènements se sont déroulés, il ne pouvait pas en être autrement.

https://fr.sputniknews.com/blogs/201607191026811456-Turquie-Erdogan-putsch-armee-ankara/

pancarte+1


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Contact : ForumPM@protonmail.com
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par ano le Jeu 28 Juil 2016 - 13:49


La France doit exiger l’arrêt immédiat des négociations d’adhésion avec la Turquie


Communiqué de Presse de Marine Le Pen
​Présidente du Front National
28 juillet 2016
(Source)


Dans le silence assourdissant des élites européennes, Erdogan, avec le soutien des Etats-Unis, poursuit son entreprise de purges massives : arrestation de militaires, de magistrats, fermeture de journaux et de radios, censure générale, mise à pied de centaines d’employés de la compagnie aérienne Turkish Airlines… La folie épuratrice du gouvernement islamiste d’Ankara ne connaît pas de limites et abat un à un les derniers piliers de la démocratie turque, entraînant le pays sur la voie d’une dictature confessionnelle.

L’Union européenne qui a engagé contre l’avis des peuples et avec le soutien actif des députés socialistes et LR au Parlement européen les négociations d’adhésion avec la Turquie, doit impérativement y mettre fin.

Ces négociations qui ont déjà coûté très cher aux contribuables français sans qu’ils ne soient jamais consultés, après la décision de Sarkozy d’exclure tout référendum sur l’adhésion turque, sont une provocation au vu des dérives actuelles et des violations manifestes des droits de l’homme.

Il serait parfaitement intolérable et inacceptable que la Commission européenne qui a cru pouvoir s’ingérer et critiquer de manière scandaleuse le choix souverain des électeurs britanniques sur le référendum du Brexit, continue à observer un mutisme complice à l’égard d’un pouvoir qui s’enferre dans le despotisme, en piétinant sans vergogne la démocratie et l’Etat de droit, principes édictés par les critères de Copenhague fixant les conditions d’adhésion à l’Union européenne.

**

Les fédéralistes LR-PS sont aux frontières du réel !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes !
(Bossuet)


avatar
chtimi54

Age : 70
Date de naissance : 16/05/1947
Localisation : 54
Taureau Date d'inscription : 18/02/2012
Passion : les chiens
Humeur : selon les jours

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par chtimi54 le Ven 29 Juil 2016 - 18:38


Un coût de 6 milliards pour les contribuables européens versé a la turquie en vue de son entrée dans l'EU

http://www.observatoiredesgaspillages.com/2010/02/6-milliards-de-subventions-pour-la-turquie/


***************************************************************************************
VOUS N'AUREZ PAS MA LIBERTE DE PENSER
A ceux qui déblatèrent derrière mon dos, mon cul les contemple (Erick Satie)
avatar
Chevalier du Temple

Age : 72
Date de naissance : 13/11/1945
Localisation : New York USA
Scorpion Date d'inscription : 20/08/2013
Passion : Histoire & littérature
Humeur : Patriotique

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par Chevalier du Temple le Dim 31 Juil 2016 - 14:06

Voila maintenant que les traîtres-collabos veulent faire entrer la Turquie musulmane dans l'U.E. Quelle catastrophe pour notre civilisation ! Fait inouï  et incompréhensible pour une grande partie des nations de ce monde qui nous observent. La venue de la Turquie dans l'U.E avec ses plus de 80 millions de musulmans, fera de notre Continent un simple prolongement du monde arabo-musulman. Autant se convertir tout de suite. Comment peuvent-ils ignorer le fait qu'Erdogan est un islamiste jusqu'au bout des doigts ?

Solaris

Age : 37
Date de naissance : 16/05/1980
Taureau Date d'inscription : 09/01/2015
Passion : L'Histoire

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par Solaris le Lun 1 Aoû 2016 - 11:35

Au moins avec la Turquie on voit comment un pays tombe dans une dictature sanguinaire dès que l'Islam en prend la tête. La Turquie n'a rien à faire dans l'UE, surtout que ce n'est plus depuis longtemps une démocratie. De toute manière, je pense que si Merkel et son bouffon Hollande, acceptent ce genre de choses, de nombreux pays de l'UE voudront quitter l'Europe. J'espère que la France en fera partie.

Honte à ces dirigeants qui veulent détruire notre civilisation !!!
avatar
kabout

Age : 54
Date de naissance : 14/09/1963
Localisation : picardie
Vierge Date d'inscription : 20/02/2015
Passion : tir, armes.

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par kabout le Lun 1 Aoû 2016 - 11:53

eh oui après ce coup d'etat raté et la facon dont Erdogan regle ses comptes avec ses purges et aux dernieres nouvelles il veut renforcer son emprise sur l'armée et le renseignement ......donc ca veut tout dire.Ce pays peut rentrer et faire parti de leur europe c'est mal barrer pour eux,et au pire si la Turquie arrivait a faire parti dec cette daube d'Europe qu'ils attendent que la France en sorte,aprés ils se demerderont ensemble entre eux.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par ano le Mer 3 Aoû 2016 - 17:55


Forte hausse du nombre de migrants en provenance de Turquie :
Erdogan remet la pression sur l’Union européenne

atlantico, le 3 août 2016
(Source)


Selon plusieurs sources grecques, le nombre de migrants en provenance de Turquie aurait doublé depuis le coup d'état. Si cette variation est en partie la conséquence du putsch manqué, le passé a montré que l'importance des flux de la Turquie vers la Grèce était aussi le résultat des décisions du gouvernement turc. Ainsi, il semble que cette hausse du nombre de migrants sur les îles grecques résulte avant tout de la volonté d'Erdogan de faire pression sur l'Europe pour obtenir la suppression totale des visas pour les Turcs qui se rendent temporairement dans l'UE.

Selon plusieurs sources grecques, le nombre de migrants en provenance de Turquie aurait doublé depuis le putsch raté du 15 juillet 2016. Doit-on y voir une conséquence du putsch seule ?

Gérard-François Dumont : Ce serait une erreur de penser que la seule cause de l’augmentation du nombre de migrants passant de Turquie en Grèce depuis la mi-juillet 2016 ne serait que la conséquence du putsch raté du 15 juillet 2016 en Turquie. Depuis l’année 2015, les évolutions du nombre de ces migrants quittant les rivages de la Turquie pour rejoindre les îles grecques ont d’abord dépendu certes des causes de leur émigration de leur pays d’origine, mais, dans cette mer de transit qu’est la Méditerranée, des décisions du gouvernement turc et de son attitude vis-à-vis des passeurs.

Il y a eu les longs mois de 2015 et du début de 2016 pendant lesquels la Turquie s’est transformée en « autoroute à migrants ». Puis la période postérieure aux accords du 18 mars 2016 entre l’UE et la Turquie où ce dernier pays, ayant obtenu ce qu’il demandait de l’UE, a décidé d’empêcher les départs de Turquie et, a priori, accepté le retour de Grèce vers la Turquie d’un nombre maximum de Syriens si l’UE réinstalle un nombre équivalent présent en Turquie, selon un principe du « 1 pour 1 ».

La variation des flux de migrants de la Turquie vers la Grèce et leur augmentation depuis mi-juillet 2016 s'explique par plusieurs éléments : d’abord, un certain nombre d'immigrés présents en Turquie ne s'estiment pas bien traités – et ce n'est pas faux d’autant qu’il leur est impossible d’obtenir un statut de réfugié en Turquie- et espèrent qu'ils pourront profiter de meilleures conditions en venant en Grèce, et donc dans l’Union européenne. Ensuite, la Turquie veut obtenir la suppression totale des visas pour les Turcs qui se rendent temporairement dans l'UE et percevoir davantage d’aides financières. En troisième lieu, Erdogan considère que les négociations d’adhésion doivent être maintenues en dépit de l’accentuation liberticide de son régime à l’encontre de nombreux secteurs, dont les députés du HDP (Parti démocratique des peuples), la presse, la justice et l’enseignement supérieur, ou de son intention de rétablir la peine de mort en Turquie. En outre, depuis le putsch raté du 15 juillet, le président turc Erdogan veut faire taire l’UE sur sa politique d’étouffement des libertés en Turquie.

Enfin, à la suite du putsch, un nouveau conflit s'est ouvert avec la Grèce puisqu’une quinzaine de Turcs ont demandé refuge en Grèce. Or le gouvernement Erdogan demande que la Grèce leur refuse tout droit à demander l’asile et lui renvoie ses personnes. La Turquie d'Erdogan impose donc un rapport de force pour faire pression et montrer qu'elle peut, une fois encore, menacer l'UE. Pour montrer que ses menaces, proférées à nouveau le 25 juillet 2016 lors d’un long entretien à la chaine allemande publique de télévision ARD, ne sont pas théoriques, Erdogan utilise probablement, comme précédemment, la question des migrants. Et cela avec succès, puisque l’UE est d’une discrétion exemplaire sur la dérive autoritaire en Turquie.

À ce stade, peut-on considérer qu'il y a eu une erreur de diagnostic lors de l'élaboration de l'accord avec la Turquie ?

Dès l’origine, l’accord sur les migrants entre la Turquie et l’UE est à la fois plutôt hypocrite et asymétrique. Du côté de la Turquie, ce pays n’est pas prêt à adhérer à l’UE tout simplement parce qu’il n’a pas l’intention de transférer des parts de souveraineté à Bruxelles, ni intérêt à respecter les règlements et les directives de l’UE. Du côté de l’UE, l’attitude utopique de ceux qui ont décidé le 3 octobre 2005 de tout mettre en œuvre pour permettre l’entrée de la Turquie dans l’UE a fait long feu. Qui peut penser que l'UE, confrontée à nombre d’enjeux – les migrants, le Brexit, l’euro, la liberté de circulation, le fonctionnement de Schengen… - est en état de réussir l’adhésion d’un pays de 78 millions d’habitants, dont le poids démographique va rapidement dépasser celui de l’Allemagne, sachant en outre que sa partie orientale est sous régime militaire, que ses frontières vont jusqu’à la Syrie, l’Irak ou l’Iran et dont l’héritage historique est fort différent de celui des peuples d’Europe ? Quant à l’aspect asymétrique de l’accord, il tient à ce que l’UE a accepté les conditions mises par la Turquie sans nullement régler la question des migrants de façon structurelle.

**

Le fédéralisme pactise avec le diable !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le désir peut s'appuyer sur l'illusion, mais le bonheur repose sur la réalité !

avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par ano le Mar 9 Aoû 2016 - 9:38


Erdogan, premier dictateur « national-islamiste » ?

figaro, le 8 août 2016
(Source)


C'est une foule gigantesque qui s'est rassemblée ce dimanche autour d'Erdogan. Pour Caroline Galactéros, l'Occident n'a pas voulu voir l'implantation d'un « national-islamisme » conquérant aux portes de l'Europe, qui montre aujourd'hui son vrai visage.

Docteur en science politique et colonel au sein de la réserve opérationnelle des Armées, Caroline Galactéros dirige le cabinet d'intelligence stratégique «Planeting». Auteur du blog Bouger Les Lignes, elle a publié Manières du monde. Manières de guerre(Nuvis, 2013) et Guerre, Technologie et société (Nuvis, 2014).

Une marée humaine de centaines de milliers de Turcs arborant des drapeaux rouges a déferlé sur la grande esplanade de Yenikapi à Istanbul pour célébrer la démocratie turque et ses martyrs morts lors du coup d'Etat manqué. Que vous inspirent ces images?

Caroline GALACTEROS. - Une grande inquiétude. Sur le degré de claire conscience du peuple turc concernant les évènements depuis trois semaines, sur la facilité avec laquelle le président Erdogan a imposé une interprétation parfaitement fallacieuse des évènements, osant prétendre «sauver la démocratie» alors que sa purge méthodique est en train d'en extirper toutes les racines pour longtemps. Soit la population est tombée dans le piège des mots et de la démonstration de fermeté du pouvoir face à un putsch d'ailleurs fort mal monté et soigneusement éventé (via les Russes et peut-être même les Iraniens) ; soit - je penche plutôt pour cette seconde hypothèse -, en regardant ces images, nous prenons (bien trop tard) la mesure de la force de l'imprégnation islamiste de la société turque. L'AKP est au pouvoir depuis 2002. Il lui aura fallu moins de 15 ans pour transformer une société profondément laïque et tournée vers l'Occident (l'armée turque étant la garante sourcilleuse de cette laïcité!!) et aspirant à un rapprochement avec l'Europe en un peuple fortement islamisé (surtout dans ses couches populaires mais aussi désormais dans une partie de ses élites) ; un peuple que sa «frustration européenne» a convaincu que l'avenir était pour lui à l'Est, vers l'Asie (notamment centrale), vers le Moyen-Orient et vers un islamisme assumé comme véhicule d'une stratégie d'influence régionale et globale offensive.

La reprise en main du pouvoir est un spectaculaire retournement de situation pour le président Erdogan, qui, il y a encore un mois, paraissait en fâcheuse posture.

La reprise en main magistrale du pouvoir est aussi un spectaculaire retournement de situation pour le président Erdogan, qui, il y a encore un mois, paraissait en fâcheuse posture, aux prises avec une vague d'attentats islamistes sans précédent, critiqué pour sa politique inefficace en Syrie, pour sa convergence objective d'intérêts (de toutes natures) avec Daech devenue trop voyante, enfin pour son offensive militaire contre les Kurdes alliés de Washington. Lui qui prétendait rebâtir l'Empire ottoman et faire jeu égal avec Vladimir Poutine ou Ali Khamenei voire même tenir la dragée haute à son maître américain semblait avoir fait de mauvais calculs, victime de sa folie des grandeurs et de ses double-jeux, réussissant à monter contre lui Moscou, Washington, Téhéran et Ryad… Las! Son cynisme et son opportunisme sans pareils lui ont permis de sentir le vent tourner sur le théâtre militaire syrien (au profit du régime et de ses mentors russe et iranien) et de faire à temps une volte-face spectaculaire pour rallier les positions de Moscou et Téhéran, trouver même soudainement des mérites à Bachar el-Assad, quitte à fâcher Washington (il sait qu'il reste important pour l'Alliance atlantique) et l'Europe insignifiante et piégée par un accord léonin sur les réfugiés qui va lui permettre de nous faire chanter tout à loisir…. Ce qui se passe en Turquie est donc aussi le signe d'une évolution globale de la situation au Moyen-Orient et du rapport de force américano-russe dans la région et même au delà.

Déjà pendant le coup d'Etat du 15 juillet, Recep Erdogan avait réussi à faire se soulever la foule islamiste contre les chars putschistes. Là encore, les manifestants ont acclamé avec conviction leur président salué comme un rempart démocratique. Comment expliquer ce lien paradoxal entre Etat autoritaire, voire dictatorial, et démocratie?

C'est une victoire massive des Frères musulmans (dont le parti politique du président est une émanation) qui va sans doute provoquer à moyen terme un appel d'air politique considérable dans toute la région, mais aussi en Europe.

Nous sommes face à un retournement de sens et à une mobilisation populaire qui traduit sans doute malheureusement l'état réel de la société turque. Qui a fait un coup d'Etat en fait? Je crains que ce ne soit Erdogan en personne. Un coup réussi, un coup de maître qui lui permet de mener à bien l'éradication de ce qui restait de kémalistes laïcs et protecteurs de la démocratie turque d'une part, et du courant islamiste concurrent de Gülen très influent dans la société et surtout plus occidentaliste et atlantiste d'autre part. Bref, il s'est magistralement servi de cette tentative de déstabilisation (ou coup de semonce américain pour le remettre dans le rang?) pour éliminer larga manu ses deux rivaux politiques majeurs et les évincer de toutes leurs positions au sein des forces armées mais aussi de la justice, de l'enseignement, des média, de l'économie, etc. La Turquie est donc en train de s'autonomiser radicalement et durablement par rapport au monde occidental et de faire renaître le rêve ottoman sous la férule d'un véritable dictateur qui fait croire à sa population médusée et admirative, qu'il sauve la démocratie en déracinant ses plus profonds soutiens. C'est aussi clairement une victoire massive des Frères musulmans (dont le parti politique du président est une émanation) qui va sans doute provoquer à moyen terme un appel d'air politique considérable dans toute la région, mais aussi en Europe. Mis en échec en Tunisie et en Egypte notamment, les Frères ont trouvé leur nouveau «champion» et Erdogan est en train de constituer en Turquie un pôle d'attraction au service de cette confrérie internationale toujours très influente et agissante qui ne manquera pas de faire des émules.

Recep Erdogan a parlé «d'union nationale» et de «nouvelle Turquie». Que vous inspirent ces notions?

«La nouvelle Turquie» est là. Elle assume son caractère islamique et entend se lancer à la reconquête de son aire d'influence ottomane sans se faire dicter une quelconque règle de comportement par l'Europe ou même par Washington. «L'Union nationale» est celle d'un peuple, qui, abusé et/ou convaincu, semble préférer la férule contraignante d'un Etat fort et craint aux incertitudes d'une perméabilité culturelle à la démocratie ou à l'occidentalisme dévoyé. Les élites économiques turques quant à elles, pour préserver leurs intérêts, vont devoir passer des compromis avec le nouveau pouvoir dont on connaît les appétits économiques et financiers. Kemal Atatürk a vécu. Et un pion de taille vient de tomber dans l'escarcelle de l'islamisme conquérant. C'est une très mauvaise nouvelle.

La mondialisation n'a pas engendré des démocraties libérales avec des chefs en retrait comme ce peut être le cas en Occident. Les grands pays émergents ont tendance à plébisciter des démocraties fortes que d'aucuns appellent des «démocratures» à l'image de Vladimir Poutine en Russie. Ne vous semble-t-il pas que Recep Erdogan est en train de franchir une dangereuse limite?

En Chine, en Iran, en Russie, en Afrique et même en Europe (Hongrie, Pologne), des pouvoirs forts proposent aux peuples inquiets des synthèses imparfaites mais résilientes d'autoritarisme assumé, de libéralisme économique tempéré et de souverainisme mâtiné de populisme.

Notre entêtement présomptueux à démolir par le feu les Etats laïcs forts, certes dictatoriaux mais stables et protecteurs de la diversité ethnique et confessionnelle du Moyen-Orient (Irak, Syrie, Libye) au prétexte d'y protéger les populations n'a produit pour elles que drames et désolation. Il a aussi alerté bien des autocrates en herbe et nourri leurs crispations autoritaires. En Chine, en Iran, en Russie notamment mais aussi en Afrique et même dans certains pays d'Europe (Hongrie, Pologne) aux prises avec la menace migratoire, des pouvoirs forts proposent aux peuples inquiets des synthèses imparfaites mais résilientes d'autoritarisme assumé, de libéralisme économique tempéré et de souverainisme mâtiné de populisme. La figure du «Chef» - si décriée dans une Europe dont les politiciens se refusent à être autre chose que des gestionnaires mous de l'impuissance consentie -, est à l'œuvre dans de multiples parties du monde. Et même si des abus, des excès existent, elle rassure, elle comble un besoin profond de protection. Elle est vécue comme un mal nécessaire, un rempart contre la dissolution identitaire, contre la déstabilisation commanditée de l'extérieur ou permise par une complaisance intérieure, contre l'atomisation des sociétés livrées au communautarisme étroit sous prétexte de respect des identités et des confessions. Bref les nations et les peuples se vengent et l'idéal démocratique en fait les frais…

La Turquie d'aujourd'hui peut inquiéter à très juste titre, car Erdogan met cette synthèse au service d'une ambition néo-impériale, d'un national-islamisme offensif qui s'oppose frontalement à l'Europe. Elle n'est clairement plus compatible avec nos canons et nos référentiels d'Etat de droit ou de droits de l'homme. En fait, nous sommes soudainement rattrapés par une évidence: le décentrage non seulement géographique mais politique du monde. L'Europe (ni même l'Amérique) n'en sont plus le(s) centre(s) mais des pôles fragiles, prisonniers de leur renoncement déjà ancien à l'autorité, à la souveraineté, aux frontières, au courage politique, à la verticalité de l'exercice du pouvoir, à l'idée de guider un peuple au lieu «d'accompagner» ses turpitudes et des inconséquences.

La Turquie peut inquiéter, car Erdogan met cette synthèse au service d'une ambition néo-impériale, d'un national-islamisme offensif qui s'oppose frontalement à l'Europe.

Enfin, si nous n'avons certes, comme presque toujours rien vu venir, ne commençons pas en plus à battre notre coulpe sur le thème «si nous avions admis la Turquie dans l'UE, cela ne serait pas arrivé». C'est d'ailleurs, - ironie tragique du sort - l'Union européenne elle-même qui, au nom de l'intégration par Ankara des normes politiques européennes, a privé il y a quelques années de ses prérogatives constitutionnelles le Conseil National de Sécurité turc (MGK) jusqu'alors précieux défenseur du caractère laïc du pouvoir contre les dérives religieuses (Erdogan et Gülen avaient eux-mêmes subi ses foudres à la fin des années 90!). Nous n'avons rien compris à la réalité politique turque ni à la pénétration lente de l'islamisme dans ce pays. Voilà tout. Et ce n'est pas fini… L'accord de dupes conclu par la chancelière allemande nous expose désormais à tous les chantages du Sultan dont les déclarations comminatoires ont d'ailleurs déjà commencé.

Le cas de la « démocratie souveraine » russe n'est pas du tout comparable à celui de la Turquie.

Le cas de la «démocratie souveraine» russe, de mon point de vue, n'est pas du tout comparable à celui de la Turquie qui dérive vers un régime autocratique mais surtout islamiste et expansionniste. La Russie est historiquement, culturellement, religieusement et politiquement européenne et n'a d'autre ambition que de préserver son territoire et sa «profondeur stratégique» à la fois militaire et culturelle. Mais l'Europe sous tutelle américaine ne veut pas d'elle et l'Occident la rejette avec constance aux marges de son aire d'influence depuis plus d'un quart de siècle déjà. Alors, comme la Chine de son côté est en train de constituer un pôle gigantesque d'attraction politico-économique concurrent de celui d'un Occident en panne d'influence, Moscou prend acte de notre défiance et rejoint progressivement le groupe des nouveaux maîtres de l'ordre international… qui ont tous en commun de ne plus accepter la moindre leçon de notre part. Nous en sommes furieux, envieux, marris mais nous n'en pouvons mais… Quant aux peuples européens, qui perçoivent bien plus directement que nos élites hors sol le danger d'une perte de substance nationale et craignent chaque jour davantage l'emprise islamiste mais aussi, avouons-le, de l'islam tout court sur leurs contrées chrétiennes sécularisées mais affaiblies, ils conçoivent de plus en plus que leur sécurité passe désormais par la mise sous contrainte de certaines libertés et surtout par la verticalité assumée d'une «guidance», d'une direction courageuse donnée à l'Etat et à la Nation. La France, plus encore que d'autres nations en Europe, a un besoin urgent que soit forgée une synthèse politique spécifique adaptée à notre Etat de droit et au respect de notre histoire politique mais aussi à la réalité du monde, et qu'une telle autorité s'incarne enfin dans une personnalité véritablement convaincante et dédiée à notre salut collectif.

Les Occidentaux, qui pensaient que Recep Erdogan mettait en place en Turquie une démocratie islamique sur le modèle de la démocratie chrétienne, déchantent. Comment expliquez-vous que la plupart des analystes n'aient pas vu la vraie nature du régime nationaliste, autoritaire et islamiste du nouveau sultan?

Notre aveuglement est confondant de naïveté et évidemment dangereux. Nous tenons, chez nous comme ailleurs, l'islamisme pour un inoffensif courant politico-religieux ; nous n'osons pas lui tenir tête au prétexte qu'il serait le légitime refuge des nouveaux «damnés de la terre». Et fait aggravant, nous ne pouvons pas concevoir que notre ethnocentrisme ignorant et pontifiant ait fait des ravages et provoque encore des réactions épidermiques dans lesquelles s'engouffrent l'autoritarisme et/ou et l'islam conquérant. Nous sommes face à un énième démenti de cette double faiblesse de jugement qui nous perd et nous aveugle face à la réalité du monde. Nous ne voulons pas voire la faillite manifeste de l'utopie du «Regime change» qui n'a provoqué que chaos et désolation et ouvert la voie à la pénétration massive de l'offensive islamiste.

**

Le fédéralisme pactise avec le diable !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Celui qui nomme « extrême droite » le Front National viole la vérité !



Solaris

Age : 37
Date de naissance : 16/05/1980
Taureau Date d'inscription : 09/01/2015
Passion : L'Histoire

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par Solaris le Mar 9 Aoû 2016 - 12:36

La Turquie est une dictature islamiste. L'UE ne devrait plus accepter de discuter avec ce pays et reconnaître le Kurdistan et fournir des armes lourdes aux kurdes sinon il y aura bientôt un nouveau génocide dans la région.
avatar
kabout

Age : 54
Date de naissance : 14/09/1963
Localisation : picardie
Vierge Date d'inscription : 20/02/2015
Passion : tir, armes.

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par kabout le Mar 9 Aoû 2016 - 22:44

Turquie : "un pas en avant" vers la Russie

C’est son premier déplacement à l’étranger depuis le putsch manqué du 15 juillet. Le président turc Recep Tayyip Erdogan doit rencontrer en Russie son homologue Vladimir Poutine ce mardi 9 août. Depuis novembre, les relations entre les deux pays ont été orageuses : la destruction d’un avion de combat russe par l’aviation turque avait provoqué une escalade entre Ankara et Moscou. Renouer avec la Russie, un enjeu diplomatique pour un président turc déçu par l’Union européenne et les États-Unis.

Il y a quelques semaines, il y avait bien eu cette lettre d’Erdogan adressée à son homologue russe. Le président turc entendait arrondir les angles et tourner la page d’une confrontation diplomatique coûteuse. Étape suivante ce mardi : les deux chefs d’État se sont rencontrés à Saint-Pétersbourg.

Erdogan en Russie alors que le contexte intérieur est critique dans son pays. Pour le Kremlin, cette visite révèle l’importance stratégique de Moscou pour Ankara. Les sujets qui pourraient être abordés ne manquent pas: le dossier syrien d’abord, qui ne cesse de diviser les deux pays, une éventuelle compensation après la destruction de l’avion russe et bien sûr la reprise des relations économiques.

Les deux dirigeants devraient d’ailleurs aborder la coopération énergétique. « La Russie est une source importante d’importations d’énergie, explique Ilya Lazarev, économiste à Natixis joint par RFI. Il existe déjà un gazoduc qui s’appelle Bluestream et il y a des projets pour construire éventuellement un autre gazoduc, Turkish stream, qui est actuellement suspendu, mais qui serait très avantageux pour la Turquie, puisqu’elle est dépendante des importations d’énergie. »

Après la tentative de putsch, Erdogan s’est estimé lâché par l’Union européenne et les États-Unis. Il a en revanche salué la réaction de Vladimir Poutine qui lui a apporté un soutien sans ambiguïté. Cette rencontre avec Poutine tombe donc à pic pour le président turc qui se cherche des alliés. [...]

RFI
(Merci à Mielrubis)



***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Chevalier du Temple

Age : 72
Date de naissance : 13/11/1945
Localisation : New York USA
Scorpion Date d'inscription : 20/08/2013
Passion : Histoire & littérature
Humeur : Patriotique

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par Chevalier du Temple le Mer 10 Aoû 2016 - 14:08

Quelle naïveté dans les rangs occidentaux de croire qu'Erdogan veut mettre en place une démocratie islamique sur le modèle de la démocratie chrétienne. Nos dirigeants doivent être dans un état comateux pour ne rien voir venir. Réalisent-ils que la démocratie et l'islam ne sont pas compatibles ?

Contenu sponsorisé

Re: Turquie : l'autocratie islamique !

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017 - 18:25