www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Suivez le XVIème Congrès du Front National à Lille : flechegauche ICI flechedroite

L’intelligence monétaire : transparence vitale !

Partagez
avatar
ano

Age : 49
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

L’intelligence monétaire : transparence vitale !

Message par ano le Ven 6 Avr 2018 - 17:20

La fragilité permanente de la liberté impose une vigilance toute particulière.
L'existence d'une monnaie ne se justifie que par la confiance en son « pouvoir libératoire ».

1. Voir, juger, agir : le simple retour d’expérience.
Tout d’abord, aucune personnalité ne peut faire l’économie d’une analyse approfondie des causes fondamentales qui ont empêcher un pays comme la Grèce de retrouver une monnaie nationale.
En effet, malgré sa dette insoutenable et malgré sa volonté, la Grèce s’est trouvé dans l’obligation de sollicité des états tiers pour imprimer sa propre monnaie et ainsi reprendre le contrôle de ses finances.
La cause était simple, l’impéritie et l’imprévoyance de ses précédents gouvernements.
Malheureusement pour cet État, la nuit même de son référendum du 5 juillet 2015, le gouvernement russe lui aurait signifié son refus.
Dans ces conditions et malgré l’appui de son peuple, le gouvernement Grec n’avait plus d’autre choix que d’accepter le plan d’austérité des fédéralistes de la zone euro.

« Le lendemain s’instruit aux leçons de la veille ! »
(Publius Syrus)


2. Désenchantement et désenchaînement
Le problème est trop complexe et trop important pour être biaisé par le moindre parti pris idéologique.
Nous sommes confrontés à une multiplication et une accélération croissante des risques aux effets redoutables, parfois insoupçonnés et pourtant bien réels.
« Incontestablement », dans un tel environnement, « l’euro monnaie unique » représente une augmentation fondamentale du « risque systémique ». L’étude méticuleuse des capacités de libération et d’un désarrimage monétaire éventuelle s’avère donc indispensable.
De plus, tous les décideurs doivent prendre conscience que pour « le commun des mortels », il est de plus en plus difficile de vivre dans l'absence d’une transparence suffisante et dans une incertitude chronique.
Au contraire, il est indispensable, non-seulement de rendre aux Français de la profondeur de réflexion, autant que d’anticiper et de mettre à profit tout le temps disponible. Ce sont les conditions fondamentales pour se donner la possibilité de tirer avantage d’imprévisibles situations difficiles. Cela, pour garantir de meilleures décisions d’avenir, et ainsi obtenir les meilleurs résultats possibles.
Sans souveraineté, il n’existe ni de liberté d'action, ni de concentration des efforts. Ce sont pourtant ces principes immuables qui ont guidés notre peuple à travers les âges. Néanmoins, les fédéralistes les abandonnent. Mais comment justifient-ils ce « parti pris » ?

Face à l’étreinte migratoire, l’évolution monétaire n'est pas la « priorité des priorités ». Par contre, nous restons particulièrement vigilent, parce que nous sommes naturellement très attachés à l'intérêt des français. Quoi qu’il arrive, elle se maintient second plan, dans le top 5 de nos préoccupations.
L’euro fédérale, en plus de n’être pas adapté à notre économie, est d’une pratique approximative, lourde et inertielle. C’est une certitude !
Disposer de davantage de « contrôle monétaire » signifierait utiliser une monnaie plus adaptée à notre économie, plus proche des besoins Français mais aussi plus réactive et plus précise face à la mouvance des défis de l'économie mondiale.

Quand une monnaie n’est pas calibrée par rapport à une économie, elle la ronge … c’est mécanique !

D’autre part, de nombreux économistes constatent que cet euro « orphelin » est intrinsèquement vicié. Plus encore, son bilan trahit ses promesses. Quoi qu’il en soit, il est vital d’envisager l’éventualité d’un « après euro ». Tout simplement parce qu’anticiper au plus tôt une problématique structurelle, c’est toujours réduire ses coûts contingents, humains comme financiers.
Pour nous, il s’agit de faire cesser les sentiments d’infantilisation et de manipulation de la population, et ainsi contribuer à rétablir la confiance. Il s'agit de passer d’un sentiment d’euro-tyrannie à une logique d’euro-lucidité.
À tous les niveaux, les caprices et les enfantillages n’ont aucune légitimité pour exister.
Les français paient beaucoup d’impôt pour être en sécurité. C’est la seule légitimité !

Par conséquent, nous réclamons, dans les délais les plus brefs, la mise en place d’une « agence de veille monétaire », chargée de la surveillance des capacités de transformation monétaire du pays et capable d’apporter aux Français à la fois un sentiment de sécurité et une protection effective.

Respecter les Français, c’est responsabiliser les Français !


3. Domaines et missions
Dans son champ de compétence se trouvent spontanément deux scénarios élémentaires.
Premièrement, la capacité de « reconversion organisée ». Elle se compose d’un plan en trois temps : concertation, coordination et coopération.
Deuxièmement, la capacité de « reformation monétaire » (en cas de crise : anticipation des obstacles, élaboration des méthodes, signaux faibles et dérives préoccupantes, …). Ce second scénario comporte également un plan en trois temps : de gestion de crise, de sortie de crise et d'après-crise.

Même dans sa partie technologique (moyens matériels et organisations structurelles), cette agence doit être la garante d’une éventuelle gestion de crise monétaire efficace.

Plus globalement, elle aura comme objectif création d’un plan publique de surveillance, la pérennisation et le financement d’une information officielle et fluide, capable de renseigner librement chaque Français, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Ces informations devront contenir un état des lieux exhaustif ainsi que les actions correctives nécessaires pour améliorer notre capacité de reconversion ou de reformation monétaire.

« L’intelligence monétaire » ainsi déclinée se devra de contrôler l'ensemble des activités coordonnées, de collecte, d'analyse et de diffusion de l'information utile à la population Française. La maîtrise et la diffusion de l’information de conversion monétaire a pour finalité la compétitivité l’État et du pays ainsi que la sécurisation de son économie. Dès lors, elle est consubstantielle à la mise en œuvre de tout développement économique coordonné et pérenne.

À partir d’un financement stable et d’un budget prévisionnel cette agence devra pouvoir jouer un rôle de transformation monétaire pertinent et déterminant.
À travers un avant-projet évolutif et une plate-forme d’initiative, elle doit permettre aux Français de voir mûrir leurs réflexions, dans un sens ou dans un autre.

Ci-dessous et à ce titre, une liste lacunaire de ces fonctions éventuelles :
- Recueil et agrégation, quantitatif et qualitatif, des informations permettant d’approfondir les points concernés,
- Prévision de protocoles d’amortissement et de récupération rapide (suite à n’importe quel type de modification monétaire),
- Rédaction préventive de lois monétaires,
- Évaluation monétaire des intérêts, des enjeux et des orientations stratégiques,
- Définition du jalonnement et des échéances absolues,
- Propositions exhaustives (une ou plusieurs solutions d'ensemble et dispositions afférentes « pouvant et devant » être envisagées).

4. Liberté & indépendance
Pour être réellement efficace, il s'avère indispensable qu’une telle agence soit statutairement entière autonome (financièrement pérenne, etc.), indépendante et neutre politiquement (absence de relations extérieures d'autorité, d'influence ou de contrainte). En conséquence, la banque de France ne peut et ne pourra assumer cette mission.
Par exemple et pour servir véritablement l'intérêt public, son comité de gestion pourra être collégial, composé de 5 à 7 membres (idéalement un nombre nécessairement supérieur à la durée du mandat présidentiel) en poste sur des mandats échelonnés d'une année chacun.

D’autre part, cette création devra se faire « en remplacement de tout existence » pour notamment éviter tous surcoûts.
Comme déjà évoqué, son rôle consistera à mener une pré-étude qui conduira à la décision de lancer ou non le projet de retour à l’indépendance monétaire, c'est-à-dire de passer ou non à sa phase de réalisation. Notamment, la capacité à indiquer officiellement la conduite à tenir et les délais de mise en œuvre lors de la survenance d’un accident monétaire grave. Une telle agence aura donc comme finalité de faire gagner un temps précieux aux Français.
Est-il utile de rappeler que l’ensemble des partisans de la liberté soutiennent une stratégie de transition vers un développement socio-économique durable ?

5. Les causes de l’aveuglement « euro-béat »
Force est de constater que l'euro-cécité dérive de l’individualisme et de l’égocentrisme. Il s’agit de la cause évidente de l’aveuglement collectif qui habite certains de nos concitoyens. Par définition, il ne bénéficie en rien à l’intérêt général. En réalité, il se montre même misanthropique. Cette monnaie n’est pas, semble-t-il, un outil au service des peuple. Au contraire et en réalité, (et peut-être, après tout, involontairement) instrumentalise et asservit « bel et bien » les peuples à son service.
En effet, cet euro-monomanie enferme les individus dans un sentiment de dépendance factice à une monnaie, et par définition, dans un avenir strictement de court-termes. Elle détruit l’unité véritable, le sentiment d’appartenance à une nation et à une communauté de destin.
Ainsi, la fragmentation de la souveraineté monétaire impose la permanence de la question de la comparaison coûts/bénéfices.

Quand le 1er de cordée est un « individualiste patenté », sachez qu’au moindre problème, il n’hésitera pas à trancher la corde et à sacrifier les vies de ceux qu’il devait protéger !

6. Monnaie fiduciaire ou monnaie virtuelle : le dilemme fantôme !
Sur un tel sujet, l'objectif propre est encore de disposer de la totalité des informations pertinentes à court, moyen et long terme, pour éclairer la décision de s’engager. Ces informations permettront, à chaque Français, de savoir si les compétences et les moyens nécessaires sont bien mobilisables de façon entièrement autonome et réversible. Et cela que le sujet soit une monnaie humaine et réelle, ou digitale et dématérialisée.

À terme, une monnaie dématérialisée ne s’attaquera à aucun des problèmes qu’elle prétend résoudre puisque structurellement l’anonymisation prend toujours le dessus sur un réseau informatique. (Rappelons aux néophytes qu’internet est l’antonyme de sécurité !)

En effet, les risques que font courir une digitalisation monétaire complète ne couvrent absolument pas les gains. Ils sont donc d’une extrême gravité. Notamment en termes de ruptures d’approvisionnement électrique ou de disfonctionnements informatiques qui rendraient ainsi la population extrêmement vulnérable. La moindre défaillance paralysera le pays et entrainera un chaos économique. (Erreurs humaines, défectuosités informatiques, bouleversements politiques, attaques mercantiles ou terroristes, …).

Loin de là, nous exigeons de pouvoir financer vos activités durablement et ce sans perdre de vue notre mission républicaine et aucune de nos valeurs de liberté.

Attention : la digitalisation monétaire intégrale est radioactive !!!

Si malgré cette mise en garde, nous perdions de vue les principes qui nous guident, même un unique instant, un dilemme se dessinerait instantanément.
Instantanément, puisqu’une telle transformation favoriserait, sans aucun doute possible, l’évolution monétaire que nous souhaitons.

7. Conclusion
La création de cette agence de veille monétaire est, pour un fédéraliste, l'unique moyen de souligner que ses « croyances » et de ses théories ne sont pas uniquement le fruit d'un aveuglement idéologique malsain. …
Passer d'un comportement politique douteux à un comportement politique éthique, il faut bien reconnaitre qu’ils n’ont d’autre choix que d’accepter ... Proposition faîte !
Au-delà de perdre son âme, hésitations, dénis ou simples obstructions, … et opprobre, railleries et quolibets, harcèlements incessants ne manqueront pas … aplatissement asthénique garantit !
D’évidence, un véritable meneur n’aura d’autre choix que de garantir de la tranquillité des Français, mettre en sûreté leur épargne, de la respecter et ne pas compromettre l’avenir de leurs enfants. Bref, ne prendre le risque que pour soi-même et pour les autres, prendre le risque le moins inconsidéré qui soit !

La création de cette agence est l’une des rares orientations que nous pouvons partager pleinement avec les fédéralistes.

Gouverner, c’est prévoir, certes ! Mais prévoir pour faire quoi ? … Si ce n’est optimiser !

**

    La date/heure actuelle est Lun 21 Mai 2018 - 13:14