www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Scandale ! L'immunité parlementaire de Marine Le Pen levée parce qu'elle a osé montrer la vérité sur les atrocités commises par Daech flechegauche LA flechedroite

Situation en Grèce : l'analyse du FN sur la situation catastrophique de la Grèce

Partagez
avatar
francoise

Age : 74
Date de naissance : 17/05/1943
Localisation : sur la banquise là où la connerie humaine fait fondre les glaces
Taureau Date d'inscription : 18/09/2011
Passion : peintre et blogueuse en art pictural figuratif
Humeur : zen

Situation en Grèce : l'analyse du FN sur la situation catastrophique de la Grèce

Message par francoise le Mer 15 Fév 2012 - 14:08


Situation en Grèce : l'analyse de Marine Le Pen par MarineLePen

Au 14/2/2012, Florian Philippot présente un éclairage économique sur la Grèce...


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"L'épaisseur d'un rempart compte moins que la volonté de le défendre." "Il faut choisir, se reposer ou être libre." Thucydide : La Guerre du Péloponnèse.
avatar
Valmy

Age : 117
Date de naissance : 01/04/1900
Localisation : terre
Bélier Date d'inscription : 05/02/2012
Passion : mm
Humeur : pp

Re: Situation en Grèce : l'analyse du FN sur la situation catastrophique de la Grèce

Message par Valmy le Mar 28 Fév 2012 - 9:59

:bonjour:

Les analyses de MLP prennent encore une fois toutes leur importante et sonnent juste pour contredire les analyses d'experts qui s'accordent tous pour maintenir sous perfusion la Grèce qui glisse doucement vers la faillite et pour affirmer que la crise de la zone Euro est en voie de se régler.

Ainsi ces jours:
dernière nouvelle A.F.P.
" Nous devons exprimer clairement le fait qu'on ne peut pas mettre de l'argent des contribuables sur la table à l'infini "
Rainer Brüderle ( président du groupe parlementaire F.D.P.) dans le Wall Street Journal
Quant à Hans Peter Friedlichs ministre de l'Intérieur et membre de la C.S.U. ) il a "évoqué" :
" la nécessité de fournir "des incitations" à la Grèce pour la "motiver" à sortir de la zone € ..."

A par ça tout est "sous contrôle" !
Ce sont là des politiques allemands qui parlent !!!!

Puis:

dernières nouvelles Der Spiegel

Hans Peter Friedlichs ministre de l'Intérieur s'est fait sonner les cloches par la Kanzlerin, il est revenu sur sa déclaration.

Il a avalé son chapeau !!!!!!!

---------------------------------
Le ministre allemand de l'Intérieur, Hans-Peter Friedrich, a plaidé dans une interview samedi pour une sortie de la Grèce de la zone euro, affirmant que les chances de son économie de redevenir compétitive seraient ainsi plus grandes. "Je ne parle pas d'exclure la Grèce" de la zone euro, a assuré Hans-Peter Friedrich dans l'hebodmadaire Der Spiegel, "mais de parvenir à créer des incitations pour un retrait qui ne puissent pas être déclinées".

"En dehors de l'Union européenne monétaire, les chances de la Grèce de se régénérer et de devenir compétitive sont assurément plus grandes que si elle reste dans la zone euro", a poursuivi le ministre de l'Intérieur, membre de l'Union chrétienne-sociale (CSU), l'aile bavaroise du parti de la chancelière Angela Merkel.

Angela Merkel, qui souhaite le maintien de la Grèce en zone euro, doit obtenir lundi un large "oui" des députés du Bundestag au dernier plan d'aide à la Grèce. Début janvier, elle avait réitéré avec le président français Nicolas Sarkozy sa volonté de maintenir la Grèce dans la zone euro à condition que des réformes budgétaires soient mises en place par Athènes.

-------

Puis hier :

S&P abaisse encore la note de la Grèce à SD "Défaut sélectif" ou "défaillance partielle". Cette note traduit un défaut de paiement, constaté par l'agence, dans l'opération d'effacement de la dette publique grecque lancée vendredi.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/02/27/97002-20120227FILWWW00664-sp-abaisse-la-note-de-la-grece-a-sd.php

Puis aujourd'hui:

Le plan de sauvetage de la Grèce

Selon David Shairp, Stratégiste, Global Multi Asset Group chez JP Morgan AM, les problèmes auxquels la zone euro est confrontée sont là pour durer encore bien longtemps. De surcroît, il est probable que d’autres pays connaissent le même sort que la Grèce, indique t-il...

http://www.next-finance.net/Le-plan-de-sauvetage-de-la-Grece


Une crise installée depuis 40 ans n'est pas une crise mais la faillite d'un système comme dirait MLP.

D'autres pays seront concernés. L'effet domino tant redouté, pour quand et pour qui ?



avatar
mado8

Age : 66
Date de naissance : 18/07/1951
Localisation : Alpes Maritimes
Cancer Date d'inscription : 26/11/2011
Passion : peinture politique

Re: Situation en Grèce : l'analyse du FN sur la situation catastrophique de la Grèce

Message par mado8 le Mar 28 Fév 2012 - 10:47

:aplaudissement: :aplaudissement: :aplaudissement: c'est la vérité que tout Français doit connaitre avant les élections, est ce que vous l'entendez dans les médias UMPS ? !!! .
Non, on nous parle de Hollande et de SARKOZY en permanence, puis on saute sur des événements comme Jean Dujardin et autres pour occuper tous les médias du matin au soir, on parle de tout, sauf de ce qui pourrait ouvrir les yeux des français avant les élections.
Par contre si l'UMPS est encore élu cette année, dès le lendemain, on nous en parlera de ce désastre, juste pour nous dire qu'il va falloir se serrer la ceinture et vivre dans la misère sinon, on est mort !! voilà ,c 'est tout !!.
J'attends impatiemment que les candidats aient vraiment le temps de parole à égalité dans les médias à heure de grande écoute afin que MARINE, ou un membre du FN, puisse informer les français de ce que les médias taisent, mais je me demande si ce pays qui s'assoie sur la démocratie va le permettre !! si les médias UMPS ne vont pas trouver un moyen pour que MARINE ne soit pas entendue, soit en mettant face à elle un gaucho qui la coupe en permanence et parle en même temps qu'elle c'est la stratégie de gauche ça en ce moment, ou en mettant sur une autre chaine ce qui pourrait attirer les téléspectateurs ou autre manoeuvre, ils ne manquent pas d'idées et de moyens pour écarter Marine de la course aux Présidentielles, on ne peut que le constater.
avatar
jean

Date d'inscription : 03/06/2011

Re: Situation en Grèce : l'analyse du FN sur la situation catastrophique de la Grèce

Message par jean le Mar 28 Fév 2012 - 10:57

@mado8 a écrit:Par contre si l'UMPS est encore élu cette année, dès le lendemain, on nous en parlera de ce désastre, juste pour nous dire qu'il va falloir se serrer la ceinture et vivre dans la misère sinon, on est mort !!

:aplaudissement: :aplaudissement: :aplaudissement:
De la manipulation comme d'habitude, ils profitent du fait que le peuple n'est pas imformé ni organisé pour contrer leurs projets !


***************************************************************************************
Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre.

George Orwell

« Il est plus difficile de désintégrer une croyance qu'un atome »
( Albert Einstein)
avatar
Valmy

Age : 117
Date de naissance : 01/04/1900
Localisation : terre
Bélier Date d'inscription : 05/02/2012
Passion : mm
Humeur : pp

Re: Situation en Grèce : l'analyse du FN sur la situation catastrophique de la Grèce

Message par Valmy le Mar 28 Fév 2012 - 15:26

La crise grecque est celle de la finance.

La crise grecque est en fait la crise de l’Europe et de l’euro dont il faudra bien se décider à sortir en crevant l’abcès. C’est la crise créée par ceux qui considèrent la finance comme une industrie créatrice de monnaie. Ceux-là ne sont que faussaires et faux monnayeurs.

La Grèce étant au bord de la faillite, elle risque d’entraîner l’euro et l’Europe dans sa chute, et d’autres devraient suivre de près.

On peut se demander s’il ne serait pas grand temps de crever définitivement l’abcès et de repartir sur des bases sérieuses, plutôt que de rechercher de fausses solutions pour sauver les responsables réels de cette crise : faux monnayeurs et faussaires en tous genres qui spéculent odieusement sur les graves défauts de conception de l’euro, de l’Europe et de la soi-disant « Organisation » du Commerce Mondial.

Nos responsables politiques ayant en charge l’économie, parlent de plus en plus de « l’industrie de la finance ». On croyait bêtement jusque là que la finance était un simple outil permettant le développement économique, grâce à la monnaie qui permet les différents échanges.

Or la finance est bien devenue une coupable industrie, par le jeu dangereux auquel se livrent les banques en fabriquant de la fausse monnaie. Nos bons vieux billets de la Banque de France portaient autrefois la mention : « Le contrefacteur sera puni des travaux forcés à perpétuité ».

De nos jours l’activité financière devenue selon certains industrie de la finance, tend à produire de plus en plus de fausse monnaie.

Non seulement on ne punit plus les contrefacteurs, il faudrait mettre presque tous les acteurs de la banque et de la finance au bagne, mais on les encourage en exigeant que toutes les dettes en fausse monnaie soient remboursées.


Cet incroyable imbroglio, mélange d’économie virtuelle et de cavalerie, aboutissant au battage de monnaie déjà battue, et qui nous enfonce de plus en plus dans la crise est complété par cette décision de créer cette inénarrable taxe Tobin qui devrait avoir deux vertus, si l’on peut dire :

- Aider ceux qui crèvent la faim au rythme de dizaines par minutes, en leur apportant un « blé » qui doit nous rapporter, plutôt qu’en les mettant au travail pour assurer leur autosuffisance alimentaire.

- Sanctionner les opérations financières dites toxiques, ce qui ne doit surtout pas les supprimer afin de satisfaire le premier objectif. C’est un peu comme si l’on entendait combattre cancers et cirrhoses en taxant tabac et alcool dont il faudrait développer les ventes.

Les crédits consentis par les banques sont de plus en plus accordés non plus en fonction des possibilités de remboursement mais en fonction des garanties offertes.

Dans le premier cas on anticipait la création monétaire en finançant une activité économique créatrice de monnaie.

Dans le second cas on crée de la fausse monnaie en augmentant, en cas de difficulté de remboursement, la valeur des garanties offertes, l’exemple type est celui des subprimes qui ont conduit à la catastrophe, en provoquant au passage et de façon insensée les augmentations de prix de l’immobilier.

Ceci a d’ailleurs été complété et continue à l’être par cet incroyable recours à la cavalerie consistant à réemprunter pour rembourser le prêt antérieur.

La taxe Tobin vise finalement à encourager ces pratiques.

Il est significatif que l’on puisse difficilement obtenir la structure exacte de la dette des divers États européens et notamment de la France. Il serait très instructif de voir dans un tableau, montrant les emprunts croisés entre les divers pays, que la France par exemple, qui a avancé des milliards à la BCE pour aider la Grèce à s’en sortir, est elle-même débitrice de la BCE, de façon indirecte certes, au travers de la mise en pension chez cette BCE de titres d’État achetés sur le marché par les banques.

À Tirana, en octobre 1991 la Banque Mondiale cherche à relancer la Banque Agricole de Développement de l’Albanie, de façon à permettre la production de blé qui fait cruellement défaut.

Elle obtient après des semaines un torchon : le bilan de la banque moribonde authentifié par bien des tampons et signatures.

« – Qui a souscrit le capital figurant au passif ?
– C’est l’État pour la totalité.
– L’unique crédit figurant à l’actif a-t-il été accordé à un producteur de blé ?
– Mais non ! à l’État pour la totalité.
– Ah bon !
– Mais oui, vous comprenez bien que l’État n’ayant pas le moindre blé, pardon le moindre sou, il fallait lui prêter pour souscrire le capital. » !

Nous sommes donc tout à fait même si c’est de façon plus subtile et plus difficile à déceler, dans la situation grotesque de l’Albanie, on pourrait ainsi dire :

« – Vous avez prêté des milliards à la BCE pour qu’elle les reprête à la Grèce, mais pourquoi la BCE vous a-t-elle elle-même prêté des milliards ?
– Il fallait bien qu’elle nous prête puisque nous n’avons pas le moindre sou ; si elle ne l’avait pas fait, comment lui aurions-nous prêté ? »

Nous arrivons là à une démonstration parfaite de cavalerie de haute voltige, et de création monétaire au second degré où l’industrie de la finance fera merveille dans la fabrication d’argent à partir de l’argent, mais jusqu’à quand nos nouveaux alchimistes seront-ils capables d’assurer cette transmutation criminelle ?

http://fortune.fdesouche.com/272578-la-crise-grecque-est-celle-de-la-finance

La complexité des relations entre la Grèce et la Turquie et l'implication des USA peuvent expliquer bien des faits et attitudes actuelles.
avatar
Valmy

Age : 117
Date de naissance : 01/04/1900
Localisation : terre
Bélier Date d'inscription : 05/02/2012
Passion : mm
Humeur : pp

Re: Situation en Grèce : l'analyse du FN sur la situation catastrophique de la Grèce

Message par Valmy le Mer 7 Mar 2012 - 14:09

Europe des dettes – La Grèce déterminée à faire enfin défaut !

7 mars 2012

Ce matin sur BFM Business, on apprend que la Grèce serait déterminée enfin à acter de son défaut de paiement et faire tout simplement faillite avec des conséquences financières considérables et directes sur l’ensemble de l’Europe !

Le journal américain, Wall Street Journal affiche en une que le lobby bancaire chiffre « une éventuelle faillite désordonnée de la Grèce, document confidentiel, (…), en tout cas document révélé hier par Reuters. » L’Institut de la finance internationale évalue à 1.000 milliards d’euros le défaut grec. « Plus de 700 milliards pour la Grèce et pour les autres pays européens directement impactés. 177 milliards pour la Banque centrale européenne (BCE) et 160 milliards pour les banques en terme de coût de recapitalisation, mais le plus gros serait des aides d’urgence qu’on serait obligé d’apporter, dit le lobby bancaire à l’Espagne et à l’Italie, pour justement de contenir l’incendie et le maintenir sur le seul territoire grec. »


Déjà lundi le lourd dépassement du déficit espagnol était jugé "grave".
avatar
pierre

Localisation : pyrénées orientales bord de mer
Date d'inscription : 01/08/2011
Passion : retraité
Humeur : le pessimisme est d'humeur;l'optimisme est de volonté

Re: Situation en Grèce : l'analyse du FN sur la situation catastrophique de la Grèce

Message par pierre le Mer 7 Mar 2012 - 15:15

Dans 46 jours nous saurons si les Français sont des veaux. scratch scratch scratch

Contenu sponsorisé

Re: Situation en Grèce : l'analyse du FN sur la situation catastrophique de la Grèce

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 25 Fév 2018 - 6:37