www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Suivez le XVIème Congrès du Front National à Lille : flechegauche ICI flechedroite

rappel de l'histoire de l'algérie...Mr Macron mettons les points sur les i.....

Partagez

navarre

Age : 78
Date de naissance : 08/09/1939
Vierge Date d'inscription : 18/07/2015
Passion : bridge

rappel de l'histoire de l'algérie...Mr Macron mettons les points sur les i.....

Message par navarre le Sam 19 Aoû 2017 - 10:41


la langue française met des points sur les.. i , petit rappel de l'histoire de l'Algérie... sa création
fait partie de l'Histoire de France...et vous avez osé Mr Macron accuser la France de "crime contre l'humanité".

Un freluquet, certes petit Mozart de la calculette, mais manifestement ignare en Histoire,...issu d'on ne sait quel
sérail...mis en orbite par on ne sait quel lobby,....pour marcher jusqu'à on ne sait où...(il l'ignore, sans doute,
lui-même)...s'est rendu en Algérie pour y proclamer que la "colonisation", celle qui aurait été menée bien sûr
par la France, était un crime contre l'Humanité"!

Rien que ça!...il fallait l'oser....il a osé..!

>>> au bal des "cons"..celui-là est sûr de danser toute la nuit!

Qui dans son entourage lui expliquera que l'actuel Maghreb était, jusqu'au 7ème siècle de l'ère chrétienne, le berceau du christianisme et comptait environ 400 évêchés, parmi lesquels celui d'HIPPONE (aujourd'hui ANNABA)
tenu par Saint Augustin, un berbère romanisé, comme tous les habitants de l'endroit à cette époque?...où plutôt,
qui dans son entourage le sait et pourrait le lui révéler ?

Qui dans son entourage lui expliquera que les PREMIERS COLONISATEURS du lieu furent
LES ARABES...lesquels, dès le 8ème siècle, envahirent le Maghreb, pour n'en jamais repartir et
convertirent de force les Berbères christianisés à l'islam?... "il est vrai que le paradis d'Allah est à l'ombre des
épées!".


Qui dans son entourage lui expliquera que les colonisateurs arabes, eux-mêmes, connurent bien des remous, des vicissitudes et des dynasties dictatoriales, pendant pratiquement 7 siècles, avant de se voir imposer là-bas
la colonisation ottomane durant plus de 2 siècles...jusqu'en 1830?

Qui dans son entourage, lui expliquera qu'nn débarquant à SIDI FERRUCH, en juin 1830, les troupes françaises
venaient mettre un terme à ce qu'on appelait alors "l'âge d'or" des corsaires d'Alger ?..Age d'or au cours duquel
les pirates mahométans pillaient les navires marchands européens croisant en Méditerranée, capturaient les
personnes se trouvant à bord pour en faire des esclaves castrés en ce qui concerne les hommes, et des produits de
consommation sexuelles destinés à alimenter les harems des potentats locaux ou les bouges des ports de la côte,
en ce cui concerne les femmes blanches!..

Qui lui rappellera cette sage parole de FERRAT ABBAS, président du gouvernement provisoire de la république algérienne :" la France n'a pas colonisé l'ALGERIE, elle l'a fondée!". C'est, en effet, en 1839, neuf ans après l'équipée de Sisi Ferruch, que le nom d'ALGERIE fut crée par la France pour désigner un territoire qui, jusque-là,
n'avait jamais été désigné par un nom véritable.

Quant à sa notion de "crime contre l'Humanité", elle est tout bonnement d'une stupidité abyssale.
Quel est , historiquement le crime contre l'Humanité qui a abouti à l'éradication d'une série de maladies endémiques
et au quadrillage d'un territoire par des dispensaires et des hôpitaux en grand nombre, au profit des "victimes" de ce
dit crime ,...?

Quel est historiquement le crime contre l'humanité qui a abouti à la dotation d'une population en infrastructures
industrielles, agricoles, administratives, scolaires,et autres..jusque-là inexistantes et créees de toutes pièces par l'auteur accusé de ces prétendus crimes ?.
Le freluquet passe pour un intellectuel, et au sens où le concevait Georges BERNANOS, il l'est incontestablement...
lui qui disait : " l'intellectuel est si souvent un imbécile que nous devrions le tenir pour tel, jusqu'à ce qu'il ait
prouvé le contraire !!
Voilà celui au profit duquel a certainement été monté de toutes pièces le "Pénélopegate" dont, nous pouvons être assués encore des rebondissements au cours des prochains mois.!!

Les sondages de Macron iront de mal en pis.
MACRON vous resterez une pacotille, un ERSATZ de la Politique et de la Diplomatie, la connaissance et l'art de se taire étant les qualités essentielles à un grand chef d'Etat!!

Pour ma part, vous êtes et resterez un pantin au service des appétits des ogres de la grande Finance Internationale.
Le discours de Marine pour moi, face à vous, est à des années lumières de celui que vous avez eu lorsque
vous vous êtes rendu en Algérie...

Vous avez été élu, mais je dis que ma sage grand'mère avait raison :
...." Ce n'est pas dans les pots fêlés que l'on fait de bonnes soupes" !!!!!!!


MARINE AU SECOURS....JE sais que tous nous allons rebondir....COURAGE felicitations felicitations



avatar
solimp

Age : 65
Date de naissance : 27/09/1952
Localisation : Val d'Oise
Balance Date d'inscription : 01/09/2013
Passion : science et technique

Re: rappel de l'histoire de l'algérie...Mr Macron mettons les points sur les i.....

Message par solimp le Sam 19 Aoû 2017 - 11:05

Il y plus d'Algériens en France qu'il n'y avais de Français en Algérie Française.
C'est le début d'une colonisation sournoise de l'islam avec le bénédiction du gouvernement Français.

Nous n’avons jamais réclamé de sondage pour connaître le pourcentage d’Algériens favorables à une repentance pour les « crimes contre l’humain » qu’ils ont commis !

Oui, il y a bien eu crimes contre l’humanité, mais ce sont les Algériens qui les ont commis.
•En 1962, en massacrant plus de 80.000 Harkis, enfants, femmes, vieillards et même les chèvres, les moutons et les vaches.
•En 1962 toujours, en enlevant et assassinant plus de 3000 enfants, femmes, vieillards et adultes, à Oran.
•En 1957, à Melouza, en éliminant, lors d’une abominable boucherie, 374 algériens, musulmans, enfants, femmes, vieillards, adultes, parce qu’ils refusaient de soutenir le FLN.
•En 1955 à El Halia, en tuant 140 enfants, femmes, vieillards et adultes. Un vrai carnage, des bébés écrasés contre les murs sous les yeux des parents.

Et j’arrête là cette liste des crimes contre l’humanité commis par les Algériens, car elle serait trop longue.


Vous avez dit criminel de guerre ?

Voici quelques hauts faits d'armes perpétrés par ZIGHOUT YOUSSEF , commandant de la wilaya 2 ( Nord constantinois) 39 villages condamnés à mort. (20 Aout 1955).
Son village de naissance porte aujourd'hui son nom ainsi que le Boulevard Zighoud Youcef à Alger.(https://fr.wikipedia.org/wiki/Youcef_Zighoud)

Sur le carnet de route de Zighout, les noms des villes et des villages où le sang va couler: Philippeville, Djidielli. Colle, El-Milia, Le Kroub, Guelma, Bolée, Jemmapes, El-Arrouch, Oued-Zenati, Saint-Charles, Robertville, Aïn-Abid, El-Halia, Catinat, Kellermann, Gallieni, Conde-Smendou, Aïn-Kercha, la liste n'en finit plus...

A'in-Abid et à El-Halia. restent dans les mémoires, comme les " Oradour ", de la guerre d'Algérie. Ia formulation n'est pas outrée. Elle recouvre des scènes dont l'horreur laisse pantelant et dont les photos ne sont décemment pas publiables.

Qu'il suffise de savoir qu'à Aïn-Abid, une petite fille de cinq jours, Bernadette Mello, fut tronçonnée sur le rebord de la baignoire, devant sa mère, dont on ouvrit ensuite le ventre pour replacer la nouveau-née !

Que, sous le même toit, Faustin Mello, le père, est assassiné dans son lit, amputé à la hache, des bras et des jambes, que la tuerie n'épargne ni Marie-José Mello, une fillette de onze ans, ni la grand-mère de soixante-seize ans.

Qu'à El-Halia, sur 130 Européens. 32 sont abattus à coups de hache, de serpe, de gourdin, de couteau, les femmes violées, les tout petits enfants fracassés contre les murs. Ces exemples ne sont pas cités par complaisance morbide. Ils peuvent aider, non pas à justifier, mais à comprendre la réaction de ces Européens du Nord constantinois dont le frère, ou le fils, ou la femme eurent à subir pareil sort. Et d'éviter de tirer des massacres du 20 août, une leçon unilatérale et la morale d'une histoire dont la répression seule ferait les frais.

Le 20 août 1955, à midi., c'est l'heure qui va permettre, dans les coins perdus, de trouver les Européens chez eux à table ou faisant la sieste. Il faut profiter de la surprise. A El-Halia et à Aïn-Abid, la stupéfaction se mêle à l'horreur. Ceux qui levaient brusquement le couteau sur les Européens étaient des familiers, des villageois musulmans paisibles. Au point qu'à Aïn-Abid le maire avait refusé toute protection militaire, craignant que les uniformes ne vinssent troubler la paix des rapports entre les deux communautés .

El-Halia est attaqué entre 11 h 30 et midi. C'est un petit village proche de Philippeville, sur le flanc du djcbel El-Halia, à trois kilomètres environ de la mer. Là vivent 130 Européens et 2000 musulmans. Les hommes travaillent à la mine de pyrite, les musulmans sont payés au même taux que les Européens, ils jouissent des mémes avantages sociaux. Ils poussent la bonne intelligence jusqu'à assurer Ieurs camarades Degand, Palou, Gonzalès et Hundsbilcher qu'ils n'ont rien à craindre, que si des rebelles attaquaient El-Halia, " on se défendrait " au coude à coude.

A 11 h 30, le village est attaqué à ses deux extrémités par quatre bandes d'émeutiers, parfaitement encadrés, et qui opèrent avec un synchronisme remarquable. Ce sont, en majorité, des ouvriers ou d'anciens ouvriers de la mine et, la veille encore, certains sym-pathisaient avec leurs camarades européens...

Devant cette foule hurlante, qui brandit des armes de fortune, selon le témoignage de certains " rescapés ", les Français ont le sentiment qu'ils ne pourront échapper au carnage. Ceux qui les attaquent connaissent chaque maison, chaque famille, depuis des années et, sous chaque toit, le nombre d'habitants.

A cette heure-là, ils le savent, les femmes sont chez elles à préparer le repas, les enfants dans leur chambre, car, dehors, c'est la fournaise et les hommes vont rentrer de leur travail.

Les Européens qui traînent dans le village sont massacrés au passage. Un premier camion rentrant de la carrière tombe dans une embuscade et son chauffeur est égorgé. Dans un second camion, qui apporte le courrier, trois ouvriers sont arrachés à leur siège et subissent le même sort. Les Français dont les maisons se trouvent aux deux extrémités du village, surpris par les émeutiers, sont pratiquement tous exterminés.

Au centre d'EI- Halia, une dizaine d'Européens se retranchent, avec des armes, dans une seule maison et résistent à la horde. En tout, six familles sur cinquante survivront au massacre.

Dans le village, quand la foule déferlera, excitée par les " you you " hystériques des femmes et les cris des meneurs appelant à la djihad, la guerre sainte, certains ouvriers musulmans qui ne participaient pas au carnage regarderont d'abord sans mot dire et sans faire un geste.

Puis les cris, l'odeur du sang, de la poudre, les plaintes, les appels des insurgés finiront par les pousser au crime à leur tour. Alors, la tuerie se généralise. On fait sauter les portes avec des pains de cheddite volés à la mine. Les rebelles pénètrent dans chaque maison, cherchent leur " gibier " parmi Ieurs anciens camarades de travail, dévalisent et saccagent, traînent les Français au milieu de la rue et les massacrent dans une ambiance d'épouvantable et sanglante kermesse. Des familles entières sont exterminées: les Atzei, les Brandy, les Hundsbilcher, les Rodriguez.

Outre les 30 morts il yaura 13 laissés pour morts et deux hommes, Armand Puscédu et Claude Serra, un adolescent de dix-neuf ans qu'on ne retrouvera jamais. Quand les premiers secours arrivent, El-Halia est. une immense flaque de sang.

Aïn-Abid, dans le département de Constantine, est attaqué à la même heure. Un seul groupe d'émeutiers s'infiltre par différents points du petit village, prenant d'assaut, simultanément, la gendarmerie, la poste, les coopératives de blé, l'immeuble des travaux publics et les maisons des Européens. Comme à El-Halia, jusqu'à 16 heures, c'est la tuerie, le pillage, la dévastation. Les centres sont isolés les uns des autres, les Français livrés aux couteaux. Mais, à Aïn-Abid, les civils sont mieux armés et ils se défendent avec un acharnement qui finit par tenir les rebelles en respect jusqu'à l'arrivée des renforts militaires, vers 16 heures. C'est à cette heure-là qu'on découvrira le massacre de la famille Mello.

Ce nuage de sang dissipé, viendra l'heure des informations plus claires et des bilans. On se rendra compte que dans cette journée du 20 août, la chasse à l'homme commença d'abord, sur les ordres de Zighout, par la chasse aux Européens. En tout, de Constantine à Philippeville, à Jemmapes, à Catinat, à Hammam-Meskoutine et dans toutes les localités du Nord constantinois 171 Français ont été massacrés.

A.MARTINEZ
http://www.algerie-francaise.org/leflnafait/1-3.shtml




La seul reconnaissance que la France doit est celle des Harkis.



***************************************************************************************
Les mensonges et les erreurs d’hier nourrissent la vérité et la réalité de demain.

    La date/heure actuelle est Jeu 26 Avr 2018 - 3:04