www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Suivez le XVIème Congrès du Front National à Lille : flechegauche ICI flechedroite

Quelle capacité a irriguer l’économie réelle ?

Partagez
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Quelle capacité a irriguer l’économie réelle ?

Message par ano le Lun 21 Déc 2015 - 17:19


Un pouvoir politique (Gouvernement français et Union Européenne) incapable de drainer l’investissement vers l’économie réelle

Communiqué de presse de Thibaut de La Tocnaye

Dirigeant-fondateur d’entreprises industrielles
Membre du Bureau Politique du FN
Délégué National à la Formation
21 décembre 2015
(Source)


Alors que Mario Draghi, président de la BCE, a redit la semaine dernière à Bologne qu’il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour redresser l’inflation (c.à.d. relancer la machine économique), on assiste en réalité à un blocage, en bonne et due forme, de la circulation du crédit vers l’économie réelle et ce, pour au moins 3 raisons :

1. Le Plan Juncker est pour le moment un échec. L’effet de levier escompté vers le privé est trop faible : au bout d’un an, les projections actuelles donnent 40 milliards d’euros d’investissements financés au lieu des 315 milliards annoncés.

2. Malgré la multiplication d’utilisation d’instruments bancaires de toutes sortes (!) par la BCE comme la prolongation du QE (« Assouplissement quantitatif ») et l’annonce d’un Taux de dépôt négatif, rien « n’arrive » ou presque au niveau des fonds propres des entreprises. Car, en fait, les banques opèrent principalement en circuit fermé : elles se prêtent indéfiniment entre elles au lieu de prêter à l’économie réelle.

3. A cela s’ajoute une mal typiquement français concernant l’Epargne : la « rente » est, en France, fiscalement nettement avantagée par rapport au « risque » !
Face à ce triple constat, une seule solution : rétablir la primauté du « politique » sur la finance mais également redonner le pouvoir politique à ceux qui, comme Marine le Pen et le FN, se considèrent avant tout au service des ménages et des entreprises créatrices de richesse.

**

RPS : l'échec perpétuel !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'ignorance toujours est prête à s'admirer.
(Nicolas Boileau)

avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Quelle capacité a irriguer l’économie réelle ?

Message par ano le Ven 11 Mar 2016 - 19:36


Les mesures de la banque centrale européenne vont favoriser les banques au détriment des autres secteurs de l’économie


Communiqué de Philippe Murer
Économiste au cabinet de Marine Le Pen
11 mars 2016
(Source)


La banque centrale européenne vient d’annoncer plusieurs mesures pour essayer de relancer l’activité économique en zone euro. En effet, la croissance, déjà très faible, s’amenuise et le risque est grand que la zone euro rentre de nouveau en récession.

Comme d’habitude, la BCE va favoriser outrageusement la Finance en la mettant au centre du jeu, et n’aide pas en premier lieu les créateurs de richesse que sont les entreprises et les salariés.

La mesure emblématique est le fait que les banques seront payées pour emprunter à 4 ans (mécanisme LTRO) ! Les particuliers en rêveraient pour acheter leur appartement, les entreprises pour financer leur investissement ou leurs besoins de trésorerie.

Puisqu’on aide l’économie uniquement en passant par les marchés financiers, le seul effet de ce programme sera probablement de supporter les bourses et les actifs financiers. Les entreprises continueront malheureusement d’être sevrées de prêts par les banques. Cela n’a aucun sens puisque c’est l’économie réelle qu’il faut relancer, pour permettre aux entreprises d’avoir des carnets de commande et aux Français au chômage de trouver un emploi.

Il aurait fallu pour cela mettre en place des mécanismes de création de monnaie pour relancer l’économie réelle et non la bourse : il faut créer de la monnaie pour lancer des projets utiles à tous les citoyens (isolation des bâtiments publics, prêts systématiques à taux 0 pour isoler les bâtiments privés, transition vers les nouvelles énergies renouvelables rentables, sécurité des réacteurs nucléaires, reconversion de l’agriculture etc.).

Favoriser outrageusement la Finance au détriment de tous les autres secteurs de l’économie semble être l’essence de la politique européiste depuis de très nombreuses années. Seuls, les citoyens pourront par leur vote mettre fin à ce scandaleux état de favoritisme permanent de la Finance sur tous les autres acteurs de l’économie.

**
Philippe Murer
Économiste et conseiller économique de Marine Le Pen
Président du Collectif Nouvelle Écologie
Assistant de Marine Le Pen au Parlement Européen
Professeur de finance vacataire à la Sorbonne
https://twitter.com/philippemurer



Remettez l'intérêt général au cœur de la France, Rejoignez le FN !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Défendez l'intérêt général, souscrivez !




avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Quelle capacité a irriguer l’économie réelle ?

Message par ano le Jeu 28 Avr 2016 - 8:02


Discussion sur le Fond européen d’ajustement à la mondialisation (FEM)

27 avril 2016
(Source)



Intervention de Dominique Martin en Commission Emploi et Affaires Sociales
Dominique Martin s’étonne de l’évaporation de ce fond dans certains pays de l’Union européenne, et conteste que seules les multinationales en profitent alors qu’il devrait servir les PMI-PME.

**
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Quelle capacité a irriguer l’économie réelle ?

Message par ano le Mer 3 Aoû 2016 - 19:43


233 taxes payées par les entreprises, c'est trop dénonce la Cour des comptes

express, afp, le 20 juillet 2016
(Source)


Un rapport de la Cour des comptes publié mercredi 20 juillet pointe la lourdeur et le coût des prélèvements fiscaux et sociaux sur les entreprises. Et préconise une simplification du dispositif en vigueur.

Trop c'est trop. La Cour des comptes a sorti sa calculatrice et fait le tour de l'ensemble des prélèvements fiscaux et sociaux dus par les entreprises. Elle est arrivée à 233 taxes !  

Si l'on retrouve, bien entendu, les plus connues comme la TVA, l'impôt sur les sociétés ou encore la CSG, d'autres moins importantes viennent alourdir le processus. Et c'est justement l'ensemble du dispositif et surtout sa complexité, que la Cour des comptes pointe du doigt ce mardi 20 juillet.  

« La France se caractérise par une multitude de prélèvements dont sont redevables les entreprises, soit en tant que contribuables (comme l'impôt sur les sociétés, l'impôt sur le revenu pour les travailleurs indépendants ou les cotisations sociales patronales), soit comme collecteur de premier niveau pour les impôts ou cotisations dont sont redevables leurs clients (la TVA par exemple) ou leurs salariés (cotisations sociales salariales ou CSG, notamment) », explique les auteurs en préambule. Un rapport salué par les dirigeants du Medef.

Un coût de 5,2 milliards d'euros

Conséquence de ce maquis : la multiplicité des interlocuteurs. « La collecte de ces prélèvements est caractérisée par l'intervention d'une pluralité d'organismes de recouvrement, de statut varié et de taille hétérogène, qui constituent autant d'interlocuteurs pour les entreprises », poursuit le document.  

Dans un sondage inclus au rapport et commandé par la Cour des comptes, 89% des entreprises comprenant moins de 10 salariés disent faire appel à un expert-comptable pour s'y retrouver dans leurs déclarations fiscales. Ce taux passe à 37% (et 17% pour les déclarations sociales) dans les entreprises de plus de 250 salariés. Pour les déclarations sociales, ces taux passent à 87% pour les entreprises de moins de 10 salariés et à 17% pour celles de plus de 250 salariés.

Interrogés sur les raisons qui les poussent à avoir recours à un tiers, 96% des dirigeants estiment que « chacun a son expertise », tandis qu'ils sont 76% à souhaiter « économiser du temps de travail" et 67 % à craindre » d'oublier

Outre la complexité du dispositif et la pesanteur pour les dirigeants, le rapport pointe aussi du doigt le coût de ce dispositif. La Cour l'évalue à 5,2 milliards d'euros pour l'État. Or, si certaines de ces taxes rapportent des recettes, d'autres sont moins spectaculaires.  

La Cour des comptes a ainsi calculé que 96 prélèvements de moins de 100 millions d'euros ne généraient que 2,5 milliards de rentrées pour l'État.  

Plus de coopération entre les administrations

La Cour reconnaît et salue les efforts de « simplification fiscale » mis en œuvre pour les petites entreprises notamment, mais elle estime que des progrès doivent être réalisés concernant les prélèvements sociaux.  

Pour améliorer la situation, les auteurs du rapport formulent 21 recommandations. Première piste : poursuivre la réorganisation des différents services de collecte afin de mieux centraliser les prélèvements.  

Ensuite, elle suggère étendre les missions de l'URSAFF en faisant de lui l'interlocuteur central pour les prélèvements sociaux. Enfin, la Cour des comptes souhaite que la coopération entre l'administration fiscale et les différents organismes sociaux soit améliorée.  

**

l'RPS, c'est 40 années d'échecs économiques !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Interrogez le diable, il vous dira que le beau est une paire de cornes, quatre griffes et une queue !
(Voltaire)


Contenu sponsorisé

Re: Quelle capacité a irriguer l’économie réelle ?

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 21 Mai 2018 - 11:16