www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Suivez le XVIème Congrès du Front National à Lille : flechegauche ICI flechedroite

Données personnelles : à qui appartiendra votre intimité ?

Partagez
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Données personnelles : à qui appartiendra votre intimité ?

Message par ano le Dim 28 Jan 2018 - 8:41


Données personnelles : la mainmise de l’Union Européenne s’étend


Lionel Mazurié
Debout la France
Délégué national à la Révolution et Souveraineté Numérique
26 janvier 2018
(Source)


La mainmise de l’Union Européenne s’étend : le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données personnelles des citoyens) applicable en mai 2018

Le General Data Protection Regulation (GDPR), en français, Règlement Général sur la Protection des Données (à caractère personnel) est une directive votée par l’Union Européenne et qui entrera en vigueur le 28 mai 2018.

Il s’agit d’instituer des obligations, pour les sociétés et organisations, sur la protection des données personnelles des citoyens des 28 états membres en unifiant ainsi les règles locales.

En France, ce sont les Lois Informatiques et Libertés qui deviendraient, en grande partie, caduques en étant remplacées par celles imposées par la RGPD. Les obligations vis-à-vis de la CNIL se transformeront, cet organisme se verra ainsi transformé en simple agence locale, une « autorité de contrôle » du Comité Européen de Protection des Données, organe exécutif de la commission sur ces sujets.

Le parti Debout La France identifie ces deux points comme une nouvelle atteinte à notre libre arbitre national.

Le Contrôleur Européen de la Protection des Données aura, en effet, des pouvoirs étendus pour rendre un avis « contraignant » transnational en cas de différents entre les « CNIL » locales (règlement UE du 27 avril 2016).

D’éventuelles spécificités nationales concernant des domaines sensibles comme la biométrie, la santé, l’appartenance politique et religieuse seraient potentiellement gardées et aménagées par les états.

Ces directives s’étendent, aussi, aux sociétés extra Union Européenne qui manipulent ou « ciblent » les citoyens de l’UE.

Pour nous, individu, il s’agit d’avoir une plus grande maîtrise de nos données personnelles qui sont, au gré de nos démarches et inscriptions, collectées par des tiers, revendues à des annuaires et autres agrégateurs de données, parfois même dérobées.

Ces données représentent les informations de stockage de son identité, de ses habitudes, de ses achats, de ses litiges, de ses échanges et de son « profilage » en général. La directive prévoit un droit à l’effacement ainsi qu’un droit de portabilité.

Des obligations d’information de fuite ou de vol de données, au plus tôt, sont rendues obligatoires (on pensera, par-là, à la révélation du vol des coordonnées de 57 millions de clients mondiaux d’UBER … en 2016 … seulement officialisé et révélé le 21 novembre 2017 …).

Ces règlements imposent une prise en compte immédiate dans la conception des futurs systèmes d’hébergement et de traitement des données mais aussi la transformation des systèmes existants …

Debout La France y voit six points particuliers d’attention :

- La nécessité d’offrir une très haute visibilité et traçabilité de traitements de la donnée personnelle dans les processus manuels ou automatisés ce qui est, dans l’absolu, une bonne chose pour la personne physique, sa protection et sa « quiétude » numérique mais qui demande, entre autres, à des PME marchandes un gros effort de méthode et d’outils. En conséquence, la donnée doit être idéalement « déprofilée », « anonymisée » voire cryptée. Ceci induit des coûts et des charges pour les structures sur des marchés mondiaux déjà, bien entendu, tendus.

- Le risque d’amendes infligées aux sociétés et organisations de toutes tailles... Le régulateur peut imposer une pénalisation allant jusqu’à 4% du C.A. mondial annuel d’une société ou même jusqu’à 20 millions d'euros pour les plus gros acteurs pénalisés.

- Le risque de vol sur la plateforme d’un prestataire (les données d’UBER ont apparemment été volées sur la plateforme Cloud d’AMAZON …) ce qui rend vulnérable n’importe quelle entité qui, de son côté, serait vertueuse sur la RGPD …

- La création d’une nouvelle instance de régulation, au sein de l’UE, dédiée à cette mesure communautaire …

- Le risque de non application avec le même niveau d’exigences d’acteurs étrangers (les plateformes commerciales « US » avec, entre autres, les GAFA (Google Apple Facebook Amazon) ou les acteurs asiatiques avec des sociétés comme Alibaba.

- Une fois le modèle rôdé, le constat d’une efficacité qui n’est pas au rendez-vous avec, pour conséquence, l’éventuelle volonté de l’UE de forcer à un format de données individuelles unique et imposé et, surtout, d’astreindre son hébergement chez un tiers unique, enfin, de confier, l’autorité de contrôle à une unique agence pour tous les pays membres. Ce serait le côté « Big Brother » ultime de ces mesures et un scénario périlleux pour les pays membres …

Pour Debout La France, ce dernier point serait, alors, le plus préoccupant quant à la centralisation et la gouvernance, par l’UE, des informations des citoyens, en extra-territorialité de tous les pays membres …

La France doit garder sa Souveraineté Numérique et la CNIL ne doit pas devenir la succursale d’une nième instance de l’Union Européenne en charge, suivant ses critères, de potentiellement pénaliser lourdement nos sociétés et organisations le cas échéant.

Le RGPD est de la même veine que les modèles centralisés associés aux accords économiques et commerciaux que sont le CETA et serait le TAFTA.

Demain, ce sont des domaines régaliens comme la justice, l’éducation ou la défense qui seront exposés aux mêmes risques de transfert de compétence vers l’Union Européenne que le contrôle du commerce et, ici, nouvellement, celui de la donnée des citoyens français. Restons vigilants.


**

Votre Liberté est en danger, rejoignez-nous !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je ne savais pas que c'était si simple de faire son devoir quand on est en danger !
(Jean Moulin)



avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Données personnelles : à qui appartiendra votre intimité ?

Message par ano le Jeu 1 Mar 2018 - 8:55


Protégeons vraiment les données numériques des Français


Lionel Mazurié
Délégué national au numérique Debout La France
28 février 2018
(Source)


Le 13 février dernier, l’Assemblée Nationale a voté le projet de loi lié à la protection des données personnelles. Ces nouvelles règlementations françaises étaient imposées par l’adaptation de la directive européenne effective pour fin mai 2018 et nommée RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données Personnelles - GDPR en Anglais).

Si les différents groupes parlementaires de La République En marche, des Républicains, des Centristes et Socialistes ont voté « Pour » de concert, ainsi que le FN, la France Insoumise a voté contre.

Fidèle aux idées toujours défendues par DLF sur la protection des données des Français et la souveraineté numérique de notre pays, Nicolas Dupont-Aignan s’est abstenu devant cette proposition de loi à double tranchant.

Comme l’avait écrit Romain Gary « La loi c’est fait pour protéger les gens qui ont quelque chose à protéger contre les autres ». Notre société glisse sur des pentes vertigineuses du contrôle des individus par des groupes tant et si bien que l’avocat Alain BENSOUSSAN, spécialiste français de l’informatique, évoque même une notion de « Droit de l’Homme Numérique » qui ne se cantonnerait pas aux questions purement technologiques comme le sera la loi actuelle mais engloberait tous les enjeux posés en général par la révolution numérique.

Ce projet était dicté par la volonté de l’Union européenne d’aligner toutes les réglementations des pays membre sous sa seule autorité avec cette régulation à large spectre. Il est tout à fait souhaitable quel les nations européennes coopèrent entre elles pour protéger les données personnelles de leurs concitoyens et de leurs entreprises mais il est hors de question d’abandonner l’autorité de la CNIL, qui régule ces sujets en France, à une agence européenne contrôlée par des technocrates non élus.

Les différentes mesures prévues par Bruxelles étaient souvent en elles-mêmes, louables. Elles visent principalement à protéger les individus de la dissémination des données personnelles sur les sites européens mais aussi mondiaux. Les sites, acteurs et principaux vecteurs du numérique, devront jouer franc-jeu et demander maintenant, explicitement, le droit de collecter, de conserver, de céder/de transférer des données là où jusqu’à aujourd’hui, ce refus de droit devait être un acte motivé du spolié ou de l’utilisateur en désaccord actif avec ces pratiques. Le récent scandale, vite oublié, qu’est le vol de données mondial chez UBER, connu des mois après, (y compris des données de dizaines de milliers de Français) a illustré le risque de fuites d’identités et de moyens de paiement.

Or il est tout à fait possible de mener ce genre de politiques à l’échelle nationale en coordination avec nos voisins. Il est hors de question que la France confie le peu de souveraineté numérique qu’elle a acquise face aux Etats-Unis et aux multinationales type GAFA à Bruxelles dont la soumission aux intérêts des lobbies n’est plus à prouver. À ce titre, la conservation et le contrôle des données des ressortissants européens dans des serveurs situés dans les pays membres n’est même pas discuté par l’union européenne alors que tous les grands pays du monde, Chine en tête, ont choisi de l’imposer pour ne pas dépendre des GAFA américains.

Ce n’est pas le seul sujet de réglementation qu’il convient de trancher. Deux points liés à l’ordre du jour des prochains travaux de l’Assemblée attirent particulièrement notre attention : l’âge de la majorité numérique et l’impact de toutes ces nouvelles réglementations sur les entreprises/associations qui devront les appliquer.

L’âge de raison numérique, proposé par la France est de quinze ans, soit un an de moins que l’âge possible d’émancipation d’un mineur et de l’âge proposé par l’organe régulateur (13 ans seulement !). Cela signifie, qu’un mineur peut accepter le stockage de ses données personnelles de son propre chef. Or, le monde du numérique n’est pas virtuel et a des conséquences bien réelles. Il est hors de question que des enfants puissent prendre des décisions immatures sans que leurs parents ne puissent exercer leur autorité. Pourquoi le numérique serait-il plus permissif en termes d’autonomie de l’adolescent que des actes réels et démarches impossibles avant 18 ans ?

Enfin, une fois les lois votées, celles-ci doivent pouvoir s’appliquer aux sociétés, associations ou toutes entités devant gérer des données personnelles.

Les grands groupes ont les capacités de s’adapter. Il faudra donc veiller à ce qu’ils n’utilisent pas la négligence comme un prétexte et qu’ils prennent bien les mesures effectives et systématiques de demande d’accord de leurs clients et utilisateurs.

En revanche les petites structures auront des difficultés réelles de prise en compte fonctionnelle et technique, par manque de ressources humaines à allouer, de coûts … La proposition de lois du gouvernement semble prendre en compte ces spécificités. La France ne doit pas comme d’habitude sur-règlementer face aux exigences de Bruxelles. La CNIL s’est engagée à publier un « pack » de mise en conformité pour les entreprises de moins de 250 salariés.

Cependant, on comprend bien que la CNIL sera bel et bien soumise au contrôle de l’autorité centrale de l’Union Européenne. La France ne sera donc pas libre d’accompagner comme elle le souhaite entreprises et institutions, d’où l’abstention de DLF pour protester non pas contre l’idée de protéger les consommateurs mais de confisquer aux nations le pouvoir de le faire.

La perte d’autonomie de la CNIL ainsi reléguée en simple agence déportée, vassalisée, va mettre à mal, de nouveau, un nième pilier de la souveraineté française face aux sujets déjà en cours d’accaparement, par l’UE. Le couperet d’une amende importante (supérieure à un million d’euros) pouvant tomber en guise d’exemplarité. Cela ne va pas sans nous rappeler les menaces, d’une teneur identique, liées au CETA ou au TAFTA … plus récemment aux accords à venir avec le MERCOSUR.

Nous affirmons, ainsi, les cinq points suivants, dans le peu de degrés de liberté laissés par de telles mesures liées à notre aliénation au système toujours plus délégué aux instances de l’Union Européenne et au transfert de gouvernance de nos grands sujets sociétaux :

Debout La France demande, que la CNIL conserve sa pleine autorité dans le contrôle de la souveraineté numérique de la France et des données personnelles des Français. La coopération avec nos alliés européens doit se faire dans le respect des nations.

Même si cela reste symbolique, Debout La France demande que cette notion de « majorité numérique » soit de 16 ans, et non de 15 ans, pour ne pas sortir du cadre légal général (de l’émancipation possible).

L’effort demandé aux entreprises françaises soit à la mesure de ce qu’on exige de ses concurrents étrangers (entre autres les fameux GAFA et autres géants asiatiques du net) à l’image des mêmes demandes faites pour la taxation des bénéfices localement et non dans un pays favorable (comme l’Irlande ou Luxembourg en particulier).

Afin que les données personnelles ne finissent pas dans des datacenters ou les solutions « cloud » des acteurs leaders américains ou asiatiques, nous exigeons le stockage des données sur le territoire français par un opérateur français, avec une fois encore des coopérations possibles avec nos alliés européens qui offriraient des garanties d’indépendance suffisante.

Pour se mettre en conformité avec la protection des données de leurs clients, les PME et PMI doivent pouvoir opter pour un Délégué à la Protection des Données qui agira en « prestataire » accrédité par la CNIL à des tarifs encadrés et acceptables. Ce procédé les protègerait des lourdeurs et de coûts prohibitifs.

**

Macron : xénophile & xénocrate !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Sortir nu dans la rue : ouverture ou protectionnisme ?

avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 70
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: Données personnelles : à qui appartiendra votre intimité ?

Message par gemini le Jeu 1 Mar 2018 - 16:38

Il n'y a pas d'illusion à se faire.
Ce texte n'est qu'un petit pas vers la protection des donnée.
Les géants de l'internet font ce qu'ils veulent en permanence.
Tant que ceux qui nous gouvernent seront aussi veule et soumis à Bruxelles, les choses risquent d'empirer.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Contenu sponsorisé

Re: Données personnelles : à qui appartiendra votre intimité ?

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 21 Avr 2018 - 5:32