www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Suivez le XVIème Congrès du Front National à Lille : flechegauche ICI flechedroite

Une sortie de l’Euro

Partagez
avatar
Jupiter
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)

Age : 55
Date de naissance : 22/06/1962
Localisation : Picardie
Cancer Date d'inscription : 09/01/2011
Passion : Ma fille, ma chérie à moi, Marine et le rugby : Stade Toulousain !!
Humeur : 5 juillet 1962 - 5 juillet 2012 : Cinquantenaire du massacre d'Oran. Nous ne pardonnerons ni n'oublierons jamais. Amis et frères Pieds Noirs et Harkis : Honneur, Gloire, Hommage et Respect.

Une sortie de l’Euro

Message par Jupiter le Mar 28 Fév 2017 - 7:32

A lire. Passionnant (et instructif) !

Une sortie de l’Euro
par Jacques Sapir · 27 février 2017

La question de la sortie de l’Euro est aujourd’hui entrée dans le débat public, ce qui est une bonne chose. Mais, elle y entre à travers des articles qui font partie de ce que les britanniques avaient appelé le « projet Peur » (ou Project Fear) lors du débat sur le BREXIT, c’est à dire des articles visant à effrayer l’électeur en lui décrivant des scénarios apocalyptiques. Ce « projet Peur » a trouvé une première réalisation avec l’étude réalisée par l’Institut Montaigne [1] et [1bis], un « Think Tank » où l’on retrouve le Président d’AXA, qui soutient largement la candidature de François Fillon. Cette étude relève très largement de la désinformation et a été examinée dans ce carnet dernièrement. On va examiner les avantages potentiels d’une sortie de l’Euro.

Sortie unilatérale et éclatement de la zone euro

La sortie de l’Euro est équivalente d’une dissolution de la zone Euro. En effet, et compte tenu des problèmes que connaît aujourd’hui l’économie italienne, ou l’économie espagnole, il est illusoire de croire que ces économies resteraient dans l’Euro une fois la France sortie de cette zone. L’ampleur de ces problèmes est aujourd’hui attestée par les mouvements de capitaux au sein de la zone Euro et qui montrent une accumulation de ces capitaux en Allemagne, via les comptes « Target2 » de la Banque Centrale Européenne.

Graphique 1
Balances TARGET2

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

On remarque immédiatement que l’on est aujourd’hui revenu à des mouvements d’une ampleur égale à celle de la fin 2011, quand la zone Euro était directement mise en causes. Cela donne une image de la crise actuelle que connaît la zone Euro, et montre qu’en cas de sortie de l’un des grands pays (Espagne, Italie ou France) les autres pays devraient rapidement suivre.

La dissolution de l’Euro, qu’elle résulte de mouvements unilatéraux ou qu’elle résulte d’une décision collective, aurait pour principal résultat de ramener toutes les économies à un système de changes flottants. Il faut d’abord examiner ce qu’impliquerait un tel système avant d’en regarder les conséquences.

Le retour aux changes flottants

Une étude du FMI (2] montre qu’en regardant les soldes courants des balances commerciales, on aboutit à l’image suivante :

Tableau 1
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Cela signifie donc, que si l’on prend le taux de change de l’Euro face au Dollar (1 Euro valant 1,06 USD) comme base de départ, les taux de change après la sortie devraient se fixer à ce niveau :

Tableau 2
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mais ces taux ne tiennent pas compte de l’effet d’overshooting que l’on peut prévoir

Tableau 3
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

On voit immédiatement que le changement est relativement faible (sauf pour l’Allemagne) par rapport au Dollar, mais qu’il est substantiel si l’on prend le « néo-Deutsch Mark » comme base. De fait, l’ajustement des taux de changes se fait essentiellement à l’intérieur de l’ex-zone Euro.

Les conséquences de cet ajustement

Cet ajustement aurait pour première conséquence de faire disparaître l’excédent commercial de l’Allemagne, qui est aujourd’hui de 6,2% du PIB.

Différentes études, dont une réalisée par le FMI [3], montre que ces niveaux de dépréciations entraînent des effets très positifs sur les économies, avec un surcroît de croissance équivalent à 1% par -10% de dépréciation. Ainsi, et cela sans mobiliser d’autres ressources, la croissance de l’économie française monterait à 4% par an (1,2% + 2,8%).

Une croissance à un tel niveau aurait des conséquences très favorables sur l’emploi. On peut penser que l’on aurait un retour à l’emploi d’environ 200 000 personnes dans l’année, et qui se continuerait, voir s’amplifierait, les années suivantes. Si l’on estime que l’effet immédiat de la dépréciation initiale se fait sentir pendant environ 3 ans, le gain total sur ces trois ans se monte alors à 1 million / 1,5 millions. On rappelle que cette estimation est réalisée « toute chose étant égale par ailleurs ». En fait, d’autres facteurs viendraient jouer un rôle important.

L’amélioration de la profitabilité des entreprises et leur meilleure compétitivité entraîneraient une hausse de l’investissement.
Le rétablissement mécanique des comptes publics par l’effet du retour à l’emploi de nombreux travailleurs permettrait de faire baisser les prestations sociales payées par les entreprises.
La hausse du PIB se traduirait par une hausse des recettes fiscales, qui diminuerait d’autant le déficit budgétaire actuel.

Les effets indirects (dits aussi « de second tour ») de la sortie de l’Euro pourraient entraîner un retour à l’emploi compris entre 500 000 et 1 million de travailleurs dans un délai de cinq ans. C’est donc au total un gain sur le marché du travail de 1,5 millions à 2,5 millions de travailleurs que l’on assisterait, gain qu’il faut alors mettre en face de la masse actuel des demandeurs d’emplois (4,5 millions).

Au total, on se retrouverait avec une croissance nettement plus forte que la croissance actuelle (4% contre 1,2%), une forte réduction du chômage (de 1/3 à 55% du nombre actuel des chômeurs), et un équilibre automatique des comptes publics et du budget de l’Etat.

Quant aux dettes, qu’elles soient publiques ou privées, une étude de C. Durand et S. Villemot, publiée sur le site de l’OFCE le 12 janvier 2017, montre que la France bénéficierait d’une sortie de l’Euro [4]. Elle confirme l’application de la Lex Monetae, principe de droit international, pour les dettes publiques (dont 97%, émises en droit français, seraient automatiquement re-libellées en Franc), mais aussi pour les dettes des ménages et des entreprises.

Jacques Sapir
Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

https://russeurope.hypotheses.org/5754


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Contact : ForumPM@protonmail.com
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
MARINICE

Age : 34
Date de naissance : 25/04/1984
Localisation : Côte d'Azur
Taureau Date d'inscription : 15/10/2011

Re: Une sortie de l’Euro

Message par MARINICE le Mar 28 Fév 2017 - 8:48

Excellent. Il est concis et très explicatif, facile à partager, ce que je vais faire.


***************************************************************************************
Français de coeur et d'adoption.
Adhérent Front National et Les Patriotes.
avatar
Jupiter
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)

Age : 55
Date de naissance : 22/06/1962
Localisation : Picardie
Cancer Date d'inscription : 09/01/2011
Passion : Ma fille, ma chérie à moi, Marine et le rugby : Stade Toulousain !!
Humeur : 5 juillet 1962 - 5 juillet 2012 : Cinquantenaire du massacre d'Oran. Nous ne pardonnerons ni n'oublierons jamais. Amis et frères Pieds Noirs et Harkis : Honneur, Gloire, Hommage et Respect.

Re: Une sortie de l’Euro

Message par Jupiter le Mar 28 Fév 2017 - 10:20

Les adversaires de Marine Le Pen ne cessent de critiquer et de condamner les conséquences éventuelles d’une sortie de l’euro de la France. Jean Messiha (un de nos parrains) répond, point par point…



***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Contact : ForumPM@protonmail.com
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 70
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: Une sortie de l’Euro

Message par gemini le Mar 28 Fév 2017 - 10:50

c'est clair et précis, que pourrait on demander de plus?


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
CoqGaulois

Age : 61
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: Une sortie de l’Euro

Message par CoqGaulois le Mar 28 Fév 2017 - 13:35

Quand on écoute les pro Euro on a l'impression que c'est la monnaie de la France depuis 50ans alors que c'est la pire monnaie qui ait existé et qu'elle n'a que 15 ans.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
MARINICE

Age : 34
Date de naissance : 25/04/1984
Localisation : Côte d'Azur
Taureau Date d'inscription : 15/10/2011

Re: Une sortie de l’Euro

Message par MARINICE le Jeu 16 Mar 2017 - 21:31

Nouvel article de Sapir :

L’Euro, un projet allemand ?

La volonté de l’Allemagne était ainsi de faire de la monnaie unique un cadre contraignant mais sans la moindre compensation du point de vue budgétaire. Le statut de la BCE et son objectif unique, la « stabilité monétaire », en découlent. On présente souvent comme une erreur de ne pas avoir donné pour objectif à la BCE la croissance dans la zone euro. On oppose alors le statut de la Réserve fédérale américaine à celui de la BCE, car celle-là a aussi pour objectif la croissance. Mais l’alignement du statut de la BCE sur celui de la Réserve fédérale était impossible. Tout d’abord parce que cette dernière est la banque centrale d’un État (les États-Unis). Ensuite parce que les termes mêmes du statut de la BCE sont le produit de cette volonté allemande.

Que cette volonté puisse servir de base à un fonctionnement réel et efficace d’un système de monnaie unique est une autre chose. Depuis l’automne 2007, on a vu à de multiples reprises que la BCE a été obligée d’enfreindre son statut. Mais si elle a été dans les faits contrainte d’admettre que la liquidité des banques était bien un objectif au même titre que la stabilité monétaire, elle n’a rien cédé sur la croissance. Et l’on en voit bien la raison. Dans une Allemagne largement financiarisée, la stabilité des banques est bien devenue un objectif légitime. Le gouvernement allemand n’a pas hésité à sauver ses banques en 2008. Mais il n’est toujours pas question de faire de la croissance un objectif au même titre que la stabilité monétaire (ou financière), car cela impliquerait de ne plus faire de la stabilité des prix l’objectif principal. Et cela, pour les raisons que l’on a présentées plus haut, l’Allemagne n’en veut sous aucun prétexte. La BCE continue donc aujourd’hui de jouer la partition qui lui fut écrite par l’Allemagne.


Article complet :
https://russeurope.hypotheses.org/5829


***************************************************************************************
Français de coeur et d'adoption.
Adhérent Front National et Les Patriotes.
avatar
Jupiter
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)

Age : 55
Date de naissance : 22/06/1962
Localisation : Picardie
Cancer Date d'inscription : 09/01/2011
Passion : Ma fille, ma chérie à moi, Marine et le rugby : Stade Toulousain !!
Humeur : 5 juillet 1962 - 5 juillet 2012 : Cinquantenaire du massacre d'Oran. Nous ne pardonnerons ni n'oublierons jamais. Amis et frères Pieds Noirs et Harkis : Honneur, Gloire, Hommage et Respect.

Re: Une sortie de l’Euro

Message par Jupiter le Mer 22 Mar 2017 - 14:18

Euro: faut-il vraiment avoir peur d’en sortir?
Un scénario raisonnable de sortie de crise

Contrairement aux arguments fallacieux présentés par les tenants de la haute finance, une sortie de l’euro est tout à fait réalisable. Il se fera en remplaçant l’euro par un franc nouveau, en échangeant un euro existant contre une unité de cette nouvelle monnaie (un pour un).
L’abandon de l’euro aurait certes pour effet de compliquer les formalités des touristes, comme lorsqu’ils vont au Royaume-Uni, mais les changements seront purement formels à l’intérieur de notre pays.

Les grandes fortunes financières veulent absolument faire élire Emmanuel Macron à la présidence de la République française, celui-ci leur ayant donné de nombreux gages depuis son parcours à la Banque Rothschild puis à l’Élysée, notamment en permettant le passage d’Alsthom-Energie entre les mains de l’américain General Electric, puis le rachat de SFR par le magnat Franco-israélien Patrick Drahi (lequel abrite sa fortune dans les paradis fiscaux).
Après avoir plombé la candidature de François Fillon par des méthodes plus anti-démocratiques les unes que les autres, la haute finance s’affole à l’idée que la présidence pourrait échoir à Marine Le Pen. C’est dans ce contexte qu’il faut lire l’article qu’a publié Le Figaro le 9 mars sur le “scénario noir” que constituerait pour la France la sortie de l’euro.
On tente ainsi d’effrayer les électeurs avec un titre en première page et une série d’arguments présentés, dans les trois pages suivantes, par des auteurs inconnus mais se référant à des opinions émises par les financiers.

Le fiasco de la monnaie unique

On feint d’ignorer délibérément les conséquences qu’a eues l’entrée de la France dans l’euro. On peut les estimer en nous comparant aux principaux pays industrialisés qui disposent de leur souveraineté monétaire (États-Unis, Grande Bretagne, Suède).
Sur la période 2000-2015, la France accuse un retard de croissance cumulé compris entre 11 % et 16 % de son PIB, soit une perte sèche comprise entre 236 et 344 milliards €, soit encore une perte de prélèvements obligatoires de 106 à 155 milliards €. À ce manque à gagner s’ajoutent le coût du chômage, celui de la lutte contre la pauvreté et la situation des systèmes de retraite, très sensibles au taux de croissance de l’économie.

Dès décembre 2011, un collectif de douze économistes français de renom avait demandé un démontage concerté de l’euro. Tous les économistes compétents, notamment de nombreux prix Nobel, admettent l’échec patent de la monnaie unique.
Ceux qui voudraient la garder reconnaissent que la seule solution serait de construire une “Europe fédérale des transferts”, où les plus riches des pays paieraient éternellement pour les plus pauvres. Si cette solution semble viable économiquement, elle ne l’est pas politiquement, car les peuples européens n’en veulent pas, à commencer par les Allemands qui seraient les premiers concernés.

Pour tenter de sauver l’euro, le président de la BCE, Mario Draghi, a abandonné la politique de son prédécesseur fin 2014. La dépréciation de cette monnaie a été obtenue grâce à une création monétaire excessive et des taux d’intérêt quasi-nuls, selon la méthode américaine (Quantitative Easing), ce qui engendre désormais une inflation des actifs, une diminution des investissements dans l’économie et le gonflement de bulles spéculatives, lourdes de menaces.
Si cette dépréciation semble favorable pour la compétitivité vis-à-vis du reste du monde, elle n’a rien changé aux deux disparités structurelles entre les pays de la zone euro : d’une part la divergence chronique des rythmes d’évolution des prix intérieurs, qui reflète la diversité socio-culturelle des pays de cette zone; d’autre part la différence d’efficacité des systèmes productifs et des spécialisations sectorielles, qui persiste toujours entre les économies concernées.
Par rapport à l’Allemagne, les experts du FMI estiment ainsi que la France a désormais un écart de compétitivité de 20 %.

Pour sortir du piège de l’euro, la bonne solution serait de renégocier un nouveau Traité européen, de façon à revenir à une monnaie commune, c’est-à-dire à une unité de compte équivalente à l’ancien écu (solution qui prévalait avant l’euro).
Par rapport à celle-ci, les taux de change des monnaies nationales pourraient être stabilisés en termes réels, c’est-à-dire en tenant compte de la divergence inévitable des rythmes d’inflation. La dette souveraine de l’État français, émise pour 97 % en droit français, serait convertie en notre nouvelle monnaie nationale, selon le principe de la lex monetae, puisqu’en vertu du droit international, chaque pays a droit à sa souveraineté monétaire.

Au lieu de recourir à la finance internationale, tout nouveau déficit budgétaire serait financé monétairement sans aucune inflation, par la mise à disposition des ressources résultant de l’augmentation souhaitée de la masse monétaire en circulation.
Ce serait la seule voie d’injection monétaire, la source bancaire étant tarie du fait de la réforme monétaire préconisée par Maurice Allais.
Pour être crédible, et afin d’éviter toute dérive démagogique, le principe d’indépendance de la Banque de France serait affiché clairement, dans le cadre d’un mandat assurant une croissance raisonnable de l’offre de monnaie (taux annuel de l’ordre de 4% à 5%, correspondant à l’augmentation du volume de production et d’une hausse modérée des prix).

Un euro pour un nouveau franc

Contrairement aux arguments fallacieux présentés par les tenants de la haute finance, la sortie de l’euro est tout à fait réalisable, ne présentant pas une grande complexité.
Dans le cas de la France, il se fera en remplaçant l’euro par un franc nouveau, en échangeant un euro existant contre une unité de cette nouvelle monnaie (un pour un). L’abandon de l’euro aurait certes pour effet de compliquer les formalités des touristes, comme lorsqu’ils vont au Royaume-Uni, mais les changements seront purement formels à l’intérieur de notre pays. Pour les avoirs bancaires, la conversion sera instantanée.
Pour les billets, l’échange des billets actuels contre les nouvelles coupures se fera à un coût raisonnable, qu’il nous faudra négocier avec la BCE.
Pour les pièces, l’échange pourra se faire rapidement, les pièces actuelles en euros étant gardées provisoirement avant l’échange.

À l’intérieur de l’économie française, les prix des biens, des services et des salaires seront automatiquement convertis selon le taux retenu (un franc nouveau pour un euro). Le même taux de conversion sera appliqué aux actifs intérieurs, qu’il s’agisse des actifs immobiliers, des créances sur l’économie française ou des actions des entreprises de droit français.
L’État assurera une garantie publique afin que tous les contrats soient respectés. Les dettes privées internationales des entreprises, portant sur des contrats commerciaux et exprimées en euros, seront, quant à elles, converties en nouvel écu, la monnaie commune. En outre, une étude récente de Cédric Durand et Sébastien Villemot montre que, pour les pays qui feront l’expérience post-euro d’une dévaluation – dont la France -, il n’y a pas de risque bilanciel (à l’exception de l’Espagne). Ces économistes de l’OFCE proposent ainsi d’abandonner l’euro pour sauver l’Europe.

Effectivement, la négociation avec nos partenaires ne signifie pas que la France veuille sortir de l’Europe. Ne confondons en aucune façon celle-ci avec l’Union européenne. Ce monstre bureaucratique, régi par une Commission dépourvue de toute légitimité démocratique, et appuyé par un “gouvernement des juges”, a prouvé sa nocivité, tant pour l’économie que pour la politique migratoire.
Un Traité alternatif existe, rédigé sous la direction de Michel Robatel, Président d’honneur de POMONE, et repris aujourd’hui par les partis politiques DLF, MRC et FN.
C’est pourquoi il faut le proposer, afin de remplacer cette Union européenne en perdition par une Confédération d’États européens souverains, c’est-à-dire une grande Europe des patries.

http://www.causeur.fr/macron-sortie-euro-le-pen-bce-43265.html?utm_source=Envoi+Newsletter&utm_campaign=4774b3d9f2-Newsletter&utm_medium=email&utm_term=0_6ea50029f3-4774b3d9f2-57319553


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Contact : ForumPM@protonmail.com
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
CoqGaulois

Age : 61
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: Une sortie de l’Euro

Message par CoqGaulois le Mer 22 Mar 2017 - 16:22

Pour faire simple, TARGET2 nous donne la balance des paiements entre pays membre de la zone euro et permet de savoir qui doit de l’argent à qui, et qui est créancier. Voici les derniers chiffres officiels.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

And the winner is ??? L'Allemagne
Parmi les perdants on trouve ??? La France avec la Grèce et l'Italie entre autres.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Prenez le temps de lire jusqu'au bout:
http://labourseauquotidien.fr/target2-bombe-refait-surface/


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
sakura FN

Age : 18
Date de naissance : 01/01/2000
Localisation : AILLEURS...
Capricorne Date d'inscription : 14/12/2012
Passion : UN NOUVEAU MONDE MEILLEUR...

Re: Une sortie de l’Euro

Message par sakura FN le Ven 24 Mar 2017 - 11:17

Ce qu'ils ne vous ont pas dit hier soir

Je suis Olivier Perrin, le Vaillant Petit Économiste. J'écris cette lettre d'information GRATUITE 3 à 4 fois par semaine. Cliquez ici pour en savoir plus et vous inscrire.

https://info.le-vaillant-petit-economiste.com/le-petit/?sourcecode=XSW3T125&utm_source=emailing&utm_medium=newsletter-gratuite&utm_campaign=20170321-hier

Si au contraire vous en avez assez de me lire, cliquez ici pour vous désinscire.
http://service2.le-vaillant-petit-economiste.com//unsubscribe.php?mid=303225&cid=320141&oid=17&sid=313295&vid=UFZ1kO&r=MC2

******

Chère lectrice, cher lecteur,

Ils n'en ont pas parlé, les journalistes n'en ont pas parlé. Les télés et les radios ont répété les mêmes messages en boucle.

Voici 10 faits qui risquent d'avoir bien plus de poids que tout ce qu'ils ont raconté hier sur TF1:

7 prix Nobel d'économie se sont prononcés contre l'Euro : l'Euro, ça ne marche pas ; [1]

L'Euro rend plus pauvre : [2] ;

L'Euro ne profite qu'aux hyper-riches [3] ;

L'Euro est trop faible pour soutenir une nouvelle crise [4] ;

La prochaine crise mondiale viendra de l'Europe selon Alan Greenspan, ancien gouverneur de la réserve fédérale américaine [5] ;

La Banque Centrale Européenne et la Banque de France rachètent plus de dette que la France n'emprunte : la dette est devenue un circuit fermé. L'État émet, la banque rachète et reverse ses bénéfices à l'État. Historiquement, c'est le stade terminal avant la destruction de l'argent ;

Sans croissance, on ne rembourse pas la dette : Il faudrait diminuer le budget de l'État et des collectivités de 20 à 25% sans nouvelle dépense et pendant près de cent ans pour rembourser la dette. Le Boston Consulting Group a calculé que les pays occidentaux traversaient de troubles sociaux importants dès que les coupes budgétaires atteignaient 3%.

Il n'y a pas de croissance en Europe.

La BCE doit imprimer 5 nouveaux euros pour qu'il s'en échange un de plus : En 2016 pour que la zone Euro créé 180 milliard d'euros de croissance, la BCE a dû injecter 960 milliard d'euros dans l'économie.

Les taux de croissance prévus par les candidats ne sont ni possibles ni souhaitables : la population en occident vieillit ses aspirations et besoins ne sont plus les mêmes.

Olivier Perrin

PS : Pour vous préparer cliquez ici.

https://pro.vbn-edi.com/p/DEC01/EDECT310/?email=romarin%40vo.lu&utm_source=emailing&utm_medium=newsletter-gratuite&utm_campaign=20170321-hier&a=17&o=303225&s=313295&u=320141&l=270391&r=MC2&vid=UFZ1kO&g=0&h=true

---------------------------------------
PS : Partagez cet article :
PPS : Si vous ne me connaissez pas, je suis Olivier Perrin, le Vaillant Petit Économiste. À partir d’aujourd’hui, je vous dire tous ces petits secrets que les banquiers, journalistes et politiques VUS À LA TV vous cachent soigneusement.

Inscrivez-vous ICI à La lettre du vaillant petit économiste.
https://info.le-vaillant-petit-economiste.com/le-petit/?sourcecode=XSW3T125


C’est gratuit et garanti sans spam. Vous recevrez 3 à 4 fois par semaine une nouvelle chronique.

PPPS : Et si vous en avez assez de me lire, désinscrivez vous ici en un clic.
http://service2.le-vaillant-petit-economiste.com//unsubscribe.php?mid=303225&cid=320141&oid=17&sid=313295&vid=UFZ1kO&r=MC2

Sources :

[1] Paul Krugman, Joseph Stiglitz, Thomas Sargent, James Mirrlees, Christopher Pissarides, Amartya Sen, Milton Friedman.

[2] www.pressreader.com

[3 ]LA POLITIQUE MONÉTAIRE À ELLE SEULE EXPLIQUE LA RÉVOLTE CONTRE LES ÉLITES

[4] Would you like our research team to analyze your question related to a specific market or stock? Simply let us know here. Euro Long Term Chart Looks Scary

[5] Lors d'une réunion privée à Baltimore en janvier dernier.

avatar
hamilton44

Age : 73
Date de naissance : 09/06/1944
Gémeaux Date d'inscription : 23/03/2017
Passion : pêche à la ligne, métahistoire, théologie
Humeur : de carème

Re: Une sortie de l’Euro

Message par hamilton44 le Ven 24 Mar 2017 - 19:44

L'arnaque teutonne:
1-les teutons obtiennent l'accès sans restriction aux marchés de leurs voisins,
2- en "échange" les "frisés" apportent leur contribution sous la forme de la possibilité de s'endetter à bon compte
... pour...
3- acheter des produits allemands.

En mai 40 c'était plus hard, il fallait armer 10 divisions de panzer....

Je vois bien le Marc Bloch de notre temps commencer à écrire au jour le jour notre nouvelle étrange défaite qui se profile...

Marine, au secours !

ps: très bon le target2 du camarade Sapir.
Car les teutons commencent à se faire des cheveux avec les 800 milliards de créances qu'ils ont engagés pour que les gars du club méd achètent leurs produits...

C'est du classique chez nos amis allemands, il n'ont pas de limites, tombent ds l'hubris et se font ramasser par effet boomerang.
...ce qui me fait dire que seule Marine pourrait les sortir de l'impasse ds laquelle ils se sont mis en faisant les malins... Certaines élites allemandes prient en secret pour que Marine les sortent de l'euro et leur fasse retrouver leur bon vieux D-mark. Alors ils ne perdraient que 150/200 milliards au lieu de 800.
avatar
Jupiter
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)
Fondateur, Administrateur, Dieu et Maître (looool)

Age : 55
Date de naissance : 22/06/1962
Localisation : Picardie
Cancer Date d'inscription : 09/01/2011
Passion : Ma fille, ma chérie à moi, Marine et le rugby : Stade Toulousain !!
Humeur : 5 juillet 1962 - 5 juillet 2012 : Cinquantenaire du massacre d'Oran. Nous ne pardonnerons ni n'oublierons jamais. Amis et frères Pieds Noirs et Harkis : Honneur, Gloire, Hommage et Respect.

Re: Une sortie de l’Euro

Message par Jupiter le Sam 25 Mar 2017 - 10:03

A l’intention des français inquiets d’une sortie de l’Euro et qui n’ont aucune raison de l’être
par Jacques Sapir · 24 mars 2017

Effaré par l’ampleur des méconnaissances, mais aussi parfois par la mauvaise foi, des journalistes et des hommes politiques qui s’expriment sur la question de la sortie de l’Euro, j’ai décidé de rassembler ici certaines des principales questions qui se posent.
On peut parfaitement comprendre que nos concitoyens se posent des questions sur une possible sortie de l’Euro et un retour au Franc, et ce d’autant plus que désormais 5 des candidats à l’élection présidentielle de mai 2017 (soit Asselineau, Cheminade, Dupont-Aignan, Le Pen et Mélenchon) en parlent.
Ces questions sont légitimes. Ce qui, par contre, ne l’est pas est le sentiment de panique que l’on cherche à produire dans l’opinion française sur ce sujet. Il devrait être de la responsabilité des journalistes et des hommes politiques (du moins de certains) de ne pas chercher à indûment inquiéter les français.
Constatant que ce n’est pas le cas, que très souvent des propos contradictoires avec des textes officiels de l’Union européenne sont tenus, j’ai décidé à publier cette suite de questions-réponses pour éclairer le débat.

Comment va se faire le passage de l’Euro au Franc ?

Rien de plus simple ; l’ensemble des comptes et des contrats en France seront re-dénominés de l’euro au franc au taux de 1 pour 1.
Admettons qu’un foyer dispose de 1200 euros sur son compte courant, d’une assurance-vie de 50 000 euros, qu’il paye un loyer de 800 euros, et qu’il se soit endetté de 3000 euros pour acheter une voiture.
Du jour ou se fait la conversion, il a 1200 « nouveaux » francs sur son compte courant, 50 000 francs sur son assurance-vie, le loyer de son appartement est de 800 francs et sa dette de 3000 francs.
Lors de la conversion, les règles s’appliqueront à tous les comptes, tous les contrats et toutes les dettes en France.

Seront appliquées les règles établies lors du passage du franc à l’euro (sauf pour la valeur de la conversion », telles qu’elles sont précisées dans le règlement de l’Union européenne Règlement (CE) nº 1103/97 du Conseil du 17 juin 1997 fixant certaines dispositions relatives à l’introduction de l’euro[1], règlement qui précise à ses points n°8 et n°9 :
(Cool considérant que l’introduction de l’euro constitue une modification de la loi monétaire de chacun des États membres participants; que la reconnaissance de la loi monétaire d’un État est un principe universellement reconnu; que la confirmation explicite du principe de continuité doit entraîner la reconnaissance de la continuité des contrats et autres instruments juridiques dans l’ordre juridique des pays tiers;
(9) considérant que le terme «contrat» utilisé dans la définition des instruments juridiques englobe tous les types de contrats, indépendamment de la manière dont ils ont été conclus;


L’épargnant français sera-t-il ruiné par le passage de l’Euro au Franc ?

Comme il a été expliqué plus haut, la totalité des comptes bancaires et des contrats d’assurances seront re-dénominés de l’euro vers le (nouveau) franc au taux de 1 pour 1. Les valeurs mobilières verront, si elles sont cotées à la bourse de Paris, de même leur valeur automatiquement re-dénominée.
Pour les biens immobiliers, cela dépendra de l’évolution du marché de l’immobilier ; mais on peut penser que le passage de l’euro au franc aura tendance à faire monter les prix de l’immobilier. D’une manière générale l’épargne ne sera pas touchée par cette re-dénomination. Il faut, pour la suite voir dans quel pays elle sera utilisée, et cela implique de regarder l’impact de la sortie de l’euro sur le taux de change.

La sortie de l’Euro va-t-elle provoquer une explosion des dettes publiques ?

Les dettes négociables émises par le gouvernement français ont été émises à 97% en droit français. Cela signifie que 97% des montants seront intégralement re-dénominés de l’euro au (nouveau) franc, et ce pour la même valeur. Ceci correspond au principe de droit international qui s’appelle la « loi monétaire », principe reconnu par la totalité des tribunaux tant français qu’étrangers.
Je rappelle que ce principe fut explicitement mentionné dans le règlement nº 1103/97 du Conseil du 17 juin 1997, règlement cité plus haut, et qu’il fut utilisé sans problème lors de l’abandon du franc pour l’euro. L’euro s’était d’ailleurs fortement déprécié pendant les premières années (de 1999 à 2003). Il n’y a eu aucune protestation de détenteurs américains de la dette française (ou italienne, ou allemande).
C’est Nicolas Sarkozy qui, le premier, à parlé de cette « explosion de la dette » qu’une sortie de l’euro provoquerait, et sur ce point soit il ne connaissait pas la loi (étrange.. ?) soit il a menti.

Admettons que sur le stock des dettes existantes il ne se passe rien. Mais, l’Etat continuera d’émettre de la dette, ne serait-ce que pour payer une partie des dettes existantes.
On estime à 200 milliards par an cette somme. Une sortie de l’euro ne provoquerait-elle pas une forte hausse des taus d’intérêts ?


Il est exact que le besoin d’endettement de la France est d’environ 200 milliards (« nouvelle » dette et « ancienne » dette cumulées). Les opérateurs étrangers vont pénaliser la dette française par rapport à la dette allemande. Mais ils le font déjà !
Il faut savoir que les taux auxquels la France emprunte sont plus élevés de 0,50% à 0,75% que ceux de l’Allemagne. Cet écart pourrait-il augmenter ? Pas de manière importante car le besoin des investisseurs de placer de l’argent est très important, et le volume des émissions de dettes allemandes sont réduits. La hausse des taux serait alors le produit d’une concurrence entre les taux français et les taux italiens ou espagnols. Et les investisseurs auraient plus confiance dans le Franc que dans la Lire…
Mais, ces 200 milliards peuvent être souscrits par des banques opérant en France (qu’elles soient françaises ou non) si on rétablit la loi rendant impératif à ces banques de détenir un certain pourcentage de leur bilan en dettes publiques françaises.
Ce mécanisme a existé et bien fonctionné, des années 1950 aux années 1980. Il permet au gouvernement de rediriger les investissements des banques françaises, mais aussi des banques étrangères opérant en France.
Avec ce mécanisme, les taux n’augmenteraient pas plus que ce qu’autorise de fait le gouvernement.

Voilà pourquoi les annonces catastrophistes sur une « forte » hausse des taux sont irréalistes et irresponsables[2].

Pour le reste, je renvoie les lecteurs à l’étude faite par Cédric Durand et Sébastien Villemot sur les conséquences d’une sortie de l’Euro pour les entreprises et les banques françaises[3]. Dans cette étude figure la table suivante sur les « risques financiers » d’une sortie de l’Euro.

Source : Durand C. et Villemot S., Balance Sheets Effects of an Euro Break-Up, OFCE, http://www.ofce.sciences-po.fr/blog/balance-sheets-effects-of-a-euro-break-up/

Qu’adviendra-t-il du taux de change du (nouveau) Franc une fois effectuée la sortie de l’Euro ?

Le (nouveau) Franc verra son taux de change fixé par les marchés, sous réserve de mesures conservatoires que le gouvernement pourrait (et devrait) prendre, comme un contrôle des capitaux. A la suite de nombreuses discussions avec des traders opérant sur les taux de change on peut faire le pronostic suivant :
-Le taux de change du Franc par rapport à « l’euro-maintenu » (soit l’Allemagne, et les pays qui étaient dans la zone Mark, baisserait. Plus précisément, la sortie de la France de la zone Euro provoquerait un mouvement d’appréciation de l’euro-Mark, mouvement que l’on peut estimer entre 20% et 30%.
-Le taux de change du Franc par rapport au Dollar des Etats-Unis (et à la « zone Dollar ») baisserait entre -5% et -10%. Rappelons que la « zone Dollar » inclut la Chine, la Corée du Sud et Taiwan.
-Par rapport aux autres pays européens, dont on peut penser qu’ils imiteraient la France rapidement (dans un délai de 3 à 6 mois), comme l’Espagne, la Grèce, l’Italie et le Portugal, le Franc s’apprécierait d’environ +3%-+5% par rapport à l’Italie et à l’Espagne, +10% par rapport au Portugal, +20%-+30% par rapport à la Grèce.

Une sortie de l’Euro, et la dissolution de fait de la zone Euro que cela entraînerait, conduirait à une redistribution des parités monétaires et non simplement une dévaluation du Franc. Rappelons que le gouvernement français pourrait contrôler ce processus par un mécanisme de contrôle sur les mouvements à court terme des capitaux.

Quelles seraient les conséquences pour le consommateur ? Ne verrait-on pas les prix augmenter subitement très fortement ?

Rappelons d’abord que dans le budget d’un ménage, une large part des dépenses se fait pour des produits ou des services fabriqués en France. La part dans nos dépenses des produits importés est inférieure, en moyenne, à 40%.
Dans cette part, les prix des produits fabriqués en Allemagne augmenteraient fortement (+20% à +30%). Les prix des produits issus de la Zone Dollar augmenteraient faiblement (+3% à +5%), les prix des produits importés d’Italie, d’Espagne, du Portugal ou de Grèce baisseraient.

Penons le cas du carburant. Le pétrole est acheté en dollars, puis raffiné en France. Mais, dans l’essence (ou le gazole) payé à la pompe, il faut savoir qu’il y a une très forte part d’impôts, de 60% à 75%. Donc, la hausse à la pompe induite par la dépréciation du Franc par rapport au Dollar serait infime.

Mais, une dévaluation a toujours provoqué une hausse des prix ?

En fait, la situation actuelle est très différente de celle des années 1960 ou 1970. Plus qu’une « dévaluation », la sortie de l’euro provoquerait un mouvement de redistribution des parités des diverses monnaies par rapport au Franc.
En cumulant les hypothèses les plus négatives, on arrive à une hausse de 3% des prix dans l’année qui suivrait cette sortie de l’euro. Mais, il faut aussi tenir compte du surcroît d’activité qu’impliquerait cette sortie, surcroît qui se ferait sentir pendant au moins 3 ans, et qui entraînerait un retour à l’emploi de 1,5 millions à 2,5 millions de personnes. Ce retour à l’emploi permettrait de régler les déficits des comptes sociaux et de baisser les cotisations sociales, rendant du pouvoir d’achat aux salariés.

Mais, le contrôle des capitaux dont vous parlez, c’est une inquisition ! L’Etat va vouloir savoir combien on détient quand on partira à l’étranger ?[4]

Le contrôle des capitaux s’appliquera essentiellement aux entreprises financières qui veulent soit placer à court terme de l’argent en France soit en placer (toujours à court terme) à l’étranger. Ces mouvements sont de la spéculation et celle-ci peut être dommageable pour l’économie. Ce sont donc ces mouvements là que le gouvernement devra contrôler, par le biais d’une taxe payée (en partie) lors de l’opération et remboursable à partir d’un certain délai.
Les dépenses correspondant à des opérations commerciales, des investissements à long terme, en seraient exemptées.

Pour les particuliers (vous et moi…) une franchise de 15 000 euros existera sur les comptes. On ne demandera des documents (factures, notes d’hôtels) que si vos dépenses à l’étranger vont au-delà.

J’ai par ailleurs publié ces dernières semaines plusieurs notes sur la question de l’euro. En voici la liste avec les adresses précises sur mon carnet RussEurope.

1. Une note porte spécifiquement sur le statut légal des dettes en cas de sortie de l’euro, et montre que cette sortie ne serait certainement pas assimilable à un défaut, contrairement à ce qui est affirmé (un règlement européen reconnaît la Lex Monetae).
Lex Monetae et droit européen
https://russeurope.hypotheses.org/5835

2. Deux notes sont des réponses à l’Institut Montaigne et critiquent la description « catastrophistes faite d’une sortie de l’euro :
Les cauchemars idéologiques de l’Institut Montaigne et la sortie de l’Euro
https://russeurope.hypotheses.org/5790

Une sortie de l’Euro
https://russeurope.hypotheses.org/5754

3. Une note examine les mesures d’accompagnement qui seraient nécessaires dans le cas d’une sortie de l’euro
Un sortie de l’Euro (suite)
https://russeurope.hypotheses.org/5758

4. Une note porte sur le statut international de l’euro (comme monnaie de réserve)
L’échec international de l’Euro
https://russeurope.hypotheses.org/5831

5. Une note porte sur les origines historiques de l’euro
Les origines de l’Euro
https://russeurope.hypotheses.org/5829

6. Une note porte sur l’impact de l’euro sur l’Italie
L’Italie, l’Euro et Berlusconi
https://russeurope.hypotheses.org/5810

[1] http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=celex:31997R1103

[2] N’en déplaise à M. Delhommais, dans Le Point, http://www.lepoint.fr/economie/delhommais-les-aberrations-monetaires-de-marine-le-pen-24-03-2017-2114445_28.php

[3] http://www.ofce.sciences-po.fr/blog/balance-sheets-effects-of-a-euro-break-up/

[4] http://www.boursorama.com/actualites/l-etat-regardera-sur-notre-compte-en-banque-quand-on-partira-en-voyage-en-cas-de-sortie-de-l-euro-selon-l-economiste-jacques-sapir-59a17e401d93e4d9c7de00ca147cdf6e

https://russeurope.hypotheses.org/5848


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Contact : ForumPM@protonmail.com
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Chevalier du Temple

Age : 72
Date de naissance : 13/11/1945
Localisation : New York USA
Scorpion Date d'inscription : 20/08/2013
Passion : Histoire & littérature
Humeur : Patriotique

Re: Une sortie de l’Euro

Message par Chevalier du Temple le Dim 16 Avr 2017 - 14:25

Joseph Stiglitz un grand économiste qui n'est jamais invité sur les plateaux de TV française . . . et pour cause.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Contenu sponsorisé

Re: Une sortie de l’Euro

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 21 Mai 2018 - 13:08