www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.


François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Partagez

CoqGaulois

Date d'inscription : 13/01/2012

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par CoqGaulois le Mar 16 Fév 2016 - 8:06

Erikman a écrit:Alors OK 1 € = 1 Franc Nouveau

Et quid de la dévaluation qui va suivre avec toutes les conséquences ? 20% ou 30% ?

la France était en perte de vitesse face à ses partenaires avec le FF; on retrouvera une France moribonde lorsque le FN sera dévalué pour répondre au programme prévu...

Je ne crois pas à la sortie de l'€, je voyage et n'y vois qu'inconvénients et perte de capital.

Que je n'y crois pas c'est une chose, mais l'opposition va décrédibiliser le FN avec cette histoire et ils ne vont pas se gêner, et les Français suivront... Les débats pour la présidentielle 2017 risquent de devenir ingérables..

C'est faux comme analyse car dévaluer le Franc non seulement ne rendra pas la France moribonde mais au contraire développera nos échanges internationaux en nous rendant de nouveau compétitif dans le domaine de l'export. Un des points qui aurait pu être négatif est l'importation du pétrole mais les circonstances jouent pour nous car celui ci est à 30% de la valeur qu'il avait il y a 1 an, donc 30% de sa valeur en comptant la dévaluation du Franc de 20% cela fait 30% + 6% = 36% donc un contexte particulièrement favorable à cette dévaluation.
Pour ce qui est de la dette je vous le rappelle elle à 97% en monnaie intérieur du pays et donc passera automatiquement en Franc et ne sera pas impactée par la dévaluation que de 3% de son montant soit: 20% d'augmentation sur 3% de la dette soit une augmentation globale de 0,6% largement compensée par le gain de compétitivité.
Si il y en a qui n'ont pas suivi pour les chiffres je peux leur expliquer plus en détail.
Pour ce qui est des biens immobiliers détenus en France pas de changement puisque les achats ou ventes ce feront en Franc, des biens immobiliers détenus à l'étranger se verront revalorisés en cas de vente, seuls les futurs achats immobiliers à l'étranger seront impactés. Les étrangers ayant acheté en France seront perdants à la revente.
L'opposition comme les journalistes pour la plupart sont incapable de calculer l'impact réel et joue sur des peurs et des idées reçues, je suis de près les débats sur ce sujet et le niveau est lamentable et les arguments pour la plupart pitoyables et affligeants d'indigence intellectuelle.
avatar
sylvain1169

Age : 49
Date de naissance : 19/01/1968
Capricorne Date d'inscription : 13/01/2016
Passion : auto,et autres collections

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par sylvain1169 le Mar 16 Fév 2016 - 10:19

CoqGaulois a écrit:
Erikman a écrit:Alors OK 1 € = 1 Franc Nouveau

Et quid de la dévaluation qui va suivre avec toutes les conséquences ? 20% ou 30% ?

la France était en perte de vitesse face à ses partenaires avec le FF; on retrouvera une France moribonde lorsque le FN sera dévalué pour répondre au programme prévu...

Je ne crois pas à la sortie de l'€, je voyage et n'y vois qu'inconvénients et perte de capital.

Que je n'y crois pas c'est une chose, mais l'opposition va décrédibiliser le FN avec cette histoire et ils ne vont pas se gêner, et les Français suivront... Les débats pour la présidentielle 2017 risquent de devenir ingérables..

C'est faux comme analyse car dévaluer le Franc non seulement ne rendra pas la France moribonde mais au contraire développera nos échanges internationaux en nous rendant de nouveau compétitif dans le domaine de l'export. Un des points qui aurait pu être négatif est l'importation du pétrole mais les circonstances jouent pour nous car celui ci est à 30% de la valeur qu'il avait il y a 1 an, donc 30% de sa valeur en comptant la dévaluation du Franc de 20% cela fait 30% + 6% = 36% donc un contexte particulièrement favorable à cette dévaluation.
Pour ce qui est de la dette je vous le rappelle elle à 97% en monnaie intérieur du pays et donc passera automatiquement en Franc et ne sera pas impactée par la dévaluation que de 3% de son montant soit: 20% d'augmentation sur 3% de la dette soit une augmentation globale de 0,6% largement compensée par le gain de compétitivité.
Si il y en a qui n'ont pas suivi pour les chiffres je peux leur expliquer plus en détail.
Pour ce qui est des biens immobiliers détenus en France pas de changement puisque les achats ou ventes ce feront en Franc, des biens immobiliers détenus à l'étranger se verront revalorisés en cas de vente, seuls les futurs achats immobiliers à l'étranger seront impactés. Les étrangers ayant acheté en France seront perdants à la revente.
L'opposition comme les journalistes pour la plupart sont incapable de calculer l'impact réel et joue sur des peurs et des idées reçues, je suis de près les débats sur ce sujet et le niveau est lamentable et les arguments pour la plupart pitoyables et affligeants d'indigence intellectuelle.

Je pense qu'il faut expliquer. le chiffre de 20 à 30% de dévaluation est grotesque, et complétement irréaliste, je ne sais pas où il vont chercher ces chiffres.
Il faut surtout expliquer que les marchés financiers ne souhaitent pas perdre de l'argent, notre dette 97 % ne peut subir une dévaluation aussi énorme, croyez-vous, que pour nos créanciers, perdre de l'argent est imaginable?
Il est important d'expliquer qu'il y aura un temps de transition, entre l'euro et la nouvelle monnaie, avec une parité de 1 pour 1.
Il est clair que le risque zéro n'existe pas dans la finance.
Je vous rejoint sur le principe d'une dévaluation, et une meilleure compétitivité de nos exportation, à la condition que nous puissions en parallèle mettre en place un protectionnisme économique sur nos entreprises, donc revoir les accords avec l'UE. Il y a de nombreux pays qui l'applique sans que cela gêne personne.
avatar
Jupiter
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)

Age : 55
Date de naissance : 22/06/1962
Localisation : Picardie
Cancer Date d'inscription : 09/01/2011
Passion : Ma fille, ma chérie à moi, Marine et le rugby : Stade Toulousain !!
Humeur : 5 juillet 1962 - 5 juillet 2012 : Cinquantenaire du massacre d'Oran. Nous ne pardonnerons ni n'oublierons jamais. Amis et frères Pieds Noirs et Harkis : Honneur, Gloire, Hommage et Respect.

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par Jupiter le Mar 16 Fév 2016 - 10:39

C'est évident que notre nouvelle monnaie nationale sera dévaluée d'environ 20 à 25% et c'est tout à notre avantage !!
La parité de 1=1 n'y changera rien.
Dites-moi, depuis plusieurs mois, l'euro a perdu 25% de sa valeur..Avez-vous senti quelque chose ? Avez-vous perdu 25% de votre richesse ? De votre compte en banque ? De votre épargne ? De votre patrimoine ?
Avec un Franc nouveau dévalué de 25% par rapport à l'euro, un gain de productivité d'autant et immédiat est constaté par rapport à la zone euro, une diminution de 2 millions de chômeurs se fera dans les premiers mois (je vous encourage à lire les analyses de Bruno Lemaire - notre parrain - et de Jacques Sapir plus quelques autres, jamais démenties)...
Seuls les achats à l'extérieur seront pénalisés mais comme notre productivité va augmenter, les chômeurs diminuer, la richesse en hausse et donc les recettes fiscales également plus les économies réalisées, ce delta des résultats des achats extérieurs sera largement compensé.
Quant à nos achats de pétrole, il faut savoir une chose importante : Le litre est composé de 65% de taxes. Donc, 35% du prix du litre sera impacté.
Résumons : Un litre de gasoil est - actuellement - au pris de 1€.
Sur ces 1$, 65%, soit 0.65€ sont des taxes.
35% représentent le coût brut du litre, soit .035€.
Si nous passons à un Franc nouveau avec 25% de dévaluation et une parité de 1=1, il y aura donc 65% de taxes, soit 0.65 Fn.
Les 35% restant (coût brut du litre) seront donc impactés à 25%, soit 0.35 x 1.25 = 0.4375 Fn.
J'additionne 0.65 FN (taxes) + 0.4375 Fn = 1.0875 Fn.
Pendant quelques temps, le litre de gasoil sera donc à 1.0875 Fn au lieu de 1€...
C’est gérable non ?
Et puis, le pétrole est toujours à la baisse...


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Contact : ForumPM@protonmail.com
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Jupiter
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)

Age : 55
Date de naissance : 22/06/1962
Localisation : Picardie
Cancer Date d'inscription : 09/01/2011
Passion : Ma fille, ma chérie à moi, Marine et le rugby : Stade Toulousain !!
Humeur : 5 juillet 1962 - 5 juillet 2012 : Cinquantenaire du massacre d'Oran. Nous ne pardonnerons ni n'oublierons jamais. Amis et frères Pieds Noirs et Harkis : Honneur, Gloire, Hommage et Respect.

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par Jupiter le Mar 16 Fév 2016 - 15:00

A celles et ceux qui doutent de la pertinence d'une justesse de la sortie de l'euro, je leur laisse prendre connaissance du texte suivant, qui est celui de l'analyse de cette sortie, par l'économiste Jacques Sapir :

Les conséquences d’une sortie de l’Euro
par Jacques Sapir · 8 novembre 2014

Une chaîne publique, France 4 pour la nommer, a décidé de diffuser une série dite « interactive » qui est en réalité une forme particulièrement outrancière de propagande en faveur de l’Euro. Cette série, ANARCHY est supposée connaître 8 épisodes. Elle commence par une description apocalyptique d’une sortie de l’Euro. Il est toujours possible d’aimer se faire peur et d’inventer des terreurs imaginaires.
Mais, sur un sujet de l’importance d’une possible sortie de l’Euro, il faut avant toute chose raison garder.

Sortie de l’Euro et dépréciation monétaire

Il faut ici faire la différence entre une sortie de l’Euro et la dépréciation de la monnaie après cette sortie de l’Euro. Ce qui pourrait poser un problème n’est pas tant la « sortie », dont on sait que techniquement elle est assez simple à mettre en œuvre, que la dépréciation de la monnaie « post-Euro », qu’on appelle cette monnaie le « Franc », ou « l’Euro-Franc » ou tout autre nom.
Ceci implique que l’on s’interroge sur l’ampleur de cette dernière et sur les dynamiques possibles. Il faut donc chercher les possibles conséquences d’un tel mouvement. Ces conséquences sont économiques et financières. Pour les conséquences financières elles concernent l’évolution de la dette exigible dans des monnaies différente que la monnaie ayant cours légal en France, mais aussi l’évolution du passif et de l’actif des banques et des sociétés d’assurance. Il faut ici signaler que l’épargne des français dans des banques et des établissements financiers français ne connaîtrait aucune modification, car tous les comptes seraient instantanément re-libellés en « franc » dans le cas d’une sortie de l’Euro. Les personnes qui prétendent qu’une sortie de l’Euro entraînerait une dépréciation de l’épargne des français ne savent tout simplement pas de quoi ils parlent ou bien mentent en connaissance de cause.

Pour ce qui est des conséquences économiques, une dépréciation de la monnaie enchérit le prix des importations provenant des pays par rapport auxquels on a déprécié, et baisse le prix des exportations vers ces mêmes pays.
Cette baisse du prix des exportations peut se traduire par un fort accroissement des ventes, ce qui se calcule par l’élasticité Prix/Quantité. Inversement, la hausse du prix des importations provoque normalement soit une baisse des achats, soit des phénomènes de substitution des produits importés par des produits fabriqués sur le territoire national. Ici aussi il faut calculer l’élasticité Prix/Quantité mais aussi l’élasticité de substitution.
D’une manière générale, et compte tenu des élasticités des imports et des exports dans l’économie française, on voit que l’on est gagnant dès que le niveau de dépréciation dépasse les 15%. Mais, on voit aussi que ceci entraîne une hausse des prix à l’intérieur du pays.

Les conséquences économiques

Regardons d’abord les conséquences économiques. Avec plusieurs collègues nous avons estimé à 20-25% l’ampleur probable de cette dépréciation. Mais, il nous semble aussi que si la France sortait de la zone Euro, d’autres pays suivraient son exemple, et en particulier l’Italie, l’Espagne et le Portugal.
Dans ces pays, la dépréciation probable de la monnaie serait plus importante qu’en France, de 25% à 30% en Italie, de 30% à 35% en Espagne. Cela implique que par rapport à ces pays le franc (ou quel que soit le nom de la monnaie française post-Euro) s’apprécierait. Une sortie de l’Euro provoquerait donc un mouvement de dépréciation de la monnaie française vis à vis du Dollar, des monnaies liées au Dollar, du Deutschemark et des monnaies liées de fait au DM, mais une appréciation par rapport à la nouvelle monnaie italienne, espagnole et portugaise. Il faut donc évaluer les conséquences de ce double mouvement. On sait qu’une forte dépréciation de la monnaie par rapport à la zone Dollar et à l’Allemagne aurait des conséquences très positives sur l’économie. Les conséquences sur la production, et donc sur l’emploi, seraient importantes, avec une hausse de la production par accroissement des exportations, mais aussi par le mécanisme de substitution aux importations.
Les calculs, prudents, que nous avons réalisés montrent qu’il y aurait dans les 5 années suivant la sortie de l’Euro une croissance d’environ 22-25% du PIB en volume et une création nette de 1,3 à 2,5 millions d’emplois.
L’impact sur le niveau d’inflation, et sur le pouvoir d’achat des français peu lui aussi être évalué. On sait qu’environ 45% de notre consommation est importée. Mais, ceci se divise en 25-27% en provenance de la zone Dollar et de l’Allemagne (et des pays assimilés) et 18-20% en provenance de pays où la dépréciation monétaire serait supérieure à celle de la France dans le cas d’une sortie de l’Euro. Si l’on considère qu’il n’y a pas de phénomènes de substitution, l’effet d’un éclatement de la zone Euro sur les prix intérieurs est le suivant.

Consommation interne

La baisse du pouvoir d’achat serait donc de 100/105,58 soit de 5,3%. On est loin d’une baisse de 30% dont parlent des hommes politiques « pro-Euro » qui, ici encore, soit ne connaissent pas les mécanismes dont ils parlent, soit mentent comme des arracheurs de dents.
En réalité, des mécanismes de substitution se mettraient rapidement en place. On peut donc considérer que la baisse effective du pouvoir d’achat serait plus proche de 4% que des 5,3% calculés. Cette baisse se traduirait par une bouffée inflationniste la première année, mais rapidement, dès la deuxième année, cette inflation issue de la dépréciation s’amenuiserait. Par ailleurs, le volume global des salaires versés dans l’économie française augmenterait au fur et à mesure que se créeraient des emplois. Bien entendu, une partie de cette augmentation se substituerait à des prestations sociales (assurance chômage). Mais, la baisse du volume de ces mêmes prestations sociales (du fait du retour à l’emploi d’un nombre important de personnes) permettrait de baisser les cotisations prélevées sur les salariés et sur les entreprises, ce qui se traduirait par un accroissement du salaire net plus rapide que celui du salaire brut. Ici encore, les estimations et les calculs que nous avons fait avec mes collègues montrent que dans un délai de trois ans après la sortie de l’Euro le pouvoir d’achat des français aurait augmenté substantiellement.

Effets directs et indirects

Il faut ajouter que le mécanisme est en réalité cumulatif. Nous n’avons pas, jusqu’à présent, évoqué le rôle de l’investissement. Mais, si l’on assiste à un fort accroissement de la production en volume (que ce soit pour l’exportation ou pour la substitution aux importations) l’investissement des entreprises augmentera rapidement, et ceci contribuera à la croissance générale.
C’est un effet indirect d’une sortie de l’Euro mais qui ne peut se manifester que dans le contexte d’une sortie de l’Euro. C’est pourquoi, en additionnant les effets directs et indirects nous estimons qu’une création nette de 2 millions d’emplois en 3 ans est probable, et ceci même en faisant des hypothèses pessimistes sur le retour à l’emploi de chômeurs de longue durée.
On doit ici rappeler qu’une importante dépréciation de la monnaie conduit à provoquer un changement dans les prix relatifs entre les produits en fonction de leur composition en biens primaires et secondaires importés ou nationaux. Ce changement du prix relatif va entraîner une modification du comportement tant des acheteurs que des producteurs, ce qui va se traduire par une réallocation des flux d’investissement dans l’économie. Les effets indirects sont susceptibles d’être aussi importants et de plus longue durée que les effets directs d’une dépréciation. C’est ce qui est en général ignoré ou très largement sous-estimé par de nombreux auteurs quand ils considèrent l’impact d’une telle dépréciation.

Les conséquences financières : la question des dettes

Venons en maintenant aux conséquences financières. Ces conséquences se concentrent sur la question des dettes, qui peuvent avoir été faites dans le droit français, auquel cas la transformation des sommes de l’Euro et Franc est de droit et automatique, et celles qui ont été faites dans un autre droit que le droit français. Il faut donc calculer non pas la proportion des acheteurs de dette français et étrangers, mais la proportion des contrats passés en droit français ou en droit étranger.

On constate que, pour les dettes publiques,l‘écrasante majorité est en droit français. Il n’y aura donc aucun problème à ce niveau là. Pour les dettes privées financières, soit les dettes émises par des établissements financiers (banques et assurance) on constate  que les ¾ sont en droit français. Le quart émis en droit étranger sera réévalué du montant de la dépréciation du Franc vis à vis des monnaies dans lesquelles ces dettes ont été émises. Mais, une étude réalisé en 2013 sur le bilan des établissements financiers montrait aussi que ces établissements avait prêtés de l’argent « en droit étranger » dans des devises que l’on peut supposer fortes. Le calcul de la réévaluation et de la dépréciation de l’actif et du passif du bilan montrait que l’écart pour une dépréciation de -25% du Franc serait de l’ordre de 5 milliards d’Euros sur l’ensemble des établissements financiers français. C’est tout aussi négligeable que pour la dette publique. Reste le problème de la dette privée « non-financière », c’est à dire des ménages et des entreprises. Pour les ménages, 99,5% des dettes sont en droit français. Par contre, pour les entreprises, on voit qu’une part importante des dettes (54%) ont été émises en droit étranger. Mais, il s’agit de grandes d’entreprises qui réalisent une large part de leur chiffre d’affaires hors de France et en zone Dollar. La réévaluation de leur dette ira de pair avec la réévaluation de leur chiffre d’affaires, et le ratio d’endettement (Dette/Chiffre d’affaires) restera stable.

On constate que le discours alarmiste sur les implications d’une sortie de l’Euro quant aux dettes ne repose sur rien de solide et traduit soit une méconnaissance de ceux qui le tiennent soit une volonté de créer un effet de panique monté de toute pièce.

Les capacités d’endettement dans l’économie française après une sortie de l’Euro.

Mais, si en statique le problème semble réglé, il n’en va pas de même nécessairement en dynamique. Autrement dit, si le stock de dettes ne pose pas de problème, que se passerait-il pour les nouvelles dettes et pour les taux d’intérêts ?

Il faut ici distinguer la question de l’endettement publique de l’endettement privé.
Pour les entreprises, la capacité à s’endetter est liée à ce que le marché perçoit de leurs capacités à rembourser des dettes futures. Or, les entreprises françaises soit seront en expansion soit ne verront pas leur situation changée dans le cas d’une sortie de l’Euro. Les entreprises des constructions mécaniques, de l’automobile et de l’aéronautique devraient voir leurs perspectives de chiffre d’affaires et de profits s’améliorer de manière significative avec une sortie de l’Euro. Cela se traduirait par des conditions plus favorables pour leur endettement.

Pour la puissance publique, il est clair par contre que les taux d’intérêts des prêteurs étrangers reflèteraient le risque de change encourus s’ils prêtent à la France. Il faudra donc réorienter l’épargne française qui, actuellement, ne s’investit plus principalement en France vers des besoins en investissement français. Cela impliquera alors trois types de mesure. D’une part, il faudra établir un contrôle des capitaux portant principalement sur les mouvements spéculatifs.
D’autre part, il faudra réintroduire un « plancher des effets publics » en pourcentage de l’actif applicable à toute banque souhaitant travailler en France, ce qui permettra de créer une demande pour des titres d’endettement français, qu’ils soient publics ou para-publics.
Enfin, il faudra mettre fin à l’indépendance de la Banque de France et recréer les mécanismes d’alimentation en liquidité à court et moyen terme qui sont la contrepartie nécessaire de l’obligation pour les banques de détenir une certaine proportion de titres publics et para-publics dans leur bilan.

On mesure alors qu’une sortie de l’Euro ne se limitera pas, comme certains affectent de le croire, à un changement de dénomination monétaire et à une dépréciation de la monnaie. Une sortie de l’Euro implique, et c’est à mon avis là que se trouve une partie de l’intérêt de l’opération, une refonte profonde du système de financement de l’économie française et une limitation de la capacité des banques à réaliser des opérations spéculatives, à fort risque potentiel, sur l’étranger.
De ce point de vue, une sortie de l’Euro implique bien un changement important dans les pratiques et dans les institutions financières. Ce changement devrait permettre de mettre en œuvre une « définanciarisation » progressive de l’économie française et de rééquilibrer le poids de l’industrie par rapport au poids de la finance. C’est en réalité l’enjeu profond et décisif d’une sortie de l’Euro.

Effondrement ou réévaluation du Franc ?

Reste un troisième et dernier problème. Qu’adviendra-t-il du « Franc » une fois que la France sera sortie de l’Euro, et aura fait exploser la zone Euro ? Un certain nombre de personnes, essentiellement des politiques et non des économistes, disent que le « France » perdrait rapidement toute sa valeur. Il n’en est rien et, la France exportant une part importante de sa production, la demande pour la monnaie française resterait importante.
Ici encore, on est typiquement sur une affirmation provenant de gens qui soient ne connaissent rien aux marchés des devises soit on décidé de créer de toute pièce une panique. Mais, si cela est vrai à moyen terme, on sait aussi qu’il peut y avoir des fluctuations très erratiques sur les marchés des changes quand des « grands acteurs », c’est à dire des banques, empruntent massivement pour acheter (ou pour vendre) une devise.
De même, on ne peut exclure le fait que le « Franc » serve de monnaie refuge de deuxième ordre derrière le DM après l’éclatement de la zone Euro, et qu’il se réévalue fortement dans les 6 à 12 mois après la sortie de l’Euro. C’est un vrai problème car une réévaluation trop rapide du Franc par rapport au Dollar irait contre le développement d’un effet positif sur les exportations françaises et d’un effet de substitution. Il faudra alors prendre garde à ce risque pour ne pas répéter la désastreuse politique économique qui fut celle de la France avant l’Euro, dominée par le mythe du « Franc fort ».

Cela pose donc la question de savoir comment pourrait-on stabiliser la valeur nominale du « franc » sur le marché des changes, et mettre en place e cas échéant une dépréciation lente qui permettrait d’annuler l’impact de l’inflation (ou plus précisément de l’écart d’inflation) entre l’Allemagne et la France par exemple.
L’utilisation de l’instrument des taux d’intérêts est inefficace pour contrôler la valeur nominale du taux de change. Les anticipations de profit dans le cadre d’une spéculation sur le taux de change sont telles, et dans un délai de quelques jours, que même des taux de 20% ne sont pas réellement dissuasifs. Aussi, sauf à disposer de réserves de changes extrêmement importantes (comme en Russie ou en Chine), le contrôle des capitaux et l’interdictions des positions spéculatives reste la meilleur arme. Il est clair que ces mesures entraînent à leur tour des coûts de transaction.
Mais, ce derniers sont aujourd’hui, alors que l’essentiel des transactions sont informatisés, considérablement plus faibles qu’ils ne l’étaient il y a 30 au 40 ans. Par contre, cela demandera la réalisation d’un système expert capable de suivre et d’identifier les transactions en temps réel (je signale qu’un système de ce type fonctionne actuellement en Russie…) et la décision de confier à une autorité, qui pourrait être TRACFIN un pouvoir discrétionnaire pour appliquer les mesures prises dans le cadre d’un contrôle des capitaux.

La liberté totale des capitaux n’a pas démontré les avantages qu’on lui prête, en particulier pour faire baisser les coûts de financements. La raison en est simple : plus de 95% du financement des entreprises passe par des capitaux à moyen et long terme. Inversement, les mouvements de capitaux à court et très court terme représentent plus de 95% de l’ensemble de ces mouvements. Cela démontre, s’il en était besoin, que le système financier mondialisé fonctionne comme un immense casino et que l’on peut restreindre la liberté des banques et des quasi-banques à opérer librement sur le court et le très court terme sans provoquer de dommage à l’économie.

C’est la raison pour laquelle désormais même le FMI reconnaît que des contrôles de capitaux sont parfaitement légitimes. Ceci converge avec la position présentée ci-dessus de la nécessité de changer radicalement de paradigme dans les institutions financières, de mettre fin aux pratiques de financiarisation, et pour cela d’établir des limites à la globalisation financière. Nul doute qu’une telle politique sera certainement considérée par certains comme représentant un « repli sur soi », conduisant à une France « rabougrie » pour reprendre les mots utilisés par notre Président de la République lors de sa dernière intervention sur TF1. En fait, on voit parfaitement quels intérêts seront lésés par des mesures de contrôle, ceux des spéculateurs qu’ils soient « institutionnels » (comme les banques et les sociétés financières) ou qu’ils soient individuels. Il est un comble que, par voix de presse et de publicité, ces intérêts arrivent à présenter comme un « bien commun » ce qui n’est que l’expression de leurs intérêts particuliers. Il conviendra donc d’appliquer avec toute la rigueur nécessaire le principe que nul ne peut détourner à son profit la notion d’intérêt commun.

Les discours sur une perte de 30% du pouvoir d’achat, un doublement de la dette, et un appauvrissement massif des français sont donc des propos qui sont tenus soit par des personnes ignorantes, soit au contraire par des personnes bien informées mais décidées à jouer la carte de la panique de la population pour maintenir leurs intérêts. Un peu de bon sens (et de science économique) montre quelle sera la réalité de la situation. Le véritable problème dans une sortie de l’Euro, et une forte dépréciation monétaire, sera ailleurs : le boom provoqué par cette dépréciation ne risque-t-il pas d’inciter les agents économiques à vivre dans le court terme et à oublier que des réformes s’imposent si nous voulons que l’économie française conserve la dynamique qu’elle aura acquise lors d’une sortie de l’Euro ? A cette question, il n’est pas de réponse économique. Mais il faudra, soyons en sûr, être vigilant et ne pas perdre de vue l’intérêt commun et les perspectives de long terme pour notre pays. Ceci impliquera la mise en place d’une véritable programmation stratégique de l’économie, utilisant en partie les instruments et les mécanismes qu’il aura fallu mettre en place avec la sortie de l’Euro. Telle est, en définitive, la leçon ultime que l’on peut tirer de cette perspective de fin de la monnaie unique qui s’imposera à court terme à la France mais aussi à des pays comme l’Italie et l’Espagne.

Lien original : http://russeurope.hypotheses.org/3006


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Contact : ForumPM@protonmail.com
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Erikman

Age : 58
Date de naissance : 02/09/1959
Vierge Date d'inscription : 10/02/2016
Passion : youtube

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par Erikman le Mar 16 Fév 2016 - 15:43

jupiter a écrit:C'est évident que notre nouvelle monnaie nationale sera dévaluée d'environ 20 à 25% et c'est tout à notre avantage !!


Pour certaines choses peut-être mais avez-vous songé à ceux qui voyagent ? Personne n'en parle sur ce fil alors que voyager est devenu très commun. Et un € à $1.40 c'était fort appréciable. Maintenant à $1.10 çà reste intéressant. mais si enlevez 20 à 30%, çà va faire mal, et notamment aux retraités Fr expatriés qui vivent à l'étranger sur leur retraite, des fois juste, ils vont grincer des dents et seront peu sensibles à notre argumentation.

jupiter a écrit:Avez-vous perdu 25% de votre richesse ?

Oui, les produits importés sont devenus plus cher et c'est sensible, ensuite dès que vous quittez la zone € c'est également sensible.

Le prix du pétrole est bas, ok, mais croyez-vous que l'on puisse négliger l'idée d'une augmentation sérieuse pour diverses raisons ? Les experts sont incapables de prévoir les cours du pétrole; je me souviens quand le baril de brut avait flambé, tous les experts s'accordaient pour dire qu'il ne baissera jamais et qu'il faudra s'habituer à son augmentation constante. Alors dire qu'il est bas et qu'il le restera ne vaut pas mieux que de demander à une boule de cristal et y croire....

jupiter a écrit:Seuls les achats à l'extérieur seront pénalisés

Certainement et pas qu'un peu. Nous ne produisons rien dans le high-tech grand public et les Français en raffolent, alors oui tous les écrans, les portables et tout le reste made in china, ce qui constitue une part majoritaire des produits "plaisirs" grand public, vont subir de 25 à 30% augmentation ce qui va alourdir en plus du pétrole notre facture des importations, donc notre appauvrissement. Et comme la France ne sait rien faire, ni en informatique, ni en audio à part deux trois marques d'enceintes hi-fi, ni en photo bref, je ne vois pas ce que la France va exporter moins cher puisqu'il n'y a presque rien à exporter..

Avez-vous pensé aux étrangers européens, le plus souvent Belges et Anglais, qui vont voir leur pouvoir d'achat se renforcer et voudront donc acheter des maisons et s'installer en masse dans France.. ? Et sans parler des Chinois qui vont racheter des entreprises Françaises à l'agonie, ce qu'ils font déjà avec un € assez fort... alors avec un Franc nouveau dévalué...


avatar
Jupiter
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)

Age : 55
Date de naissance : 22/06/1962
Localisation : Picardie
Cancer Date d'inscription : 09/01/2011
Passion : Ma fille, ma chérie à moi, Marine et le rugby : Stade Toulousain !!
Humeur : 5 juillet 1962 - 5 juillet 2012 : Cinquantenaire du massacre d'Oran. Nous ne pardonnerons ni n'oublierons jamais. Amis et frères Pieds Noirs et Harkis : Honneur, Gloire, Hommage et Respect.

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par Jupiter le Mar 16 Fév 2016 - 15:49

La France quittant la zone euro, celle-ci éclatera (c'est l'un des pays fondateurs) et une partie des autres pays de la zone, (Espagne, Italie, Belgique, etc...) suivront le même chemin et retrouveront eux-également une monnaie nationale...
Lisez plutôt Jacques Sapir et sa démonstration, vous comprendrez bien mieux les choses qu'en soulevant toujours le même argument, à savoir les voyages...
Je ne dis pas que ce n'est pas important, je dis que par rapport à l'ensemble des Français et à la globalité de notre économie, c'est une part secondaire..


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Contact : ForumPM@protonmail.com
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Jupiter
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)

Age : 55
Date de naissance : 22/06/1962
Localisation : Picardie
Cancer Date d'inscription : 09/01/2011
Passion : Ma fille, ma chérie à moi, Marine et le rugby : Stade Toulousain !!
Humeur : 5 juillet 1962 - 5 juillet 2012 : Cinquantenaire du massacre d'Oran. Nous ne pardonnerons ni n'oublierons jamais. Amis et frères Pieds Noirs et Harkis : Honneur, Gloire, Hommage et Respect.

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par Jupiter le Mar 16 Fév 2016 - 15:54

Je vous trouve très dur et totalement injustifié de prétendre que les Français ne savent rien fait en high tech et nuls en informatique. C'est faux.
Nombre de brevets technologiques et informatiques viennent de Français. Le savez-vous ?
La puce de nos cartes bancaires, succès mondial s'il en est, est française.
Les standards haute globalisation en communication portée sont français.
Il y a des industries françaises en informatique et haute technologie.
La plupart des brevets industriels sont français (automobile, aviation, navigation).
Ne doutez pas de nous, nous sommes un peuple bien plus doué que certains.

Enfin, pour être très franc, je ne vois pas trop ce que vous faites parmi nous.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Contact : ForumPM@protonmail.com
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
CoqGaulois

Age : 61
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par CoqGaulois le Mar 16 Fév 2016 - 16:44

Erikman a écrit:
...
Avez-vous pensé aux étrangers européens, le plus souvent Belges et Anglais, qui vont voir leur pouvoir d'achat se renforcer et voudront donc acheter des maisons et s'installer en masse dans France.. ? Et sans parler des Chinois qui vont racheter des entreprises Françaises à l'agonie, ce qu'ils font déjà avec un € assez fort... alors avec un Franc nouveau dévalué...



Les entreprises françaises ça se protège, d'autre pays le font.
Il y a aussi un point positif à la dévaluation c'est que parmi nos source de richesse il y a aussi le tourisme et celle ci le développerait sensiblement.
Je n'ai pas encore lu l'exposé de Jacques Sapir, promis dès que j'ai le temps je le lis car ça m'intéresse beaucoup.

pancarte+1  Jupiter, quelqu'un qui critique autant les points fort du programme économique du FN peut-il vraiment être FN???


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
Jupiter
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)

Age : 55
Date de naissance : 22/06/1962
Localisation : Picardie
Cancer Date d'inscription : 09/01/2011
Passion : Ma fille, ma chérie à moi, Marine et le rugby : Stade Toulousain !!
Humeur : 5 juillet 1962 - 5 juillet 2012 : Cinquantenaire du massacre d'Oran. Nous ne pardonnerons ni n'oublierons jamais. Amis et frères Pieds Noirs et Harkis : Honneur, Gloire, Hommage et Respect.

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par Jupiter le Mar 16 Fév 2016 - 16:59

CoqGaulois a écrit:
Erikman a écrit:
...
Avez-vous pensé aux étrangers européens, le plus souvent Belges et Anglais, qui vont voir leur pouvoir d'achat se renforcer et voudront donc acheter des maisons et s'installer en masse dans France.. ? Et sans parler des Chinois qui vont racheter des entreprises Françaises à l'agonie, ce qu'ils font déjà avec un € assez fort... alors avec un Franc nouveau dévalué...



Les entreprises françaises ça se protège, d'autre pays le font.
Il y a aussi un point positif à la dévaluation c'est que parmi nos source de richesse il y a aussi le tourisme et celle ci le développerait sensiblement.
Je n'ai pas encore lu l'exposé de Jacques Sapir, promis dès que j'ai le temps je le lis car ça m'intéresse beaucoup.

pancarte+1  Jupiter, quelqu'un qui critique autant les points fort du programme économique du FN peut-il vraiment être FN???

Je me pose justement la question, Coq, mais j'attends sa réponse.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Contact : ForumPM@protonmail.com
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
sylvain1169

Age : 49
Date de naissance : 19/01/1968
Capricorne Date d'inscription : 13/01/2016
Passion : auto,et autres collections

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par sylvain1169 le Mar 16 Fév 2016 - 17:52

EURO / GÉOPOLITIQUE / NOTES
La fin de l’Union bancaire?
PAR JACQUES SAPIR · 9 FÉVRIER 2016

Dans le mouvement de baisse que l’on observe sur les principales places boursières européennes, les sociétés les plus attaquées sont les banques. Ceci n’est pas étonnant car une crise bancaire larvée est en train de se développer au sein de la zone Euro. Cette crise peut avoir des causes techniques très différentes, d’un pays à l’autre, voire d’une banque à l’autre. Mais, la simultanéité de ces crises est un signe qui ne trompe pas. De même, la réaction des autorités nationales, passant sur le ventre des règlements européens de « l’Union bancaire », est elle aussi un signe révélateur.



Cette crise a commencé au Portugal, et s’est ensuite propagée en Italie. Dans ce dernier pays, 4 établissements sont en grave difficulté. Le montant des mauvaises dettes (soit des impayés) dans leur bilan dépasse les 15%. Les raisons sont diverses. Pour certaines de ces banques, c’est la situation des petites et moyennes entreprises, auxquelles elles avaient prêté, qui est la cause de la montée des « mauvaises dettes ». Pour d’autres, il s’agit d’opérations hasardeuses sur les marchés financiers. Dans un cas comme dans l’autre, le problème de fond reste le même : la dépression de l’économie italienne, ou le PIB par habitant est aujourd’hui au niveau des années 2000-2001. Et l’on voit bien l’origine du problème : l’Euro.

Plus intéressant encore, la crise s’est étendue à l’Allemagne, avec les difficultés rencontrées par Deutsch Bank, dont les CDS (des assurances de crédit ou « Credit Default Swap ») ont fortement augmenté ces derniers jours. Cette hausse des CDS indique l’inquiétude des opérateurs.



La direction de cette banque a multiplié depuis lundi les déclarations rassurantes sur la santé de cette banque. Mais, on sait bien que si la situation de cette banque ne posait pas de problèmes, ces déclarations ne seraient pas nécessaires. On sait aussi que, quelque soit le montant des réserves de liquidités de la banque, si les partenaires de cette dernière perdent confiance, ou ont simplement un doute, sur sa liquidité, l’interruption du crédit interbancaire sera immédiate. Rappelons qu’en 2008 la banque Bear Stearns a été mise en faillite en 24h sur un problème de ce type.

Il est clair que l’importance de Deutsch Bank est incommensurablement plus importante que celle de Bear Stearns. Deutsch Bank est ce que l’on appelle une « banque systémique ». Le gouvernement allemand ne pourra la laisser faire faillite.



Le problème est que dans le cas du Portugal et dans celui de l’Italie, ce sont les autorités nationales qui ont dû agir. Les sauvetages bancaires, dont on prétendait qu’ils seraient désormais réalisés par la BCE sont en réalité fait par les autorités nationales. L’Union bancaire, annoncée à cors et à cri par les européistes de tout poil ne fonctionne tout simplement pas. On risque de le voir à nouveau avec le cas de Deutsch Bank en Allemagne. La re-nationalisation des sauvetages bancaires sera un clou supplémentaire dans le cercueil de l’Euro.

http://russeurope.hypotheses.org/4701
avatar
sylvain1169

Age : 49
Date de naissance : 19/01/1968
Capricorne Date d'inscription : 13/01/2016
Passion : auto,et autres collections

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par sylvain1169 le Mar 16 Fév 2016 - 18:48

avatar
Froan Vamed

Age : 20
Date de naissance : 28/03/1997
Localisation : Ile de France
Bélier Date d'inscription : 08/03/2013
Passion : Un fondu d'Histoire

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par Froan Vamed le Mar 16 Fév 2016 - 21:22

Erikman a écrit:et notamment aux retraités Fr expatriés qui vivent à l'étranger sur leur retraite, des fois juste, ils vont grincer des dents et seront peu sensibles à notre argumentation.

On ne peut pas jamais satisfaire toute la population... Et je ne te cache pas que les retraités expatriés ne font effectivement pas partie de mes priorités.

je ne vois pas ce que la France va exporter moins cher puisqu'il n'y a presque rien à exporter..

Les voitures, par exemples. On est encore une puissance économique je vous rappelle.
Je rappelle également que notre programme implique justement une relocalisation de la production. Encore une fois, un programme est un tout cohérent. Wink
Les prix des produits "high-tech" fabriqués en Chine vont augmenter, mais à l'inverse tout ce qui est produit sur place va baisser (notamment les produits du quotidien). Après chacun a ses priorités dans la vie, mais perso je suis prêt à payer plus cher l'accessoire si je paie moins cher le nécessaire.
avatar
Napoléon I

Age : 30
Date de naissance : 12/03/1987
Localisation : Morbihan
Poissons Date d'inscription : 23/04/2012
Passion : politique
Humeur : Déçu mais plus pour longtemps

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par Napoléon I le Mer 17 Fév 2016 - 0:32

C'est clair que les retraités qui passent leur vie à se la couler douce au Maroc sur le dos des travailleurs Français en évitant de faire tourner l'économie française et de payer des impôts en France, je m'en tape le coquillard.
Tout comme ceux qui voyagent, on va pas sacrifier des millions de chômeurs qui aimeraient bosser pour que certains puissent se promener.

Entre janvier 2014 et janvier 2016, l'euro a perdu 22% de sa valeur face au dollars. j'ai pas eu l'impression que les ordinateurs et les LCD aient explosés au niveau du prix. Surtout que le marché du numérique tire d'année en année les prix vers le bas. D'autant plus qu'il y a une partie du prix de ces objets qui ne sera pas impacté puisqu’étant constitué de taxes, de coûts de transport ou de commercialisation, de marges faites en France.

La ou on pourra exporter de nouveau, ce sera dans le domaine agro-alimentaire par exemple. J'avais vu une courbe dans le magazine l'Usine Nouvelle comparant les exportations françaises et allemandes dans ce domaine. Et comme par hasard, dès le passage à l'euro, on voyait un effondrement du côté français et une montée en flèche du côté allemand.
avatar
sylvain1169

Age : 49
Date de naissance : 19/01/1968
Capricorne Date d'inscription : 13/01/2016
Passion : auto,et autres collections

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par sylvain1169 le Mer 17 Fév 2016 - 9:35

Napoléon III a écrit:C'est clair que les retraités qui passent leur vie à se la couler douce au Maroc sur le dos des travailleurs Français en évitant de faire tourner l'économie française et de payer des impôts en France, je m'en tape le coquillard.

Tout comme ceux qui voyagent, on va pas sacrifier des millions de chômeurs qui aimeraient bosser pour que certains puissent se promener.

Entre janvier 2014 et janvier 2016, l'euro a perdu 22% de sa valeur face au dollars. j'ai pas eu l'impression que les ordinateurs et les LCD aient explosés au niveau du prix. Surtout que le marché du numérique tire d'année en année les prix vers le bas. D'autant plus qu'il y a une partie du prix de ces objets qui ne sera pas impacté puisqu’étant constitué de taxes, de coûts de transport ou de commercialisation, de marges faites en France.

La ou on pourra exporter de nouveau, ce sera dans le domaine agro-alimentaire par exemple. J'avais vu une courbe dans le magazine l'Usine Nouvelle comparant les exportations françaises et allemandes dans ce domaine. Et comme par hasard, dès le passage à l'euro, on voyait un effondrement du côté français et une montée en flèche du côté allemand.

Pour retrouver le chemin de l'emploi la solution est simple, et réalisable.
Mr Nicolas Bay explique, que la baisse du coût des charges salarial sur les salariés sera une priorité. Elle apporte par la même une participation à un retour de consommation.
Pour ce qui touche à l’ agro-alimentaire nous dépendons des accords signé avec l'UE, et pour  faire du protectionnisme sur les importations encore les accords signé avec l'UE.
Le gros chantiers d'un gouvernement FN n'est pas la monnaie euro, dans le premier quinquennat. Mais bel et bien revoir les accords. Retrouver notre indépendance souveraine est une priorité, ensuite viendra le temps où nous retrouverons une monnaie nationale. . Mais le programme FN n’est réaliste que si les accords sont revisité.
il est possible de créer notre monnaie nationale, tout en gardant l’euro. La fin de cette monnaie est proche, c’est une évidence. Mon avis, pour la monnaie euro, laissons plutôt le temps faire, elle mourra lentement ,mais sûrement. Créons la monnaie nationale, avec la même parité. Pour les histoires de dévaluation, c’est de l’économie fiction !!
Ce qui signifie que les futurs sont évidemment indéterminés puisqu’il y a une infinité de croyances possibles. Quand il y a convergence sur une croyance, vous avez un prix de marché financier, donc une valeur des actifs exprimée par ce prix, du capital par conséquent, qui est fonction de cette croyance. Pour une autre croyance, vous en avez un autre. Cela signifie donc que, fondamentalement, une économie dirigée par la finance est une économie d’équilibres multiples, de sauts entre équilibres multiples.
Autrement dit, quelque chose de fondamentalement incertain, puisque vous ne pouvez pas identifier l’espace des croyances qui est radicalement indéterminé. Vous ne pouvez pas y mettre des lois de probabilité objectives ; et vous êtes dans un monde d’indétermination d’équilibre jusqu’à ce que la polarisation sur une croyance particulière, devenue commune, fasse retour sur les actions qui la réaliseront. Telle est la coordination par l’avenir . C’est fondamentalement la notion d’incertitude. Cela va très loin.  
Maintenant pour les produits high-tech, il existe des entreprises sur le territoire, qui peinent ,face à une concurrence souvent asiatique.   Mais il faut arrêter ces polémiques, le programme du FN ce n’est pas un repli sur soi,  il y a des échanges commerciaux avec d’autres nations etc.
avatar
CoqGaulois

Age : 61
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par CoqGaulois le Mer 17 Fév 2016 - 11:19

Napoléon III a écrit:C'est clair que les retraités qui passent leur vie à se la couler douce au Maroc sur le dos des travailleurs Français en évitant de faire tourner l'économie française et de payer des impôts en France, je m'en tape le coquillard.
Tout comme ceux qui voyagent, on va pas sacrifier des millions de chômeurs qui aimeraient bosser pour que certains puissent se promener.

Entre janvier 2014 et janvier 2016, l'euro a perdu 22% de sa valeur face au dollars. j'ai pas eu l'impression que les ordinateurs et les LCD aient explosés au niveau du prix. Surtout que le marché du numérique tire d'année en année les prix vers le bas. D'autant plus qu'il y a une partie du prix de ces objets qui ne sera pas impacté puisqu’étant constitué de taxes, de coûts de transport ou de commercialisation, de marges faites en France.

La ou on pourra exporter de nouveau, ce sera dans le domaine agro-alimentaire par exemple. J'avais vu une courbe dans le magazine l'Usine Nouvelle comparant les exportations françaises et allemandes dans ce domaine. Et comme par hasard, dès le passage à l'euro, on voyait un effondrement du côté français et une montée en flèche du côté allemand.

pancarte+1


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
CoqGaulois

Age : 61
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par CoqGaulois le Sam 20 Fév 2016 - 17:41

Asselineau bavant sur le FN et se lançant dans un cours sur l'Académie Française sans avoir qu'elle n'est pas à l'origine de la réforme, bref aussi ignorant que Najat Vallaud-Belkacem:



***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
CoqGaulois

Age : 61
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par CoqGaulois le Sam 20 Fév 2016 - 19:47

Il est intéressant de voir cet autre visage d'Asselineau qui pour le coup fait de la chute libre dans mon esprit, il part des propos de Najat Valaud-Belkacem et sans rien vérifier part du principe que cette réforme de l'orthographe vient de l'Académie Française puis nous fait un exposé sur l'origine de l'Académie sa création par Richelieu etc... bref il fait du vent et tente d'étaler une culture douteuse.
Il affirme que jamais au FN il n'a été envisagé de sortir de l'UE en présentant une courte séquence de Marine, au passage je suis surpris de sa part qu'au lieu de profiter de cette vidéo pour mieux se faire connaitre il en profite pour tenter de rabaisser le FN, bref ça sent fort l'entourloupe et le rabatteur de merlus... histoire de diviser les anti système par un faux anti système... après cette vidéo je vous avoue douter sérieusement de la sincérité de cet individu trop empressé de faire baisser le FN plutôt que faire monter son propre parti.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
l'Apôtre

Age : 53
Date de naissance : 25/07/1964
Localisation : PICARDIE
Lion Date d'inscription : 24/01/2015
Passion : l'amour

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par l'Apôtre le Sam 20 Fév 2016 - 20:34

CoqGaulois a écrit: il en profite pour tenter de rabaisser le FN, bref ça sent fort l'entourloupe et le rabatteur de merlus...

Very Happy oui exacte ,j'ai jamais compris pourquoi il était contre le FN,
alors qu'il a tout a gagné de faire alliance avec ,c'est pourquoi j'ai jamais cru en ce "parti"
avatar
CoqGaulois

Age : 61
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par CoqGaulois le Dim 21 Fév 2016 - 0:53

l'Apôtre a écrit:
CoqGaulois a écrit: il en profite pour tenter de rabaisser le FN, bref ça sent fort l'entourloupe et le rabatteur de merlus...

Very Happy  oui exacte ,j'ai jamais compris pourquoi il était contre le FN,
alors qu'il a tout a gagné de faire alliance avec ,c'est pourquoi j'ai jamais cru en ce "parti"  

Sa situation est ambigüe il est haut fonctionnaire des finances mais non chargé de mission en raison de sa position politique, il touche 8000€ par mois sans avoir de réelle fonction puisque mis sur la touche. Il se présente comme anti européen et voulant sortir de la zone Euro mais visiblement ses pires adversaires politiques semblent être justement ceux qui comme lui sont opposés à l'UE et envisagent de sortir de la zone Euro. Dans le discours il est intéressant mais dans sa position vis à vis du FN il est aux antipodes de ce qu'il prétend défendre.
Ce genre d'individus semble plus téléguidé et marionnette du système que réellement anti système, une sorte d'agent double ou de parasite de voix FN qui pour protéger le système se présente comme adversaire uniquement pour diviser les voix anti système et favoriser le LRPS.
Bref un discours intéressant quand il nous parle de l'Euro et du monde de la finance mais qui perd toute crédibilité quand il parle du FN!
La situation de la France demande une réaction d'urgence absolue et lui a tendance à nous dire d'attendre quelque dizaine d'année pour percer avec son propre parti... ben voyons... sa sincérité est plus que sujette à caution!


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________

navarre

Age : 78
Date de naissance : 08/09/1939
Vierge Date d'inscription : 18/07/2015
Passion : bridge

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par navarre le Dim 21 Fév 2016 - 10:09

Bernard Monod a fait une conférence sur l'économie à Cracovie le 19 février 2016
Existe-t'il une vidéo en retransmission ??

merci de me renseigner :aplaudissement:
avatar
CoqGaulois

Age : 61
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par CoqGaulois le Dim 21 Fév 2016 - 10:54

Asselineau ne peut ignorer qu'il n'a aucune chance d'être élu dans les 20ans qui viennent et que la seule perspective de libérer la France en lui redonnant sa souveraineté et son indépendance monétaire est représentée par le FN. Même si il ne partage pas l'intégralité du programme du FN c'est de loin le plus proche de ce qu'il prétend défendre et, curieusement (curieusement en apparence) il voit dans le FN un adversaire et se montre un farouche ennemi de notre cause.

Asselineau c'est l'anti système qui défend le système, il est là pour diviser les voix de la dissidence en prétendant laver plus blanc que blanc. Le théoricien du complot anti théorie du complot.
Jusqu'ici j'admirais l'orateur et la qualité de ses démonstrations mais depuis cette niaise description historique de l'Académie alors qu'il aurait dû se renseigner pour savoir si de près ou de loin l'Académie avait quelque chose à voir avec ce "complot" contre l'orthographe. Il a pris son auditoire pour des cons et ça c'est impardonnable!
Il a noyé son discours dans un baratin sans intérêt sur l'écriture chinoise et japonaise avec la multitude de signes qu'il a exagéré on ne voit pas vraiment dans quel intérêt si ce n'est de vouloir passer pour un érudit.

Comme je vous l'ai dit cette vidéo m'a permis de lever le voile sur un baratineur instruit certes mais qui tente d'embobiner son auditoire.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
marinette

Age : 56
Date de naissance : 09/04/1961
Localisation : ile de France
Bélier Date d'inscription : 19/02/2012
Passion : internet (mes sites), informatique, voyance, ésotérisme, la musique je suis musicienne aussi ! civilisations anciennes : Grèce antique, rome antique, ancienne Egypte, les animaux surtout mon chat, les indiens d'Amérique
Humeur : triste et inquiète

Sortir de l'Euro, bien n ou pas ?

Message par marinette le Dim 28 Fév 2016 - 7:16

Erikman a écrit:Un Franc Nouveau nous ferait retrouver une monnaie de singe, nous achèterions nos produits à l'étranger plus cher, l'essence plus cher, la puissante Allemagne nous distancerait de nouveau et avec cette monnaie nous serions bien en peine de la rattraper. Les voyages hors de France, en Europe et dans le monde seront 30% plus cher, et les Français voyagent... Les expatriés seraient peut-être pour certains obligés de rentrer au bercail, tandis que les riches qui ont des € quitteront le pays pour ne pas voir leur capital se transformer en monnaie de singe. Les dévaluations successives pour gagner en compétitivité vont nous appauvrir. C'est certain que pour la ménagère qui achète son pain 1 €, çà va rien changer. Faites un sondage sur la sortie de l'€, et vous verrez bien que les Français en majorité n'en veulent pas, ils n'ont que faire des analyses économistes si leur porte monnaie va fondre et si ils doivent de nouveau compter en Franc Français alors que ce fut tellement compliqué de passer du Franc à l'€. A mon avis tout cela est fort dommage et hypothèque sérieusement la victoire en 2017 car c'est une mesure qui ne sera jamais populaire, j'en suis persuadé.

Franchement, personnellement déjà, nous avoir imposé l'Euro, pensez-vous que cela a été une bonne chose ? J'ai été à l'époque agent d'accueil euro à la poste (c'était de l'intérim, je ne suis malheureusement pas fonctionnaire sinon je ne serais pas sans emploi aujourd'hui ! Passons), c'était pas très simple à expliquer aux gens, déjà que moi n'y comprenais pas grand chose malgré notre stage ! Alors revenir au franc, je suis pour mais idem, je n'y comprends pas grand chose non plus ? Quel en serait l'intérêt ? On a déjà eu du mal à s'adapter à l'Euro alors revenir au franc ? Cette histoire d'abandon de l'Euro me chiffonne, je l'avoue, j'ai eu beau écouter tous les discours de Marine ou Florian sur le sujet, je n'ai toujours rien compris ! Faut dire que souvent ce sujet n'était qu'un sujet abordé parmi tant d'autres ? Donc explications succinctes ! Quelqu'un peut m'expliquer ? Merci.

PS : de toute façon, si on m'avait demandé mon avis, je ne serais jamais passée à l'Euro ! Mais bon je n'y connais rien niveau finances internationales ? Et puis j'aime pas les changements, sauf si c'est pour un mieux seulement souvent c'est pour MOINS BIEN ! Vous avez remarqué ? Votre logiciel qui marchait super bien, et hop une MAJ (mise à jour), et  il bugue !


***************************************************************************************
Quand on vit à Rome, on vit comme à Rome ...
avatar
l'Apôtre

Age : 53
Date de naissance : 25/07/1964
Localisation : PICARDIE
Lion Date d'inscription : 24/01/2015
Passion : l'amour

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par l'Apôtre le Dim 28 Fév 2016 - 8:38

marinette a écrit: Quelqu'un peut m'expliquer ? Merci.


Very Happy ben,il n'y a rien de compliqué
1 franc nouveau = 1 euro , si tu as 100 euros dans ta poche ,ça sera remplacé par 100 francs,
loyer,paye,impôts,banque, crédits,etc ...ainsi de suite
donc ça ,c'est la base

avatar
QUIBERON

Age : 57
Date de naissance : 20/01/1960
Localisation : Souverainiste
Capricorne Date d'inscription : 19/05/2014
Passion : Natation Marche Mer politique et surtout Notre Présidente Marine
Humeur : joviale, sympathique

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par QUIBERON le Dim 28 Fév 2016 - 9:54

Tout simplement ! l'Apôtre a raison ..... Comment était la situation de la France avant ? Arrêtez de vous flagellez l'esprit, Marine à raison, il faut retrouver sa monnaie unique, 1 euro = 1 franc nouveau point barre ! Et surtout très important, retrouvez sa souveraineté ! Cà aussi très important car l'un ne va pas sans l'autre !
avatar
marinette

Age : 56
Date de naissance : 09/04/1961
Localisation : ile de France
Bélier Date d'inscription : 19/02/2012
Passion : internet (mes sites), informatique, voyance, ésotérisme, la musique je suis musicienne aussi ! civilisations anciennes : Grèce antique, rome antique, ancienne Egypte, les animaux surtout mon chat, les indiens d'Amérique
Humeur : triste et inquiète

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par marinette le Dim 28 Fév 2016 - 15:34

Merci pour la réponse l'apôtre, c'est aussi simple que ça ? 1 franc = 1 euro ? Non, parce-que quand on est passé à l'Euro c'était pas aussi simple que cela ! Et 1 euro n'égalait pas 1 franc, hélas ! On craignait des augmentations de prix, pas de problème ça a bien eu lieu ! Par contre, pour la souveraineté ça j'ai compris, je suis d'accord avec QUIBERON. Par contre, désolée d'insister l'apôtre, mais revenir au franc changera quoi pour les français ? La souveraineté d'accord ! Mais la monnaie ? Quel est l'intérêt de revenir à une monnaie nationale ? Merci.


***************************************************************************************
Quand on vit à Rome, on vit comme à Rome ...
avatar
l'Apôtre

Age : 53
Date de naissance : 25/07/1964
Localisation : PICARDIE
Lion Date d'inscription : 24/01/2015
Passion : l'amour

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par l'Apôtre le Dim 28 Fév 2016 - 16:00

marinette a écrit: Quel est l'intérêt de revenir à une monnaie nationale ?

ben,c'est très simple aussi
au lieu de faire des crédits aux banques étrangères,pour payer les fonctionnaires ,retraites,etc...
à un taux à 5%,qui fait augmenter la dette de la france tout les mois
on pourra faire directement faire un crédits à la banque de france sans intérêt,0%
c'est juste un exemple

Contenu sponsorisé

Re: François Asselineau: Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 21 Oct 2017 - 7:09