www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Suivez le XVIème Congrès du Front National à Lille : flechegauche ICI flechedroite

Le militant FN est-il un sous-homme ?

Partagez
avatar
Invité
Invité

Le militant FN est-il un sous-homme ?

Message par Invité le Mer 9 Mar 2011 - 18:58

Aprés la CGT , voilà FO qui découvre que être militant Front National n'est pas compatible avec le syndicalisme .
Dans ces deux officines ou le gouvernement et le medef achétent la paix sociale à grand coup de valises de billets , la démoKratie s'écrit avec un "K" comme KGB ou Kommandanthur ! ! ! :twisted: !


.FO sanctionne une candidate FN


Le syndicat Force Ouvrière a sanctionné aujourd'hui une responsable du Nord/Pas-de-Calais, candidate FN aux cantonales, deux semaines après la suspension d'un responsable CGT en Moselle pour le même motif.

La Fédération défense de Force Ouvrière a décidé de retirer à Annie Lemahieu son mandat de déléguée régionale après avoir appris par le quotidien La Voix du Nord qu'elle était candidate Front national aux élections cantonales.

Annie Lemahieu, adhérente FO depuis 1980, défend les couleurs du parti de Marine Le Pen dans le canton de Cysoing (Nord), au sud-est de Lille. Déléguée fédérale régionale FO pour le personnel civil des armées, elle est apparue sur une photo dans l'édition d'aujourd'hui du quotidien régional avec les drapeaux du syndicat.


Source: le figaro.fr
avatar
marcau

Age : 65
Date de naissance : 01/02/1953
Localisation : 37000
Verseau Date d'inscription : 09/01/2011
Passion : pigeons
Humeur : bof

Re: Le militant FN est-il un sous-homme ?

Message par marcau le Mer 9 Mar 2011 - 20:45

cheers elle doit être heureuse d'être débarrassée de ces co....ds

vivement que nous prenions les rennes pour mettre de l'ordre ( juste ) :twisted:


***************************************************************************************
avatar
Invité
Invité

Re: Le militant FN est-il un sous-homme ?

Message par Invité le Mer 9 Mar 2011 - 21:21

:twisted: :twisted: :twisted: :twisted: :twisted:


CGT : Bernard Thibault écrit à ses troupes pour contrer l'«entrisme» du FN

Dans un courrier adressé à l'ensemble des secrétaires généraux, le leader de la CGT fustige l'«entrisme» du FN et sa volonté d'instrumentaliser les syndicats. Il prévient que la confédération n'hésitera pas à exclure tout militant enfreignant les consignes.
Touche pas mon syndicat ! Depuis deux semaines, la CGT est secouée par l' « affaire Fabien Engelmann », du nom de ce secrétaire général du syndicat CGT des agents de la mairie de Nilvange (Moselle), suspendu depuis le 21 février (tout comme son syndicat, dont les 26 adhérents le soutiennent en majorité) par les instances cégétistes pour avoir annoncé dans la presse locale qu'il serait candidat FN aux élections cantonales. Cet épisode met en lumière un phénomène qui commence à inquiéter les milieux syndicaux : dans sa volonté de conquête de l'électorat populaire, le parti de Marine Le Pen fait sur le terrain les yeux doux à de nombreux syndicalistes en surfant sur l' « anti-sarkozysme » latent et le ras-le-bol de la base face aux difficultés économiques.

« A circonstances exceptionnelles, démarche exceptionnelle »
Signe que la menace est prise au sérieux à la CGT, Bernard Thibault vient d'envoyer à l'ensemble des secrétaires généraux de l'organisation un courrier, que « Les Echos » dévoilent ici, qui condamne très fermement l' « entrisme » du Front national et appelle fermement chacun à « la plus grande vigilance ». Une telle démarche est rare dans une organisation dont les membres n'aiment guère se faire dicter « d'en haut » la ligne à suivre, mais « à circonstances exceptionnelles, démarche exceptionnelle » justifie Bernard Thibault en introduction de son long courrier, particulièrement virulent à l'encontre de la formation de Marine Le Pen.

Alors que le FN a annoncé sa volonté d'attaquer la CGT sur le terrain juridique dans l'affaire Engelmann, le leader cégétiste, sûr de son « bon droit »,se veut d'abord rassurant, affirmant qu'il n'y a « aucun doute sur l'issue juridique ». Mais là n'est pas l'essentiel, écrit-il : « Ce n'est pas tant le terrain du droit qui motive le FN que la campagne que cette affaire peut alimenter. Nous avons à faire face à une volonté délibérée d'instrumentalisation du combat syndical et donc de la CGT pour promouvoir les thèses du FN parmi les salariés ». Sinon, « comment comprendre le choix du FN de présenter aux élections cantonales un adhérent de fraîche date (4mois) si ce n'est pour instrumentaliser sa première qualité de secrétaire général d'un syndicat CGT » ?

Pas de « préférence nationale »
Et Bernard Thibault de prévenir que la confédération ne transigera pas. Certes, elle est « ouverte à tous les salariés, quels que soient (...) leurs opinions politiques » et « la liberté de candidature aux élections politiques est elle aussi reconnue dés lors qu'elle s'exerce en respectant l'indépendance de l'organisation et que nul ne se réclame de son appartenance à la CGT pour des fins autres que l'action du syndicat ». Mais insiste-t-il, « il n'est cependant pas envisageable qu'au nom de la liberté d'opinion dans la CGT, la CGT puisse être représentée, à quelque niveau que ce soit, par des militants revendiquant par ailleurs publiquement leur adhésion au concept de « préférence nationale » qui est le socle du FN. »

Pour justifier cette ligne, il évoque une raison « oh combien essentielle » : le concept de préférence nationale est « contraire aux principes et aux valeurs fondamentales de la CGT. » Le FN, dès lors, « ne peut pas être considéré comme un parti politique comme les autres, par la CGT comme par l'ensemble du mouvement syndical ». Il charge les secrétaires généraux de faire clairement passer le message et assure que la confédération n'hésitera pas à trancher dans le vif si nécessaire : « C'est une exigence supérieure à toute autre considération, y compris la perte éventuelle de syndiqués, voire exceptionnellement la perte d'un syndicat ».

« Eclairer les salariés »
La réaction ne se veut pas que défensive. Rappelant que « les partis fascistes se sont souvent parés de vertus sociales pour accéder au pouvoir », Bernard Thibault juge qu' « il est de notre responsabilité d'éclairer les salariés par l'information et le débat sur la réalité des thèses et des positions du FN » car « même repeinte à « la couleur Marine », l'exploitation par le FN des peurs et de la précarité sociale engendrée par les politiques en vigueur demeure la même ». « Mettons la conviction nécessaire dans les formes de débat permettant la participation la plus large des syndiqués afin d'empêcher le FN d'instrumentaliser la CGT et de duper les salariés », lance-t-il à l'adresse des troupes en conclusion, précisant que la confédération va à cet effet préparer « un argumentaire détaillé qui reviendra sur la véritable nature du FN ».

La démarche vaudra aussi bien pour le privé que pour le public. Alors que Marine Le Pen a diffusé le 23 février une « lettre aux fonctionnaires » dans laquelle elle érige son parti en défenseur des intérêts de la fonction publique, la fédération du service public de la CGT indique à ses responsables syndicaux, dans une note interne que dévoile aussi « Les Echos », qu'« il est clair que nous avons affaire à une opération de nature politique, téléguidée directement par le FN, (...) visant à la fois à instrumentaliser l'organisation CGT et à poursuivre le pseudo-virage social du FN » et que « du matériel sera prochainement à disposition pour argumenter, combattre l'opération en cours et aller au débat ».

Un appel du collectif « Vigilance initiatives syndicales antifascistes »
Ils pourront notamment s'inspirer du document dénonçant les théories sociales du FN que commence à diffuser de son côté le collectif « Vigilance initiatives syndicales antifascistes » (Visa, ex-Isa). Peu connu et avançant dans l'ombre et à la marge des grandes confédérations -qu'il juge « trop molles » dans leur condamnation du FN-, il a vu le jour en 1996 à l'initiative de Solidaires et revendique aujourd'hui quelques 300 adhérents issus de Solidaires, la CGT, la FSU et la CFDT.

Estimant lui aussi que le FN relance fortement son offensive dans les milieux syndicaux, il y fait circuler depuis mi-décembre un appel « à la mobilisation et à la vigilance contre la politique xénophobe et les idées du FN». Ce texte, qui souligne qu'il appartient aux syndicats de « former leurs militants » et de « dénoncer, sans relâche, auprès des adhérents et des salariés, le caractère mensonger et nocif de l'offre politique de l'extrême-droite », a déjà été signé par 1.100 responsables syndicaux, parmi lesquels aucun dirigeant confédéral (hormis Annick Coupé, numéro un de Solidaires) mais nombre de secrétaires généraux, nationaux ou régionaux des quatre syndicats représentés dans Visa.



DEREK PERROTTE
Source : les echos.fr
avatar
Invité
Invité

Re: Le militant FN est-il un sous-homme ?

Message par Invité le Jeu 10 Mar 2011 - 23:06

Le problème qui se pose pour les syndicats c’est que l’électorat FN est formé en majeure partie par des ouvriers qui subissent la mondialisation instauré par l’UMPS, qu'il est alimenté par des jeunes qui eux reçoivent en plein visage l’ostracisme d’une société qui vénère la mixité raciale et sociale au détriment du citoyen travailleur, et par des anciens qui eux ont combattus au côté des syndicats pour obtenir des avantages sociaux et qui les voient partir petit à petit pour le bien être d'une Europe qu'on ne voulait pas. De plus, les syndicats s’affichent et acceptent les avantages de nos fossoyeurs.
Alors comment ne pas combattre non pas le syndicalisme, mais la perfidie!

Alors oui, le FN à leur yeux est gênant, comme dans le paysage politique actuel nous sommes gênant, car avec une simplicité cartésiennes nous démontrons les imbroglios de ces communautés pseudo-politique, qui de surcroît n’ont pas forcément les mais propres.
Nous touchons un l’électorat populaire car nous sommes un mouvement populaire qui se bat pour la nation, pour un peuple, pour notre patrie, et pas pour des intérêts financiers!

Les syndicats sont malheureusement des larbins des politiques de gauche alimenté par les caisses du MEDEF afin d’acheter une paix sociale, que nous citoyen, nous payons à prix fort.

Alors oui, nous dérangeons les syndicats, car nous au FN, nous ne nous accoquinons pas avec les palefreniers du mondialisme, qui vénèrent l’immigration afin de maintenir les salaires en France au plus bas niveau au détriment des ouvriers français pour parfaire l’idéologie du CAC40.
avatar
Invité
Invité

Re: Le militant FN est-il un sous-homme ?

Message par Invité le Ven 11 Mar 2011 - 7:49

Tu as tout à fait raison Patriote , est-il encore necessaire de démontrer la collusion qu'il existe entre la CGT et le MEDEF .
Quand l'un veut naturaliser les clandestins , c'est pour en faire des ouvriers low-cost disponibles pour les entreprises du CAC40 , et quand l'autre fait pression sur le gouvernement pour qu'ils obtiennent des papiers, c'est pour que la cégéte puisse renflouer ses troupes ! !

En clair , tu me donnes des esclaves et moi je te donnerais des adhérents ! clown


Et là aussi , la mascarade de cette pseudo opposition que l'on retrouve aussi en politique (opposition ump/ps) , fait son show , salaud de patrons/fainéant d'ouvriers , mais cette piéce de thêatre marche de moins en moins , je vous rassure ! ! :twisted:
avatar
Invité
Invité

Re: Le militant FN est-il un sous-homme ?

Message par Invité le Ven 11 Mar 2011 - 8:29

En clair , tu me donnes des esclaves et moi je te donnerais des adhérents !

Tu exprimes joliment dans cette phrase la toute simple vérité.

Et oui, il faut se poser la question à qui profite le crime!

Les ouvriers clandestins sont embauchés sciemment par les grosses entreprises en toute impunité et lorsque les clandestins se font prendre, qui vient en dehors des assocs les défendre en demandant leur régularisation, les syndicats !
Chaque partie trouve dans ce système son intérêt, qui en paye les frais, l’ouvrier français.
avatar
wesker

Age : 37
Date de naissance : 31/12/1980
Localisation : Dans la défense des valeurs nationales
Capricorne Date d'inscription : 09/01/2011

Re: Le militant FN est-il un sous-homme ?

Message par wesker le Ven 11 Mar 2011 - 13:32

Thibault est prompt à dénoncer l'entrisme que le FN ferait auprès de la CGT alors même que le cas ne concerne, pour l'instant qu'un seul représentant syndical d'une part et d'autre part quand la majorité des membres du syndicat milite ouvertement en faveur des thèses que développent le PCF....

Ce deux poids deux mesures exaspèrent les travailleurs qui se soucient, eux non pas des étiquettes politiques mais de la sincérité et de la compétence que développent ces centrales pour les défendre.

Contenu sponsorisé

Re: Le militant FN est-il un sous-homme ?

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 28 Mai 2018 - 5:12