www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Scandale ! L'immunité parlementaire de Marine Le Pen levée parce qu'elle a osé montrer la vérité sur les atrocités commises par Daech flechegauche LA flechedroite

De l'état d'urgence à l'état d'urgence permanent.

Partagez
avatar
Pierrot le fou

Age : 41
Date de naissance : 06/05/1976
Localisation : Norrnandie réunifiée(14)
Taureau Date d'inscription : 15/09/2015
Passion : guitare

De l'état d'urgence à l'état d'urgence permanent.

Message par Pierrot le fou le Dim 24 Jan 2016 - 10:05

Lors du dernier Forum économique mondial qui s'est tenu à Davos, Manuel Valls qui a accordé une interview à la chaine BBC, a déclaré que l'état d'urgence serait prolongé "jusqu'à ce que l'on puisse en finir avec Daech".



Rappelons que suite aux attentats du 13 novembre dernier, F.Hollande a révisé la constitution pour y inclure ce fameux état d'urgence dont on pouvait déjà craindre ce qu'il pouvait réellement signifier dans son allocution des traditionnels voeux du président pour cette nouvelle année, puisque le terme non plus de simple état d'urgence mais d'état d'urgence économique a été employé.

Donc si il pouvait subsister encore quelques doutes,désormais nous sommes officiellement en dictature.

Rappelons également que La directive sur le redressement et la résolution des crises bancaires (BRRD) qui permet aux banques de se renflouer sur le dos des épargnants a été votée en catimini et est devenue effective le 1er janvier 2016.

Suite à l'effondrement du prix du baril de brut, qui est tombé à 22$, mercredi 20 janvier, s'est produit un krach sur les marchés boursiers, en effet  6000000000000 $ de perte...Boom ! On était vraiment à deux doigts du Big One !
Visiblement ce n'était pas encore pour cette fois mais ne nous leurrons pas nous ne sommes maintenant plus très loin de l'incident majeur.

Alors que penser de tout ceci?Boris Le Lay dont je suis assidûment les analyses se propose d'y répondre :



Pour ma part je suis encore bien plus pessimiste et avec l'invasion devenue totalement incontrolable qui va reprendre dès le mois d'avril, c'est à un véritable carnage auquel il faut s'attendre ! Oubliez la douceur de vivre d'antant ,il faut se préparer à la fois moralement et physiquement face à cette situation inédite et donc se conditionner pour la résistance.
avatar
kabout

Age : 54
Date de naissance : 14/09/1963
Localisation : picardie
Vierge Date d'inscription : 20/02/2015
Passion : tir, armes.

Re: De l'état d'urgence à l'état d'urgence permanent.

Message par kabout le Mer 27 Jan 2016 - 17:26

L'etat d'urgence c'est du pipeau en realité nous assistons a la faillite de l'autorité de l'etat


Un mardi de grèves en France, c’est, finalement, un mardi comme tant d’autres, plein d’inactions syndicales visibles. Et c’est aussi l’occasion de débordements violents. En plein état d’urgence, on peut se poser quelques questions.

En effet, à moins que vous ne soyez militant écolo ou que vous planquiez quelques dosettes de stupéfiants dans une cave, auxquels cas vous auriez pu avoir la visite inopinée et musclée de la police en pleine nuit, vous n’avez probablement pas constaté directement de différence entre l’état d’urgence actuel et l’état disons « de pas urgence » ou d’affaissement, selon le point de vue, qui prévalait encore le 12 novembre.
Pourtant, en toute bonne logique, la déclaration solennelle de cet état d’urgence par un chef de l’Etat à la voix mal assurée et par un premier ministre tremblotant aurait dû entraîner des conséquences directes palpables pour le citoyen lambda, notamment en terme de sécurisation du territoire français. Oh, certes, on a vu exploser le nombre d’assignations à résidence ou de perquisitions musclées, pas toujours suivies d’effets concrets. Mais au-delà de ces exemples, force est de constater que le pays est toujours aussi peu sécurisé.
Et il n’y a pas besoin d’éplucher beaucoup l’actualité pour le constater : en quelques heures de manifestations, les chauffeurs de taxi ont amplement prouvé par l’exemple que cet état d’urgence est une vraie plaisanterie. En substance, une petite troupe déterminée peut complètement bloquer le trafic routier sur des axes majeurs de la capitale française, et peut même mettre le feu à des pneus, le tout pendant plusieurs heures avant que la police n’intervienne. À ce propos, un djihadiste pourrait tirer de ce constat plusieurs enseignements à commencer par le fait qu’être armé d’un tracteur, d’une caravane ou d’une enseigne lumineuse « Taxi » permet d’aller plus loin et plus longtemps qu’avec une kalachnikov et qu’à condition de brûler des barils de gaz neurotoxiques plutôt que des pneus, l’attentat pourrait alors provoquer beaucoup de dégâts, le tout sans que les forces de l’ordre n’interviennent trop tôt.

Toujours dans le cadre de cet étrange état d’urgence au laxisme étonnant, on pourrait aussi évoquer les tensions qui s’accumulent à Calais.
Sans même rentrer dans l’épineux débat de savoir s’il faut ouvrir ou fermer les frontières, force est de constater que les demandeurs d’asiles en France ne sont pas gérés. Notez bien : ils ne sont pas « mal gérés », ou « insuffisamment », ils ne sont pas gérés du tout. On pourra arguer qu’ils ont probablement dû remplir moult cerfas colorés, mais ce n’est pas une gestion si ces papiers s’empilent sans bouger. Bref, ils ne sont réellement gérés ni côté sanitaire, ni côté juridique, ni dans l’indispensable volet policier qui devrait normalement être le cas, état d’urgence ou pas (et à plus forte raison en état d’urgence). Sangate fermé, la gestion de la frontière anglaise généreusement déléguée au contribuable français, cela fait maintenant des années que la situation s’enkyste gentiment sans qu’aucune autorité ne semble vouloir y changer quoi que ce soit.
En somme, comme pour les récentes manifestations de taxi, on assiste à une faillite complète, totale, absolue de l’état de droit. Et certains, béats, en sont encore à croire qu’il s’agit d’une question spécifique d’immigration alors que l’état de droit, de base, initial, n’est même pas en place, n’est même pas respecté, migrants présents ou non.
Dans ce cadre, ce dernier agit comme un révélateur de cette faillite profonde. Regardez la situation en face, on n’aura pas plus d’ordre et de calme à Calais qu’on a pu les rétablir après les émeutes dans les banlieues en 2005 ou lorsque Jean du Voyage tentait des trucs funs sur des routes française, ou les taxis sur le périphérique parisien. Les agressions, les comportements insupportables, les manifestations qui dégénèrent, tout ceci concerne d’abord et avant tout la police et la justice qui semblent agir systématiquement en retard voire à rebours… Quand ils agissent.
Et puis au fait, regardez mieux le point commun à tous ces événements, depuis les manifestations calaisiennes jusqu’aux taxis enfumeurs en passant par les zadistes explosifs, les femelles dépoitraillées profanant des églises ou tant d’autres incidents scandaleux : dans tous ces cas, on retrouve des militants des extrêmes, des syndicalistes, des associations lucratives sans but payées par le contribuable pour faire avancer un agenda bien spécifique voire terranovesque. Dans tous ces cas, on retrouve ces groupements d’individus braillards avançant, à coup de poings et de cocktails Molotov, les mêmes arguments collectivistes.
Coïncidence ? Vraiment ?
À ce constat s’ajoute l’impunité des fauteurs de trouble qui nourrit largement le sentiment d’abandon général de la population à elle-même et renforce les problèmes en envoyant un message désastreux à tous : on ne s’occupera de vous que si vous tentez de rétablir l’ordre par vous-même. La défense n’est alors légitime que lorsqu’il est trop tard : au moins, une fois volé, violé ou tué ne peut-on plus contester le caractère nécessaire de la défense (alors bien tardive voire inutile). Dans les autres cas, vous aviez tort et on vous le fera durement payer.
De surcroît, la justice ne pourra même pas garantir que les criminels et les délinquants seront mis au frais. S’ils y sont mis, elle ne pourra pas plus garantir qu’ils y restent le temps nécessaire. Et s’ils passent par la case prison, rien n’indique qu’ils n’en ressortiront pas plus forts et plus déterminés, signant ici, en plus de la faillite complète de l’état sécuritaire, celle de la justice et de son but chimérique de réinsertion.
Dès lors, l’état d’urgence apparaît pour ce qu’il est : pour le dire diplomatiquement, ce n’est plus qu’une agitation cosmétique de pure communication pour le gouvernement. Et dit pragmatiquement, c’est un gros foutage de gueule : on paye des impôts pour, justement, s’assurer d’un certain ordre, d’une certaine justice et d’une certaine sécurité. La réalité est que les impôts augmentent, le nombre de policier aussi, mais… on n’a rien en retour.
… Ce qui explique assez bien ce qu’on observe dans le pays : les individus, lassés de payer pour rien, arrêtent de payer, notamment en choisissant de se retirer des contribuables en devenant des bénéficiaires nets des impôts, en restant chez eux plutôt qu’en allant travailler. De fait, le chaos ne risque pas de diminuer.
Lassés de faire confiance à des menteurs et des corrompus qui ne roulent plus que pour eux-mêmes, les individus se détournent de la politique.
Et enfin, lassés de se voir non défendus, ils se rassembleront pour retrouver l’ordre qu’ils désirent. Et là, cela pourrait piquer un peu.
Oh bien sûr, cette prise de conscience prendra du temps ; tant que les problèmes des uns ou des autres restent cantonnés au petit écran télévisuel, les mouvements d’agacement resteront marginaux. Mais chaque mois qui passe montre que les problèmes s’étendent, la violence des uns et des autres augmente, les possibilités de résolutions calmes et pacifiques des conflits disparaissent. La France est, lentement mais sûrement, devenue une poudrière.
Aucune goutte d’eau n’est, seule, responsable de la rupture d’un barrage. Mais tant que les gouttes tombent, la rupture est inévitable.

En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2016/01/27/letat-durgence-cest-du-pipeau-en-realite-nous-assistons-a-la-faillite-de-lautorite-de-letat/#PphYT0hJKk1wI5JY.99

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
kabout

Age : 54
Date de naissance : 14/09/1963
Localisation : picardie
Vierge Date d'inscription : 20/02/2015
Passion : tir, armes.

Re: De l'état d'urgence à l'état d'urgence permanent.

Message par kabout le Mar 9 Fév 2016 - 16:45

L'Assemblée quasiment vide pour voter sur l'etat d'urgence : " c'est une pitié pour notre représentativité !
 

L’hémicycle était aux trois quarts vide, mardi 9 février, quand l’Assemblée a voté l’article 1er du projet de révision constitutionnelle. Il prévoit d’inscrire dans la loi fondamentale le régime de l’état d’urgence, disposition contestée par certains écologistes et le Front de gauche comme par certains députés de droite.
Au moment de voter, ils n’étaient donc que 136 sur les bancs du palais Bourbon. Si les députés écologistes font figure de bons élèves, avec un taux de présence de 55,5%, les élus des Républicains ont brillé par leur absence, note Libération : seuls 5,1% d’entre eux étaient présents.
(…) France TV

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
kabout

Age : 54
Date de naissance : 14/09/1963
Localisation : picardie
Vierge Date d'inscription : 20/02/2015
Passion : tir, armes.

Re: De l'état d'urgence à l'état d'urgence permanent.

Message par kabout le Mar 9 Fév 2016 - 17:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Red Gun
avatar
sedna

Age : 58
Date de naissance : 13/12/1959
Sagittaire Date d'inscription : 23/12/2012
Passion : la liberté
Humeur : Ras le bol !

Re: De l'état d'urgence à l'état d'urgence permanent.

Message par sedna le Dim 21 Fév 2016 - 11:02

Une décision intéressante du conseil constitutionnel publiée au JO de ce jour https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=2DC74E0E539C2F5468AE7DFA0D2AF626.tpdila15v_1?cidTexte=JORFTEXT000032080747&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000032080508

Elle déclare inconstitutionnelles les dispositions de la seconde phrase du 3ème alinéa du paragraphe I de l’article 11 de la loi du 3 avril 1955 relative à l’état d’urgence – on respire, https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=2DC74E0E539C2F5468AE7DFA0D2AF626.tpdila15v_1?idArticle=LEGIARTI000031504679&cidTexte=LEGITEXT000031504662&dateTexte=20160221

c’est à dire celles-ci (en gras) :

Il peut être accédé, par un système informatique ou un équipement terminal présent sur les lieux où se déroule la perquisition, à des données stockées dans ledit système ou équipement ou dans un autre système informatique ou équipement terminal, dès lors que ces données sont accessibles à partir du système initial ou disponibles pour le système initial. Les données auxquelles il aura été possible d'accéder dans les conditions prévues au présent article peuvent être copiées sur tout support.

pour ce motif :

14. Considérant que les dispositions de la seconde phrase du troisième alinéa du paragraphe I de l'article 11 de la loi du 3 avril 1955 permettent à l'autorité administrative de copier toutes les données informatiques auxquelles il aura été possible d'accéder au cours de la perquisition ; que cette mesure est assimilable à une saisie ; que ni cette saisie ni l'exploitation des données ainsi collectées ne sont autorisées par un juge, y compris lorsque l'occupant du lieu perquisitionné ou le propriétaire des données s'y oppose et alors même qu'aucune infraction n'est constatée ; qu'au demeurant peuvent être copiées des données dépourvues de lien avec la personne dont le comportement constitue une menace pour la sécurité et l'ordre publics ayant fréquenté le lieu où a été ordonnée la perquisition ; que, ce faisant, le législateur n'a pas prévu de garanties légales propres à assurer une conciliation équilibrée entre l'objectif de valeur constitutionnelle de sauvegarde de l'ordre public et le droit au respect de la vie privée ; que, par suite et sans qu'il soit besoin d'examiner les autres griefs, les dispositions de la seconde phrase du troisième alinéa du paragraphe I de l'article 11 de la loi du 3 avril 1955, qui méconnaissent l'article 2 de la Déclaration de 1789, doivent être déclarées contraires à la Constitution ;

Et pan.
avatar
kabout

Age : 54
Date de naissance : 14/09/1963
Localisation : picardie
Vierge Date d'inscription : 20/02/2015
Passion : tir, armes.

Re: De l'état d'urgence à l'état d'urgence permanent.

Message par kabout le Dim 21 Fév 2016 - 20:33

Omerta médiatique autour des emeutes d'extréme gauche a Nantes




Des centaines d’anarchistes se sont révoltés à Nantes, samedi, lançant dans la ville des fumigènes et des bombes de peinture en signe de protestation à la propogation de trois mois de l’état d’urgence.



avatar
kabout

Age : 54
Date de naissance : 14/09/1963
Localisation : picardie
Vierge Date d'inscription : 20/02/2015
Passion : tir, armes.

Re: De l'état d'urgence à l'état d'urgence permanent.

Message par kabout le Lun 4 Avr 2016 - 0:05

Xavier Raufer,criminologue.



***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Contenu sponsorisé

Re: De l'état d'urgence à l'état d'urgence permanent.

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 25 Fév 2018 - 22:37