www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Scandale ! L'immunité parlementaire de Marine Le Pen levée parce qu'elle a osé montrer la vérité sur les atrocités commises par Daech flechegauche LA flechedroite

EN VOILA DES VERITES QU'ON AVAIT OMIS DE NOUS REVELER.

Partagez

Jean Sansterre

Age : 60
Date de naissance : 03/10/1957
Localisation : France
Balance Date d'inscription : 24/04/2012
Passion : littérature, musique, sports, histoire, philo

EN VOILA DES VERITES QU'ON AVAIT OMIS DE NOUS REVELER.

Message par Jean Sansterre le Dim 3 Jan 2016 - 16:24

EN VOILA DES VERITES QU'ON AVAIT OMIS DE NOUS REVELER.

Je vais vous raconter une longue histoire.
En  1971,  une  poche  de  gaz  gigantesque  a  été
découverte,  dans  le  golfe  persique,  répartie  à  moitié
moitié entre le Qatar et l'Iran. Cette poche, les qataris
l'ont nommé North Dome, et les perses - ou iraniens -
l'ont  nommée  South  Pars  (rien  à  voir  avec  Eric
Cartman).
Cette  poche  de  gaz  représente  20%  des  réserves
naturelles de gaz du monde. Le Qatar a commencé les
forages  en  1988,  pour  passer,  à  partir  de  1996,  en
phase de production et augmenter progressivement sa
capacité de production, au fil des années.
L’Iran, du fait du blocus économique qui le frappait, n'a
pu commencer l'exploitation de ce champ que bien plus
tard, mais rattrape depuis son retard.
De  l'autre  côté,  schématiquement,  l'Europe  est  un
gigantesque  consommateur  de  gaz  qui  ne  produit
pratiquement  rien  et  doit  tout  acheter  sur  le  marché
international.  Les  trois  grandes  sources  de  gaz  qui
alimentent l'Europe sont l'Algérie, les champs de la mer
du nord (exploités par le royaume uni et la Norvège)...
et la Russie.
La Russie ayant réussi à nouer des liens proches avec l'Algérie, l'Europe vit donc dans une situation de
dépendance stratégique permanente vis-à-vis d'une coupure toujours possible du gaz russe qui, si elle
était également appliquée par l'Algérie, plongerait l'Europe dans une crise énergétique grave.
La  conjonction  de  ces  deux  facteurs,  d'un  côté  un  Qatar  et  un  Iran  producteurs  massifs  d'un  gaz
abondant,  et  de  l'autre  d'une  Europe  qui  voudrait  diversifier  ses  sources  d'approvisionnement
énergétiques, tout cela explique le rapprochement entre la France et le Qatar (mais aussi le relâchement
du blocus iranien).
Donc,  à  partir  de  2007,  un  Qatar  ayant  des  quantités  immenses  de  gaz  à  fourguer  a  commencé  à
draguer l’État français, s'offrant des clubs de foot, des coupes du monde pour devenir populaire et... en
substance, monter un projet de gazoduc direct, allant du Qatar, passant par l'Arabie Saoudite, rejoignant
la Turquie, puis rentrant en Europe par les Balkans.
Le seul problème... c'est qu'entre l'Arabie Saoudite et la Turquie, il n'y a que deux pays, le premier étant
l'Irak et le second... la Syrie.
L'Irak  étant  en  guerre  et  jugé  totalement  inadéquat  pour  y  construire  un  gazoduc,  les  qataris  et  les
saoudiens ont proposé, en 2009, à Bachar El Assad de construire ce gazoduc sur son territoire.
Bachar El Assad étant allié de la Russie, la Russie lui fit refuser ce transit, puisque ce gaz qatari allait la
priver de son arme stratégique contre l'Europe. Assad refusa donc, en conséquence de quoi, en 2011 le
Qatar et l'Arabie Saoudite consacrèrent quelques milliards d'euros à la création de milices en Syrie pour
entamer un conflit contre Assad, dans l'espoir de le destituer, étant entendu que l’État qui prendrait sa
place pourrait être islamiste ou n'importe quoi d'autre, la seule obligation qui lui incomberait, dès sa prise
de pouvoir, se résumant à la construction de ce gazoduc.
Le  Qatar  et  l'Arabie  Saoudite  financèrent  ainsi  Al  Nosra,  branche  d'Al  Qaïda  en  Syrie,  avec  la
bénédiction  d'Israël  qui  voyait  d'un  bon  œil la  chute  d'El  Assad,  qui  ainsi  arrêterait  de  financer  le
Hezbollah qui du coup n'aurait plus eu de financement pour continuer de tirer des roquettes sur Israël.
Et la guerre civile en Syrie éclata, et ... la guerre s'enlisa, pendant des mois, des années...
En septembre 2013, excédés par le temps que prenait cette petite guerre coloniale, les USA, la France
et le Royaume uni se décidèrent à envoyer une flotte de guerre pour appuyer les rebelles syriens et faire
chuter Bachar et son régime.
La Russie, qui ne l'entendait pas de cette oreille, envoya plusieurs navires de guerre s'interposer entre la
côte syrienne et la coalition qui allait passer à l'attaque.
Il faut ici comprendre que la façon de faire la guerre des USA est très monolithique, codifiée... lorsqu'ils
passent à l'attaque, ils le font :
1)  avec  des  missiles  tomahawk,  qui  permettent de  détruire  les  radars  à  interférométrie  et  les  radars
passifs (ceux qui voient les avions furtifs),
2) ce qui permet ensuite d'envoyer l'aviation furtive détruire les défenses anti aériennes et les PC de
commandement,
3)  ce  qui  permet  ensuite  d'envoyer  la  vague  de  bombardiers  classiques  pour  inonder  les  troupes
terrestres ennemies de bombes.
Donc,  toute  la  stratégie  américaine  est  basée  sur  l'attaque  première  des  tomahawks.  En  septembre
2013,  la  flotte  américaine,  avant  de  lancer  le  gros  de  ses  tomahawks  en  a  lancé  deux,  de
"reconnaissance"... et ils ont eu la très désagréable surprise de les voir tomber dans l'eau, leurs missiles
ayant été brouillés par les contre-mesures électroniques de la flottille russe.
Donc,  alors  que  la  télé  nous  bombardait  avec  les  explications  sur  l'attaque  qui  allait  avoir  lieu,  que
Hollande l'avait annoncée publiquement... eh bien l'occident a du replier ses billes et rentrer penaud à la
maison,  puisque  l'attaque  ne  pouvait  pas avoir  lieu.  Et  cette  guerre annoncée fut  oubliée  du  jour  au
lendemain par nos médias.
La vengeance de l'occident eu lieu quelques mois plus tard, en Ukraine. Une révolution fut organisée par
les  services  secrets  européens.  Des  barbouzes  de  la  DGSE  engagèrent  quelques  centaines  de
mercenaires pour organiser un coup d’État, qui eut bien lieu, le but premier étant de punir la Russie qui
avait eu l'outrecuidance de croire qu'elle pouvait agir en tant que superpuissance.
Et l'Ukraine tomba aux mains d'une junte pro-occidentale. La Russie réagit en récupérant la Crimée et
en réussissant à utiliser le sentiment pro-russe d'une bonne moitié de l'Ukraine pour entamer là-bas une
guerre civile.
(Un  avion  de  ligne  abattu dans  le  ciel  ukrainien)  permet  à  l'Europe  d'inventer  des  sanctions
économiques contre la Russie, ce qui permit de mettre à mal l'économie russe et de diminuer la valeur
du rouble par deux face à l'Euro tout comme au dollar.
Mais la Russie survécut sans trop de problèmes au choc économique.
Pendant  ce  temps,  la  guerre  continuait  en  Syrie...  Al  Nosra  avait  accouché  d'un  monstre,  l'Etat
Islamique, la guerre de tranchées était de plus en plus défavorable au régime d'El Assad...
L'Iran, considérant - à juste titre - que l'Arabie Saoudite finançait l'EI aussi bien en Syrie qu'en Irak, l'Iran
soutenant les pouvoirs centraux syrien et irakien et étant en conflit officieux avec l'Arabie Saoudite sur
deux  fronts  déjà,  décida  d'appuyer  une  révolte armée  au  Yemen  contre  l'Arabie  Saoudite.  Ce  conflit
débuta en mars 2015.
Ainsi donc, l'Iran et l'Arabie Saoudite sont en conflit désormais sur trois fronts, en Syrie, en Irak et au
Yémen...  l'exploitation  de  la  poche  de  gaz  north  dome/south  pars  étant  évidemment  le  nœud du
problème.
C'est ainsi que la Russie décida d'intervenir directement en Syrie, il y a un ou deux mois, pour assister le
pouvoir central, en faisant travailler essentiellement son aviation, sans troupes au sol.
L'espoir  changea de  camp,  le  combat  changea d'âme,  comme  disait  tonton Victor...  Les  troupes  d'el
Assad  reprenant  le dessus,  la  construction  qataro-arabo-turco-atlantiste  tombait  à  l'eau. Qui plus  est,
l'Etat  Islamique  et  Al  Nosra  ayant  poussé  le  bouchon  un  peu  plus  loin  que  ce  qui  était  attendu...  il
devenait de plus en plus difficile pour les "démocraties" occidentales de faire croire qu'elles étaient du
côté du "bien"... et l'on ne peut que constater l'habileté avec laquelle Poutine a réussi à remporter la
guerre médiatique en occident.
(extrait de publi de Rouslan Toumaniantz)

navarre

Age : 78
Date de naissance : 08/09/1939
Vierge Date d'inscription : 18/07/2015
Passion : bridge

Re: EN VOILA DES VERITES QU'ON AVAIT OMIS DE NOUS REVELER.

Message par navarre le Dim 3 Jan 2016 - 16:40

Sûr, la guerre en Ukraine, celle actuelle de la Syrie étaient programmées par les US ...toujours
pour affaiblir la Puissance russe....Les Us veulent des marchés pour tout ...attention
au Tafta ( Traité transatlantique que l'union Européenne nous concocte) tous nos
radars doivent fonctionner à 100/°......Ces informations de Jean Sansterre sont bien utiles...il nous prouve
qu'il n'est pas sansCoeur comme toute personne au FN.
avatar
l'Apôtre

Age : 53
Date de naissance : 25/07/1964
Localisation : PICARDIE
Lion Date d'inscription : 24/01/2015
Passion : l'amour

Re: EN VOILA DES VERITES QU'ON AVAIT OMIS DE NOUS REVELER.

Message par l'Apôtre le Dim 3 Jan 2016 - 17:00



@Jean Sansterre a écrit: En  septembre
2013,  la  flotte  américaine,  avant  de  lancer  le  gros  de  ses  tomahawks  en  a  lancé  deux,  de
"reconnaissance"... et ils ont eu la très désagréable surprise de les voir tomber dans l'eau, leurs missiles
ayant été brouillés par les contre-mesures électroniques de la flottille russe

Eclat joli roman






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

À l’occasion d’un point de presse tenu le 2 janvier dans l’Etat du Mississippi,
le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump
a accusé Barack Obama et l’ancienne secrétaire d’Etat Hilary Clinton d’avoir créé l’Etat islamique (EI, Daech).

source
avatar
Froan Vamed

Age : 20
Date de naissance : 28/03/1997
Localisation : Ile de France
Bélier Date d'inscription : 08/03/2013
Passion : Un fondu d'Histoire

Re: EN VOILA DES VERITES QU'ON AVAIT OMIS DE NOUS REVELER.

Message par Froan Vamed le Sam 9 Jan 2016 - 15:02

@Brenshann a écrit: cela n’en fait pas pour autant l’ami des racialistes (...) que nous sommes.

Euh ce n'est pas mon cas. Et il me semble que ce n'est pas non plus le cas du parti, pour qui seul l'attachement à la nation compte, et pas la couleur de peau.
avatar
CoqGaulois

Age : 61
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: EN VOILA DES VERITES QU'ON AVAIT OMIS DE NOUS REVELER.

Message par CoqGaulois le Lun 11 Jan 2016 - 18:54

@Brenshann a écrit:
@Froan Vamed a écrit:
@Brenshann a écrit: cela n’en fait pas pour autant l’ami des racialistes (...) que nous sommes.

Euh ce n'est pas mon cas. Et il me semble que ce n'est pas non plus le cas du parti, pour qui seul l'attachement à la nation compte, et pas la couleur de peau.

Ce sont les propos de l'auteure de "Blanche Europe", qui défend la Race Blanche et non pas la république de Valls.

A l'origine du message nous étions sur une analyse de la situation géopolitique actuelle et tout cela dérive pour parler de race blanche, c'est la dérive des con tinents???
Je suis très fier de ma couleur de peau et de mes origines "Français de souche" mais je ne vois pas le rapport entre cet exposé sur les origines d'un crise bien réelle et cette dérive colorée. La notion de racialisme qui a priori distingue sans hiérarchiser les différentes espèces humaines contrairement au racisme n'en demeure pas moins équivoque et nous éloigne du sujet... à mon avis!


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
sylvain1169

Age : 49
Date de naissance : 19/01/1968
Capricorne Date d'inscription : 13/01/2016
Passion : auto,et autres collections

Re: EN VOILA DES VERITES QU'ON AVAIT OMIS DE NOUS REVELER.

Message par sylvain1169 le Mer 20 Jan 2016 - 17:02

@Brenshann a écrit:Scission du lobby juif, après la levée des sanctions contre l’Iran; par Blanche Europe

Traduction de l’article de The New Observer.

La levée des sanctions américaines sur l’Iran – suite à la reconnaissance officielle du fait que ce pays n’a aucun programme d’armement nucléaire – est peut-être la première grande défaite pour l’aile droite du lobby juif en Amérique. Cependant, l’aile gauche du lobby juif conserve son emprise sur la politique américaine.

L’aile droite du lobby juif est principalement représentée par l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) et par le Parti Républicain – qui se trouve être sous le contrôle de financiers comme Sheldon Adelson, qui soutiennent le parti du Likoud.

L’AIPAC et les gardiens du système comme Adelson sont très impliqués en Israël dans le soutien à la politique agressivement expansionniste de Benjamin Netanyahou et du parti du Likoud.

L’AIPAC et l’aile droite du lobby juif croient fermement à toutes les absurdités à propos de « bombes atomiques » iraniennes, et considèrent tout représentant du monde arabe qui ose s’opposer au nettoyage ethnique massif à Gaza et en Cisjordanie comme un « antisémite » qui « hait les Juifs. »

Dans son communiqué de presse à propos de la levée des sanctions, l’AIPAC affichait sa tendance habituelle à l’hystérie et à l’hyperbole, en revenant sur le mythe depuis longtemps démenti d’une « bombe atomique » iranienne, et en nous avertissant en prime qu’on arrivait à un « moment dangereux pour l’Amérique et ses alliés ».

Le terme « alliés » utilisé par l’AIPAC fait naturellement référence à Israël, et illustre la chutzpah de ce lobby, qui ose se présenter comme « américain », alors qu’il constitue un groupe exclusivement loyal à Israël.

Le communiqué de l’AIPAC se poursuivait en affirmant que la levée des sanctions constituait une « étape décisive qui renforçait l’Iran en tant qu’État terroriste, ainsi que sa capacité à dominer la région » – une déclaration extrêmement hypocrite vu la politique israélienne de terrorisme envers les Palestiniens et de « domination régionale » au Proche-Orient.

En outre, les agents paranos de l’AIPAC ont prétendu que la levée des sanctions verrait « l’Iran prendre la voie d’une légitimation de son programme nucléaire illicite » – ce en quoi ils ignoraient complètement la confirmation par l’Agence Internationale de l’Énergie Atomiqueque depuis plus de douze ans, il n’y a plus aucune preuve que l’Iran se soit intéressé à un armement nucléaire militaire.

Aux USA, le Parti Républicain – chez qui l’aile droite du lobby juif américain a maintenant élu domicile – s’est précipité pour condamner la levée des sanctions.

Le sénateur Bob Corker, président, pour le Parti Républicain, du comité des relations étrangères du Sénat, a tenu le même discours que l’AIPAC en déclarant officiellement « qu’on ne pouvait accepter qu’aujourd’hui marque le début du refus par les USA et l’Europe de reconnaître le risque dérangeant d’un Iran nucléarisé ».

Démontrant son ignorance et sa soumission aveugle à l’aile droite du lobby juif, Corker a continué à rabâcher machinalement le refrain selon lequel l’Iran aurait encore des armes nucléaires : « Grâce à une manne de plus de 100 milliards de dollars [ndt: car l’Iran va récupérer ses avoirs gelés par les USA], l’Iran aura un budget bien plus conséquent pour continuer à parrainer le terrorisme, menacer ses voisins, et financer ses programmes nucléaires et ses programmes de missiles », a-t-il déclaré.

Le sénateur de Floride et candidat à la présidentielle Marco Rubio a publié une déclaration condamnant la levée des sanctions, affirmant que cela « renforcerait le pouvoir du dictateur syrien Bachar el-Assad et le développement terroriste de l’État islamique. »

Ce demeuré républicain se borne à répéter les mensonges du lobby juif: en réalité,l’Iran a des soldats sur le sol syrien qui combattent l’État Islamique, considéré à juste titre comme une menace mortelle pour l’État iranien.

Rubio a également promis de révoquer l’accord et de « restaurer les sanctions » s’il se faisait élire. Le fait que Rubio ait pu devenir sénateur, sans même parler de sa candidature à la présidence, est un terrible désaveu du système politique américain. Cela prouve que la bêtise monumentale n’est pas un handicap en démocratie.

Le seul candidat présidentiel du Parti républicain à n’avoir pas dit qu’il révoquerait l’accord est, sans surprise, Donald Trump. Bien que Trump soit fanatiquement pro-Israël, son arrivée soudaine sur la scène politique signifie qu’il a dû décider ses positions politiques en cours de route. Le plus souvent, il s’est appuyé sur la simple logique pour formuler son programme politique.

Ainsi, alors qu’au départ, Trump était ravi de participer aux actions pour dire « Non à l’accord nucléaire », il a développé de nouvelles politiques à mesure qu’il se familiarisait avec les faits, et dès le mois d’août de l’année dernière, il déclarait à l’émission « Meet the Press » de NBC qu’il ne rejetterait pas l’accord sur le nucléaire iranien, et qu’il l’appliquerait strictement.

Suite à ses remarques antérieures sur l’Irak et la Syrie, Trump savaitqu’il avait déjà perdu le soutien de l’aile droite du lobby juif – d’où sa position indépendante sur l’affaire iranienne.

Sa plus forte critique de l’accord date d’un meeting du Tea Party, en septembre 2015. Son point de vue était que l’accord avait été mal négocié. Mais même à l’époque, contrairement à Ted Cruz, qui s’était exprimé à ce même meeting, et qui est lui-même candidat à l’investiture républicaine, Trump avait refusé de condamner l’accord.

En revanche, l’aile gauche du lobby juif, qui a le soutien de la majorité des Juifs américains, et qui a tendance à suivre la version du sionisme défendu par le Parti travailliste israélien, a favorablement reçu « l’accord nucléaire » iranien.

Les dirigeants de JStreet, le principal lobby juif de tendance « sioniste libérale », ont publié un communiqué où ils « se félicitent de l’annonce officielle de l’entrée en vigueur du « plan global d’action conjoint » (JCPOA) sur le programme nucléaire de l’Iran. Comme la majorité des Juifs américains, JStreet soutient le JCPOA, qui bloque toutes les voies permettant à l’Iran de développer une arme nucléaire. Nos militants ont travaillé sans relâche l’été dernier pour aider à ce que l’accord soit favorablement examiné par le Congrès ».

Le communiqué de JStreet représente bien le point de vue de l’aile gauche du lobby juif. D’après ce communiqué : « Pour la première fois en près d’une décennie, l’Iran n’a plus le matériel nucléaire nécessaire pour fabriquer ne serait-ce qu’une seule bombe. Cela améliore infiniment la sécurité des Américains, des Israéliens, et des Iraniens eux-mêmes ».

Bien que cette déclaration répète le mensonge depuis longtemps réfuté que l’Iran était réellement en mesure de fabriquer une « bombe atomique » au cours des dix dernières années, il montre néanmoins que même l’aile gauche du lobby juif a pour simple motivation de défendre ce qui est dans l’intérêt d’Israël – comme on s’y attendrait de leur part.

Comme on le soulignait dans un précédent article, la seule divergence réelle entre « l’aile droite » et « l’aile gauche » du lobby juif est de savoir quelle position politique est la plus conforme aux intérêts de la juiverie internationale : adopter une ligne dure avec répression tous azimuts des Palestiniens sans se soucier de l’opinion de la communauté internationale, ou bien travailler sa communication et présenter l’état sioniste sous un jour plus amical.

Les Juifs « de gauche » et « de droite » n’ont aucune intention de changer de politique sur les problèmes sous-jacents qui ont créé tant de conflits : à savoir le contrôle avéré du lobby juif sur le fonctionnement politique des USA, et le fait que l’état israélien a été fondé sur un territoire arraché aux Palestiniens par la violence et dans le sang.

Blanche Europe

Bonjour,

J'ai l'impression que cette blanche europe, et ses commentaires vous emporte du coté obscure de la force
revenons plutot au sujet de depart

Contenu sponsorisé

Re: EN VOILA DES VERITES QU'ON AVAIT OMIS DE NOUS REVELER.

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 22 Nov 2017 - 13:52